Les ventes d’articles de sport et de services associés ont connu une hausse de 2,7% en non comparable l’an dernier, portant le chiffre d’affaires du secteur à 10,98 milliards d’euros TTC, selon le bilan établi par l’Union sport & cycle.

Le marché bénéficie en premier lieu du redressement de la situation économique des ménages, qui ont enregistré en 2016 une hausse sensible de leur pouvoir d’achat « arbitrable » (+ 1,7 % en 2016 après + 0,4 % en 2015). L’amélioration du climat général des affaires ainsi que la reprise économique du pays sont aussi des facteurs positifs. Outre cet aspect économique, le marché du sport profite de l’intérêt de plus en plus marqué des Français pour les activités physiques et sportives : 91 % d’entre eux déclarent être au moins un peu intéressés par le sport en général. On estime à 29 millions le nombre de ceux qui exercent une activité sportive au moins une fois par semaine, soit une importante base de consommateurs potentiels. L’année 2016 aura également été marquée par l’organisation en France de grands événements sportifs (Euro de football 2016, championnat du monde de handball…), ainsi que par la dynamique olympique à l’occasion des JO de Rio et de la candidature de Paris pour ceux de 2024. Cette dynamique semble se confirmer en 2017. La tendance enregistrée par l’organisation sur le premier trimestre de cette année se situe aux alentours de +5%.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La loi relative à l’économie sociale et solidaire (ESS) a été adoptée le lundi 21 juillet dernier. La Fédération du Commerce Associé (FCA), qui a été consultée aux différentes étapes de son élaboration, a tenu à saluer « la démarche de concertation et d’écoute » initiée par les deux ministres successivement en charge du projet, Benoît Hamon et Carole Delga.

La loi ESS « réaffirme les principes coopératifs tout en modernisant le cadre législatif des coopératives », souligne la FCA. L’organisation, qui représente les intérêts des coopératives de commerçants, a notamment contribué à l’adoption de deux dispositions : l’encadrement des mécanismes de solidarité financière et l’extension de l’objet des coopératives de commerçants aux activités de vente en ligne.

Transmission d’entreprises

Ainsi, sur le premier sujet, la loi apporte un cadre juridique aux filiales financières appartenant directement ou indirectement aux coopératives et dont l’objet est d’apporter un soutien à l’achat, la création ou au développement des points de vente. Celles-ci interviennent principalement dans le cadre d’opérations de transmissions d’entreprises et sont des instrument de pérennisation des réseaux coopératifs.

E-Commerce

Par ailleurs, l’inscription de la vente en ligne dans la liste non limitative des activités que les coopératives de commerçants peuvent exercer, directement ou indirectement, pour le compte de leurs associés, sécurise juridiquement les sites e-commerces créé par les centrales d’achat de groupements. Il leur permet en conséquence de jouer à armes équivalentes face au commerce intégré, dans ce qui constitue un enjeu majeur pour l’avenir du commerce et des commerçants.

Le 18 juin, le Conseil d’Administration de la Fédération des enseignes du Commerce Associé a élu son nouveau président, Eric Plat, PDG du réseau d’opticiens Atol, qui succède à Guy Leclerc après huit ans de présidence, ainsi que deux vice-présidents : Miguel Jonchère (E. Leclerc) et Alain Bertheuil (Astera).

En confiant la présidence à Eric Plat, le conseil d’administration a fait le choix d’une personnalité  engagée depuis 20 ans dans le commerce associé, tout en souhaitant marquer l’alternance à la présidence de la fédération, comme cela est la règle depuis ses 50 années. En s’entourant de deux vice- présidents en provenance du groupement E.Leclerc et du réseau de pharmaciens Astera, le nouveau président a souhaité honorer la diversité des secteurs et des formats de points de vente représentatifs du Commere Associé.

Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce Associé

Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce Associé

Le chiffre d’affaires du commerce associé a progressé de 3,1 % en 2013 à périmètre courant (hors carburants), pour atteindre 141,9 Mds €, soit 30 % du commerce de détail.

« Depuis plus de 11 ans, nous gagnons des parts de marché. Autrefois nous les prenions sur les commerçants indépendants, aujourd’hui nous le faisons sur les intégrés », s’est félicité Guy Leclerc, président de la  Fédération du Commerce Associé (FCA), lors d’une conférence de presse à Paris ce matin. La FCA estime l’augmentation du chiffre d’affaires du commerce de détail à 0,5 % en 2013.

Le sport dans la tendance


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les enseignes du commerce associé ont majoritairement maintenu le développement de leur activité commerciale au premier semestre 2013. Selon le baromètre de la Fédération du Commerce Associé, réalisé auprès des dirigeants de ces enseignes, 72 % d’entre elles sont en croissance sur la période. 62 % envisagent une nouvelle progression au second semestre. 30 % réalisent déjà plus de 5 % de leur vente sur internet. Pour 83 % des dirigeants de groupement, la reprise nécessite une baisse du coût du travail et de la fiscalité qui pèse sur les entreprises.

Le 28 mai 2013, l’assemblée générale ordinaire de la Fédération des enseignes du Commerce Associé (FCA) a modifié la composition de son Conseil d’Administration en élisant Christophe Lemesle, Président de Krys Group comme nouvel administrateur.

Opticien diplômé, Christophe Lemesle, est entré en 1997 dans l’entreprise familiale qu’il dirige aujourd’hui (5 magasins, 2 sous l’enseigne Krys, 3 sous l’enseigne Vision Plus). Au sein de Krys Group, depuis 2003, il a successivement occupé les fonctions de coordinateur local de la région Lorraine puis du Grand Est. En 2009, il a été élu administrateur de Krys Group pour en prendre la présidence en 2011. Il a également créé l’Ecole supérieure d’Optique de Lorraine (ESOL) en 2000.

Lors de cette Assemblée générale, les mandats d’administrateurs de Guy Leclerc (membre du groupe Interpsort, et président de la FCA) et Alain Bertheuil (président d’Astera, administrateur) ont également été renouvelés.

Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce associé

Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce associé

Si le commerce associé résiste à la crise, c’est grâce à sa capacité d’adaptation, a déclaré Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce Associé (FCA), lors de la présentation des chiffres de cette forme de commerce, ce lundi 27 mai.

Avec 138,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012, dont 92,7 % dans le commerce de détail, la part de marché du commerce associé s’établit à 29 % et devrait “atteindre 30 % l’an prochain“, prévoit le président de la FCA .Le chiffre d’affaires des réseaux du commerce associé (coopératives et groupements) a augmenté de 3,6 % à périmètre variable en 2012, hors carburants, selon la FCA, qui estime que l’activité d’ensemble du commerce français est restée stable. Dans la catégorie Sports-Loisirs, qui compte notamment les groupes Intersport et Sport 2000, la FCA fait état d’une progression de 6,4 % pour le commerce associé, contre + 2,5 % pour l’ensemble du marché (la FPS affiche quant-à-elle + 3 % pour le total marché sport et + 4 % pour les spécialistes).

« Les tirelires sont pleines ! »

A fin avril, voire fin mai, la consommation est en berne, a toutefois admis Guy Leclerc. Les affaires sont assez difficiles, le haut de gamme se vend toujours très bien, le bas de gamme aussi : c’est le moyen de gamme qui souffre. Malgré ceci, l’année 2013 se fera. Nous ne sommes pas en crise, c’est beaucoup plus profond : le consommateur est en train de changer. Début 2013, nous avons passé 20 % de taux d’épargne. Les tirelires sont pleines ! Il faut remettre le consommateur au centre de nos préoccupations. Je reste confiant car le commerce associé a toujours su s’adapter. Si nous renforçons nos moyens communs, nous passerons le cap des 30 % de part de marché du commerce de détail en 2013″. La FCA, qui fête ses 50 ans cette année, rassemble 80 groupements nationaux et 145 enseignes, qui fédèrent 30 815 associés et 41 218 points de vente. Les magasins non alimentaires de moins de 400 mètres carrés représentent 60 % des  réseaux, les grandes surfaces spécialisées 20 %.

Création d’emplois et développement des réseaux

Le commerce associé revendique 28 % des effectifs du commerce de détail, soit 510 800 salariés, et a créé 4 800 emplois l’an dernier. A noter que les effectifs en centrales (24 830 salariés, + 5,8 %) augmentent plus vite que ceux des magasins (485 970 salariés, + 0,7 %), traduisant le renforcement des têtes de réseau dans un contexte d’accroissement de la concurrence et de développement des groupements. Le parc global est en effet en croissance de 856 points de vente sur 2012, avec 1952 entrées et 1096 sorties. Un tiers des entrées sont des créations,  deux-tiers provenant d’adhésions. Celles-ci sont en hausse de de 43 % en 2012 par rapport à 2011, traduisant “la volonté des chefs d’entreprises isolés de sécuriser leur activité” auprès des groupements, analyse Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA. Un dynamisme de bon augure, alors que le commerce associé n’échappe pas au vieillissement de la population : 12 % du parc de points de vente fera l’objet d’une transmission d’entreprise dans les cinq ans.

