Le système Cobi

Le fournisseur allemand de systèmes de motorisations pour vélos à assistance électrique (VAE) Bosch eBikes Systems va racheter la start-up Cobi GMBH, spécialiste de la connectivité à vélo via smartphone.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

L’équipe d’Airfit, ex-Fitness Connect

La start-up Fitness Connect, incubée par le Tremplin à Paris, devient Airfit, un nouveau nom qui vise à lui permettre de s’implanter à l’international. 

Créée en novembre 2014 par un sportif de haut niveau, Pierre Paquin, Airfit associe un équipement de fitness en plein air et une application mobile de coaching sportif. La Ville de Paris, l’Insep et Dassault Systèmes comptent parmi ses 29 premiers clients.

La start-up française Addbike commercialise un module permettant de transformer tout vélo en triporteur.

La start-up lyonnaise Addbike, créée en 2015, réalise une levée de fonds à hauteur de 600 000 € auprès de business angels, d’un pool bancaire incluant la BPI et d’un investisseur privé, afin d’accélérer le développement en France et à l’international  de son module permettant de transformer simplement tout vélo en triporteur.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Stéphane Viscuso, président fondateur de Fitness-Boutique

L’enseigne de produits de fitness, originaire de Voiron (38), transférera son siège social au sein du Campus la Brunerie, où la communauté d’agglomération du Pays voironnais développe un pôle d’innovation au service de la filière sport-santé.

Le Campus de la Brunerie, à Voiron (38) va écrire une nouvelle page de son histoire. Ce parc de 17 hectares qui accueillit autrefois un Creps avant d’être reconverti par la Communauté d’agglomération du pays voironnais en site de pratique, de formation et d’expérimentation spécialisé dans le sport, fait l’objet d’importants investissements, présentés le 15 juin dernier à l’occasion de la rencontre Inosport 2017.

Une pépinière de start-up en construction

Voironnaise depuis sa création en 1993, l’entreprise Fitness-Boutique, a ainsi choisi de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La Fédération Française de Cyclisme a signé un partenariat avec la société azuréenne My Coach, en vue de lancer une application “My Coach Vélo”. Une première version sera lancée lors des Championnats de France de Cyclisme sur Route 2017, du 22 au 25 juin 2017.

Reconnue dans le domaine du sport digital à travers ses solutions numériques dédiées au football, My Coach tend à se diversifier pour apporter à la Fédération toute son expertise et son savoir-faire.

Partenariat avec les vélos en libre-service niçois

My Coach Vélo possèdera un contenu riche avec des parcours, conseils et exercices labélisés FFC, mais aussi avec plusieurs contenus multimédias comme des vidéos et fiches numériques. A l’impulsion de Christian Estrosi, président de la région Provence Alpes Côte d’Azur et de la métropole Nice Côte d’Azur, cosignataire de la convention enter la FFC et My Coach, la métropole sera la première à proposer les services de My Coach aux utilisateurs de son parc de vélos en libre-service. Start-up créée en 2012, My Coach fait partie des 8 plus prometteuses de France observées par le ministère des Sports et le ministère de l’Économie, de l’industrie et du numérique. Elle compte parmi ses actionnaires historiques, le capitaine de l’équipe de France de football, Hugo Loris.

Le Groupe Adidas France a lancé vendredi 27 janvier ChangedBySport, un challenge “qui a pour objectif d’accompagner des entrepreneurs, créateurs de nouveaux projets ayant un impact sur l’environnement, la santé ou l’humain par le sport et qui partagent la croyance dans l’entreprise“.

Orchestré par DojoGroup, une société d’accompagnement des projets d’entreprise, ChangedBySport permettra à une quinzaine de candidats présélectionnés de bénéficier d’un accompagnement formateur pour enrichir leurs intentions et soumettre celles-ci à un jury qualifié. En juin 2017, un vainqueur et trois coups de coeur seront désignés par un grand jury final impliquant partenaires et salariés du Groupe Adidas France. Outre une dotation financière, ils remporteront un accompagnement sur mesure pour accélérer leur projet.

Energie positive

Le challenge est ouvert aux primo-entrepreneurs, créateurs d’entreprise en France entre 2015 est 2017, dont les projets intègrent une des trois dimensions suivantes : Humain, Environnement, Santé. Ces trois domaines sont considérés comme prioritaires par Adidas, dans le cadre de son plan stratégique mondial “Creating the new. L’entreprise entend aussi “valoriser l’énergie positive des jeunes entrepreneurs français, visionnaires et créatifs, qui préparent ainsi un certain avenir de l’économie” et partagent la profession de foi de l’entreprise : “par le sport, nous avons le pouvoir de changer notre vie“. La fondation Trace, qui valorise les actions concrètes et de proximité aidant les jeunes à construire leur avenir, est partenaire de la dimension Humain du concours.

