Décidé à monter dans le train de la mobilité urbaine, le groupe clermontois a présenté un vélo pliable à assistance électrique. Une innovation technologique en vente uniquement sur internet.

Mi-septembre, Michelin a présenté son premier vélo à assistance électrique, commercialisé depuis le 1er octobre, uniquement via son site internet dédié. Avec ce nouveau produit, le groupe espère profiter des mesures pro-vélos, comme les aménagements de voiries et les politiques de modération de la circulation et l’intégration du deux-roues. Assemblé en Chine à la demande, ce vélo de 17,6 kilos dispose des dernières technologies du groupe : chaussé de pneus Michelin Protek Urban anti-crevaison, il est immédiatement prêt à l’emploi une fois déplié. D’après les ingénieurs du groupe, la chambre à air carrée et bosselée annule les effets d’une crevaison et facilite sa mise en place.

Trois ans de réflexion
Son autonomie de 45 kilomètres et les trois niveaux de sollicitation du moteur le destinent à une utilisation urbaine ou péri-urbaine. Il peut atteindre une vitesse de pointe de 25 km/h mais dispose aussi d’un programme « piéton » qui permet de circuler à 6 km/h. Trois ans de tests et réflexions ont été nécessaires aux ingénieurs Michelin pour concevoir ce vélo. Quant aux développements, distribution et service client, ils seront assurés par son partenaire, Impex, installé à Chimilin (38). L’étude de marché sur le vélo électrique avait déjà été menée en étroite collaboration avec la société iséroise.

Joël Clergiot