Internet reste incontournable dans la préparation des achats de Noël. Selon une étude réalisée par la Fevad et Médiamétrie, publiée le 20 novembre 2013, 69% des internautes comptent acheter leurs cadeaux de Noël en ligne. Ils y dépenseront
 par ailleurs 60% de leur budget cadeau.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La Fevad publie aujourd’hui son « Livre Blanc sur les moyens de sécurisation des paiements sur l’internet ». D’après la fédération, ce sujet est au cœur de la confiance que portent les consommateurs à l’achat en ligne et reste donc l’enjeu prioritaire pour le e-commerce. Elle rappelle toutefois que les derniers chiffres de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (OSCP) font état d’une baisse en 2012 du taux de fraude sur les paiements sur Internet, de 0,290% contre 0,341 % en 2011. Cet ouvrage est l’occasion pour la Fevad et les e-commerçants de maintenir ce cap vers la baisse et d’exprimer 6 axes prioritaires sur la lutte contre la fraude sur les moyens de paiement à distance.

L’ouvrage insiste surtout sur la lutte contre la  fraude comme “objectif commun de l’ensemble des parties prenantes du commerce en ligne“. Avec cependant ses limites. La Fevad rappelle en effet que les recommandations de la CNIL sur les données personnelles des clients, notamment si commerçants, fournisseurs et forces de police veulent travailler de concert, doivent être respectées. Ainsi, le e-commerçant doit avoir le choix de mettre en œuvre le moyen de sécurisation le plus adéquat en fonction de sa connaissance du client, de ces produits et du contexte de la commande. Par ailleurs, ces différentes méthodes de paiement évoluent. Elles doivent donc faire l’objet d’une attention particulière, comme les portefeuilles électroniques par exemple. Et ce, sans jamais perturber le parcours du client pendant son achat en ligne.

Le livre peut être téléchargé ici.

Méthode : un questionnaire à 280 adhérents a été envoyé pour recueillir les éléments chiffrés permettant d’établir un bilan quantitatif, complété par une série de 15 interviews, validées par les interviewés, au cours des mois de mai, juin et début juillet 2013.