Sport 2000 se positionne à son tour sur le marché porteur des sneakers avec un nouveau concept pour les magasins S2, misant sur les codes des enseignes de mode et sur un service personnalisé.

Ne dites plus S2 Street & Sport mais S2 Sneakers Specialist. L’enseigne de chaussures de sport, créée en 2003 par le groupement Sport 2000, se réinvente avec un nouveau concept de magasin positionné sur le créneau des tennis et baskets iconiques de la mode, les sneakers. Tenu par Matthieu Josserand, l’adhérent « référent S2 » du groupement, le premier magasin à avoir adopté le nouveau modèle est celui du centre-ville de Metz, prélude à un déploiement à l’échelle de l’ensemble du réseau (24 magasins).

Le mobile de baskets et sa table miroir

Les codes de la mode

S2 n’est pas la première enseigne de chaussures à se positionner sur ce marché : il y a quelques mois, Courir l’a devancée avec un nouveau concept destiné aux « sneakers lovers ». Mais si elle vise la même cible que Courir, S2 le fait avec ses propres arguments. Cross, l’agence de design qui a créé le concept (après avoir œuvré sur le format montagne de Sport 2000), les résume en une expression : « L’Exposition ». En clair, il s’agit de « présenter les produits sport iconiques avec des codes ‘fashion’ », explique Nathalie Caron, directrice marketing du groupe Sport 2000. Une ambition en phase avec les attentes des acheteurs de sneakers, une clientèle mixte de 15-24 ans, urbaine, connectée, en quête d’une expérience consommateur unique et sans cesse à l’affût de la dernière réinterprétation de leur modèle culte.

Le “magasin aux chaussures suspendues”

Le “prisme” et sa déclinaison en vitrine

Cette approche se concrétise sur le point de vente par un dispositif très malin de scénarisation des chaussures « du moment » : un « prisme » composé miroirs permettant de montrer la chaussure sous tous les angles. Décliné sur une « stèle » dans l’une des vitrines, ainsi qu’à l’intérieur du magasin, sur les muraux et prochainement au sol pour permettre aux clients de se visualiser chaussures au pied, ce système protégé par un brevet a l’avantage d’être efficace et peu coûteux. Il est complété par des éléments de théâtralisation du point de vente. Une table miroir reflète un mobile de sneakers « pour que dans toute la ville, S2 soit reconnu par la clientèle comme le magasin aux chaussures suspendues », explique Nathalie Caron. Au chapitre de la différenciation, S2 se distingue par ailleurs par un parfum d’ambiance qui lui est propre, comme Sport 2000 Montagne, mais avec une fragrance acidulée.

Un “Lounge” et des modèles uniques

Davidz, grapheur de “tennis culte”, en action à Nancy

Autre caractère distinctif du concept, sa vaste palette de services. Le plus remarquable est la personnalisation des chaussures par des grapheurs en vogue, prestation payante proposée au cours d’événements et sur commande à l’année, aboutissant à créer des modèles uniques. S2 procure également un service de nettoyage des chaussures et une « Box admission », une formule de carte cadeau réinterprétée. Enfin, un « Lounge S2 » remplace la traditionnelle carte de fidélité : ce club offre aux clients qui y adhèrent des informations sur les nouveautés, des invitations à différentes animations, des goodies, la possibilité de réserver et précommander des produits et même d’acheter des articles non référencés (via les extranet des fournisseurs). Le Lounge est accessible en ligne via une borne tactile en magasin.

Un marché porteur mais convoité

Puriste, l’assortiment exclut les vêtements pour se limiter aux chaussures et à quelques accessoires (lacets, produits d’entretien…). L’offre est circonscrite aux dix marques les plus légitimes sur le marché des sneakers et compte 150 pieds. Coopérative oblige, les adhérents gardent la main sur


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Guillaume Meyzenq, accède à la fonction vice-président “footwear” de la marque de sports de nature Salomon. Chez Salomon depuis 1996, il exerçait jusqu’à présent le poste de vice-président commercial de la division.