 

La totalité des enseignes du commerce associé disposent d’un site internet, selon une  étude réalisée en mai 2013 auprès de 21 groupements membres de la Fédération du Commerce Associé (FCA). Pour 95 % d’entre eux, l’objectif principal est de créer du trafic en magasin.

Ils sont moins nombreux en revanche à viser en priorité la vente en ligne (58 %) et ou le relais de l’actualité du réseau de l’enseigne (58 % aussi). Mais l’activité de vente en ligne progresse : le nombre de réseaux qui la pratiquent a progressé de 13 points en deux ans et 25 % de ceux qui ne la pratiquent pas projettent de le faire à court terme. 78 % des enseignes qui vendent en ligne ont vu leur activité e-commerce progresser de plus de 20 % l’an dernier. L’offre reste encore en construction : 64 % présentent un assortiment plus restreint en ligne qu’en magasin, 18 % plus large, 18 % utilisent le site pour déstocker et 9 % présentent un assortiment fortement composé de MDD.

Un modèle mixte

La majorité des groupements (58 %) mise sur un modèle mixte composé d’un site national relayée en points de vente, une proportion en forte hausse (+ 25 points par rapport à 2011) par rapport au modèle tout local (portail national et sites locaux en recul de 21 points, à 5 %). Le site centralisé entièrement géré par la centrale est utilisé par 42 % d’entre elles (+5 points).

Le boom des applis mobiles

A l’inverse, 79 % des enseignes relaient le site internet, majoritairement en mentionnant son URL dans les catalogues et flyers (80 %), plus rarement en vitrine (47 %) et encore exceptionnellement en permettant sa consultation en magasin (13 %). Le site est par ailleurs un outil au service des forces de vente pour 42 % des enseignes (dont 62 % comme support pour s’informer sur les caractéristiques de certains produits). Enfin, 63 % des enseigne ont créé des applications mobiles, contre 24 % en 2011 : à 58 % pour présenter des produits ou leur catalogue et à 42 % pour la géolocalisation et 68 % utilisent les médias sociaux pour maintenir le contact avec leurs clients.

 

Le chiffre d’affaires des réseaux du commerce associé (coopératives et groupements) a augmenté de 3,6 % à périmètre variable en 2012, hors carburant, selon la Fédération du Commerce Associé (FCA), alors que l’on estime que l’activité d’ensemble du commerce français serait resté stable. Les groupements de sport gagnent également des parts de marchés.

Dans la catégorie Sports-Loisirs, qui compte notamment les groupe Intersport et Sport 2000, la FCA fait état d’une progression de 6,4 % pour le commerce associé, contre + 2,5 % pour l’ensemble du marché (la FPS affiche quant-à-elle + 3 % pour le total marché sport et + 4 % pour les spécialistes). Le secteur des sports et loisirs comptent six groupements et une quinzaine d’enseignes.

Le chiffre d’affaires global du commerce associé en France atteint 138,2 milliards d ‘euros, dont 92,7 % da,s le commerce de détail. Sa part de marché atteint 29 % et devrait “atteindre 30 % l’an prochain“, espère Guy Leclerc, président de la FCA. La Fédération, qui fête ses 50 ans cette année, rassemble 80 groupements nationaux et 145 enseignes, qui fédèrent 30 815 associés et 41 218 points de vente. Les magasins non alimentaires de moins de 400 mètres carrés représentent 60 % des  réseaux, les grandes surfaces spécialisées 20 %.

Le commerce associé revendique 28 % des effectifs du commerce de détail, soit 510 800 salariés. A noter que les effectifs en centrale (24 830 salariés, + 5,8 %) augmentent plus vite que ceux des magasins (485 970 salariés, + 0,7 %), traduisant le renforcement des têtes de réseau dans un contexte de renforcement de la concurrence et de développement des groupements.

Le parc global est en effet en croissance de 856 points de vente sur 2012, avec 1952 entrées et 1096 sorties dans les réseaux. Un tiers des entrées provient d’adhésions, le reste étant des créations. Celles-ci sont en hausse de de 43 % en 2012 par rapport à 2011, traduisant “la volonté des chefs d’entreprises isolés de sécuriser leur activité” auprès des groupements, analyse Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA.