En quête d’un repreneur pour Puma depuis des années, le groupe Kering a trouvé une solution lui permettant de préparer sa sortie. Le 11 janvier 2018, le conseil d’administration de Kering a en effet proposé à l’unanimité de soumettre à ses actionnaires le projet de distribuer en nature 70% environ du total des actions Puma en circulation, sachant que le Groupe en détient actuellement 86,3%.

A l’issue de l’opération, Kering conserverait environ 16% des actions Puma en circulation. Artémis, qui détient 40,9% du capital de Kering, deviendrait un actionnaire stratégique de long terme de Puma avec une participation d’environ 29%. Le flottant de Puma atteindrait environ 55%.  « L’attractivité de Puma auprès des investisseurs devrait fortement augmenter grâce à ce volume plus importante de flottant et de transactions. Kering et Artémis resteraient néanmoins d’importants partenaires et actionnaires, ce qui prouve qu’ils ont confiance dans notre stratégie et qu’ils croient aux succès futurs de Puma », communique Bjørn Gulden, le directeur général de Puma, dont la stratégie de relance de la marque commence à porter ses fruits.

Actionnaire minoritaire significatif

Le projet permettrait à Kering de renforcer son statut de pure player du luxe, avec un niveau de profitabilité accru.  François-Henri Pinault, PDG de Kering, précise : « Cette opération permettrait à nos actionnaires de bénéficier directement de la création de valeur future de Puma. Nous sommes fiers d’avoir accompagné le redressement de la marque (…). Puma est idéalement positionnée pour générer une croissance significative, menée par une équipe dirigeante talentueuse et passionnée. Le soutien d’Artémis, qui deviendrait son principal actionnaire, et de Kering, en tant qu’actionnaire minoritaire significatif, reflète leur confiance dans la capacité de l’entreprise à continuer d’atteindre ses objectifs stratégiques et financiers. » La transaction est soumise à l’approbation des actionnaires de Kering SA qui se réuniront pour leur assemblée générale ordinaire le 26 avril 2018.

Rallye, l’actionnaire majoritaire de du Groupe Go Sport (93,72 % du capital) a annoncé son intention de déposer une offre d’achat simplifiée sur ce dernier,  suivie, si les conditions sont réunies, d’un retrait obligatoire de la Bourse. L’offre d’achat s’établit à 9,10 € par action, soit plus du double de la dernière cotation (4,25 €).

Le groupe australien de vêtements et articles de surf, en difficulté financière a reçu une offre d’un ancien dirigeant, Paul Naude. Ce dernier, qui avait démissionné le mois dernier de son poste de directeur de la région Amérique pour préparer une offre, propose 1,10 dollar australien (88 centimes d’euro) par action, valorisant ainsi le groupe à 526,8 millions de dollars australiens (422 millions d’euros). L’annonce a entraîné une suspension de la cotation du groupe australien à la bourse de Sydney lundi 17 décembre 2012. Après une perte nette de 275,6 millions AUD sur l’exercice 2011/2012 clos en juin, contre un bénéfice de 119,1 millions l’année précédente, différents investisseurs avaient proposé une offre de reprise. Sans concrétisation d’aucun de ces plans, provoquant un plongeon de l’action de Billabong.