Dans ses nouvelles fonctions, il assistera Jean-Marc Pambet, qui assume la double fonction de président de Salomon et de président de sa commercial de la catégorie footwear du groupe Amer Sports, propriétaire de Salomon. Guillaume Meyzenq sera désormais responsable de l’innovation, du marketing produit, du design, du développement, de l’approvisionnement, de la planification des ventes et des opérations, ainsi que de la partie commerciale. “Je souhaite (…) consolider notre position de leader sur le marché du trail-running, nous développer dans la course à pied et faire évoluer notre position pionnière dans le marché de la randonnée et de l’alpinisme“, a-t-il communiqué. La catégorie footwear représente 55% du chiffre d’affaires de la marque Salomon, qui atteint 800 millions d’euros par an. Celle-ci et la marque Salomon sont les plus importants contributeurs au sein du groupe Amer Sports, qui inclue également les marques Wilson, Arc’teryx, Atomic, Mavic, Suunto, Precor, De Marini, Lousville Slugger et Enve. Le siège de Salomon est situé à Annecy (73).

Capture d’écran 2016-06-29 à 10.32.01

Avec l’agrandissement, de son centre de distribution de Liège (Belgique), inauguré le 23 juin 2016, la marque américaine de sneakers se dote d’un outil de près de 100 000 m2 afin d’absorber sa croissance sur le Vieux Continent.

Un entrepôt automatisé

Ouvert en 2002, l’entrepôt de Liège, qui approvisionne toute l’Europe, était arrivé à saturation malgré deux agrandissements opérés en 2009 et 2014. L’augmentation de 28 500 m2 opérée au premier semestre 2016 porte sa surface à 98 500 m2 et permettra « répondre aux besoins croissants du marché européen à long terme », a précisé Sophie Houtmeyers, vice-présidente du site. Il est aussi l’occasion d’installer « de nouvelles technologies d’automatisation » qui seront pleinement opérationnelles d’ici novembre prochain. L’investissement hors foncier et immobilier (qui sont portés par le propriétaire des murs) est de l’ordre de 25 millions de dollars.

Employant plus de 300 personnes en équivalent temps plein, le centre distribue les chaussures Skechers à destination de l’ensemble de ses réseaux de distribution en Europe : grandes enseignes, grossistes, 160 magasins propres et franchisés, deux sites e-commerce (Royaume-Uni et Allemagne). Avec une capacité de 30 000 cartons par jour, il a expédié 17 millions de paires de chaussure l’an dernier et devrait atteindre 21 millions cette année. Sa capacité de stockage est de 118 000 palettes, soit 7 millions de paires de chaussures.

Des croissances à deux chiffres

Deuxième chausseur derrière Nike aux Etats-Unis, Skechers a réalisé un chiffre d’affaires de 3,15 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2015, en hausse de 32 %. En croissance continue depuis plusieurs années, le groupe, présent dans 160 pays, est en plein développement international. Ses ventes hors Etats-Unis ont atteint 41 % en 2015 et l’objectif est de passer la barre des 50 % dans les deux ou trois ans. Les ventes en Europe, qui représentent entre un quart et un tiers de l’activité internationale du groupe, selon la fourchette délivrée à Filière Sport par David Weinberg, directeur financier et opérationnel de Skechers, progresseraient de l’ordre 30 %.

L’année 2017, un tournant pour Skechers France

Réputée pour le confort de ses chaussures, la marque a construit son succès sur ses gammes style de vie, qui génèrent la majorité de ses ventes. Elle propose cependant de plus en plus d’articles performance : après le golf et le basket, Skechers s’est lancée dans


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Nike Air Zoom Pegasus

Nike Air Zoom Pegasus

En plein boum, le marché de la chaussure de sport a atteint 2,7 milliards d’euros en France sur 12 mois arrêtés au 30 juin 2015, soit près de 30% du  marché global de la chaussure en France, selon la société d’études The NPD Group. Porté par la mode et le running, le secteur a vu ses  ventes augmenter de 285 millions d’euros (+12%) en un an.

