keyboard_arrow_up
>
Marketing

La chaîne Sport en France « au delà des espérances »

28/09/2020
La chaîne gratuite a trouvé son public et continue de convaincre les fédérations et ligues. Si bien que des projets de déclinaison sur d'autres médias sont dès à présent dans les cartons.

« Les résultats ont dépassé nos espérances. » Denis Masseglia, président du CNOSF, n’a pas caché sa satisfaction lors de la conférence de rentrée de la chaîne gratuite Sport en France. Lancée en mai 2019 à l'issu d'un partenariat entre le CNOSF et Media 365 (Reworld Media) qui s'occupe de l'édition de la chaîne, Sport en France affiche un taux de notoriété de 38 %* auprès des personnes de 15 ans et + avec le taux le plus élevé atteint chez les 15-24 ans. Selon Médiamétrie, le bassin potentiel d’audience de la chaîne atteint les quelques 4,7 millions de personnes, dont un tiers se déclare téléspectateurs réguliers, soit 1,5 million de Français.

« Nous avons été rejoints par des Fédérations, des Ligues dont nous pensions qu’elles resteraient sur des chaînes payantes comme le basketball ou le hockey sur glace, se félicite Denis Masseglia. C’est une vraie satisfaction. Mais il ne faut pas changer l’ADN de la chaîne qui est de mettre en avant des disciplines peu médiatisées. »

Des matchs de championnats de France de basket, hockey sur glace, handball féminin et volley pour 2020-21

Sport en France diffusera ainsi notamment en 2020-21 un match de Jeep Élite (championnat de France de basket-ball) par journée et 20 matchs de Synerglace Ligue Magnus (championnat de France de hockey sur glace), mais également dans cette discipline la finale de la Coupe de France ainsi que des rencontres des équipes de France féminine et masculine.  Du côté du championnat de France de handball féminin, Sport en France diffusera un match de Ligue Butagaz Energie par journée mais également 30 rencontres de Ligue A Féminine ou Ligue A Masculine de volley-ball. Au total, la chaîne créée il y a 16 mois a d'ores et déjà travaillé avec 78 fédérations et diffusé près de 85 disciplines.

Un budget probablement doublé d'ici 2021 et des projets de radio et site web

« Le budget de la chaîne était de 2,5 millions d’euros en 2019 (7 mois), il a été augmenté à 4,5 M€ en 2020 et devrait être de 5 M€ en 2021 », précise Guillaume Sampic, directeur général de Media365, éditeur de la chaîne du mouvement sportif français, dans un communiqué. Et face à cet engouement, les projets sont nombreux au delà du petit écran. « Nous envisageons de créer un site web et pourquoi pas une radio Sport en France. » indique ainsi Denis Masseglia. Le président du CNOSF explique dans ce sens qu'une candidature a été déposée pour la dernière fréquence radio qui sera attribuée par le CSA fin 2020. «  C’est un vrai enjeu de modernité. Le manque de pluralité d’informations sportives est encore plus marqué à la radio qu'à la télévision. Il y aurait de quoi faire une programmation de grande qualité avec les 90 fédérations sportives avec des coûts qui ne sont évidemment pas les mêmes que pour la télévision. »

* recevant la télévision par l’ADSL, câble ou fibre optique (enquête de Médiamétrie).

A voir également
  • Marketing 25/09/2020
    Anglet, seule épreuve internationale du surf en France en 2020
    La ville d'Anglet a relevé le défi d'organiser le WSL Countdown, première compétition WSL en...
  • Marketing 22/09/2020
    Tour de France : audiences record pour France Télé et Eurosport
    Pour cette édition 2020 particulière, le Tour aura trouvé son public. France Télévisions comme...
  • Marketing 21/09/2020
    E-Fise : un format digital international plébiscité
    Dans le contexte sanitaire du moment, le grand rassemblement de sports d'action organisé à...
  • Marketing 18/09/2020
    Les Pro Days ouvrent dimanche pour 3 jours
    L’unique salon indoor b2b du cycle accueillera ses visiteurs avec un protocole sanitaire...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies