Les exemples du Bureau des Guide de Savoie-Maurienne, des Stations sport nature et du Club Med.

1) Inventer de nouveaux sommets (Greg Coubat, bureau des guides Savoie-Maurienne)

 

L’activité des guides s’organise autour de 4 pôles. Le canyonning, très dépendant de la météo, maintient son niveau d’activité sur les 9 dernières années. La via ferrata a profité d’un effet de mode exceptionnel jusqu’en 2008-2009 et subit désormais un phénomène de lassitude du fait d’une absence de renouvellement des voies. L’escalade ne décolle pas en Maurienne malgré une explosion de la pratique partout notamment grâce à l’escalade indoor. Enfin, la haute montagne dont l’activité enregistrée via le bureau des guides, en forte baisse, est trompeur car celle-ci se maintient en réalité. Les guides s’appuient en effet sur le bureau pour constituer leur clientèle de haute montagne puis, un fois celle-ci constituée, travaillent en direct, sans l’intermédiation du bureau des guides.

Aujourd’hui, l’enjeu pour les guides est d’adapter leurs prestations à une clientèle de moins en moins sportive. Réinventer des sommets moins hauts, proposer des itinéraires passant de 1500 m de dénivelé à 600 m… C’est par exemple le pari du nouveau parcours alpin « le jardin d’Eden » construit par le guides de Savoie Maurienne, lequel a rencontré son premier succès cet été avec plus de 40 ventes réalisées. Ce parcours ludique associe plusieurs activités de montagne. Il nécessite un accompagnement et est accessible à toute la famille.

2) Le potentiel touristique des sports de nature (Thierry Bedos, Pôle ressources national des sports de nature)

Depuis la fin des années 2000, les labels de stations de sports de nature proposent un modèle intéressant de structuration d’une destination. En Ariège, la Station Sport Nature du Montcalm, répond à un besoin de diversification d’une station de ski en destination « quatre saisons » autour des activités sportives. De leur côté, les Stations Sports Nature développées en Corrèze sont issues d’une volonté de mise en réseau de « spots » multiactivités, répartis sur le département. Plus récemment, le Massif central a lancé un appel à projets « Pôles de pleine nature », dans l’objectif d’accompagner quinze territoires leaders dans le domaine des sports de nature.

Un exemple concret. En 2010, sous l’impulsion du Comité du massif des Vosges une stratégie touristique visant à promouvoir de manière plus ambitieuse la destination « massif des Vosges » a été́ structurée. Ici les stations sont situées à des altitudes inferieures à 1200 mètres, l’offre de ski est très impactée (et le sera de plus en plus) par le réchauffement climatique. Aussi un accompagnement dans la requalification des activités a été entrepris en misant sur les sports et loisirs de nature. Grâce à cette requalification, la station du Lac Blanc s’est adaptée pour développer la pratique du VTT de descente. Cette transformation a permis la création d’emplois pérennes (leur nombre a doublé) et l’adaptation des services proposés par les professionnels devenus attractifs pour de nombreux pratiquants venus d’Allemagne et de Suisse.

3) Promouvoir la complémentarité mer-montagne (Xavier Le Guillermic, Club Med)

Quatre villages du club Med sont ouverts à la montagne en France l’été (plus Pragelato en Italie). L’activité représente actuellement moins de 10% du chiffre d’affaires global montagne mais les équipes du Club Med croient en l’été. D’autres villages seront donc exploités en été à l’image du Club Med Grand Massif à Samoëns, dont l’ouverture est programmée pour décembre 2017, puisque la bi-saisonnalité fait maintenant partie des incontournables du business model.

Le profil de clientèle du Club en montagne l’été est très particulier : familiale et à 90% francophone (75 % de Français et 15 % de Belges). Le Club Med projette de conquérir de nouvelles clientèles à l’étranger, notamment au Royaume-Uni. Pour cela il travaille actuellement sur un plan de promotion avec des arguments puissants en faveur de la montagne l’été.

La stratégie du Club Med n’est pas d’opposer la montagne à la mer. Cela serait une erreur dans un pays où la culture maritime est extrêmement forte en été. L’objectif est de jouer sur la complémentarité entre ces deux milieux.

L’objectif à terme est de réaliser 15 voire 20% de l’activité montagne du Club Med en été. Mais pour cela le Club Med en appelle également à l’ensemble des forces vives de la montagne pour que la promotion de l’été devienne un véritable enjeu collectif.