panneaux solaires

A l’occasion de la Climate Week, qui s’est déroulée du 24 au 30 septembre 2018 dans la ville de New York, le leader européen de la distribution d’articles de sport a annoncé son adhésion à l’initiative mondiale RE100. Celle-ci réunit 144 entreprises engagées à utiliser de l’électricité d’origine renouvelable afin d’accélérer le passage à une économie à faible émission de carbone.

Decathlon s’engage ainsi à s’approvisionner à 100 % en électricité provenant de sources renouvelables d’ici 2026 grâce à la production et à l’achat d’énergie renouvelable. L’engagement couvre l’ensemble des sites commerciaux et logistiques de Decathlon à travers le monde. Le distributeur français, fondé en 1976, est présent en ligne et en magasin dans 51 pays avec plus de 1400 magasins, dont 315 en France (au 30/6/2018).

Préserver l’environnement pour pérenniser la pratique sportive

Decathlon est le plus grand distributeur français à avoir rejoint l’initiative RE100. L’engagement concerne les sites dont Decathlon est propriétaire ainsi que locataire. Actuellement, 70% de sa consommation d’électricité est générée par la France, l’Espagne, l’Italie et la Chine. Certains sites bénéficient déjà d’une production solaire sur site en Europe et les premières installations en Chine et en Inde ont été réalisées cette année. Selon Emma Woolley, chef de projet “Energies renouvelables” de l’entreprise française, « cet engagement s’inscrit parfaitement dans la vision 2026 de notre entreprise, qui a été co-écrite avec nos coéquipiers et qui met l’accent sur la réduction de notre impact environnemental. En agissant pour lutter contre le changement climatique, nous contribuons à protéger l’environnement naturel des pratiquants de sport. Nous espérons que notre engagement inspirer des démarches similaires à d’autres entreprises. » L’entreprise vend principalement des articles de sport de ses propres marques et couvre plus de 70 sports.

Un club d’entreprises influentes

Menée par The Climate Group, une organisation à but non lucratif associant chef d’entreprises et dirigeants gouvernementaux, en partenariat avec CDP, un organisme d’analyse de la performance environnementale des entreprises et collectivités publiques, RE100 est une initiative internationale rassemblant les entreprises les plus influentes engagées pour une énergie 100% renouvelable. « En basculant ses activités mondiales vers de l’électricité 100 % renouvelable, Decathlon prouve à ses clients que le développement durable est au cœur de ses activités. C’est exactement le genre de leadership que nous avons besoin de voir pour réduire rapidement les émissions », commente Sam Kimmins, directeur de l’initiative RE100. Les membres du RE100, parmi lesquels figurent des sociétés du Global Fortune 500, totalisent un chiffre d’affaires de plus de 2,75 milliards de dollars US et opèrent dans un large éventail de secteurs – des technologies de l’information à la construction automobile. Leur objectif est d’envoyer un signal fort aux décideurs politiques et aux investisseurs, afin d’accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone.

 

Après avoir mis au point une liaison ferroviaire en 2017 entre la Chine et son site logistique Delta 3 à Dourges (62), Decathlon expérimente l’acheminement fluvial de ses conteneurs de l’Allemagne. Le premier convoi est arrivé à Delta 3 le vendredi 17 août 2018. (suite…)

Decathlon a racheté au groupe suisse Maus ses 23 magasins Athleticum. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. (suite…)

En partenariat avec le CNPC Sport, Decathlon recrute 40 postes de techniciens-conseiller cycle et ski pour la rentrée 2018 en alternance. (suite…)

Mouvement surprise à la tête de l’enseigne d’articles de sport Decathlon : président du conseil de surveillance depuis 2012, Matthieu Leclercq, fils de fondateur de Michel Leclercq, a annoncé en interne sa décision de ne pas se représenter. (suite…)

La start-up Sport Heroes, spécialisée dans l’animation de communautés de pratiquants d’activités sportives, vient de lever quatre millions d’euros auprès de Genairgy, société d’investissement dédié aux entreprises de loisirs sportifs ou actifs, créée en 2006 par Michel Leclercq, le fondateur de Decathlon. Une nouvelle étape pour Sport Heroes, qui compte accompagner d’ici à 2024 plus de 20 millions de personnes dans leur pratique sportive.

Avec ce nouveau tour de table, Sport Heroes s’assure de l’arrivée d’un partenaire stratégique qui souhaite l’accompagner à long terme : « La mission de Genairgy est de rendre les gens heureux grâce au sport. Ainsi, au travers de Sport Heroes, c’est une nouvelle manière de poursuivre cet engagement profond de développer la pratique sportive » indique Julien Leclercq, dirigeant de Genairgy. Boris Pourreau, dirigeant fondateur de Sport Heroes avec Jean-Charles Touzalin, ajoute : « Nous avons été séduits par l’esprit de bâtisseurs d’une grande famille d’entrepreneurs qui a réussi à créer en quarante ans un leader mondial du sport ». Ses nouveaux moyens vont permettre à Sport Heroes d’étoffer ses services à destination du grand public, des grandes entreprises et de se développer à l’international.

Développer des produits et services physiques

Créée en 2014, Sport Heroes, qui est l’une des réussites de l’incubateur Le Tremplin, avait déjà levé deux millions d’euros il y a deux ans. Présente dans l’univers du running avec Running Heroes (son nom d’origine), du vélo avec Cycling Heroes et du ski avec Skiing Heroes, la start-up emploie une cinquantaine de personnes. Elle prévoit


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le géant français de la distribution d’articles de sport innove en matière de transport de marchandise en utilisant le rail pour ses approvisionnements en provenance de Chine ! La première livraison de produits par “train block” a eu lieu courant novembre. (suite…)

Huit ans après une première tentative d’implantation aux Etats-Unis, l’enseigne de magasins de sport est sur le point d’y revenir avec un nouveau point de vente à San Francisco, en Californie. Une expérience très différente de la précédente.

En 2009, Decathlon avait racheté la chaîne MVP, un parc de 18 magasins dont le groupe comptait faire la tête de pont d’un futur réseau national. Six ans plus tard, l’enseigne quittait les Etats-Unis. Cette fois, plutôt que de se lancer dans un déploiement massif à l’ensemble du pays, Decathlon a pris le parti de se concentrer sur la Californie. Outre le magasin de San Francisco, l’enseigne ouvrira à l’automne prochain un site e-commerce dont le rayon de livraison ne franchira pas les frontières du Golden State. Seule exception à cette règle, le masque de snorkeling EasyBreath, étendard de la R&D de l’entreprise, sera disponible dans l’ensemble du pays.

Un seul Etat pour commencer

Cette stratégie d’implantation a pour but de « permettre à l’enseigne de se familiariser avec les codes et usages des sportifs locaux avant une expansion dans tous les Etats-Unis », précise Michel d’Humières, le directeur de la zone, dans un communiqué : « Notre venue aujourd’hui, n’a rien à voir avec notre tentative de 1999. Nous ne sommes plus les mêmes aujourd’hui, que ce soit en termes de professionnalisme ou de produits proposés. Je ne veux pas proposer au consommateur américain ce qu’il peut trouver à 500 mètres du concept store. Avec le laboratoire de San Francisco, je souhaite qu’on puisse aller à la rencontre des sportifs américains et de leurs besoins pour coconcevoir ensemble l’offre qui leur correspond ».

Un espace communautaire et de coconception

Déployé sur 800 m2  dans Market Street, une importante artère commerçante de la  métropole nord-américaine, le magasin de San Francisco ne se conformera donc pas strictement au modèle appliqué dans le reste du monde. Il se veut davantage « un espace de réflexion, de créativité et de dialogue entre vendeurs, concepteurs de Decathlon et les clients, sportifs, », explique l’entreprise : « C’est par ce biais que se fera l’adaptation de l’offre proposée, au plus près des besoins des consommateurs américains. Au départ conçu comme un lieu atypique favorisant la créativité et l’échange, il deviendra par la suite, à la fois, un lieu de vente des produits propres à l’enseigne, un espace communautaire et de coworking ». Ainsi, cette nouvelle implantation s’inscrit très clairement dans l’actuelle stratégie d’innovation ouverte et d’investissement dans le développement des produits à marques propres de l’entreprise.

Six nouveaux pays cette année

Ce retour aux Etats-Unis constitue aussi une étape importante de l’internationalisation de Decathlon, dont le développement à l’étranger s’accélère. L’enseigne vient ainsi de s’implanter en Israël, après la Colombie, le Ghana et la Suisse, plantera dans les prochaines semaines sont drapeau bleu en Australie, où le groupe nordiste a l’ambition d’ouvrir 100 magasins à terme. L’enseigne, dont le chiffre d’affaires (10 milliards d’euros hors-taxes en 2016) est réalisé aux deux-tiers à l’international, aura ouvert six nouveaux pays en 2017, après cinq en 2016.

Decathlon crée une nouvelle marque dédiée au surf, Olaian, dont les premiers produits arriveront en magasin début 2018. Dans le cadre de ce lancement, l’équipe Olaian part à la recherche de ses futurs ambassadeurs grâce à une grande campagne de recrutement « Planchez Pour Nous », en Aquitaine.

Pendant une année, les ambassadeurs testeront en avant première les produits Olaian grâce à une dotation complète (combinaisons, planches, accessoires, maillots de bain…). Ils seront impliqués directement dans le développement des innovations et des futurs produits.

Les futurs ambassadeur ont jusqu’au 15 juillet pour s’inscrire, en postant photos, vidéos ou textes sur le site « Planchez Pour Nous ». Les candidats seront sélectionnés par un jury interne qui évaluera leur créativité, leur motivation et leur affinité avec la marque.

Situé Porte de Châtillon, à Paris, le magasin Decathlon renforce la présence de l’enseigne dans le sud de la capitale et de sa proche banlieue. Un quinzième point de vente vient donc faire son apparition à Paris et sa petite couronne.

Ouvert aujourd’hui, 14 juin 2017, ce nouveau magasin possède une surface de 3500 m2, un univers de 65 sports, et pas de moins de 45 collaborateurs au sein de Décathlon.

Le magasin, qui présente l’offre complète de Decathlon, est située sur une zone de forte activité sportive, puisque près de 50 000 licenciés pratiquent leurs sports à moins de 15 minutes du magasin (14ème arrondissement, Bagneux, Malakoff, Montrouge…). Decathlon compte plus de 300 points de vente en France et plus de 1000 à l’international.

La Fédération française de gymnastique volontaire (FFEPGV) met en place le programme Courir sport santé, un dispositif d’accompagnement des personnes qui débutent dans le running, en partenariat avec Decathlon.

L’objectif est de permettre à ces nouveaux coureurs, qui se lancent souvent seuls et abandonnent parfois, d’acquérir la technique et de rester motivés. Un programme qui se déroulera en 12 semaines avec 3 niveaux de pratique, et qui se terminera par un challenge collectif.

Ce programme, lancé au niveau national, a débuté en Ile-de-France le 2 mai 2017 au stade Suzanne Lenglen (Paris 15ème) et se terminera 12 semaines plus tard, c’est-à-dire fin juillet. Cette première édition s’adressera aux débutants (niveau 1 : 5 km). Le magasin Decathlon Aquaboulevard, voisin immédiat du stade Suzanne Lenglen, est associé au programme, dans le cadre d’un partenariat entre la FFEPGV et l’enseigne, qui  une séance d’essai gratuite. « C’est un programme complet qui mêle la technique de course, la préparation physique et une séance de course à pied à travers une pratique en groupe en plein air et avec beaucoup de plaisir », explique Émily Martineau, conseillère technique régionale Île-de-France de la FFEPGV. Les participants se sont acquittés de 69,50€ de frais d’inscription,  lesquels  intègrent une licence d’un an aux clubs EPGV à tarif réduit (près de 6000 clubs à travers la France, dont 450 en Ile-de-France).

Avec un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros hors-taxes en 2016, Decathlon, qui a fêté ses quarante ans en 2016, a réalisé une croissance de  12% l’an dernier, égale à celle de 2015. A périmètre comparable, l’augmentation est de 4,4 %.

L’enseigne a ouvert plus de 164 nouveaux points de vente dans le monde en 2016, contre 140 en 2015. Elle s’est implantée dans cinq nouveaux pays : Mexique, Côte d’Ivoire, Singapour, Malaisie, Slovénie. Decathlon est désormais présente dans 28 pays du monde avec 1176 magasins, dont 301 en France, 214 en Chine et 149 en Espagne, qui constituent le top 3 des pays du groupe. Celui-ci a franchi un autre cap cette année avec plus d’un milliard de quantités vendues. Son chiffre d’affaire a presque doublé depuis l’année 2009.

Croissance moins forte en France

La France ne représente plus qu’un tiers du chiffre d’affaires de Decathlon. Avec une hausse 2,2%, la croissance des ventes de l’enseigne dans l’Hexagone « n’a pas été aussi vigoureuse que souhaitée, communique François De Witte, directeur général de Decathlon France. Cela tient –entre autres- à plusieurs facteurs : une météo mauvaise au printemps, saison forte pour la pratique sportive, des mouvements sociaux en juin avec des conséquences sur les déplacements, les attentats qui pèsent aussi sur les achats…Dans ce contexte déclicat, nos équipes ont fourni un travail remarquable au sein de nos 301 magasins avec un sens du service et du conseil que tous les sportifs soulignent. En 2016, nous avons été offensifs sur la baisse des prix de nos articles sans renier sur la qualité, la sécurité tout en innovant en permanence ».

Cap sur la proximité

La chaîne ouvrira au cours du premier semestre 2017 des magasins à Paris, Abbeville, Marseille et Seynod. L’enseigne cherche des relais de croissance en développant de nouveaux formats de proximité : Decathlon City, ciblant la clientèle urbaine avec, notamment, une première ouverture en cours à Paris, rue du Commerce, et Decathlon Essentiel, un concept de points de vente de 1000 m2 recentré sur les marques propres du groupe, qui remplace l’enseigne Koodza et vise principalement les villes moyennes (une ouverture à Saint-André de Cubzac, en Gironde, l’an dernier). Enfin, Decathlon poursuit le développement de ses ventes sur internet, qui ont atteint 4,1 % de son chiffre d’affaires France en 2016 (3,5 % en 2015), en hausse de 9,4 % et attiré 1,7 million de clients.

 

Logo-decathlon_283x70cnosfjà partenaire historique de la semaine Sentez vous sport du Comité national olympique et sportif français, Decathlon a décidé de renforcer ses liens avec celui-ci en en devenant officiellement Partenaire Olympique en France jusqu’à la fin 2018.

Ce rapprochement avec le mouvement sportif s’inscrit dans la volonté commune de l’enseigne et du Comité olympique de promouvoir le sport pour tous et dans la perspective de la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024, pour lesquels le Comité international olympique rendra sa décision le 17 septembre 2017. L’enseigne mobilisera ainsi ses 15 000 collaborateurs et 305 magasins de l’Hexagone en faveur de ce double objectif. « Oui nous souhaitons mettre ou remettre au sport 66 millions de Français ! Et cette volonté se marque à travers nos produits et services abordables mais également les événements sportifs mis en place dans chacun de nos 305 magasins », communique Nicolas Pelletier, directeur général de Decathlon Retail en France. Première échéance le 23 juin prochain, jour de la célébration de la Journée olympique.

Skimium Génie
Dix ans après la création de Skimium en joint-venture avec Decathlon (80 % des parts),  
Eric Laboureix et Dominique Chomarat (20 % des parts à eux deux), ainsi que Guy Belec, président salarié, ont engagé des négociations exclusives avec Decathlon en vue du rachat de l’enseigne de ski.

Cette décision résulte de la stratégie de recentrage de Decathlon“, a précisé Guy Belec, lors d’un déjeuner de presse, le 11 octobre 2016 à Lyon, où Skimium a réuni dans la soirée son réseau de magasins affiliés pour célébrer ses 10 ans d’existence, officialiser le projet de rachat et annoncer une nouvelle stratégie marketing. Les discussions en cours doivent aboutir d’ici à la fin de l’année 2016. Au terme de celles-ci,


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Run&BikeLe week-end du 3 et 4 septembre, le Décathlon Paris-Cnit de La Défense organise un “kilomètre solidaire” pour se préparer avant la Run&Bike Solidaire 2016.

La Run&Bike, qui se déroulera le dimanche 18 septembre, est parrainée cette année par Marie-José Pérec et Thomas Sotto. Créée et co-organisée par la Fondation d’entreprise FDJ et les Étoiles du Sport il y a 3 ans, cette course est un rendez-vous running original par sa dimension solidaire.

Soutien financier à l’inscription en club de sport

Son objectif est simple : collecter des fonds pour le Secours populaire français sur le principe d’1 km parcouru égale 1 € reversé par la Fondation FDJ.  Les 3 et 4 septembre prochains, le magasin Decathlon Paris-Cnit La Défense permet à tous de participer au “Km Solidaire”. Pendant tout le week-end de 9h30 à 20h00, des tapis de course et des vélos trainer sont à disposition de tous pour convertir les kilomètres parcourus en euros au profit du Secours populaire français.

Le 18 septembre, tout le monde peut participer à la Run&Bike Solidaire et différentes distances sont mises en place. Grâce à la mobilisation des participants, la Run&Bike Solidaire convertit les kilomètres en euros au profit du Secours populaire français pour permettre à des jeunes qui n’ont pas les moyens de s’inscrire dans un club de sport de pratiquer la discipline de leur choix. Avec 2 000 participants, 16 000 € ont été reversés lors de l’édition 2015.

Logo-decathlon_283x70Le Rapport développement durable 2015 de Decathlon fait le point sur les principales réalisations du groupe et décrit de nouveaux engagements pour améliorer la qualité de vie des citoyens et réduire son impact sur l’environnement.

 « Chez Decathlon, nous avons la conviction que ce qui est bon pour l’humain et l’environnement a un impact positif à court, moyen et long terme pour notre réussite économique et le développement durable de notre entreprise », commente Isabelle Guyader, directrice développement durable de Decathlon. Avec, comme principale source d’inspiration, les Objectifs de développement durable des Nations Unies, présentés en septembre 2015, l’enseigne d’articles de sport concentre plus particulièrement sa politique sur les quatre points décrits ci-dessous.

Promotion du travail décent

En ce qui concerne les conditions de travail, 887 audits ont été realisés dans les usines sous-traitantes du groupe en 2015. Pour pouvoir construire durablement avec ses fournisseurs, Decathlon a développé une stratégie de partenariats avec des sous­traitants, avec pour objectif de fabriquer 80% de ses volumes de production avec 100 partenaires d’ici 2023.

Contribution à la lutte contre le changement climatique

Sur la question du changement climatique, Decathlon a pour objectif de stabiliser ses émissions de CO2 d’ici 2019, en les ramenant au niveau de 2014 (5,2 millions de tonnes équivalent CO2).

Management de l’eau

Conscient du fait que la santé dépend, entre autres, d’un accès à une eau de bonne qualité, Decathlon évalue ses sous-­traitants qui rejettent de l’eau dans l’environnement naturel afin d’assurer que ces opérations s’effectuent conformément aux directives environnementales de l’International Finance Corporation. Pour la fin de l’année 2016, tous les sous­-traitants concernés suivront ce processus de contrôle.

Production et consommation

Decathlon, acteur important sur le marché du coton, s’engage à utiliser exclusivement du coton produit de manière durable pour les produits des Marques Passion du groupe (coton recyclé, coton issu de l’agriculture biologique ou coton issu de la Better Cotton Initiative).

L’enseigne encourage enfin ses clients à une consommation plus responsable dans ses magasins au moyen d’un système d’affichage environnemental, pour le moment appliqué à 300 produits textiles. Les résultats sont disponibles sur le site e­commerce de l’enseigne.

Sac-frappe-129 - copieL’enseigne nordiste vient de lancer Outshock, nouvelle marque propre dédiée aux sports de combat, qui étaient jusqu’à présent intégrés dans l’offre Domyos, la “Marque Passion” de fitness et danse du groupe.

En cours de déploiement dans les magasins et sur le site Decathlon, Outshock a pour objectif “de rendre la boxe accessible à tous en faisant disparaître l’appréhension de se blesser pour explorer toutes les belles valeurs de ce sport“, explique dans le document de présentation d’Outshock Olivier Clayssen, patron de la nouvelle marque,   qui exerçait auparavant chez Domyos.

Outshock cardio boxing kit - copieSi Outshock a été “détachée” de Domyos, c’est parce que les sports de combats, actuellement en plein rajeunissement et développement, correspondent “à des usages et codes spécifiques très différents de ceux du fitness et de la danse, également couverts par Domyos“, explique une porte-parole d’Outshock. L’offre de la marque de sports de combats de Decathlon est pour l’instant limitée aux gants de boxe (deux modèles à 17,99€ et 24,99 €) et punching bags (39,99€ à 129,99€). De nouveaux produits tels que des kimonos seront introduit à la rentrée, avec pour objectif de couvrir l’intégralité de l’offre des sports de combat progressivement d’ici à la fin 2017.

Nouvelle segmentation


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Capture d’écran 2016-05-20 à 11.40.41Kipsta, la marque des sports collectifs du groupe Decathlon, sera à partir de la saison 2016-2017 l’équipementier du Valenciennes Football Club, son premier club professionnel de football.

Imaginé et dessiné par les équipes Kipsta au sein du Kipstadium, le laboratoire in vivo de Decathlon pour les sports collectifs, le maillot 2016-2017 du VAFC, jusqu’alors sponsorisé par la marque Uhlsport, sera présenté le 25 juin prochain.

Cette entrée de Kipsta dans le monde professionnel du football aux côtés d’un club est une étape importante dans la vie de la marque. Elle permettra aux équipes de Kipsta de tester les produits dans la contrainte la plus forte et de chercher sans cesse les meilleures solutions pour tous les passionnés de football.” a de son côté réagi Franck Demaret, directeur général de Kipsta montrant ainsi que la marque cherche à grandir.