Les porteurs de projets doivent déposer leur candidature en ligne d’ici au 6 mars 2017. Leurs dossiers seront étudiés par des jurys intermédiaires au sein de DojoGroup à Paris de mars à mai. La cérémonie de clôture aura lieu dans les nouveaux locaux parisiens du groupe Adidas France en juin 2017.

Un jury indépendant a sélectionné  les sociétés qui exposeront dans la section Brandnew de l’Ispo Munich 2017, qui regroupe, selon le salon, « les meilleures start-up de l’industrie du sport » dans huit catégories. Parmi les vainqueurs se trouve Piq, entreprise française qui met l’intelligence artificielle au service du sport.

Parmi les 400 entreprises ayant soumis leur candidature, 42 ont été retenues pour la finale et seulement huit ont atteint le graal. Piq et son outil intelligent d’analyse des mouvements sportifs  triomphe dans la catégorie des objets connectés. L’entreprise américaine YoYo Mats qui gagne dans la section Accessoires avec un tapis de sport qui se roule lui-même lorsque l’utilisateur a fini de s’en servir, Flying Tent a raflé la mise dans celle des matériels d’été grâce à sa tente 4 en 1 qui peut aussi servir de hamac, de poncho, et même de siège. Breddy’s, Kos, Interactive Squash, Anticonf et Football for Life remportent respectivement la palme dans les catégories « Sportswear », « Style », « Fitness », « Matériel d’été » et « Responsabilité Sociale ».

Deux forfaits tout compris pour l’Ispo Munich 2017

WEZRAfin de produire le premier capteur météo connecté qui met à jour instantanément ses prévisions, la start-up montpellieraine WEZR lance une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank.

Cet objet connecté est doté de capteurs capables de mesurer la température, la pression atmosphérique ou encore la vitesse et la force du vent et de les transmettre via une connexion bluetooth. Grâce à ces technologies et l’utilisation d’un algorithme de calcul innovant, le capteur météo actualise instantanément ses prévisions avec une précision inférieure au kilomètre. Sa petite taille permet de le fixer sur soi ou sur un objet du quotidien comme un sac ou une veste. Pour ce qui est de l’usage, il n’est pas réservé qu’aux sportifs mais peut permettre de savoir, par exemple, si les conditions météo sont réunies pour un vol en parapente ou une sortie en mer. WEZR possède aussi son application mobile gratuite, indispensable pour avoir accès aux mesures du capteur. Le projet est déjà soutenu par le centre national d’études spatiales (Cnes), ainsi que par la région Languedoc-Roussillon, et a été sélectionné pour participer au CES Las Vegas, le plus grand salon d’électronique au monde, en janvier 2017.

A l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio et dans le cadre du Club France mis en place par le Comité national Comité national olympique et sportif français (CNOSF), la Ville de Paris sera présente afin de faire la promotion de son savoir-faire en termes d’innovation, d’urbanisme, de tourisme et de sport.

En collaboration avec Le Tremplin, la plateforme parisienne d’innovation pour le sport, cette opération va permettre à quatre start-up d’animer le stand de la ville et de présenter leur projet au cœur du Club France. Cela permettra notamment à ces entreprises de tester le marché international et de rencontrer de multiples décideurs du monde de l’économie et du monde du sport.

tremplinLa plateforme d’innovation pour le sport accueille actuellement une deuxième promotion de start-up au cœur du stade Jean Bouin. Cela participe à l’initiative et à la collaboration mise en place entre le CNOSF et le Tremplin depuis quelques mois déjà et qui se concrétisera par la signature d’une convention entre les deux entités.

Les quatre start-up sélectionnées pour aller à Rio par un jury composé de représentants de la presse sportive, du CNOSF et de la Mairie de Paris sont les suivantes :

–  Arionéo : développe et commercialise des solutions connectées d’analyse de la performance et de la santé des chevaux athlètes.
–  Sport Heroes (anciennement Running Heroes) : démocratise la pratique sportive en la rendant à la fois plus ludique et plus attrayante.
–  Vogo: permet à un supporter in situ, de visualiser des angles de vue différents et le « replay » instantané sur tablette et portable, à vitesse normale ou au ralenti.
–  YPPA : permet aux organisateurs d’évènements sportifs et de spectacles de faire vivre à leurs publics une expérience inoubliable : être « acteurs » du show !

Visuel Horsecom 1

La start-up Horsecom, qui a créé un casques audio pour les chevaux, passe à la phase commerciale de son développement. Retour sur la genèse d’une entreprise française créée par une cavalière passionnée et son frère musicien.

HorseCom a été créée en 2013, après (suite…)

S-wings à l'exposition des Entreprises innovantes du sport. Ministère de l'Economie et des Finances,

S-wings à l’exposition des Entreprises innovantes du sport. Ministère de l’Economie et des Finances,

Créés par la SAS Maya, une entreprise de Ghétary, au Pays basque, présidée par l’ancien champion d’Europe de surf Xabi Laffitte et Philippe Gray Lopez, artiste et shaper-designer, les dérives S-Wings sont inspirées de l’ergonomie des nageoires de poissons. Ce qui procure aux surfeurs « davantage de vitesse, de contrôle et de relance qu’une dérive classique » et produit un effet similaire sur les vagues à celui des skis paraboliques sur la neige, selon l’entreprise.

 

Nils Huebner, Business developper Virtual Dive à l'exposition Entreprises innovantes du sport au ministère de l'Economie et des Finances

Nils Huebner, Business developper Virtual Dive à l’exposition Entreprises innovantes du sport au ministère de l’Economie et des Finances

Créée et brevetée par la société Virtual Dive, la console Dolphin se présente comme la « première console subaquatique connectée pilotée par un plongeur ». Intégrant une tablette, une caméra HD, un GPS, le Wifi et la 4G, un système audio et des capteurs (température…), l’instrument permet de filmer, de recueillir des données environnementales et cartographiques et de retransmettre les plongées géolocalisées en streaming et réalité augmentée.

Il sera prochainement associé à un site communautaire de stockage et partage de vidéos. « Notre console peut être utile aux clubs et aux sites de plongée, pour construire des parcours sous-marins aussi bien que pour les simuler en piscine, explique Alain Dinis, fondateur de Virtual Dive. Cela permet de rendre la plongée accessible au plus grand nombre tout en donnant la possibilité aux clubs et bases de plongée d’entrer en relation avec les plongeurs ». Une levée de fond est en cours afin de financer le lancement du site communautaire. En phase de précommercialisation auprès de clients pilotes proches des sites de plongée, la console sera disponible à l’achat et sur abonnement.

Pauline Parsy, Marketing manager et Nathalie Tran, Community manager chez Swin Bot à l'exposition Entreprises innovantes du sport au ministère de l'Economie et des Finances,

Pauline Parsy, Marketing manager et Nathalie Tran, Community manager chez Swim Bot à l’exposition Entreprises innovantes du sport au ministère de l’Economie et des Finances,

Si les produits ne seront disponibles que fin juillet, la marque a déjà commencé à se faire une notoriété grâce au partenariat conclu avec le nageur Alain Bernard, ambassadeur et codéveloppeur du Swimbot. Celui-ci est un boîtier intelligent qui permet d’améliorer sa technique de nage. « Nous sommes les précurseurs dans la correction en temps réel, dans l’eau de la technique de nage », explique Pauline Parsy, responsable marketing.

Le boîtier analyse les mouvements de nage et corrige en temps réel les mouvements du nageur en envoyant des sons sophistiqués via des écouteurs à résonnance crannienne. Le système comprend également des tutoriels 3D à consulter avant la séance et une analyse des données après, via smartphone, avec mesure de la progression et proposition d’exercices de perfectionnement. Swimbot propose actuellement 8 exercices de crawl et dos crawlé.

Il est en prévente (269€ avec les écouteurs et l’accès aux tutoriels mis à jours tous les mois) sur le site de la marque. Créée en 2013 par David Jamet, Swimbot a réalisé sa première levée de fond il y a un (500000 €), récemment complétée par un financement paritcipatif sur la plateforme Indiegogo (65000 $). Basée à Meudon, l’entreprise a la grandiose ambition « d’apprendre à nager à un milliard de personnes dans le monde ».

La 2è édition des start-up du Tremplin présentées au siège du CNOSF.

La 2è édition des start-up du Tremplin présentées au siège du CNOSF.

Créé il y a un an, Le Tremplin, incubateur parisien dédié au sport, s’apprête à accueillir sa deuxième promotion. A la suite d’un concours qui a attiré 111 candidats, 19 jeunes pousses du secteur ont été sélectionnées cette année, après 17 l’an dernier.

Comme pour la première promotion, ce sont les services facilitant la pratique individuelle qui sont le mieux représentés cette année, avec une dizaine d’applications de réservations d’activités (Baba Sport), de mise en relation avec des coachs sportifs (Fizix, Trainme) ou encore de réseaux sociaux plus ou moins spécialisés (Horseee, Krank). Le deuxième gros contingent regroupe


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :