Alors que les vacances de Noël débutent à la fin de cette semaine, les taux d’occupation prévisionnels recensés par l’Observatoire national des stations de montagne ANMSM – Atout France, annoncent un début de saison très prometteur.

Au global, les taux d’occupation prévisionnels pour les vacances de Noël marquent une progression substantielle de près de 8 points par rapport à l’an passé, quels que soient les massifs ou les types d’hébergements pour s’établir entre 57 et 68 % selon les massifs.
Pour cette fin d’année 2017, les demandes de séjours à la montagne se concentrent prioritairement sur la semaine de Noël. Une dynamique qui s’explique notamment par le calendrier des congés scolaires. Toutefois, les tendances de ces taux divergent selon les massifs : respectivement 4 et 9 points de plus pour les Alpes du Nord et du Sud et un recul de 3 points pour les Pyrénées par exemple. Les Pyrénées devraient tendre à minima à une stabilité, voire une hausse.

Près de 7 logements sur 10 sont réservés pour la semaine de Noël. Dans le détail sur les massifs, près de 2 logements nord-alpins sur 3 font actuellement l’objet d’une réservation, soit 8 points de plus que l’an passé. Dans les Alpes du Sud, l’augmentation représente 10 points de plus qu’en 2016. Les progressions de réservations entre les deux semaines fluctuent en fonction des hébergements avec de meilleurs résultats pour la semaine de Noël : + 14 points pour les résidences de tourisme, + 6 points pour les agences immobilières et + 15 points pour les villages vacances. Seules les locations effectuées entre particuliers divergent de la tendance générale, en affichant de meilleurs taux d’occupation prévisionnels pour la semaine du nouvel an que pour celle de Noël. “

Des prévisions optimistes pour l’ensemble de la saison

Les taux d’occupation prévisionnels concernant la totalité de la saison affichent une progression de près d’un point par rapport à la saison passée.”

Dans le détail les taux d’occupation prévisionnels enregistrent, au 1er décembre :
• Une progression de 7,7 points pour les vacances de Noël
• Une stagnation à + 0,1 point pour la période inter-vacances janvier ;
• Une hausse de 1,8 point pour les vacances d’hiver ;”
• Une progression de 4,5 points pour la période inter-vacances mars ;”
• Un retard de 8,7 points pour les vacances de printemps.”

Sur l’ensemble de la saison, le taux d’occupation prévisionnel des logements loués entre particuliers gagne en moyenne près de 3 points par rapport à l’an passé, et jusqu’à 7 points sur certaines périodes.

Concernant la typologie des stations, celles classées « Grand Domaine » demeurent plus attractives que les plus petites stations de Charme avec des écarts de 10 points pour les vacances de Noël, 14 points pour la période inter-vacances de janvier et jusqu’à 18 points pour la période inter-vacances de mars.

La montagne française reste attractive à l’international

La France reste la destination favorite des touristes britanniques qui représentent environ un tiers des séjours. 70 % des tours opérateurs britanniques interrogés annoncent d’ailleurs une progression des réservations pour l’ensemble de la saison hivernale 2017-2018.

 1) présentation de l’étude “tourisme estival et destination montagne” d’Atout France par Marie-Laure Desmet et Jean Berthier

 Mountain Debrief 2016 a été l’occasion de présenter en avant-première quelques conclusions de la nouvelle publication « Tourisme estival des destinations de montagne » – Cahier n°1 : clientèles et potentiels. Disponible en décembre 2016  (cliquez ici pour accéder au bulletin de précommande).

Une double destination montagne

La montagne totalise 212 millions de nuitées françaises sur l’année dont 51% entre juin et septembre. Avec plus de 100 millions de nuitées, il s’agit du deuxième espace fréquenté par les Français sur cette période.

En 2015, l’été a également généré plus de nuitées hôtelières (44%) que l’hiver (41%) et les intersaisons (15%), notamment du fait d’une importance plus grande du hors station en été. Ainsi, l’été, 62% des nuitées hôtelières en montagne sont réalisées hors station contre seulement 24% en hiver.

Les clientèles internationales fréquentent l’hôtellerie de montagne l’été comme l’hiver mais de manière différenciée selon les massifs. Dans les Alpes du Nord par exemple, c’est en hiver que la part de clients étrangers est la plus importante (46%). Celle-ci est boostée par l’attractivité des stations de ski internationales. En revanche, dans tous les autres massifs, c’est en été que la part de clientèle étrangère est la plus élevée.

Une montagne plus marchande l’été

En ce qui concerne la clientèle française, bien que les profils géographiques soient proches entre l’été et l’hiver, des différences émergent notamment au niveau du pouvoir d’achat, des tranches d’âge et du type d’hébergement. Et au final, la saison d’été est plus marchande que la saison d’hiver (45% vs 39%).

Enfin, du point de vue de la perception client, la montagne bénéficie d’une image globalement positive (randonnée, paysage, nature, calme, air pur…) et d’atouts concurrentiels bien identifiés (être plus près de la nature, se remettre en forme, prendre soin de soi, idéal pour les familles avec enfants…).

Premières conclusions :

– Des destinations de montagne l’été attractives et fréquentées par les Français et les étrangers mais un tassement régulier des nuitées depuis 2010.

