Michel Lacoste, l’ancien président du groupe, négocierait la vente de ses parts à Devanlay, qui détient déjà la licence des polos de la marque et 35% des parts de la société. La partie n’est toutefois pas jouée.

La célèbre marque au crocodile, passera-t-elle bientôt sous bannière suisse ? Selon les Echos du lundi 22 octobre 2012, Michel Lacoste, l’un des quatre enfants de René Lacoste, fondateur de la marque, ne supporte pas d’avoir été évincé de la présidence du conseil d’administration par sa fille. En effet, le 24 septembre dernier, Sophie Lacoste-Dournel avait été élue à la tête du conseil d’administration de manière rocambolesque, suscitant ainsi les rancoeurs familiales. Soutenu par une partie de la famille (dont sa nièce Beryl, pressentie pour la succession de Michel, mais recalée par manque de voix en sa faveur), Michel Lacoste menacerait de proposer ses parts de la société à Devanlay et permettrait à la filiale du groupe suisse Maus, d’obtenir la majorité au conseil d’administration.

Préemption familiale

Rien ne va donc plus entre le père et la fille. La famille est déchirée en deux clans qui pourraient bien faire basculer la marque hors du giron familial. En effet, les Echos révèlent que la partie frondeuse de la famille Lacoste détiendrait plus de 30% des parts de la société.

Interrogée le 23 octobre par le Figaro, Sophie Lacoste-Dournel, 36 ans, a lancé un message d’apaisement et déclarait « être présidente pour assurer la pérennité de la marque et du contrôle familial de l’entreprise ». Alors qu’elle émettait des doutes quant à la véracité de la déclaration de son père, elle assurait quand même qu’une coalition familiale aurait les moyens de racheter les parts à vendre, « en cas de besoin ».

Les 22 héritiers de Lacoste, qui se déchirent depuis des années, n’auraient cependant pas toute liberté sur leur héritage et bénéficieraient d’un pacte de préemption. Avant toute vente à un tiers, les membres de la famille doivent se proposer entre eux les actions qu’ils veulent céder. Et ce, dans les mêmes conditions.

La marque est distribuée par sept partenaires de Lacoste SA qui lui versent des royalties. Devanlay réalise 60% des ventes, sur un total de 1,6 milliard d’euros en 2011. Le chiffre d’affaires annuel de Lacoste SA est estimé à 140 millions d’euros.