Selon NPD, cette croissance est davantage liée à l’augmentation des volumes (+10%) qu’à l’augmentation des prix. En effet le  prix moyen d’une paire, situé à 42 €, n’a augmenté que de 2%.

La croissance des ventes devrait toutefois être légèrement revue à la baisse sur la totalité de l’année 2015, selon Renaud Vaschalde, expert sport pour The NPD Group : “Nous pensons que l’année finira dans une fourchette de croissance oscillant entre 5 et 10% en valeur, ce qui est remarquable, compte-tenu du fait que l’on était déjà à +8% en 2014.” En bonne santé, le marché de la chaussure de sport “devrait connaître un nouveau virage dans les mois à venir grâce à l’innovation et les services de personnalisation proposés par l’impression 3D“, ajoute-t-il.

Le running plus fort que la rando

Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Chaussures BDLes ventes de chaussures et vêtements pour la pratique sportive ont augmenté de 26 % depuis 2009, selon la société d’études NPD Group. Leur part dans les ventes des marques d’articles de sport est passé de 53 % à 57 % en cinq ans.

« Même si les baskets ou sneakers ont continué à être les vecteurs du sportswear dans la vie quotidienne, les vêtements de sport, eux, sont restés cantonnés à la sphère sportive », précise Renaud Vaschalde, analyste Sport pour NPD Group. Une tendance qui explique que nombre de marques et enseignes de sport, après avoir longtemps développé du sportswear hors pratique sportive, misent plus sur les articles techniques depuis quelques années.

Running à tout prix

En homme, les ventes de chaussures et vêtements de basketball et de running et ont ainsi fortement progressé (respectivement + 21 % et + 11 % par an sur 5 ans). En femme, le running, encore (+ 11 %) et les activités en salles de sports (danse, fitness) sont en pointe (+ 11 % et + 5 %). Et plus on pratique, plus on investit : le segment des chaussures de course à pied haut de gamme (plus de 100 €) a augmenté de 43 % entre août 2013 et août 2014. Quant aux enfants, ils « touchent à tout et essayent de nouvelles disciplines régulièrement », ce qui se traduit par des ventes de vêtements et chaussures à usage multisports « en hausse de 4 % depuis 2009 », explique Renaud Vaschalde.

Les modèles les plus vendus par marque et pratique (septembre 2014)

Basketball : Adidas 3 Series 2014, Air Jordan Superfly, Nike Zoom Born Ready

Course à pied : Adidas Supernova Glide Boost, Asics Gel Cumulus, Nike Free 5.0

Fitness : Adidas Sumbrah, Nike Free 5.0 Fit, Puma Wylie Eternity

Foot_Locker-logo-5615BC5594-seeklogo.comLa chaîne de magasins de chaussures de sport Foot Locker a publié un résultat net de 429 millions de $ pour l’année 2013, contre 397 millions de $ en 2012. C’est la troisième année consécutive de bénéfices record pour l’enseigne.

Les ventes s’élèvent à 6,5 milliards de $ pour 2013, le montant le plus élevé jamais atteint pas l’entreprise, en hausse de 5,2 % par rapport à 2012 (+ 4,2 % à magasins comparables). Foot Locker annonce un objectif de croissance de chiffre d’affaires autour de 5 % pour 2014 et une augmentation à deux chiffres de son bénéfice par action. Ken C. Hicks, le PDG de l’entreprise, se déclare confiant dans la capacité du groupe à poursuivre sur le même rythme à long terme, grâce aux nombreuses actions en cours, dont l’expansion en Europe et le développement de son activité auprès de la clientèle féminine.

Foot_Locker-logo-5615BC5594-seeklogo.com

La chaîne de magasins de chaussures de sport a augmenté son résultat net de 7,8 % au premier trimestre 2013, à 128 millions de dollars au cours du premier trimestre de son exercice, arrêté au 4 mai 2013. Le chiffre d’affaires progresse de 5,2 % en comparable. Foot Locker compte 1064 magasins au 4 mai, soit 8 de moins qu’à la fin du trimestre précédent. Mais le parc de magasins à l’international (818) est en progression (+ 7 unités).