A partir du 1er juin, Mark King prendra la présidence du groupe Adidas pour l’Amérique du Nord. Il supervisera les opérations pour les marques Adidas et Reebok et reportera directement à Roland Auschel, membre du comité de direction du groupe. Il succède à Patrik Nilsson, reparti en Suède occuper le poste de directeur général de la marque de prêt-à-porter Gant, après 23 ans de présence dans le groupe.

Agé de 54 ans, Mark King est le PDG de TaylorMade-Adidas Golf depuis 2003. Il laissera les rênes à Ben Sharpe, actuellement vice président exécutif d’Adidas Golf and Ashworth. Il gardera toutefois un œil sur la filiale golf du groupe allemand puisqu’il agira en tant que membre du comité consultatif de la marque, aux cotés d’Herbert Hainer. Quant à Ben Sharpe, 40 ans, il a rejoint TaylorMade-adidas Golf en 2006, dont il a dirigé la division européenne pendant six ans. Ancien hockeyeur sur gazon de haut niveau, il a représenté le Royaume-Uni aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000.

HLR_2380L’année 2014 sera synonyme d’expansion pour les magasins Adidas. Fin janvier, alors que le groupe allemand dévoilait son nouveau concept de point de vente dédié au sport performance, « HomeCourt », à Beijing (Chine), il a annoncé un large plan d’ouvertures innovantes à travers le monde.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Après s’être repositionnée sur le Fitness en 2012, Reebok compte transformer l’essai en 2014, en multipliant les ouvertures de FitHub, son concept mêlant magasin et salle de CrossFit. Matt O’Toole, directeur marketing monde de Reebok et Alain Pourcelot, directeur d’Adidas France, ont répondu aux questions de Filière Sport.

Tandis qu’Adidas et Adidas Originals s’apprêtent à tester de nouveaux concepts, Reebok poursuit l’expansion de son réseau FitHub. (suite…)

Adidas et la FIFA ont officialisé le renouvellement de leur partenariat. L’annonce a été faite ce jeudi 21 novembre lors d’une cérémonie officielle à Moscou, en Russie (pays hôte de la Coupe du Monde 2018).

Adidas restera ainsi partenaire, fournisseur officiel et licencié de la Coupe du Monde de football et des événements de la FIFA jusque 2030. Partenaire de la FIFA depuis 1970, Adidas continuera de fournir le ballon officiel des compétitions et les uniformes des volontaires, ainsi que d’une large gamme de produits dérivés.

_SAM1141 copieLe centre commercial Beaugrenelle, au cœur du quartier éponyme du XVe arrondissement de Paris ouvrira ses portes demain, mercredi 23 octobre 2013. Annoncé comme le renouveau d’un projet architectural des années 1950 qui s’était révélé être un échec, Beaugrenelle s’étend sur plus de 50 000 mètres carrés de surface commerciale et proposera 110 magasins et un cinéma.

13 tables numériques sont dispersées dans les allées pour aider les clients à se repérer et bénéficier d'offres commerciales interactives

13 tables numériques sont dispersées dans les allées pour aider les clients à se repérer et bénéficier d’offres commerciales interactives

Avec ses 7 000 mètres carrés de murs et toits végétalisés, ses coupoles en verre rose et blanc qui laissent filtrer la lumière pour la refléter sur un mobile géant signé Xavier Veilhan,  et ses 13 tablettes numériques interactives, Beaugrenelle a pour ambition d’attirer dès la première année 12 millions de visiteurs et d’atteindre un chiffre d’affaires de 370M€. « Nous voulons que Beaugrenelle devienne une destination en soi et séduise la clientèle des XVè, XVIè et VIIè arrondissements de Paris et les profils CSP+ du Sud-Ouest parisien ainsi que les touristes étrangers » explique Maurice Bansay, président d’Apsys, promoteur et co-investisseur de la surface commerciale de Beaugrenelle. Pour attirer ces populations, le projet intègre même 1 100 places de parking et un service de navette fluviale gratuite entre la Tour Eiffel et le centre commercial.

Le sport se fait timide

Avec un tel espace commercial, certaines marques y ont vu de quoi installer leur flagship, comme Marks & Spencer, ou leur première boutique parisienne, comme Hollister. Un attrait qui n’a pourtant pas attiré en masse les marques de sport. Go Sport, présent dans le centre commercial à l’origine, s’était très tôt retiré du projet de rénovation en raison de ses difficultés financières. « Nous aurions aimé avoir un magasin généraliste mais Décathlon n’a pas l’image haut de gamme de notre cible et Go Sport connaît actuellement une situation difficile », précise Maurice Bansay, président et fondateur d’Apsys. Restaient alors Sport 2000, plus habitué aux périphéries des villes moyennes, et Intersport, qui a préféré la rue de Rivoli aux bords de Seine.

_SAM1119 copie

La boutique Lacoste fait partie des 5 marques de sports présentes dans le centre commercial

Beaugrenelle n’a pas fait une croix sur le sport pour autant, et mise sur des marques dont la notoriété colle à l’image que veulent lui donner ses promoteurs. Ainsi, The North Face s’offre son troisième magasin parisien, Nike dédie ses 300 mètres carrés à la course à pied et les magasins Aigle, Adidas Originals et Lacoste affichent des vitrines lifestyle, sobres et haut de gamme. Tandis que les magasins de prêt-à-porter H&M, Desigual et Uniqlo proposeront leur collection sport, entrant en concurrence avec les marques spécialistes.

Comme un grand magasin
Le "Grand Mobile" réalisé par l'artiste plasticien Xavier Veilhan décore l'atrium d'un des deux bâtiments de Beaugrenelle

Le “Grand Mobile” réalisé par l’artiste plasticien Xavier Veilhan décore l’atrium d’un des deux bâtiments de Beaugrenelle

Ce projet, mené par le cabinet d’architecture Valode et Pistre, a demandé 10 ans de travaux et quelque 500 millions d’euros d’investissement. Mais attention pas question de le comparer avec d’autres projets commerciaux de la capitale. « Les deux seuls équivalents à Paris sont Italie 2 et le Forum des Halles. Mais nous n’avons pas les même cibles. Beaugrenelle requalifie le Front de Seine, explique Philippe Depoux, directeur général de Gecina qui détient 75 % du capital de la SCI Beaugrenelle. Notre ambition est de devenir une référence parisienne, organisée comme un grand magasin ». Une ambition symbolisée par un concept développé sur six niveaux et deux bâtiments reliés par une passerelle, à l’image des Grands Magasins parisiens.

Joël Clergiot

AdidascorporateLogo2006Le groupe allemand a créé une nouvelle zone géographique Europe de l’Ouest et place les marques Adidas et Reebok sous la responsabilité d’une même équipe de management en Amérique du Nord.

La nouvelle direction Europe de l’Ouest regroupe les actuels marchés d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Suisse), d’Europe du Nord (Royaume-Uni, Irlande, Benelux, Scandinavie), d’Europe du Sud (Italie, Grèce…), de France et de la Péninsule ibérique. Ce marché d’Europe de l’Ouest est placé sous la responsabilité de Gil Stayaert, actuel directeur général d’Adidas Europe du Nord, à partir du 1er novembre 2013. “Le comportement du consommateur change rapidement en Europe : les frontières deviennent moins pertinentes pour nos consommateurs et clients (…). Nous avons décidé d’avancer dans le cadre d’une stratégie européenne alignée“, commente Herbert Hainer, directeur général du Groupe Adidas, dans un communiqué. Gil Stayert a rejoint le Groupe Adidas en 1999 comme directeur de la France. Il rapportera à Roland Auschel, membre du conseil d’administration en charge des ventes globales.

En Amérique du Nord, les marques Adidas et Reebok sont désormais placées sous une direction opérationnelle commune, confiée à l’actuel président d’Adidas Amérique du Nord, Patrik Nilssonnommé président du Groupe Adidas pour la même région. Une organisation commune qui existe déjà dans les autres régions et pays, comme la France. Uli Becker, président de Reebok Amérique du Nord, a décidé de quitter l’entreprise.

