L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a rendu ses conclusions suite à la saisine gouvernementale de février dernier sur les modes d’exposition des populations sur les terrains de sport et les aires de jeux. Verdict : le risque sanitaire est « faible ou négligeable » pour les utilisateurs de gazon synthétique, d’après l’analyse des études françaises, européennes et internationales existantes. (suite…)

L’UCPA Sport Loisirs a émis 5 millions d’euros de titres associatifs afin de poursuivre son engagement auprès des collectivités locales pour faire du sport un levier fort de cohésion sociale. (suite…)


La Fédération française de basketball (FFBB) veut démocratiser la pratique du basket 3X3, qui fera son entrée au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Fort de ses 680 000 licenciés (pour 2,5 millions de pratiquants en France), la FFBB va rénover de nombreux terrains de basket en plein-air et développer de nouveaux outils numériques.

10 000 terrains à auditer

Le basket français occupe actuellement entre 6 000 et 7 000 gymnases à l’année en France et a à sa disposition plus de 10 000 terrains en plein air, plus propices à la pratique du 3X3. La FFBB a mis au point un fond de dotation fédéral pour financer la rénovation des stades en plein air. Dans un premier temps, un diagnostic de ces 10 000 stades va être effectué pour savoir s’il faut les réhabiliter, effectuer des travaux de modernisation, ou tout simplement construire de nouveaux équipements.

Une notoriété à construire

« A partir de 2020 ou 2021, la FFBB souhaite organiser un énorme événement par an en France, dans un endroit emblématique, afin de promouvoir la pratique du basket 3X3. Cela permettra à la fédération d’occuper l’espace et de monter en puissance en vue des Jeux Olympiques 2024 à Paris », affirme Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB. Cet objectif vise à remédier au manque de notoriété du 3×3. Selon une étude menée par la FFBB, 45 % des licenciés ignorent qu’il s’agit d’une nouvelle discipline olympique et 42 % ne savent pas que des tournois de 3X3 se déroulent en France. Seulement  6 % des clubs proposent la pratique du 3X3.

Une application fédératrice

Un appel d’offres a été lancé pour créer une application mobile officielle. Cette dernière doit regrouper les clubs de basket 5X5 et 3X3, référencer les tournois et offrir la possibilité de s’y inscrire. Une fonctionnalité sera disponible pour mettre en relation les utilisateurs (géolocalisation des pratiquants et des terrains) et permettre de réserver les terrains. L’application devrait sortir en novembre prochain.

Des championnats territoriaux

Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB

Les objectifs sportifs à court terme sont de qualifier l’équipe féminine et l’équipe masculine française aux jeux olympiques de Tokyo en 2020. La FFBB veut révolutionner la pratique de ce sport en compétition, actuellement uniquement sous la forme de tournois, en organisant des championnats : départemental, régional, national et pro. La fédération a créé le « Club 3.0 », un concept regroupant l’ensemble des structures du basketball sur le territoire français : les clubs traditionnels de 5X5 et de 3X3, mais aussi le « Vivre ensemble », qui consiste à proposer des activités non compétitives et ludiques, créant du lien entre les communautés et les générations.

Une pratique urbaine pour tous

« Le basket 3X3 va connaître une progression fulgurante. C’est un sport urbain, spectaculaire et facile à organiser. Le fait que ce sport devienne olympique oblige la fédération à préparer au mieux ses athlètes et à développer territorialement ce basket », résume Jean-Pierre Siutat, qui entend ainsi accélérer la croissance de la pratique et de la FFBB.

L’équipe d’Airfit, ex-Fitness Connect

La start-up Fitness Connect, incubée par le Tremplin à Paris, devient Airfit, un nouveau nom qui vise à lui permettre de s’implanter à l’international. 

Créée en novembre 2014 par un sportif de haut niveau, Pierre Paquin, Airfit associe un équipement de fitness en plein air et une application mobile de coaching sportif. La Ville de Paris, l’Insep et Dassault Systèmes comptent parmi ses 29 premiers clients.

logo-union-sport-&-cycleAprès plus de neuf mois de concertation et d’échanges, l’Union sport & cycle a été créée ce matin à l’Accor Hôtel Arena de Paris Bercy. Ce nouveau syndicat professionnel se substitue aux trois fédérations professionnelles historiques du secteur  : la Fifas, qui regroupait les industriels français des articles de sport, la FPS, qui représentait principalement les entreprises spécialisées dans le commerce des articles de sport et du cycle, et Univélo, qui représentait les intérêts de l’industrie du cycle. 

L’Union Sport & Cycle regroupe 1 400 entreprises du secteur économique des articles et équipements de sport, de loisirs et du cycle et de la mobilité, totalisant plus de 500 marques, 11 milliards de chiffre d’affaires et 80 000 salariés. Elle est gouvernée par trois co-présidents. Pierre Gogin, jusqu’à présent président délégué de la FPS devient premier président de l’Union Sport & Cycle, Eric Daligault, directeur général de l’entreprise d’aménagements ludiques et sportifs Kompan et Jérôme Valentin, directeur général de Cycleurope, sont coprésidents. Virgile Caillet en est le délégué général, fonction qu’il exerçait jusqu’à présent à la Fifas.

Un interlocuteur de référence


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :