Alors que les vacances de Noël débutent à la fin de cette semaine, les taux d’occupation prévisionnels recensés par l’Observatoire national des stations de montagne ANMSM – Atout France, annoncent un début de saison très prometteur.

Au global, les taux d’occupation prévisionnels pour les vacances de Noël marquent une progression substantielle de près de 8 points par rapport à l’an passé, quels que soient les massifs ou les types d’hébergements pour s’établir entre 57 et 68 % selon les massifs.
Pour cette fin d’année 2017, les demandes de séjours à la montagne se concentrent prioritairement sur la semaine de Noël. Une dynamique qui s’explique notamment par le calendrier des congés scolaires. Toutefois, les tendances de ces taux divergent selon les massifs : respectivement 4 et 9 points de plus pour les Alpes du Nord et du Sud et un recul de 3 points pour les Pyrénées par exemple. Les Pyrénées devraient tendre à minima à une stabilité, voire une hausse.

Près de 7 logements sur 10 sont réservés pour la semaine de Noël. Dans le détail sur les massifs, près de 2 logements nord-alpins sur 3 font actuellement l’objet d’une réservation, soit 8 points de plus que l’an passé. Dans les Alpes du Sud, l’augmentation représente 10 points de plus qu’en 2016. Les progressions de réservations entre les deux semaines fluctuent en fonction des hébergements avec de meilleurs résultats pour la semaine de Noël : + 14 points pour les résidences de tourisme, + 6 points pour les agences immobilières et + 15 points pour les villages vacances. Seules les locations effectuées entre particuliers divergent de la tendance générale, en affichant de meilleurs taux d’occupation prévisionnels pour la semaine du nouvel an que pour celle de Noël. “

Des prévisions optimistes pour l’ensemble de la saison

Les taux d’occupation prévisionnels concernant la totalité de la saison affichent une progression de près d’un point par rapport à la saison passée.”

Dans le détail les taux d’occupation prévisionnels enregistrent, au 1er décembre :
• Une progression de 7,7 points pour les vacances de Noël
• Une stagnation à + 0,1 point pour la période inter-vacances janvier ;
• Une hausse de 1,8 point pour les vacances d’hiver ;”
• Une progression de 4,5 points pour la période inter-vacances mars ;”
• Un retard de 8,7 points pour les vacances de printemps.”

Sur l’ensemble de la saison, le taux d’occupation prévisionnel des logements loués entre particuliers gagne en moyenne près de 3 points par rapport à l’an passé, et jusqu’à 7 points sur certaines périodes.

Concernant la typologie des stations, celles classées « Grand Domaine » demeurent plus attractives que les plus petites stations de Charme avec des écarts de 10 points pour les vacances de Noël, 14 points pour la période inter-vacances de janvier et jusqu’à 18 points pour la période inter-vacances de mars.

La montagne française reste attractive à l’international

La France reste la destination favorite des touristes britanniques qui représentent environ un tiers des séjours. 70 % des tours opérateurs britanniques interrogés annoncent d’ailleurs une progression des réservations pour l’ensemble de la saison hivernale 2017-2018.

Le bilan de fréquentation touristique estivale en France a été dévoilé et les chiffres compilés montrent qu’après un mois de juillet en demi-teinte, le taux d’occupation devrait remonter en fin de saison.  (suite…)

Plus de 200 professionnels de la montagne ont participé au SkiDebrief, organisé les 24 et 25 avril à Val d’Isère par l’Union sport & cycle, pour tirer le bilan et les perspectives du marché des sports d’hiver, au terme d’une saison éprouvante mais non dénuée d’espoirs.

 

A LIRE SUR LE MEME SUJET
LES INTERVIEWS DES DIRIGEANTS ET EXPERTS DE LA MONTAGNE DANS LE HORS-SERIE SPECIAL SKIDEBRIEF DE FILIERESPORT

 

Malgré un démarrage pénalisé – pour la troisième année de suite  – par un noël sans neige, la montagne française devrait boucler l’ensemble de saison d’hiver 2016-17 sur une fréquentation en légère augmentation : autour de +1%, selon les derniers chiffres de l’Observatoire des stations de montagne ANMSM-Atout France.« Nous étions en baisse de chiffre d’affaires de 20% en janvier mais petit à petit, nous avons rattrapé notre retard, si bien que vers le 15 mars, nous étions étale. Puis la douceur a sévi et nous avons repris un peu de retard. Février a permis de le rattraper et les vacances de Pâques se sont passées dans de bonnes conditions, grâce au calendrier scolaire qui est devenu favorable depuis deux ans », a relaté Pierre Lestas, président de Domaines skiables de France (DSF). Résultat : une baisse du nombre de journées-skieur de 3% sur l’ensemble de la saison, avec de fortes variations selon les massifs et les stations, selon DSF.  Dans les Ecoles du ski français, l’évolution du chiffre d’affaires se situe entre -3% et 0%. La fréquentation des sites de ski nordique est en baisse de 5% par rapport à la saison dernière et de 15% par rapport à la moyenne des quatre dernières saisons. « Généralement situés en moyenne montagne, nous sommes un peu les sentinelles du réchauffement climatique », explique Thierry Gamot, le président de Nordic France, précisant que les quelques sites équipés en neige de culture s’en sortent le mieux.

Des magasins condamnés à l’offensive

Dans ce contexte, les magasins de ski ont vécu une saison mitigée, à des dégrées variables selon l’altitude et la « garantie neige » dont a bénéficié ou non leur station. Selon l’Union sport & cycle, les ventes d’articles de sport sont en recul de 5 à 12 %, tandis que les locations se maintiennent difficilement, entre -3% et -5%. « Donner des chiffres est globalisant : seul importe l’amour et la passion pour nos stations et les sports d’hiver, a relativisé Gérard Mattis, président de la commission Montagne de l’Union sport & cycle. Certains ont retroussé les manches et en deux mois ont réussi à faire la saison, comme en Haute-Savoie. Il faut garder à l’esprit que nos tarifs de location ont baissé de 25 % depuis pratiquement dix ans. Nous restons positifs et offensifs. » Confirmation de Stéphane Solinski, le directeur général de Sport 2000, qui fait le constat d’un « bilan positif avec quelques questions en suspens. Dans la vente, il va falloir plus accompagner nos magasins. »

Des actions marketing à amplifier

Si la montagne a tenu le choc, c’est en partie grâce aux investissements « très orientés neige de culture, qui se sont maintenus à un niveau globalement stables, mais aussi à la formidable mobilisation des acteurs de la montagne », a souligné Michel Rouault, directeur des entreprises de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes. Outre le travail de la neige, l’adaptation des offres a commencé à faire son office et devra être amplifiée. « Il faut engager des actions marketing et développer les courts séjours, un vrai levier de développement économique », réclame Pierre Lestas (DSF). Idem pour le travail collectif sur l’entrée de saison, initié quasi-spontanément cet hiver : « Nous lancerons l’an prochain une opération Noël, c’est magique collective, comme pour le Printemps du ski », a annoncé Jean-Marc Silva, tandis que Jean-Luc Boch, le nouveau président de France Montagnes, déclarait : « Nous devons parler d’une seule voix sur l’intégralité des massifs français. La concurrence étrangère est très vive, plus on arrivera à communiquer collectivement plus les stations petites ou grandes parviendront à faire venir des touristes nombreux. Pour que la montagne soit magique, les acteurs doivent être capable d’accueillir les touristes dignement, correctement et pour longtemps. »

Relancer les classes de neige

Sur le long terme, s’ouvre un vrai chantier, celui du renouvellement des générations et plus particulièrement de l’initiation au ski. Avec Génération Montagne, Auvergne Rhône-Alpes Tourisme s’attaque au déclin des classes de neige : « En 2015-16, 15 centres d’hébergements ont fermé dans les massifs alpins : la  décrue se stabilise mais l’érosion se poursuit. Les maires peuvent donner les moyens aux gestionnaires des centres de rénover, avec l’aide des département et, pourquoi pas, des régions », plaide Annick Cressens, coprésidente de Génération Montagne. En Suisse, l’association GoSnow a créé une site internet pour « faciliter l’organisation des voyages en quelques clics », explique Pierre Pfefferle, directeur du programme. Il a emmené à la montagne 1000 élèves la première année, 2000 la deuxième, pour un prix moyen de séjour d’un peu plus de 300 € par enfant. Conclusion de Virgile Caillet, délégué général d’Union sport & cycle. « Il va falloir encore plus aller dans le concret, établir une cartographie des initiatives et les consolider pour constituer une force commune. »

La dernière enquête publiée par l’Observatoire national des stations de montagne ANMSM-Atout France confirme que les vacances d’hiver et les vacances de printemps devraient être bénéfiques pour les stations de ski. Une renaissance suite aux faibles scores enregistrés en décembre, dû à l’absence de neige.

Et la neige réapparut ! Une phrase qui ravit déjà les saisonniers, et les stations de montagne puisque des récentes chutes de poudre blanche ont été observées sur tous les massifs. De très bonnes conditions pour les vacanciers qui ont décidé de réserver en avance. Le taux d’occupation prévisionnel devrait grimper jusqu’à 90 % pour les deuxièmes et troisièmes semaines de vacances.

« Nous avions anticipé ces bons résultats dès le début de l’année. Les vacances riment, pour beaucoup de vacanciers, avec neige et montagne », relate Charles-Ange Ginésy, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM). Une clientèle qui sera, pour la plupart, internationale avec un taux de nuitées réalisées de 33 %. Sur le podium, les Britanniques constituent la première clientèle internationale des stations de montagne pour toute la saison, suivis de près par les clientèles belges et néerlandaises.

Un « Printemps du ski » au beau fixe

Lancée par France Montagnes il y a 2 ans, cette opération de dynamisation de la fin de saison engendre une forte augmentation des réservations, de l’ordre de +64% pour les locations. Il s’agit ici de tarifs réduits d’environ –20% pour les adultes et enfants, qui permettent de skier 6 ou 7 jours pour le prix de 5. Une promesse printanière qu’il est difficile de refuser.

Filièresport n°44 12/2016L’Observatoire national des stations de montagne ANMSM – Atout France prévoit 9 à 11 % de hausse de fréquentation par rapport à l’année dernière pour les vacances d’hiver 2017 et + 66 % pour les vacances de printemps.

Malgré un début de saison pénalisé par le manque de neige, les réservations préfigurent une augmentation de 3,4 % sur l’ensemble de la saison. Les vacances d’hiver s’annoncent ainsi « excellentes au regard des réservations actuelles et de l’état d’enneigement en cours sur les massifs », selon l’ANMSM. La deuxième semaine (11 au 17 février), commune aux zones B et C présente les meilleures perspectives de remplissage. Les vacances de printemps sont elles positivement affectées par leurs nouvelles dates et par la montée en charge de l’opération « Printemps du ski ». Celle-ci, initiée par France montagnes pour dynamiser la fréquentation en fin de saison, est mise en œuvre par 32 stations. L’an dernier, elle aurait permis de multiplier par deux la fréquentation des stations au printemps.

capture-decran-2016-12-14-a-16-16-57Selon l’Observatoire national des stations de montagne, la saison hivernale 2016-17 devrait connaitre une hausse de 1,9 % du nombre de nuitées par rapport à l’année précédente. Et la France reste toujours la destination privilégiée des clients étrangers en matière de domaines skiables.

Si l’on suit les prévisions de l’ANMSM, cette saison hivernale 2016-17 démarrera doucement avec un taux d’occupation prévisionnel pour les vacances de Noël de 55%. Le remplissage pourrait s’améliorer au fil de la saison avec 60% des lits qui devrait être réservés pendant les vacances d’hiver. La tendance montre aussi que les séjours ont une durée plus courte que l’an dernier et que les activités de loisirs telles que les promenades en chiens de traîneaux ou en raquettes sont très demandées par les clients.

La clientèle étrangère au rendez-vous

PDM montagne française 16-17

                                                 Source Atout France

La moitié des Belges et un tiers des Britanniques et des Néerlandais qui prévoient un séjour à la montagne cet hiver ont l’intention de l’organiser en France. Si ces prévisions se confirment, l’Hexagone sera la première destination au monde en termes de parts de marchés. En termes de volumes, les Britanniques restent la clientèle principale des stations de ski, sauf dans les Pyrénées où les Espagnols profitent de leur proximité géographique pour s’inviter en nombre sur les pistes. Globalement, les distinctions de fréquentation entre étrangers observées entre les différents massifs sont étroitement liées à ces questions de proximité entre pays.

1) selon l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM/Xavier Roseren) :

Une saison pénalisée par le contexte sécuritaire…

Les événements dramatiques qui se sont succédés en France depuis plusieurs mois ont fortement perturbé l’activité de grandes zones touristiques françaises comme la Côte d’Azur et Paris. Dans ce contexte difficile, le bilan de la saison d’été 2016 en montagne est à ce jour mitigé. Jusqu’en juillet, la météo a été défavorable et le pic d’activité a été tardif. Néanmoins, les stations enregistrent une relative stabilité de la clientèle française. Ce qui contraste avec le recul des clientèles internationales, lesquelles ont privilégié des destinations européennes moins perturbées comme la Grèce, le Portugal ou l’Espagne.

…compensée par une météo assez favorable et par l’événementiel

En termes d’activité, l’ANMSM retient la bonne performance du collaboratif et des campings. Les activités de loisirs et la fréquentation des festivals sont en hausse. Globalement, la bonne météo et l’événementiel viennent partiellement compenser l’impact du contexte sécuritaire. Enfin, il convient de souligner les perspectives encourageantes pour la fin de la saison estivale.

2) selon Savoie Mont-Blanc Tourisme (Carole Raphoz) :

Un été 2016 qui s’inscrit dans la dynamique de 2015

En Savoie-Mont-Blanc, l’hébergement marchand réalise une saison correcte avec un taux d’occupation de 49% entre juin et août. Le nombre de nuitées devrait s’établir à 21,9 millions comme en 2015 avec des écarts de performance selon le type d’hébergement :

Type d’hébergement Taux d’occupation Evolution vs été 2015
Appartements meublés 36% +3%
Gites ruraux 72% +4%
Hôtels 63% stable
Centres de vacances et villages vacances 47% stable
Campings 48% -3%

Cela étant, entre 2003 et 2015, Savoie Mont-Blanc Tourisme enregistre une perte de 3,6 millions de nuitées dont 2,9 millions sur les secteurs de montagne et 80% en SMB.

Travailler sur la complémentarité grands lacs – montagne

Parmi les pistes de relance de la fréquentation de la montagne en été, Savoie Mont-Blanc propose de travailler sur la complémentarité entre lacs et montagne. L’attractivité des grands lacs alpins est plus forte que celle des stations (taux d’occupation de près de 20 points supérieurs). Reste donc à imaginer l’offre touristique qui permettra d’emmener ces clients des grands lacs en montagne.

3) selon la Fédération professionnelle des entreprises du sport (FPS/Brice Blancard)

Une dynamique de consommation autour des sports de montagne

Près de la moitié des magasins de sport de station sont désormais ouverts l’été. Cette part progresse lentement d’une année sur l’autre. Cet été 2016, deux entreprises ouvertes sur trois consolident ou accroissent leur activité et 15% enregistrent même une forte hausse (>5%). Cette tendance positive est équivalente à celle enregistrée à l’été 2015.

Depuis deux saisons, les commerces de sport profitent d’une véritable dynamique de consommation autour des sports de montagne :

  • La randonnée est la première activité pratiquée en montagne l’été, et la vente de chaussures de marché est également la première activité des commerces de sport ;
  • Les ventes de VTT à assistance électrique (AE) ont progressé de 50% en 2015. En montagne, il se loue désormais autant de VTT AE que de VTT de descente.

