AdidascorporateLogo2006Le Groupe Adidas a réalisé 7,134 milliards d’euros de chiffre d’affaires au premier semestre 2013, stable hors effets de change et en baisse de 3 % en tenant compte des variations des devises.

Progression en France

L’augmentation des ventes des magasins en propre du groupe (+ 6 %) et des autres activités (+ 2 % pour Taylormade – adidas Golf et Rockport) n’a pas compensé la baisse des ventes en gros (- 2 %). Les ventes hors effets de change ont augmenté dans toutes les régions à l’exception de l’Europe de l’Ouest, où l’activité a baissé de 9 % hors effet de change. Le recul du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Espagne y ont plus qu’effacé les progressions en France et en Pologne.

Une progression 2013 moins grande que prévue

La marge brute du Groupe Adidas s’est cependant améliorée de 2,1 point à 50,1 %, grâce à une évolution des prix et du mix produits plus favorables et aux marges plus élevées de la vente au détail. Le groupe, a légèrement réduit ses prévisions d’activité pour l’ensemble de l’année 2013 (d’un peu plus à un peu moins de 5%), prévoit quand même une croissance de son bénéficie net en 2013, à 920 millions d’euros, contre 890 millions en 2012.

puma_logoLa marque d’articles de sport du groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires de 1,47 milliard d’euros au premier semestre 2013, en recul de – 6,1 % par rapport au premier semestre 2012 (- 3,1 % hors effets de change). Le résultat opérationnel régresse de 26,1 %, à 110,1 millions d’euros,  le résultat net tombe à 67,8 M€, en baisse de 32,6 %.

En termes de produits, seule la division accessoires est en hausse (+ 10,9 % contre – 7,3 % pour la chaussure et – 6,8 % pour les vêtements). Par régions, les Amériques se maintiennent à +0,2 % hors effets de change (- 2,3 % avec effets devises) mais l’Europe Moyen-Orient Afrique régresse de 5,7 % (- 4,8 %) et l’Asie-Pacifique de 13,1 % (- 5 %).

L’activité du commerce spécialisé a reculé de 2,1 % au premier quadrimestre 2013 par rapport au premier quadrimestre 2012 en France, selon le panel Procos (50 enseignes sur 50 pôles commerciaux dans 15 agglomérations, périmètre comparable).

Cette dégradation, qui se réfère un historique défavorable (- 0,5 % au premier quadrimestre 2012), est la conséquence de l’atonie de la consommation, de la progression du commerce sur internet, ainsi que des conditions climatiques défavorables. Le décalage calendaire joue dans une faible proportion (un jour en moins en 2013).

Perspectives négatives sur le premier semestre

Les moyennes surfaces affichent le plus fort recul, à – 3,6 %, tandis que les boutiques sur rue de centres-villes sont – 3,2 %. Les boutiques en centre commerciaux résistent mieux : – 1 % pour les celles qui sont situées en galeries marchandes de centres-villes, – 0,5 % pour celles de périphérie. L’équipement de la personne est le plus en difficulté, les loisirs sont en baisse. Sur l’ensemble du premier semestre, les enseignes Procos prévoient une activité comprise entre 0% et – 5 %.

Le chiffre d’affaires du commerce de sport a régressé de 5 % au premier trimestre 2013 par rapport au premier trimestre 2012, dans les principales enseignes de sport, selon une note de la Fédération professionnelle du sport et des loisirs (FPS).


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Au 1er trimestre 2013, le chiffre d’affaires consolidé de Groupe Go Sport s’élève à 166,4 millions d’euros, en légère baisse de 0,7% par rapport au premier trimestre 2012 qui affichait une progression de 6,2%.Les ventes ont bien résisté malgré un environnement de marché peu porteur, un effet calendaire négatif sur la période (1 jour de moins en février) et une météo défavorable au mois de mars“, communique le groupe.

Go Sport France en hausse

En France, les ventes de l’enseigne Go Sport sur le trimestre sont en progression de 0,2% à magasins comparables, après une hausse de 6,7% en comparable au 1er trimestre 2012. Les soldes d’hiver ont connu un franc succès et l’enseigne a enregistré une croissance soutenue des ventes des produits saisonniers. Le site e-commerce ainsi que les 4 magasins en franchise en France (avec une nouvelle ouverture à Brive en mars dernier) affichent de bonnes performances.

Concurrence plus forte en Pologne

Les ventes de Go Sport en Pologne sont en retrait de 4,4% sur le premier trimestre 2013, à cause d’une météo exceptionnellement hivernale en mars et d’une intensification de la pression concurrentielle sur le marché polonais. Le trimestre affiche des succès commerciaux tels que la progression du programme de fidélité FeelGood, celle de l’offre running et matériel outdoor ou encore les bonnes performances du magasin de Lodz ouvert en août 2012.

Courir en progression

Courir publie un chiffre d’affaires total en hausse de 0,3%, avec une base de comparaison élevée (+7,2% au 1er trimestre 2012 après +3,9% lors de la même période en 2011). L’enseigne a bénéficié de la croissance soutenue des rayons chaussures femme et enfant et des magasins remodelés.

La rationalisation du parc se poursuit

Au cours de ce trimestre, le Groupe a ouvert 3 magasins Go Sport en franchise (France, Maroc et Tunisie) et 1 magasin Courir en France. Il poursuit la rationalisation de son parc avec la fermeture de 3 magasins Go Sport (1 en France et 2 franchises à l’international) et de 3 magasins Courir en France (1 en France et 2 franchises à l’international). Le parc de magasins compte 343 points de vente au 31 mars 2013 dont 176 GO Sport (36 franchise, parmi lesquels 4 en France) et 167 Courir (10 franchises à l’étranger).

Selon les premiers résultats publiés par l’Institut français de la Mode, les chiffres d’affaires des distributeurs de textile-habillement ont accusé, en moyenne, un recul de 6 % en valeur en février 2013.

Pour rappel, la référence de février 2012 s’était inscrite en baisse de 4 % par rapport à février 2011.Tous les circuits de distribution ont subi un repli de leur activité commerciale en février. Les résultats s’échelonnent de – 15 % pour les magasins populaires à – 5 % pour l’ensemble des chaînes spécialisées. Au sein des différents rayons du commerce de détail indépendant multimarques, on notera la meilleure résistance des ventes de vêtements pour enfant.

AdidascorporateLogo2006Le chiffre d’affaires de l’équipementier sportif allemand Adidas a atteint 14,9 milliards d’euros en 2012, en croissance de 6 % hors effets devises (+ 12 % en euros courants). La vente en gros atteint 9,53 milliards d’euros, en hausse de 2 % en devises constantes (+ 7 % en euros courants), la division “retail” (magasins en propre) atteint 3,37 milliards d’euros, en croissance de 14 % (21 % en euros courants), tandis que la division “autres activités”, à 1,58 milliards d’euros, affiche la plus forte progression (+ 17 % et + 25 %).

Un ralentissement au quatrième trimestre

Ces autres activités sont principalement propulsées par TaylorMade-Adidas Golf, qui enregistrent “une solide augmentation de ventes à deux chiffres“, précise le groupe dans un communiqué : + 10 % pour le premier, + 20 % pour le second. La croissance du groupe résulte également de la forte visibilité des produits Adidas pendant l’Euro et les Jeux Olympiques 2012. Le quatrième trimestre a été beaucoup plus calme avec de 1 % à devises constantes et une baisse de 4 % des ventes en Europe occidentale, en partie liée à une base de comparaison élevée en raison des commandes de produits liés à l’Euro et aux JO de Londres, commente le groupe.

L’Asie en pointe

En termes de zones géographiques, l’activité 2012 a été tirée par l’Asie, Chine en tête (+ 27 % à devises constantes), les pays émergents européens (+ 22 %) et l’Amérique du Nord (+ 22 %). L’Europe occidentale, premier marché du groupe avec un chiffre d’affaires de 4,08 milliards d’euros, reste à la traîne en termes de croissance, à + 3 % à devises constantes (+ 4 % à devises courantes).

Un effet Reebok

Dans ce contexte, le groupe a augmenté sa marge de 0,2 point à 47,7 %, grâce notamment à l’augmentation des prix des produits. Le résultat opérationnel est affecté par une charge exceptionnelle pour dépréciation d’actifs de 265 millions d’euros, consécutive à la révision des prévisions de croissance de Reebok et à l’ajustement de taux de remises suite à la crise de l’euro. Or cette charge exceptionnelle, la marge opérationnelle du groupe Adidas augmente de 6 %. Le résultat net consolidé part du groupe, également affecté par cette dépréciation d’actifs, s’établit à 526 millions d’euros, en baisse de 14 %.

Des prévisions 2013 à la hausse

Pour 2013, le groupe prévoit une croissance de son chiffre d’affaires d’environ 5 % hors effets devises, une augmentation de sa marge brute comprise entre 0,3 et 0,8 point et de sa marge opérationnelle de l’ordre de 9%. Le résultat net consolidé part du groupe devrait se situer entre 890 et 920 millions d’euros.