keyboard_arrow_up
>
Economie
>
©UNION Sport & Cycle
Economie

Grenelle des métiers du sports : vers la création de 100 000 emplois

07/06/2023
Le premier Grenelle de l'emploi et des métiers du sport a rassemblé quatre ministres et près de 300 acteurs de la filière. À son terme, 15 mesures ont été annoncées pour renforcer l’emploi sportif autour de 5 axes d’action prioritaires.

Comment dynamiser cette filière du sport notamment côté emplois alors qu'elle représente un poids économique équivalent à 2,6% du PIB pour un chiffre d’affaires de 71 Md€ et génère près de 400 000 emplois, soit 1,3% de l’emploi total en France ?

Pour cette grande première initiée par la ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra, et pour répondre à cet enjeu, le Grenelle de l’emploi et des métiers du sport a rassemblé au Parc Floral à Paris, autour d' Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels, plus de 300 participants. Avec une ambition partagée, à l’horizon du quinquennat : créer 100 000 nouveaux emplois et multiplier par 5 les bénéficiaires des actions d’insertion, par et dans le sport.

5 axes d'action prioritaires établis

À l’issue de ce Grenelle, 15 mesures ont été annoncées pour renforcer l’emploi sportif autour de 5 axes d’action prioritaires. A ainsi été listé comme essentiel le besoin d'améliorer la lisibilité de l’offre et des parcours de formation vers les métiers du sport avec l'engagement, notamment, des ministres et des partenaires sociaux des branches concernées, à travers la signature d’une charte de coopération interministérielle et interbranches, à simplifier et mettre en cohérence les formations et certifications dans le champ du sport en créant, pour la première fois, un référentiel commun des métiers, des compétences et des qualifications.

Autre axe fort, le renforcement de l'accompagnement et le soutien à l'emploi sportif. Parmi les leviers utilisés dans ce sens, le lancement dès l'automne 2023 par le ministère des Sports et en lien avec Pôle emploi d'une plateforme des métiers du sport qui répertoriera, à destination des employeurs, des professionnels ou des futurs candidats, l’ensemble des métiers, formations et certifications ainsi que tous les dispositifs de soutien à l’emploi sportif.

Troisième axe : développer la qualité de l’emploi sportif et l’attractivité des métiers du sport grâce à différentes initiatives : l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) va mettre au point un baromètre des emplois dans le sport qui permettra de suivre l’évolution de l’emploi, une grande campagne de communication et de promotion des métiers du sport sera lancée dans le cadre de la Grande cause nationale en 2024 et, dès cet été, la promotion du métier de maître-nageur sauveteur (MNS) fera l’objet d’une campagne dédiée sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Ce grenelle a également permis de mettre en avant l'importance d' affirmer et faire monter en puissance le rôle social des acteurs du sport et enfin d' assurer une meilleure reconnaissance des compétences dans le sport. Le réseau « Les clubs sportifs engagés » est ainsi officiellement lancé et conformément aux engagements pris dans le cadre de la feuille de route interministérielle du 7 novembre, il doit permettre de réunir 1 000 clubs dès 2023 et 10 000 clubs d’ici fin 2024.

Enfin, pour assurer une meilleure reconnaissance des compétences dans le sport, le sport va intégrer de cet été et de manière prioritaire, dès le 1er juillet 2023, le tout nouveau service public de la VAE (Validation des acquis de l’expérience). Celui-ci doit permettre d’amplifier le recours à ce dispositif, et bénéficiera également pleinement aux publics bénévoles et aux sportifs de haut niveau, avec l’objectif de doubler le nombre de dossiers en 2024 (soit plus de 2400 bénéficiaires vs 1200 en 2022) et de faire du sport le « champion de la VAE ».

Un taux de croissance de 3% pour la filière sport

Un enjeu fort et qui dépasse les frontières du sport... Les études disponibles soulignent en effet le dynamisme du secteur en matière d’emploi (3% de taux croissance moyen annuel de l’emploi dans la seule branche du sport) mais n'occultent pas, en revanche, les fragilités structurelles de celui-ci. Un chiffre pour illustrer : depuis 10 ans, 98% des entreprises créées sont des entités sans salarié (dont 2/3 d’entreprises individuelles d’enseignants ou de coachs sportifs) tandis que le turn-over est élevé dans cette branche notamment en raison de perspectives d’évolution encore insuffisantes. Le challenge est d'autant plus relevé qu'il est face également à d'importants défis liés à la transformation des besoins : diversification des pratiques sportives, extension à de nouveaux publics pour plus d’inclusion et une meilleure prévention de la perte d’autonomie, développement des usages numériques ou encore exigences nouvelles liées à la transition écologique.

A voir également
  • Economie 19/07/2024
    Jordan Brand prolonge pour un contrat comme équipementier de la FFBB
    Jordan Brand, marque américaine détenue par Nike, prolonge comme équipementier de la...
  • Economie 08/07/2024
    Stéphane Villain élu à la présidence d’ADN Tourisme
    Le président de Charentes Tourisme prend la tête de la fédération nationale des organismes...
  • Economie 04/07/2024
    François Pesenti nommé président du comité stratégique
    François Pesenti est nommé président du comité stratégique de la plateforme de streaming...
  • Economie 27/06/2024
    Technogym et Paris 2024 : un partenariat innovant et engagé
    Technogym, supporter officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques, continue de se distinguer par...