En route vers la bi-saisonnalité

Désormais, les commerçants spécialisés sport qui investissent sur la saison d’été sont une majorité à considérer l’été comme une saison indispensable pour leur affaire. Ces pionniers sont sur le point de réussir à sécuriser leur modèle économique sur deux véritables saisons.

Pour les commerçants, les centres d’intérêts qui attirent le plus les clients à la montagne l’été sont la randonnée, les promenades (90%), le VTT (49%) puis le calme (42%), les activités sportives de montagne (39%) et les lacs, cours d’eau et centres aquatiques (37%). Selon eux, développer la saison d’été nécessite de travailler sur l’accessibilité des activités en montagne (facilité des itinéraires, tarifs…), de concevoir des formules tout compris (hébergement + activités…) et de renforcer la promotion de la destination.

4) selon Moniteurs cyclistes de France (MCF/Julien Rebuffet)

Une saison portée par le mois d’août

Au sein des Ecoles de Vélo labélisées MCF la saison estivale 2016 enregistre une croissance moyenne de + 4,5 %, grâce à un mois d’août solide jusqu’à son terme. Cela reste deux fois moins important qu’au cours de l’été 2015 (+11,2%), qualifié d’exceptionnel.

La location sèche est proposée dans 42 % des Ecoles MCF pour assurer un fonctionnement durant les pics de saison et apporter des revenus complémentaires. Cette activité se porte bien avec une croissance de 13,5%, principalement tirée par la demande de VAE (vélos à assistance électrique).

La clientèle étrangère représente 13 % de la clientèle des Ecoles MCF (+2%). Elle provient essentiellement de Belgique, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d’Allemagne. Aucune baisse de fréquentation de la clientèle anglaise n’a été observée depuis l’annonce du futur “Brexit”.

Le potentiel du VAE

La part du vélo électrique représente 11 % des prestations. A noter que cette moyenne est tirée vers le haut par 4 Ecoles MCF fortement positionnées sur cette technologie : Val d’Arly, Gérardmer, La Bresse, Queyras. Le VAE est une opportunité sans précédent pour favoriser l’attractivité touristique des territoires de montagne, mais à condition de mettre certaines actions en œuvre :

  • Organiser des séances de découverte gratuites avec l’apport d’un professionnel.
  • Aménager ou reconditionner les sentiers pour proposer une offre compatible avec le niveau et les attentes de la clientèle.
  • Organiser la pratique avec une offre d’itinéraires ou des circuits compatibles et faciles à trouver et à suivre.

Freeride 2014 - C.Cattin OT Val Thorens - 021Alors que le taux de remplissage prévisionnel des hébergements marchands pour ces vacances de février atteint 91 %, l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) et Atout France annoncent des perspectives intéressantes pour les semaines de sports d’hiver à venir et du printemps du ski.

Les vacances d’hiver ont commencé la semaine dernière pour les premiers vacanciers. Le taux de remplissage des hébergements varie d’ores et déjà entre


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

CREDIT_P._RoyerLes premières tendances touristiques pour les fêtes de fin d’année et la saison d’hiver 2015-1016 en station de montagnes sont “encourageantes“, selon l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM), qui vient de publier les résultats de son Observatoire conjoncturel.

Les premiers chiffres transmis (voir méthodologie en fin d’article) montrent cependant un léger recul des réservations pour les vacances de Noël, de l’ordre de 14 % par rapport à l’an passé pour l’ensemble des hébergeurs. Mais cette tendance est à relativiser car cette première vague d’étude a été menée début novembre, alors que l’automne a été doux sur l’ensemble de la France. Or l’on sait que les vacanciers tendent à se décider de plus en plus tard et, concernant les sports d’hiver, plutôt après les premières chutes de neige. Par ailleurs, les perceptions de fréquentation pour les vacances de Noël restent, pour le moment, assez inégales selon les stations et les massifs, avec une plus forte concentration des réservations sur la semaine du nouvel an.

Le nouvel an toujours plébiscité

Vacances d'hiver 16Pour l’ensemble des vacances de fin d’année, la majorité des stations relève à ce jour des taux entre 57 % à 69 % (contre 68 % à 83 % pour la saison passée à fin novembre) et un quart annonce  des taux d’occupation supérieurs à 70 %. A l’image des dernières saisons, 57 % des stations répondantes annoncent des taux d’occupation prévisionnels pour la semaine du nouvel an supérieurs à 70 %.

“L’inter-vacances” stable

Intervacances hiver 15-1661 % des stations satisfaites du niveau de réservation pour le début de l’année 2016.Le niveau de réservations pour la période du lundi 4 janvier au samedi 6 février 2016 (dite « inter-vacances ») est identique à celui de l’an passé pour plus de la moitié des stations répondantes.  Les vacances scolaires allemandes, autrichiennes et tchèques, qui couvrent la dernière semaine de cette période (30 janvier au 6 février 2016) donnent de bonnes perspectives. Ce sont surtout les petites stations annoncent des perspectives plus fortes que pour l’an passé.

Optimisme pour les vacances d’hiver

Taux occupation prévu nouvel anEnfin, les stations affichent un réel optimisme pour les vacances d’hiver 2016, avec des  taux de remplissage prévisionnels qui s’échelonnent de 55 % à 70 % selon l’altitude et la capacité en lits des stations, contre 49 % à 80 % l’an passé. Seules les stations d’altitude annoncent un niveau de réservation plus mitigé. Avec le redécoupage des zones de vacances scolaires, c’est actuellement la 1ère semaine de la période (du 6 au 13 février 2016 – 1ère semaine de la zone B) qui est la mieux réservée, avec des taux d’occupation compris entre 62 et 80% selon la capacité en lits et de 56 à 82% en fonction de l’altitude.

Pas d’effet “attentats” perceptible

« Nous n’observons pas de désaffection pour la montagne suite aux tragiques événements perpétrés en région parisienne. La montagne est un symbole pour se ressourcer loin des tensions du quotidien et d’un climat pesant. Et les chutes de neige des derniers jours et celles à venir présagent un renforcement des réservations. L’effet psychologique de l’arrivée du froid joue fortement sur les choix des vacanciers et donc sur le lancement du début de la saison “, conclut Charles Ange Ginésy, président de l’ANMSM. Pour lui, les prévisions sont encourageantes et les récents événements ne semblent pas impacter négativement les décisions des touristes.

Méthodologie

Cette enquête conjoncturelle a été menée par l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne et Atout France, avec la collaboration des observatoires locaux partenaires. Réalisée entre le 06/11/2015 et le 17/11/2015, elle a permis de recueillir des informations spécifiques relatives à 35 stations adhérentes à l’ANMSM, représentant 585 047 lits touristiques. Sa dimension quantitative prévisionnelle est renforcée par l’exploitation des données recueillies par le cabinet conseil G2A Consulting au 15 novembre.

 

 

 

 

 

Alors que Charles Ange Ginésy, était élu président de l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM) hier, le même jour, Michel Giraudy, Maire de Bourg Saint Maurice-Les Arcs, a été désigné vice-président de l’ANMSM en charge de la présidence de France Montagnes, organisme de promotion de la montagne française en France et à l’international.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le nouveau président de l’ANMSM, Charles-Ange Ginésy (à gauche) avec son prédécesseur, Gilbert-Blanc Tailleur.

Le nouveau président de l’ANMSM, Charles-Ange Ginésy (à gauche) avec son prédécesseur, Gilbert-Blanc Tailleur.

Charles Ange Ginésy, député-maire de Péone-Valberg, dans les Alpes Maritimes (06), a été élu mardi 20 mai président de l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM). Il prend le relais de Gilbert Blanc-Tailleur, ancien maire de Courchevel, pour représenter les communes sur lesquelles sont installées des stations de montagne et le secteur du tourisme.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :