FPS ET FIFAS
Ce vendredi 24 avril a été annoncé officiellement, par Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique et Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, le lancement de la “Filière de l’économie du sport” .

Cette filière, qui rassemblera les acteurs publics et économiques de l’univers du sport, constituera une plateforme de concertation, d’échanges et de préconisations afin de mieux répondre aux besoins des pratiquants et consommateurs de sport, de rendre le sport français plus performant sur le plan économique et de mieux structurer son offre globale à l’export. Sollicitées par les Ministères concernés, la FIFAS et la FPS, sont impliquées au cœur de ce dispositif, pour y représenter les professionnels et des industriels du sport au sein du Comité de pilotage de la Filière !

Grande première pour le secteur du sport, la mobilisation de 4 membres du gouvernement pour le lancement officiel de la Filière traduit l’importance et l’intérêt que portent désormais les pouvoirs publics à la filière économique du sport dans son ensemble. Ce dispositif s’inscrit dans la perspective des nombreux événements internationaux que la France va accueillir dans les années à venir et la probable candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques en 2024.

“La FPS et la FIFAS saluent l’initiative du gouvernement  et se réjouissent de cette prise de conscience que le sport représente un formidable levier de croissance à l’avenir, au-delà de son rôle essentiel de lien social, de cohésion nationale et de santé public”, concluent les deux organisations dans un communiqué commun.

Photo 09-03-2015 09 28 33Invité à un petit déjeuner organisé par la FIFAS au salon Sport-Achat, Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports, a annoncé que le projet de créer une “filière de l’économie du sport” ainsi que celui d’Observatoire du Sport sera officiellement lancé par le gouvernement le 24 avril prochain.

La filière économique sera chargée de faire des propositions dans trois domaines : les équipements sportifs de proximité, les grands équipements structurants, pour lesquels, la France est, selon Thierry Braillard, “au niveau de la Lettonie” et les événements sportifs et services associés. L’Observatoire de l’économie du sport vise à créer des bases statistiques afin de “permettre aux acteurs publics et privés de données fiables sur le secteur“.

Au cours des échanges qui ont suivi son introduction, le secrétaire d’Etat aux Sports a par ailleurs rappelé la volonté du gouvernement d’impliquer plus les entreprises dans le soutien au sport de haut niveau. Un club de 60 entreprises vient ainsi d’être constituer pour soutenir les “médaillables” aux Jeux Olympiques de Rio dans leur préparation sportive et dans celle de leur après-carrière. Quelque 150 athlètes sont déjà concernés. De même, le ministère souhaite que les collectivités locales et entreprises de la montagne complètent l’Etat (qui subventionne à hauteur de 4 millions d’euros la Fédération française de ski) dans le soutien aux sportifs de haut niveau dans les disciplines des sports d’hiver.

 

Ce mercredi 9 avril, Pierre-René Lemas, secrétaire général de l’Elysée, a annoncé la liste des 14 secrétaires d’État nommés par le nouveau premier ministre, Manuel Valls. Le Sport revient à l’adjoint de Gérard Collomb, en charge de la Jeunesse et des Sports à la Mairie de Lyon. Valérie Fourneyron reste au gouvernement.

Sous la tutelle Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports, Thierry Braillard, 50 ans, est nommé secrétaire d’État aux Sports. Titulaire d’une maîtrise de droit privé, diplômé de l’IEP de Lyon, Thierry Braillard est avocat au Barreau de Lyon. Membre du conseil exécutif du Parti radical de gauche, il a été élu député dans la première circonscription de Lyon en 2012. Adjoint au maire de Lyon, Gérard Collomb (PS), il était en charge de la Jeunesse et des Sports depuis 2001. Amateur de football et grand supporter de l’Olympique Lyonnais, il a participé l’année dernière à la rédaction d’un rapport qui pointait notamment le système « opaque » des transferts et des agents de joueurs. Au gouvernement, il hérite notamment du projet de loi sur le sport que Valérie Fourneyron, précédemment ministre des Sports, devait défendre à la fin de l’année 2014 et devra trancher la question d’une éventuelle candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024.

Valérie Fourneyron au commerce

De son côté, l’ancienne ministre des Sports, Valérie Fourneyron, 54 ans, ne quitte pas le gouvernement. Elle obtient le secrétariat d’État au Commerce, à l’Artisanat et à l’Économie sociale et solidaire. Médecin du sport, ancien maire (PS) de Rouen de 2008 à 2012, Valérie Fourneyron, en tant que ministre, aura notamment marqué son passage au ministère des sports par sa fermeté pour imposer aux clubs de football de ligue 1 la taxe à 75%. Taxe que Thierry Braillard lors des débats suscités par cette proposition et de la menace de grève des clubs de foot proposait d’alléger. Parmi les dossiers en cours initiés par Sylvia Pinel, sa prédécesseure au Commerce, Valérie Fourneyron doit assurer le suivi du projet de la loi sur le Commerce, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale et qui doit encore être examiné par le Sénat. A noter que le portefeuille du Tourisme est désormais affecté à Fleur Pellerin, secrétaire d’Etat chargée du Commerce Extérieur auprès du ministre des Affaires étrangères.