Dans le cadre de la journée internationale des droits de la femme, la directeur général d’Intersport France et Belgique partage avec Filièresport sa perception de la femme dans l’industrie du sport.

Corinne Gensollen (Intersport)

Quelle est votre perception de la pratique sportive au féminin ?

Chez Intersport, nous assistons à une réelle montée en puissance de la pratique sportive féminine. Cela se vérifie notamment sur des pratiques tels que le fitness, le running ou même des pratiques dérivées de sport de combat tels que le boxe.

Historiquement les femmes ont toujours été majoritaires en termes d’achat, mais on constate aujourd’hui qu’elles n’achètent plus uniquement pour la famille. Elles viennent désormais plus régulièrement pour se faire plaisir et acheter des produits pour leur pratique personnelle. Les femmes, les mères de famille, ont aujourd’hui un rapport moins distancié vis-à-vis du sport. Elles le perçoivent plus comme une source d’épanouissement, de bien-être et de lien social. 

Je crois fortement aux rôles des institutions et des médias pour donner toujours plus envie aux femmes de faire du sport. Plus les clubs créeront des sections féminines, plus les institutions sportives encourageront la mixité et plus les médias diffuseront du sport féminin, plus la pratique sportive féminine se développera. C’est une certitude. Le rôle des distributeurs de sport est ensuite d’offrir à toutes ces pratiquantes l’offre la plus large pour répondre à leurs envies. Nous avons également un rôle important à jouer au sein de nos points de vente et nous en avons pleinement conscience.

Quelle est la place des femmes dans les entreprises de l’industrie et du commerce du sport ?
Pour moi les femmes ont toutes leur place dans l’industrie du sport. Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à la tête de grandes institutions. On peut citer notre Ministre des Sports, Laura Flessel, Florence Hardouin, DG de la FFF ou encore Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. C’est également le cas dans notre entreprise où notre vice-présidente est une femme (Muriel Savarieau) et où moi-même j’ai le plaisir d’officier en tant que directeur général.
Avant de parler de sexe, je parlerai avant tout de compétence. Je crois fermement au fait que homme ou femme, il faut être à la hauteur des responsabilités que l’on vous a confiées. Je suis par exemple contre les quotas. Je trouve que cela fragilise la légitimité de la femme dirigeante. On ne doit pas penser à une femme pour un poste de direction parce qu’un texte l’impose, mais parce qu’elle a démontré un savoir-faire. La mixité au sein d’un comité de direction est clairement un outil de valeur. Les femmes apportent une autre sensibilité, une autre manière d’appréhender certaines problématiques et cela est vertueux pour toute l’entreprise.
En tous cas ce modèle fonctionne chez Intersport et j’espère voir encore plus de femmes dans les organes de décisions des entreprises du secteur du sport.
 

corinne-gensollen-intersportCorinne Gensollen prendra le 3 octobre 2016 le poste de directeur général d’Intersport France et Belgique. Elle succédera dans la fonction à François Neukirch, qui de son côté ouvrira l’été prochain le plus grand magasin Intersport d’Ile-de-France, à Herblay (95).

Corinne Gensollen occupait jusqu’à l’été dernier le poste de directeur des opérations de l’Olympique de Marseille, dont Intersport est le sponsor maillot. Diplômée de l’ISC Paris, elle a débuté chez Procter & Gamble en 1990 et y est restée neuf ans, avant de rejoindre une première fois l’OM de 1999 à 2001 au poste de directeur marketing et commercial, avec pour mission de développer la marque OM. Elle a ensuite dirigé WND Sport, agence de conseil en stratégie et organisations sportives. Elle a réintégré l’OM en 2005, avec pour principales missions la définition et la mise en place de la stratégie marketing et commerciale du club et le développement de la business unit. Chez Intersport, elle pilotera l’ensemble des services opérationnels de la centrale (offre, marketing, communication).