Les ventes du Groupe Lafuma se sont appréciées de 2,5% en 2016, pour s‘établir à 167,1 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant du groupe s’estamélioré de 25%, passant de 3 millions d’euros en 2015 à 3,8 millions. Le résultat net  reste pénalisé par des provisions exceptionnelles.

Les ventes du pôle Montagne se sont élevées à 102,3 millions d’euros, en amélioration de 2,9% par rapport à 2015. « Le chiffre d’affaires a souffert des conditions climatiques défavorables et de l’arrêt de la marque Killy, mais les mesures d’efficacité opérationnelle, les bénéfices de l’intégration des trois marques au sein de la structure Millet Mountain Group à Annecy, la politique d’achat plus prudente et la réduction de la taille des collections, principalement chez Eider, ont permis d’en compenser les effets », communique l’entreprise. La marque Millet voit ses ventes augmenter de 6,1%, celles de Lafuma sont en croissance de 9,7%, alors que les ventes d’Eider sont en diminution de 12,9 % (soit 2,7 millions d’euros), marquées par l’arrêt de la marque Killy. La contribution opérationnelle du pôle montagne, en croissance de 4,7%, s’établit à 20,3 millions, soit 19,8% des ventes, contre 19,5% en 2015.

Lafuma mobilier bien positionné

Sur la niche porteuse du mobilier d’extérieur, Lafuma Mobilier, montre des « performances extrêmement satisfaisantes pour la troisième année consécutive, depuis sa prise d’autonomie », souligne le groupe : ses ventes sont en croissance organique de 8,7% et s’élèvent à 38,4 millions d’euros, conduisant à une augmentation de la contribution opérationnelle de 1,2 million, soit 11,5%. Les conditions climatiques défavorables en France ont été compensées par le développement des ventes à l’international et sur internet.

Les mesures d’économie payent chez Oxbow

Le pôle Surf, avec 90% de ses ventes sur le marché français, a été affecté par un marché en difficulté et l’absence de touristes dans les régions côtières où Oxbow fait une grande partie de ses ventes. Malgré la baisse du chiffre d’affaires de 3,5 % (après – 12% en 2015), ramenant les ventes à  25,3 millions d’euros, sa contribution opérationnelle a augmenté de 8,7% à 5,1 millions d’euros, grâce à des mesures d’économie de coûts et de redressement de la marge.

Restructurations en Asie et aux Etats-Unis

Marquée par l’arrivée de Reiner Pichler à la fonction de PDG, l’année 2016 a été celle d’une réorientation stratégique pour le groupe. Celui-ci a modifié sa distribution aux Etats Unis, entamé la fermeture de ses filiales à Hong Kong et déplacé et réorganisé son usine en Chine. Ces restructurations ont conduit à des charges opérationnelles supplémentaires pour un montant de 1,1 million d’euros. Une provision technique, réversible, de 2,6 millions d’euros pour dépréciation, a également a été comptabilisée en 2016. Ces provisions concourant à un résultat net négatif de 1,3 million d’euros.

Vers le “commerce multimodal”

Pour 2017, le groupe Lafuma s’attend à un résultat opérationnel stable, malgré une légère baisse des ventes attendue du fait de la restructuration de sa distribution aux Etats-Unis et à Hong-kong. L’acquisition par le groupe Calida, actionnaire majoritaire du Groupe Lafuma, du prestataire internet allemand Reich online services (chiffre d’affaires de 14,1 millions d’euros en 2016), qui est notamment l’opérateur de la boutique en ligne de Calida, est une opportunité pour le Groupe Lafuma de développer le commerce « multimodal » permettant à ses clients des achats sur le net et dans ses boutiques.

Frédéric Ducruet, directeur général de Millet Mountain Group

Frédéric Ducruet, directeur général de Millet Mountain Group

« Malgré un hiver difficile, nous enregistreront un chiffre d’affaires et un résultat en progression en 2016 », a annoncé Frédéric Ducruet, directeur général du Millet Mountain Group, lors de la présentation des collections printemps-été 2017 de ses marques Eider et Lafuma outdoor, le 30 mai 2016 à Paris. Des collections qui témoignent du dynamisme de l’entreprise.

Millet Mountain Group, filiale du groupe


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

lafumagroupelogoCalida Holding, actionnaire majoritaire de Lafuma SA depuis décembre 2013, a signé un contrat d’acquisition des participations des sociétés d’investissement Comir SAS et Soparcif SAS, deux actionnaires historiques minoritaires de Lafuma SA.

Avec cette transaction (au prix de 16 € par action), Calida acquiert 11,63% du capital et dépasse le seuil des deux-tiers, lui conférant ainsi la majorité qualifiée. La transaction devrait être réalisée avant la fin du mois d’avril 2016. Concomitamment, Christian Haas, représentant de Comir SAS démissionnera de ses fonctions d’administrateur.

Le Groupe Lafuma a réalisé un chiffre d’affaires de 169,2 millions d’euros en 2015, en recul de 9,3 M€, en conformité avec son plan de repositionnement autour de trois pôles (montagne, mobilier et surf), et a confirmé son retour à la profitabilité, en augmentant son résultat net de 0,2  à 2,4 M€.

Felix Sulzberger

Felix Sulzberger

Félix Sulzberger, directeur général du groupe  Calida, qui est notamment l’actionnaire majoritaire de Lafuma, quittera ses fonctions en 2016. Il sera remplacé à partir du 1er avril prochain par Reiner Pichler, précédemment directeur général du groupe allemand de mode S. Oliver.

Divergences stratégiques

Le départ de Felix Sulberger est dû “à des différences d’opinion avec le comité de direction et avec l’actionnaire principal de Calida sur la stratégie du groupe“, précise ce dernier dans un communiqué. A la tête de la société depuis 14 ans, Felix Sulzberger en a élargi les bases en menant une politique d’acquisitions et d’ouvertures de magasins, ce qui a conduit au triplement du chiffre d’affaires et à “une rentabilité supérieure à la moyenne“, selon Calida.

Un professionnel de la mode

Disposant de la double nationalité allemande et suisse, Reiner Pichler, 53 ans, est un professionnel expérimenté de l’habillement. Il avait rejoint S. Oliver en 2014 après une longue carrière dans la mode, successivement chez Hugo Boss, Giorgio Armani et Valentino puis Holy Fashion Group, présent dans plus de 50 pays avec les marques Strellson, Joop !, Windsor et la licence Tommy Hilfiger pour l’Europe.

Ce n’était une surprise pour personne. Le 12 novembre 2013, le conseil d’administration du groupe Lafuma a rendu un avis positif, à l’unanimité, à l’offre publique d’achat de Calida. (suite…)

Les mauvais chiffres du groupe Lafuma ne cessent de s’accumuler. Le groupe vient d’annoncer une perte opérationnelle de 4,3 millions d’euros au premier  semestre de son exercice 2012-2013. Des pertes essentiellement dues à la chute libre des ventes d’Oxbow et les mauvais résultats des activités outdoor de Lafuma.

Le groupe Lafuma ne voit toujours pas le bout du tunnel. Au 31 mars 2013, le groupe a annoncé une perte opérationnelle courante de 4,3 millions d’euros, contre un bénéfice de 5,35 millions d’euros au premier semestre de l’exercice précédent, essentiellement liée à la baisse de son chiffre d’affaires de 15,4%. Le résultat net affiche quant à lui une perte de 60,0 millions d’euros après prise en compte de plusieurs éléments non récurrents, comme une dépréciation totale de la marque et de l’écart d’acquisition résiduel d’Oxbow pour 37,1 millions d’euros ou encore une perte sur les actifs destinés à être cédés ou abandonnés de 3,5 millions d’euros.

La rentabilité du Groupe a été fortement impactée par la baisse des ventes d’Oxbow (- 35%) dans un contexte général de recul du marché du surf et par l’aggravation consécutive de ses pertes. De plus, l’activité outdoor de Lafuma (textile, équipement, chaussures) est également déficitaire. Seule consolation pour le groupe, l’activité mobilier (sous la marque Lafuma), ainsi que les marques Eider et Millet (vêtements et équipements de montagne) continuent à afficher un résultat opérationnel positif, dans un environnement moins fortement impacté par la crise.

Réorganisation en trois pôles autonomes

Pour faire face à cette chute vertigineuse des bénéfices, le groupe Lafuma a défini un nouveau plan stratégique destiné à assurer l’avenir des activités et marques en difficulté et à relancer le développement de celles qui sont bénéficiaires. Ce plan, prévoit notamment de regrouper les pôles “Outdoor et Montagne” (Lafuma, Millet et Eider) sur le site d’Annecy, le “Mobilier” sur le site d’Anneyron, et “Surf” (Oxbow) à Mérignac. « 
Ces 3 Pôles seraient opérationnellement entièrement autonomes, avec une mise en commun des seuls moyens logistiques et de l’informatique », précise le groupe par communiqué. 
Pour permettre le succès de ce plan, le groupe confirme également son intention de réaliser une augmentation de capital « significative » dans le cadre d’un plan de refinancement. Des négociations sont déjà en cours avec ses partenaires bancaires.

L’outdoor se replie sur Annecy

Une stratégie qui n’est toutefois pas sans conséquences. En effet, un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est envisagé au sein de la marque Lafuma. Il se traduirait par le redimensionnement de l’activité Lafuma Outdoor, son transfert sur le site d’Annecy qui accueille aujourd’hui les marques Eider et Millet, le transfert de 46 postes (vers Annecy) et la suppression de 78 postes (dont 60 à Anneyron). Le site industriel d’Anneyron serait conforté comme base centrale de l’activité Mobilier. Un autre PSE serait également envisagé. Chez Oxbow cette fois, où 83 postes sont menacés, avec la fermeture de la plateforme logistique dont l’activité serait reprise par la plateforme du Groupe.

Perspectives d’avenir

Dans un communiqué, le groupe, dont le groupe suisse Calida a pris les commandes en janvier dernier, a annoncé que le carnet de commandes pour les collections Automne-Hiver 2013, laisserait présager la poursuite du recul du chiffre d’affaires. Il ralentirait toutefois au second semestre 2012-13 et au trimestre suivant. Néanmoins, ce recul affectera significativement le résultat du Groupe sur l’exercice 2012-13. Par ces nouvelles orientations stratégiques et améliorations opérationnelles, « les mesures de réduction de coûts, la concentration sur des circuits de distribution profitables ainsi que les projets de réorganisation devraient conduire à une réduction graduelle des pertes opérationnelles courantes au cours des prochains exercices » conclut le communiqué.

 

 

 

 

 

Bruno Delaporte a été nommé directeur général adjoint d’Oxbow. Il secondera Felix Sulzberger, le directeur général de Calida et du Groupe Lafuma, qui exerce également cette fonction au sein de sa filiale de surf Oxbow.

Bruno Delaporte n’est pas connu dans le monde du sport : il a précédemment exercé au sein de sociétés des télécommunications et de l’informatique telles que TR Services, Ineocom (goupe GDF-Suez) et Siemens Entreprises. Face à la situation difficile d’Oxbow, le nouvel actionnaire a probablement éprouvé le besoin d’un regard neuf…

Contrairement à ce qu’il avait annoncé le 15 janvier 2013, le conseil d’administration du groupe Lafuma n’augmentera pas dans l’immédiat son capital. Cette décision intervient après un net recul de son activité « qui affectera significativement son résultat ainsi que la valeur de ses actifs pour l’exercice 2012/2103 », annonce un communiqué.

Lors de l’annonce de ses comptes semestriels en juin 2013, le groupe Lafuma présentera également son plan de développement. Ce sera aussi probablement l’occasion de revenir sur l’achat de la participation de la famille Joffard par le groupe Calida et le départ précipité de Baptiste Caulonque, directeur général d’Oxbow, il y a un mois.

 

 

PORTRAIT Baptiste Caulonque basse defBaptiste Caulonque, directeur général d’Oxbow, la filiale de Lafuma spécialisée dans le surf, a quitté l’entreprise, rapporte le quotidien Sud-Ouest du 1er mars. Nommé au printemps dernier, Baptiste Caulonque avait présenté le plan de redressement de l’entreprise, en difficultés, le 10 décembre dernier.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Philippe-Joffard-quitte-LafumaLe Groupe Lafuma a annoncé la cession par la famille Joffard des 15,2 % qu’elle détient dans l’entreprise au groupe suisse Calida, maison-mère de la marque de lingerie Aubade.

Philippe Joffard, annonce sa démission en qualité de directeur général et est remplacé dans cette fonction par Félix Sulzberger, directeur général du Groupe Calida.

Augmentation de capital
Le conseil d’administration de Lafuma a également adopté le principe d’une augmentation de capital accroissant de 50% le nombre des actions existantes avec maintient des droits de souscription préférentiels en cours. Cette augmentation de capital a pour objets de “donner aux marques du Groupe Lafuma les moyens de leur développement”, de “fournir au groupe les ressources financières suffisantes pour poursuivre la réduction de son endettement” et de “mettre en oeuvre l’exécution du plan stratégique à long terme” de Lafuma, précise le Groupe dans un communiqué, qui ajoute que “la participation du Groupe Calida ne dépassera pas la seuil des 29 % du capital du groupe Lafuma“.

Selon le rapport d’activité 2011 du Groupe Lafuma, le tour de table de ce dernier s’établit comme suit : 15,2 % famille Joffard (22,3 % des droits de vote), 19,95 % Comir, société de l’investisseur Charles Baur (29 % des droits de vote), 7,65 % Jean-Pierre Millet (5,6 % des droits de vote). Ces autres actionnaires n’auraient pas l’intention de se retirer, selon un proche du dossier. Le solde (34,79 % et 25,8 % des droits de vote) est détenu par le public. Le retrait de la famille Joffard intervient quelques mois après l’interruption des discussions préliminaires en vue du rachat du Groupe Lafuma par le consortium coréen E-Land, sans qu’il y ait semble-t-il de lien direct entre les deux événements.

Un administrateur informé

Le Groupe Lafuma n’est pas un inconnu pour son nouvel actionnaire : Felix Sulzberger est membre indépendant du conseil d’administration du Groupe Lafuma depuis 2004. Une position qui a fini par lui donner quelques idées ! En entrant dans le tour de table du Groupe Lafuma, Calida s’adjoint dans un nouveau métier, le vêtement d’Outdoor, et s’allie avec un groupe de taille à peu près équivalente mais plus diversifié en termes de marques. Calida réalise un chiffre d’affaires de 200 millions de francs suisses (environ 160 M€ contre 225 M€ pour le Groupe Lafuma). Après Lacoste, un nouveau grand nom français du sport trouve ainsi un allié suisse…