AdidascorporateLogo2006L’équipementier allemand a légèrement réduit sa prévision de  croissance des ventes pour l’année 2013, abaissé de près de 0,5 point son objectif de marge opérationnelle (à 8,5 %) et révisé la fourchette de bénéfice net attendu : celle-ci est désormais de 820 à 850 millions d’euros, contre 890 à 920 millions d’euros retenus précédemment.

Ce réajustement résulte de la conjonction de différents facteurs dont, en premier lieu, la poursuite de l’affaiblissement de différentes monnaies. Par ailleurs, des difficultés dans la mise en route d’un nouvel entrepôt en Russie, ont restreint les approvisionnements locaux. Le problème devrait être résolu au début du quatrième trimestre mais, associé à la baisse du rouble russe, il rend les objectifs 2013 inatteignables sur le marché russe. Enfin, les ventes de Taylormade-adidas golf devraient être moindre que prévues, sur fond de faiblesse du marché du golf. Le groupe Adidas publiera ses résultats financiers du troisième trimestre le 7 novembre 2013.

Markus Baum Jack bass defJack Wolfskin a engagé Markus Baum comme directeur de sa division chaussures monde. Il succède à Jochen Rolle, responsable de cette division durant ces onze dernières années et qui quitte le groupe pour des raisons personnelles.

Pour intégrer Jack Wolfskin, Markus Baum (39 ans) quitte Adidas, où il était directeur de marque pour l’Europe de l’Est. Diplômé de l’université de Cologne en gestion d’entreprise, il était entré chez Adidas en 2003 où il a occupé différents postes dont ceux de responsable du pôle running pour les marchés allemand, autrichien et suisse et de directeur marketing du pôle performance pour l’Europe de l’Est. Markus Baum reporte à Elke Stein, directrice marketing du groupe.

 

 

 

A lire sur Scoop.itFilièreSport

Nombreuses sont les marques de sport qui communiquent via les réseaux sociaux et notamment Instagram….

 

Filière Sport‘s insight:

Nike et Adidas, en tête des marques les plus influentes sur Instagram. Mais c’est la suite du classement qui est la plus intéressante, avec des marques que l’on n’attend pas forcément.

Source lemag.eurosport.fr

A lire sur Scoop.itFilièreSport

Nombreuses sont les marques de sport qui communiquent via les réseaux sociaux et notamment Instagram….

 

Filière Sport‘s insight:

Nike et Adidas, en tête des marques les plus influentes sur Instagram. Mais c’est la suite du classement qui est la plus intéressante, avec des marques que l’on n’attend pas forcément.

Source lemag.eurosport.fr

À l’occasion du passage à Paris de l’un de ses principaux ambassadeurs, le basketteur américain Derrick Rose, adidas a annoncé avoir conclu un partenariat avec la Fédération Française de Basketball.

Entre le basketball et adidas, c’est une longue histoire. «La première chaussure de basket fabriquée par Adidas, c’était en 1949 », a rappelé  vendredi 12 juillet Guillaume de Monplanet, directeur France de la marque. Il était entouré par plusieurs ambassadeurs de l’enseigne : l’Américain Derrick Rose, élu meilleur joueur de la NBA en 2011, l’international tricolore Nicolas Batum et les « Braqueuses » Céline Dumerc et Sandrine Gruda.

La troisième équipe de France Adidas

Déjà équipementier de toutes les équipes NBA, de certains clubs français comme Strasbourg, Dijon, Limoges, Adidas deviendra à l’automne l’équipementier de la Fédération Française de Basketball (FFBB). Le partenariat prendra effet le 4 octobre, pour une durée de quatre années. Le prochain championnat d’Europe masculin, qui se déroule en septembre en Slovénie, marquera la fin de la collaboration entre la FFBB et Nike. Guillaume de Monplanet parle d’une « troisième branche à l’équipe de France Adidas », la marque comptant parmi ses partenaires les fédérations nationales de rugby et de handball.

Un sport en progression

Le basket est « joue un rôle extrêmement important dans notre stratégie, au niveau mondial mais aussi en France », poursuit le directeur France d’Adidas. « C’est un sport qui est en très forte progression. L’année dernière, sur le basket, on a fait +20% au niveau mondial et +40% dans l’Hexagone. » L’histoire continue.

Redisport270613Ils étaient encore 32, ce jeudi matin 27 juin à Paris pour parler de l’avenir du secteur sport et de sa modernisation. Les patrons et représentants des principales marques et enseignes de sport (*) ont pu faire un nouveau point sur l’avancement des travaux collaboratifs ECR Sport et l’activité de la plate-forme automatisée REDISport.

Grâce à l’adhésion d’ECR Sport à ECR France, le chantier « indicateurs partagés » rendra ses premiers délivrables dès le mois d’octobre prochain. Côté automatisation des échanges, l’assemblée s’est félicitée d’une augmentation significative des flux depuis 6 mois : 30 % d’abonnés en plus, doublement des catalogues téléchargés et 6 fois plus de commandes échangées pour un total de 38 000 messages sur les 12 derniers mois. Enfin, l’arrivée d’une dizaine de nouveaux abonnés sur la plate-forme a été programmée pour la fin de l’année.

Quelques réactions prises à chaud par l’équipe de Filièresport à la sortie de la réunion :

Alain Pourcelot, Adidas (abonné REDISport) : « Le projet avance de façon concrète et je m’en réjouis. Je tiens sincèrement à féliciter tous les acteurs qui contribuent à cet avancement ».

Stéphane Grimault, Groupe Royer (pas encore abonné) : « Nous partageons la vision du projet. Chez nous, il n’y a plus qu’à desserrer le frein à main pour la mise en œuvre concrète ».

François Bouche, Intersport (abonné) : « Les fondamentaux sont présents, la dynamique est bonne, l’outil est en ordre de marche. Je souhaite maintenant que la montée en charge se fasse vite. »

Eric Dexperts Lestapis, Na Pali Quiksilver (pas encore abonné) : «  Cette réunion m’a permis d’avoir une bonne vision de l’initiative et le témoignage d’autres marques abonnées est un bon élément pour nous pour aller de l’avant. »

Fabien Ratisseau, Nike (abonné) : « Une grosse énergie se dégage du projet au sein d’un secteur qui conserve une belle marge de progression. »

François Benaben, Skis Rossignol (pas encore abonné) : « J’ai apprécié cette rencontre. REDISport est l’avenir du secteur. Il faut y aller. Une fois hiérarchisées nos priorités, à nous de mobiliser les ressources en interne. »

Yannick Morat, Sport 2000 (abonné) : « Nous attendons maintenant l’arrivée de nouveaux fournisseurs sur REDISport. On est tous convaincu de l’intérêt de l’outil et plus on sera nombreux, plus il sera efficace. »

* Adidas, Asics, Babolat, Columbia, Groupe Go Sport, Groupe Royer, Head, Intersport, Kappa, Le Coq Sportif, Mizuno, Nike, Puma, Na Pali Quiksilver, Skis Rossignol, Sport2000, The North Face.

Le staff d'Adidas lors de la conférence de presse du 18 juin 2013

La marque aux trois bandes a annoncé ses objectifs pour la Coupe du Monde de la Fifa lors d’une conférence de presse au siège du groupe, mardi 18 juin à Herzogenaurach (Allemagne).

Les manifestations violentes contre la corruption qui ont eu lieu ces derniers jours au Brésil n’ont pas douché l’enthousiasme d’Herbert Hainer, le directeur général du Groupe Adidas, pour la prochaine Coupe du Monde de Football qui aura lieu au Brésil, du 12 juin au 13 juillet 2014. « Nous somme plus que préparés pour ce qui sera le plus grand Mondial jamais vu », a-t-il déclaré mercredi 18 juin, lors d’une conférence de presse au siège du groupe à Herzogenaurach, en Allemagne. « Il se tient dans un pays qui a été cinq fois champion du monde, nous en sommes le sponsor et fournisseur officiel de la FIFA, fournisseur du ballon officiel, la brazuca, nous sommes partenaires des meilleures équipes nationales et de grands joueurs comme Leo Messi, a-t-il complété. Les manifestations concernent le financement de la Coupe du Monde mais ne visent pas la FIFA. Le football est tellement populaire, c’est le sport le plus important à travers le monde, qu’il attire naturellement de telles critiques. La FIFA entend vraiment apporter plus de transparence, même si cela ne se fera pas en un jour. » Sur 200 millions de Brésiliens, rappelle Adidas, il y a pratiquement 200 millions de fans… Et si la marque au trois bandes ne sponsorise pas l’équipe nationale, soutenue par Nike, elle y est partenaire de clubs puissants, comme le Flamingo, qui compte plus de 14 millions de supporters.

Huit à dix équipes aux couleurs d’Adidas

Mais le Brésil n’est qu’une partie de l’enjeu. « Nous voulons exporter la Coupe du Monde et lancer notre plus grande campagne de communication jamais lancée en 2014 », annonce Herbert Hainer. Adidas est notamment l’équipementier des équipes nationales d’Allemagne, Argentine,  Espagne, Mexique et Japon et espère que  8 à 10 des équipes à ses couleurs feront partie des 32 sélectionnées. Et si la France, équipée par Nike, n’en fait plus partie, celle-ci reste « un pays très important pour nous et nous y mettrons un grosse pression comme dans les autres pays européens », déclare Herbert Heiner.

Faire mieux qu’en 2010

Adidas, qui se revendique leader mondial sur le marché du football, annonce un objectif de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 2014.  La marque avait réalisé 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans le football lors de l’euro 2012 et ne donne pas de détail sur sa prévision 2013, mais « les ventes ne devraient pas être inférieures à celles de 2012 », selon Markus Baumann, vice-président en charge du football. La marque avait vendu 13 millions de ballons lors du mondial de 2010, lors du précédent Mondial, et prévoit que ce chiffre soit supérieur en 2014. La marque avait aussi vendu 1 millions de maillots de l’équipe espagnole vainqueur de la compétition et encore plus de la Mannschaft allemande.

Un tremplin pour l’innovation

Outre le modèle de chaussures de football Nitrocharge actuellement le marché, le Mondial est aussi l’occasion pour la marque de mettre en avant des produits futuristes tels que la Smart Ball, un ballon intégrant des capteurs enregistrant les mouvements et les restituants au joueur via une application iPhone, qui sera lancée en 2014, ou encore, les chaussures 99g et la tenue complète 630g, ultralégères, qui seront lancées en 2015 et assureront un relais de croissance post-mondial.

 

 

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, 56 ans, ancien directeur général d’Adidas Hong Kong et ex-patron du  sourcing du Groupe Adidas, rejoindra Puma comme directeur des opérations le 1er juin prochain en remplacement de Klaus Bauer. Aux côtés de Björn Gulden, qui prendra ses fonctions de directeur général de Puma le 1er juillet, il intégrera les fonctions du précédent directeur de la chaîne d’approvisionnement de Puma.

    Aéroville 2Le futur centre commercial Aéroville, qui ouvrira le 17 octobre 2013 au sein de la plateforme aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle, s’annonce d’ores et déjà comme un fleuron du groupe Unibail-Rodamco.

    Avec ses 200 points de vente, cet équipement occupant 12 hectares (l’équivalent de 17 terrains de foot) et dont le périmètre fait 1,4 km, sera le troisième plus grand centre commercial du groupe Unibail-Rodamco après Lyon-La Part Dieu et les 4 Temps-La Défense. Alors que le chantier avance, Valérie Britay, directrice générale du pôle centre commerciaux d’Unibail-Rodamco, se félicite d’avoir d’ores et déjà commercialisé 90 % des surfaces et assure que “les négociations sont très bien avancées” pour le reste, annonçant un taux de 95 % “d’ici deux mois“.

    Un creuset de nouveaux concepts

    Outre un hypermarché Auchan et son Drive, le centre accueillera notamment 13 enseignes jusqu’à présent absentes du marché français – dont un innovant complexe de cinéma créé par Europa Corp., la société de Luc Besson – et 43 y introduiront un concept d’agencement encore inédit en France. Parmi les futurs locataires, on recense, dans le sport, les navire-amirals d’Adidas et Nike. Foot Locker et Foot Locker Kids, JD Sports, Vans et Skechers ont également signé.

    Un centre d’exception

    Visant non pas la clientèle en transit de l’aéroport, mais celle des habitants des environs, soit 1,2 million d’habitants “du périophérique nord jusqu’à Compiègne“, ainsi que 120 000 actifs travaillants sur le site, deuxième pôle tertiaire français après La Défense, ainsi que, pour une part marginale, la clientèle d’affaires et touristiques qui fréquente les 7 000 chambres d’hôtel de Roissy et le parc des Expositions de Villepinte voisin,a tout pour devenir un centre d’exception. Le centre “est le résumé de toutes nos ambitions“, poursuit Valérie Britay. Unibail Rodamco a particulièrement soigné l’architecture, les services et l’environnement. L’architecture et le design s’inspirent logiquement de l’univers du voyage et de l’évasion, avec une galerie de plain pied structurée en différents univers géographiques et culturels et des percées en façade inspirées des passerelles d’aéroports.

    Vitrines de 8 mètres

    Les hauteurs sous plafond permettent de faire monter les vitrines des magasins jusqu’à 8,40 mètres. Côtés services, l’équipement joue sur la proximité avec notamment une crèche de 35 berceaux, une salle de fitness, et de nombreux restaurants regroupés dans un “Terminal Cook” où les enseignes pourront organiser des animations culinaires, mais aussi la personnalisation, avec un lounge VIP, un service de “personal shopper”, un voiturier, une conciergerie à bagages et un service de détaxe. Côté environnement, Aéroville puisera en partie son énergie de la géothermie, ce qui lui permettra un économie de 55 % par rapport à un centre traditionnel et tous les locataires ont signé des “baux verts” garantissant une consommation d’énergie raisonnée.Bref, le centre est “le résumé de toutes nos ambitions“, décrit Valérie Britay. Unibail-Rodamco, qui a investi 300 millions d’euros, table sur 12 millions de visiteurs par an et un chiffre d’affaires hors hypermarché Auchan compris entre 450 et 500 millions d’euros par an.

    AdidasFootwearWallAdidas joue la carte de l’innovation et implante son mur de chaussures virtuel dans un de ses magasins parisiens.

    Le cross canal est en marche. Depuis le 24 mai 2013, le magasin Adidas des Champs-Elysées, à Paris, offre à ses clients son premier Virtual Footwear Wall. Véritable tablette tactile géante, reliée au réseau social Twitter, le mur permet aux clients de consulter l’intégralité du catalogue de chaussures de foot de la marque allemande. Histoire et caractéristiques techniques de chaque chaussure y sont détaillées. Petit plus original, les visiteurs peuvent également y connaitre le nom des joueurs qui les utilisent. Une fois la visite virtuelle de la gamme terminée, le client peut également commander directement sa paire depuis le mur. Un vendeur, viendra alors la lui apporter pour essayage. Ce dispositif devrait être étendu aux autres gammes de chaussures de la marque, en commençant par le running. Objectif final : relié le magasin physique à la plate-forme de vente en ligne d’Adidas, sur laquelle le visiteur retrouvera la totalité des produits de la marque.

    Extension française et internationale

    La France fait parties des quatre pays munis de cette technologie, lancée en 2011 en Grande Bretagne. Adidas prévoit de l’étendre prochainement à neuf autres pays, sans préciser lesquels. En France, seuls 10 magasins accueilleront pour l’instant ce Virtual Footwear Wall. Les magasins Adidas ne seront pas forcément prioritaires, au profit des multisports, Intersport et Go Sport.