Corinne Gensollen (Intersport)

Après avoir à nouveau gagné des parts de marché sur son exercice 2016, le groupe a relevé ses objectifs à l’horizon 2020. Il revient à Corinne Gensollen, nouveau directeur général d’Intersport France SA, de mettre en oeuvre cette accélération.

En 2016, le chiffre d’affaires TTC du groupe Intersport France a atteint 1,8 milliard d’euros, en progression de 6,9 % par rapport à l’année précédente, sur un marché français du sport en hausse de 3,3 %, selon les premières estimations de l’Union sport & cycle. Après les scores historiques de 2015, le groupe coopératif a donc traversé « une très bonne année 2016», se félicite son président Jacky Rihouet. Intersport a poursuivi sur sa lancée au premier trimestre 2016, avec une hausse de 5%.

Et le groupe entend bien passer la vitesse supérieure. Son conseil d’administration a en effet relevé les objectifs à l’horizon 2020 :  initialement placée à 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 20 % de parts de marché, la barre a été repositionnée à 2,5 milliards d’euros et 25 % de part de marché ! Une ambition désormais portée par Corinne Gensollen, une Proctérienne passée par l’OM avant de rejoindre Intersport il y a six mois… Comment compte-elle s’y prendre ? La feuille de route trace quatre axes stratégiques étroitement liés :


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Avec un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros hors-taxes en 2016, Decathlon, qui a fêté ses quarante ans en 2016, a réalisé une croissance de  12% l’an dernier, égale à celle de 2015. A périmètre comparable, l’augmentation est de 4,4 %.

L’enseigne a ouvert plus de 164 nouveaux points de vente dans le monde en 2016, contre 140 en 2015. Elle s’est implantée dans cinq nouveaux pays : Mexique, Côte d’Ivoire, Singapour, Malaisie, Slovénie. Decathlon est désormais présente dans 28 pays du monde avec 1176 magasins, dont 301 en France, 214 en Chine et 149 en Espagne, qui constituent le top 3 des pays du groupe. Celui-ci a franchi un autre cap cette année avec plus d’un milliard de quantités vendues. Son chiffre d’affaire a presque doublé depuis l’année 2009.

Croissance moins forte en France

La France ne représente plus qu’un tiers du chiffre d’affaires de Decathlon. Avec une hausse 2,2%, la croissance des ventes de l’enseigne dans l’Hexagone « n’a pas été aussi vigoureuse que souhaitée, communique François De Witte, directeur général de Decathlon France. Cela tient –entre autres- à plusieurs facteurs : une météo mauvaise au printemps, saison forte pour la pratique sportive, des mouvements sociaux en juin avec des conséquences sur les déplacements, les attentats qui pèsent aussi sur les achats…Dans ce contexte déclicat, nos équipes ont fourni un travail remarquable au sein de nos 301 magasins avec un sens du service et du conseil que tous les sportifs soulignent. En 2016, nous avons été offensifs sur la baisse des prix de nos articles sans renier sur la qualité, la sécurité tout en innovant en permanence ».

Cap sur la proximité

La chaîne ouvrira au cours du premier semestre 2017 des magasins à Paris, Abbeville, Marseille et Seynod. L’enseigne cherche des relais de croissance en développant de nouveaux formats de proximité : Decathlon City, ciblant la clientèle urbaine avec, notamment, une première ouverture en cours à Paris, rue du Commerce, et Decathlon Essentiel, un concept de points de vente de 1000 m2 recentré sur les marques propres du groupe, qui remplace l’enseigne Koodza et vise principalement les villes moyennes (une ouverture à Saint-André de Cubzac, en Gironde, l’an dernier). Enfin, Decathlon poursuit le développement de ses ventes sur internet, qui ont atteint 4,1 % de son chiffre d’affaires France en 2016 (3,5 % en 2015), en hausse de 9,4 % et attiré 1,7 million de clients.