keyboard_arrow_up
>
Industrie et Commerce
>
©FIFA
Industrie & Commerce

Coupe du Monde Féminine 2019 : un succès sportif et économique

09/07/2020
Une étude de la FIFA confirme les enjeux bénéfiques à organiser un tel événement.

L’étude d’impacts économiques de l’événement sportif publiée par la Fédération internationale montre que la Coupe du monde féminine de football a généré 284 millions de retombées économiques directes, indirectes et induites pour la France.

195 millions ont été dépensés sur le territoire par les organisateurs (94 M€) et les visiteurs (101 M€). La plus-value nette pour l’économie du pays est de 108 millions. 1,2 million de spectateurs dont 40 % d’étrangers se sont rendus dans les neuf stades hôtes de la compétition. Pour 1 euro dépensé, les neuf villes et territoires hôtes de la compétition ont bénéficié d’un retour sur investissement allant de 2 à 20 euros de contribution au PIB.

De nombreux secteurs d’activités ont profité des retombées économiques, dont l’hôtellerie et la restauration (18,2 M€), le commerce (9,1 M€), le transport (7,3 M€), le consulting (7 M€), la banque & les assurances (5,4 M€) ou encore les bâtiments et les travaux publics (4,9 M€). Hors du secteur marchand, les activités dans les domaines de l’éducation, du social et de la santé et les associations sportives et services à la personne ont tiré avantages de cet événement, respectivement pour 12,5 M€ et 9,5 M€.

L’étude d’impact environnemental dévoile également que 10 des 15 engagements de la Charte éco-responsable signée avec le gouvernement ont été atteints à 100 %, en particulier la maîtrise et l'optimisation de la consommation d'énergie et d'eau, le respect des sites naturels, l'accessibilité pour les personnes en situation de handicap et la valorisation du bénévolat. L’empreinte carbone totale du tournoi s’élève à 340 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions générés par 28.500 Français.

 « La première satisfaction, c’est d’avoir prouvé qu’une compétition de football féminin pouvait aussi rassembler, apporter, et remporter une large adhésion populaire et contribuer à faire évoluer les perceptions, les mentalités à l’égard du football féminin » écrit Noël Le Graët, président de la FFF et du Comité d’Organisation Local . Il poursuit : « En 2014, lorsque la FFF a misé sur cette organisation, je me souviens d’un certain scepticisme notamment sur la dimension économique. Aujourd’hui, les résultats économiques sont positifs. L’effort environnemental est également à souligner. Dans ce secteur, l’implication de la FFF, avec la mise en œuvre de sa politique éco-responsable, doit se poursuivre."

A voir également
  • Industrie & Commerce 29/07/2020
    Un nouveau directeur général pour Adidas France
    Mathieu Sidokpohou a été nommé à la tête de la filiale française de la marque européenne.
  • Industrie & Commerce 23/07/2020
    Un quart des Français intéressé par le VAE
    Le potentiel à court et moyen terme du vélo à assistance électrique (VAE) révélé par une...
  • Industrie & Commerce 20/07/2020
    La FFSurf sur la vague du digital
    La Fédération Française de Surf s'associe avec MyCoach pour lancer MyCoach by FFSurf, une...
  • Industrie & Commerce 09/07/2020
    Les Domaines Skiables Français indemnisés par leur assurance...
    Unique au monde, cette assurance mutualisée des exploitants de remontées mécaniques, dont...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies