Les ventes d’articles de sport et de services associés ont connu une hausse de 2,7% en non comparable l’an dernier, portant le chiffre d’affaires du secteur à 10,98 milliards d’euros TTC, selon le bilan établi par l’Union sport & cycle.

Le marché bénéficie en premier lieu du redressement de la situation économique des ménages, qui ont enregistré en 2016 une hausse sensible de leur pouvoir d’achat « arbitrable » (+ 1,7 % en 2016 après + 0,4 % en 2015). L’amélioration du climat général des affaires ainsi que la reprise économique du pays sont aussi des facteurs positifs. Outre cet aspect économique, le marché du sport profite de l’intérêt de plus en plus marqué des Français pour les activités physiques et sportives : 91 % d’entre eux déclarent être au moins un peu intéressés par le sport en général. On estime à 29 millions le nombre de ceux qui exercent une activité sportive au moins une fois par semaine, soit une importante base de consommateurs potentiels. L’année 2016 aura également été marquée par l’organisation en France de grands événements sportifs (Euro de football 2016, championnat du monde de handball…), ainsi que par la dynamique olympique à l’occasion des JO de Rio et de la candidature de Paris pour ceux de 2024. Cette dynamique semble se confirmer en 2017. La tendance enregistrée par l’organisation sur le premier trimestre de cette année se situe aux alentours de +5%.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Evolution du marché européen de l’outdoor

Selon l’étude State of Trade dévoilée sur le salon OutDoor de Friedrichshafen par l’association European outdoor group (EOG), le marché des articles de sport de nature a progressé de 3% en valeur et de 3,4% en volume en 2016.

Une croissance bien répartie géographiquement

Mesuré au stade de la vente en gros (sell-in), le marché des articles de sports de nature a ainsi atteint 5,4 milliards d’euros en 2016 (dont 2,5 milliards pour la saison printemps-été), soit un chiffre d’affaires au détail estimé par EOG à 11,5 milliards d’euros. L’étude State of Trade analyse les données de ventes de 115 marques en Europe, pour sept catégories principales et 48 sous-catégories. Ses chiffres font apparaître une relance de la croissance en 2016, après une modeste année 2015 (+1,4 % en valeur et +0,8% en volume, selon les derniers chiffres, révisés à la baisse). L’an dernier, quelque 6,9 millions d’articles de sports de nature supplémentaires auraient donc été vendus en Europe.

Selon l’étude, la plupart des régions des régions d’Europe sont en hausse. Le trio des pays germaniques (Allemagne, Autriche, Suisse) affiche une croissance en valeur de 3%. L’ensemble formé par le Royaume-Uni et le Benelux augmente de 3,1%. Les “pays du Sud” (Espagne, Italie, France…) progresse de 2,5%, l’Europe de l’Est  de 2,1% et la Scandinavie est en progression de 3%.

Habillement en hausse, chaussure en baisse


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

L’équipementier sportif Puma a publié ses résultats pour l’exercice 2016. Des chiffres en hausse, qui viennent asseoir un peu plus la marque comme l’un des leaders mondiaux de l’industrie du sport.

 À l’image de son emblème, qui peut courir jusqu’à 72 km/h, Puma voit son chiffre d’affaires augmenter de manière véloce : +10,2% en 2016, à 3,627 milliards d’euros. Une croissance qui s’observe dans toutes les régions et toutes les catégories de produits.

Malgré un dollar fort, la marque allemande améliore sa marge brute à 45,7 %, avec un bénéfice net en hausse de 68%, soit 62,4 millions. Le résultat net par action de l’entreprise étant de 4,17 euros durant la saison 2016 (2,48 euros en 2015).

« 2016 a confirmé que notre stratégie est la bonne et nous continuerons à nous investir dans notre mission de devenir la marque de sport la plus rapide au monde. Nous sommes convaincus que nous enregistrerons à nouveau une croissance des ventes, ainsi qu’une hausse significative de nos bénéfices en 2017 », affirme Bjørn Gulden, directeur général de Puma.