– Des situations très diverses selon les massifs

– La nécessité d’attirer et de renouveler les produits et les clientèles, mais sans doute aussi les discours et les moyens en matière de promotion

– Plusieurs enjeux :

– le développement de l’été en station

– un meilleur remplissage des lits

– la conquête de juin, juillet, septembre

– Des actions opérationnelles à bâtir tous ensemble

2) Les données de cadrage de Rhône-Alpes Tourisme (Christelle Lepoutre)

Un mode d’hébergement principalement non marchand…

La région Auvergne Rhône-Alpes a réalisé 95 millions de nuitées touristiques pendant l’été 2015 (toutes nationalités et tous types d’hébergement confondus). La clientèle estivale est majoritairement française, 57% de ses nuitées se déroulent en hébergement non marchand et elle plébiscite en premier lieu la promenade, la randonnée, les visites de ville et le repos.

De mai à septembre 2015 inclus, la montagne a rassemblé la moitié des nuitées régionales françaises (26% pour la montagne avec stations, 24% pour la moyenne montagne), les villes 30% et le milieu rural 20%.

C’est en station de montagne que l’écart de dépense moyenne par personne et par jour entre hiver et été est le plus important (53€ contre 86€). Le budget hiver est boosté par les dépenses liées aux sports d’hiver. En montagne hors station, les budgets hiver et été sont très proches (42€ contre 39€) bien que le budget hiver soit encore supérieur.

…hormis pour les clientèles internationales

En hôtellerie, sur les massifs alpins, le Royaume-Uni, la Suisse et la Belgique sont les 3 marchés étrangers les plus importants. En revanche les clientèles lointaines représentent un potentiel non négligeable pour ce mode d’hébergement à l’image du Japon et des Etats-Unis (40 000 nuitées) ou encore de la Chine et de l’Australie, qui totalisent près de 10 000 nuitées chacune.

Download (PPTX, 1.36MB)

 

CREDIT_P._RoyerLes premières tendances touristiques pour les fêtes de fin d’année et la saison d’hiver 2015-1016 en station de montagnes sont “encourageantes“, selon l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM), qui vient de publier les résultats de son Observatoire conjoncturel.

Les premiers chiffres transmis (voir méthodologie en fin d’article) montrent cependant un léger recul des réservations pour les vacances de Noël, de l’ordre de 14 % par rapport à l’an passé pour l’ensemble des hébergeurs. Mais cette tendance est à relativiser car cette première vague d’étude a été menée début novembre, alors que l’automne a été doux sur l’ensemble de la France. Or l’on sait que les vacanciers tendent à se décider de plus en plus tard et, concernant les sports d’hiver, plutôt après les premières chutes de neige. Par ailleurs, les perceptions de fréquentation pour les vacances de Noël restent, pour le moment, assez inégales selon les stations et les massifs, avec une plus forte concentration des réservations sur la semaine du nouvel an.

Le nouvel an toujours plébiscité

Vacances d'hiver 16Pour l’ensemble des vacances de fin d’année, la majorité des stations relève à ce jour des taux entre 57 % à 69 % (contre 68 % à 83 % pour la saison passée à fin novembre) et un quart annonce  des taux d’occupation supérieurs à 70 %. A l’image des dernières saisons, 57 % des stations répondantes annoncent des taux d’occupation prévisionnels pour la semaine du nouvel an supérieurs à 70 %.

“L’inter-vacances” stable

Intervacances hiver 15-1661 % des stations satisfaites du niveau de réservation pour le début de l’année 2016.Le niveau de réservations pour la période du lundi 4 janvier au samedi 6 février 2016 (dite « inter-vacances ») est identique à celui de l’an passé pour plus de la moitié des stations répondantes.  Les vacances scolaires allemandes, autrichiennes et tchèques, qui couvrent la dernière semaine de cette période (30 janvier au 6 février 2016) donnent de bonnes perspectives. Ce sont surtout les petites stations annoncent des perspectives plus fortes que pour l’an passé.

Optimisme pour les vacances d’hiver

Taux occupation prévu nouvel anEnfin, les stations affichent un réel optimisme pour les vacances d’hiver 2016, avec des  taux de remplissage prévisionnels qui s’échelonnent de 55 % à 70 % selon l’altitude et la capacité en lits des stations, contre 49 % à 80 % l’an passé. Seules les stations d’altitude annoncent un niveau de réservation plus mitigé. Avec le redécoupage des zones de vacances scolaires, c’est actuellement la 1ère semaine de la période (du 6 au 13 février 2016 – 1ère semaine de la zone B) qui est la mieux réservée, avec des taux d’occupation compris entre 62 et 80% selon la capacité en lits et de 56 à 82% en fonction de l’altitude.

Pas d’effet “attentats” perceptible

« Nous n’observons pas de désaffection pour la montagne suite aux tragiques événements perpétrés en région parisienne. La montagne est un symbole pour se ressourcer loin des tensions du quotidien et d’un climat pesant. Et les chutes de neige des derniers jours et celles à venir présagent un renforcement des réservations. L’effet psychologique de l’arrivée du froid joue fortement sur les choix des vacanciers et donc sur le lancement du début de la saison “, conclut Charles Ange Ginésy, président de l’ANMSM. Pour lui, les prévisions sont encourageantes et les récents événements ne semblent pas impacter négativement les décisions des touristes.

Méthodologie

Cette enquête conjoncturelle a été menée par l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne et Atout France, avec la collaboration des observatoires locaux partenaires. Réalisée entre le 06/11/2015 et le 17/11/2015, elle a permis de recueillir des informations spécifiques relatives à 35 stations adhérentes à l’ANMSM, représentant 585 047 lits touristiques. Sa dimension quantitative prévisionnelle est renforcée par l’exploitation des données recueillies par le cabinet conseil G2A Consulting au 15 novembre.