Le groupe Lafuma annonce avoir réalisé au cours de son exercice 2017 un résultat opérationnel courant en croissance de 68%, reflétant les effets des restructurations engagées en 2016 et de la mise en œuvre de son plan stratégique.

Selon un communiqué du fabricant d’articles de plein air, “la phase de restructuration du pôle montagne s’est achevée, apportant des améliorations significatives et durables à la profitabilité”. Ce pôle, appelé Millet Moutain Group (MMG), commercialise les articles de sports de nature du groupe (marques Millet, Eider, Lafuma). Il est le plus important de l’entreprise, avec un chiffre d’affaires hors taxes de 95,7 millions d’euros (M€), en baisse de 6,4 % en 2017 par rapport à 2016 à la suite de restructurations des réseaux de distribution à Hong Kong et aux Etats Unis. “Grâce à la bonne évolution de la marge brute, à l’optimisation des coûts et aux mesures de restructuration“, la contribution de MMG au résultat opérationnel a progressé de 6,3 % pour atteindre 21,5 millions d’euros.

Lafuma Mobilier investit et Oxbow progresse

Le pôle mobilier, qui fabrique et commercialise des meubles d’extérieur sous la marque Lafuma, “s’est une fois de plus avéré être la division la plus rentable du groupe Lafuma“. Considérant le potentiel “très positif” de développement de cette division, le groupe a “continué d’investir dans une stratégie claire d’internationalisation et dans la conquête de nouveaux segments de marché“. Le chiffre d’affaires net a légèrement fléchi, de 1,1%, à 38 M€. Du fait des investissements, la contribution opérationnelle au bénéfice a reculé de 7,5%, s’établissant à 10,7 M€. Spécialiste du vêtement de surf et «lifestyle», le pôle surf (marque Oxbow) a quant à lui “confirmé sa tendance au cours de l’exercice“. Le chiffre d’affaires net a progressé de 6%, à 26,8 M€ et la contribution opérationnelle s’est appréciée de 14,2%, pour s’établir à 5,8 M€.

2018, “une année de défis”

Au total, le profit opérationnel courant du groupe Lafuma s’établit à 6,3 M€, en amélioration de 2,5 M€ par rapport à l’année 2016. Le résultat net total est en amélioration de 6,7 M€, aboutissant à un profit de 5,4 M€. “L’année 2018 sera de nouveau pour le groupe Lafuma une année d’investissements soutenus dans le développement des marques et dans l’accélération ciblée de la numérisation”, annonce le groupe qui prévient toutefois que “les conditions économiques sur nos segments de marché feront de l’année 2018 une année de défis“. Le groupe prévoit que sa rentabilité opérationnelle restera stable cette année par rapport à 2017.

 

Les ventes du Groupe Lafuma se sont appréciées de 2,5% en 2016, pour s‘établir à 167,1 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant du groupe s’estamélioré de 25%, passant de 3 millions d’euros en 2015 à 3,8 millions. Le résultat net  reste pénalisé par des provisions exceptionnelles.

Les ventes du pôle Montagne se sont élevées à 102,3 millions d’euros, en amélioration de 2,9% par rapport à 2015. « Le chiffre d’affaires a souffert des conditions climatiques défavorables et de l’arrêt de la marque Killy, mais les mesures d’efficacité opérationnelle, les bénéfices de l’intégration des trois marques au sein de la structure Millet Mountain Group à Annecy, la politique d’achat plus prudente et la réduction de la taille des collections, principalement chez Eider, ont permis d’en compenser les effets », communique l’entreprise. La marque Millet voit ses ventes augmenter de 6,1%, celles de Lafuma sont en croissance de 9,7%, alors que les ventes d’Eider sont en diminution de 12,9 % (soit 2,7 millions d’euros), marquées par l’arrêt de la marque Killy. La contribution opérationnelle du pôle montagne, en croissance de 4,7%, s’établit à 20,3 millions, soit 19,8% des ventes, contre 19,5% en 2015.

Lafuma mobilier bien positionné

Sur la niche porteuse du mobilier d’extérieur, Lafuma Mobilier, montre des « performances extrêmement satisfaisantes pour la troisième année consécutive, depuis sa prise d’autonomie », souligne le groupe : ses ventes sont en croissance organique de 8,7% et s’élèvent à 38,4 millions d’euros, conduisant à une augmentation de la contribution opérationnelle de 1,2 million, soit 11,5%. Les conditions climatiques défavorables en France ont été compensées par le développement des ventes à l’international et sur internet.

Les mesures d’économie payent chez Oxbow

Le pôle Surf, avec 90% de ses ventes sur le marché français, a été affecté par un marché en difficulté et l’absence de touristes dans les régions côtières où Oxbow fait une grande partie de ses ventes. Malgré la baisse du chiffre d’affaires de 3,5 % (après – 12% en 2015), ramenant les ventes à  25,3 millions d’euros, sa contribution opérationnelle a augmenté de 8,7% à 5,1 millions d’euros, grâce à des mesures d’économie de coûts et de redressement de la marge.

Restructurations en Asie et aux Etats-Unis

Marquée par l’arrivée de Reiner Pichler à la fonction de PDG, l’année 2016 a été celle d’une réorientation stratégique pour le groupe. Celui-ci a modifié sa distribution aux Etats Unis, entamé la fermeture de ses filiales à Hong Kong et déplacé et réorganisé son usine en Chine. Ces restructurations ont conduit à des charges opérationnelles supplémentaires pour un montant de 1,1 million d’euros. Une provision technique, réversible, de 2,6 millions d’euros pour dépréciation, a également a été comptabilisée en 2016. Ces provisions concourant à un résultat net négatif de 1,3 million d’euros.

Vers le “commerce multimodal”

Pour 2017, le groupe Lafuma s’attend à un résultat opérationnel stable, malgré une légère baisse des ventes attendue du fait de la restructuration de sa distribution aux Etats-Unis et à Hong-kong. L’acquisition par le groupe Calida, actionnaire majoritaire du Groupe Lafuma, du prestataire internet allemand Reich online services (chiffre d’affaires de 14,1 millions d’euros en 2016), qui est notamment l’opérateur de la boutique en ligne de Calida, est une opportunité pour le Groupe Lafuma de développer le commerce « multimodal » permettant à ses clients des achats sur le net et dans ses boutiques.

Frédéric Ducruet, directeur général de Millet Mountain Group

Frédéric Ducruet, directeur général de Millet Mountain Group

« Malgré un hiver difficile, nous enregistreront un chiffre d’affaires et un résultat en progression en 2016 », a annoncé Frédéric Ducruet, directeur général du Millet Mountain Group, lors de la présentation des collections printemps-été 2017 de ses marques Eider et Lafuma outdoor, le 30 mai 2016 à Paris. Des collections qui témoignent du dynamisme de l’entreprise.

Millet Mountain Group, filiale du groupe


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

lafumagroupelogoLafuma Groupe a publié un résultat total de 2,27 millions d’euros pour l’année 2014, après 69,2 millions d’euros de pertes en 2013 (exercice retraité sur 12 mois). Le résultat opérationnel courant 2014 est lui aussi positif, à 3,0 millions d’euros.

Conformément à la stratégie de recentrage du groupe, le chiffre d’affaires est en recul : 172,2 M€ en 2014 après 193,6 M€ en 2013 (exercice retraité sur 12 mois). Le pôle montagne représente 62 % de l’activité de Lafuma et a subi un recul de 12,6 M€ du fait du repositionnement de la marque Lafuma Outdoor. Le pôle mobilier, filialisé en début d’année 2014, pèse 19% de l’activité, avec des ventes en hausse de 1,5 % et une forte contribution opérationnelle. Le pôle surf (Oxbow) est revenu à la profitabilité opérationnelle malgré une diminution de 23% de son chiffre d’affaires 2014.

Prudence pour 2015

La forte concurrence et la faible croissance des marchés de l’outdoor, notamment en Europe (80% des ventes du groupe), conduit l’entreprise à prévoir un léger repli de l’activité en 2015. La faiblesse de l’euro face au dollar “aura une incidence négative sur les marges“, ajoute le groupe dans un communiqué, qui s’attend à un résultat positif  2015 “solide” bien que légèrement inférieur à celui de 2014.

 

logo-LafumaLes effets du recentrage du Groupe Lafuma se font ressentir. Les ventes totales sont en retrait de 11,2 %, à 85,5 millions d’euros au premier semestre 2014 mais le résultat opérationnel courant redevient positif, à +1,7 M€ (contre -4,8 M€ retraité au 30 juin 2013). Le résultat net reste légèrement négatif à -0,5 M€ au 30 juin 2014 (-54,4 M€ au 30 juin 2013).

L’amélioration résulte du repositionnement du groupe sur des produits et des circuits de distribution rentables, sur l’amélioration de la marge brute (+ 2,5 points à 57,1 %) et sur la maîtrise des charges, précise un communiqué de l’entreprise. Le chiffre d’affaires du pôle Montagne, réalisé par les marques Lafuma Outdoor, Millet et Eider, s’établit à 42,6 M€, en retrait de 8,4 M€. Son résultat opérationnel courant (ROC) est en progression. Le chiffre d’affaires du pôle mobilier est à l’inverse en progression de 1,3 M€ à 27 M€, “principalement porté par les marchés export”, avec un ROC également en hausse. Le pôle surf (Oxbow) a réduit ses ventes de 3,6 M€ pour s’établir à 15,8 M€ “mais a parallèlement su restaurer ses marges et maîtriser ses coûts, présentant un ROC positif sur la période“, selon le même communiqué.

 

 

Dans le cadre du redressement de son pôle montagne, le Groupe Lafuma précise et redéfinit la stratégie de distribution de ses trois marques Millet, Eider et Lafuma. Millet et Eider misent sur les corners et shop-in-shops tandis que Lafuma veut reconquérir la distribution multisport. (suite…)

Après les tentatives, plus ou moins réussie, de rajeunir l’image de la marque dans leur collection été 2014, les stylistes de chez Lafuma empruntent le look workwear pour l’hiver 2014/15 et draguent ostensiblement les cinquantenaires. Tout en réservant quelques pièces qui pourraient plaire aux plus jeunes.

Avec 80 modèles, la marque de produits outdoor resserre sa collection automne hiver 2014. Elle propose également une image légèrement tournée vers le lifestyle, aux couleurs moins criardes. « Ce n’est pas un virage vers le lifestyle », affirme toutefois Mihcaël Svitex, responsable des collections textile. « Si le look vintage est assumé, tout comme la diminution des produits pour l’expédition, le côté technique reste prédominant ». La marque assume également son côté vieillissant mais espère afficher un côté pérenne et hors des modes. « C’est très ambitieux de dire que nous allons habiller tout le monde, mais cette mise à niveau est faite pour que chacun puisse trouver au moins une pièce qui lui correspond », continue-t-il.

Polyvalence urbaine

MIX&MATCH LafumaAinsi la marque propose une veste évolutive, à laquelle se zippe une polaire Tim Eco en Polartec 200 recyclé ou un duvet Warm’n Light (avec ou sans manches), vendues séparément. Appelée Mix and Match, cette veste étanche et membranée emprunte les codes des vêtements de travail. Vendu 220 euros, le produit n’est pas révolutionnaire mais plus abouti que la Jaipur, fer de lance de la gamme.

De l’aveu des stylistes de la marque, « les changements radicaux (dans les collections), sont compliqués, même en interne » et ce, malgré une certaine prudence de Lafuma, qui ne pousse pas ses innovations techniques à l’extrême. Quoiqu’il en soit, l’hiver 2014 reste une saison de transition. L’organisation du bureau de style sera en effet totalement revue à partir de février, après le départ des salariés concernés par le PSE. Une mutualisation des ressources créatrices du groupe devrait engendrer une redistribution des rôles entre les marques. Les technologies les plus pointues pourraient ainsi être dévolues aux marques Eider et Millet.

logo-LaFuma

Le Groupe Lafuma a publié une perte nette de 71,2 millions d’euros (M€) pour une chiffre d’affaires de 193,6 M€, en baisse de -13,8% (-12,3% à taux de change et périmètre constants) sur son exercice clos le 30 septembre 2013.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Pour son exercice 2012/2013, clos au 30 septembre 2013 le groupe Lafuma a enregistré un chiffre d’affaires de 193,6 M€, contre 224,5 M€ lors de l’exercice précédent, en recul de -13,8%.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les mauvais chiffres du groupe Lafuma ne cessent de s’accumuler. Le groupe vient d’annoncer une perte opérationnelle de 4,3 millions d’euros au premier  semestre de son exercice 2012-2013. Des pertes essentiellement dues à la chute libre des ventes d’Oxbow et les mauvais résultats des activités outdoor de Lafuma.

Le groupe Lafuma ne voit toujours pas le bout du tunnel. Au 31 mars 2013, le groupe a annoncé une perte opérationnelle courante de 4,3 millions d’euros, contre un bénéfice de 5,35 millions d’euros au premier semestre de l’exercice précédent, essentiellement liée à la baisse de son chiffre d’affaires de 15,4%. Le résultat net affiche quant à lui une perte de 60,0 millions d’euros après prise en compte de plusieurs éléments non récurrents, comme une dépréciation totale de la marque et de l’écart d’acquisition résiduel d’Oxbow pour 37,1 millions d’euros ou encore une perte sur les actifs destinés à être cédés ou abandonnés de 3,5 millions d’euros.

La rentabilité du Groupe a été fortement impactée par la baisse des ventes d’Oxbow (- 35%) dans un contexte général de recul du marché du surf et par l’aggravation consécutive de ses pertes. De plus, l’activité outdoor de Lafuma (textile, équipement, chaussures) est également déficitaire. Seule consolation pour le groupe, l’activité mobilier (sous la marque Lafuma), ainsi que les marques Eider et Millet (vêtements et équipements de montagne) continuent à afficher un résultat opérationnel positif, dans un environnement moins fortement impacté par la crise.

Réorganisation en trois pôles autonomes

Pour faire face à cette chute vertigineuse des bénéfices, le groupe Lafuma a défini un nouveau plan stratégique destiné à assurer l’avenir des activités et marques en difficulté et à relancer le développement de celles qui sont bénéficiaires. Ce plan, prévoit notamment de regrouper les pôles “Outdoor et Montagne” (Lafuma, Millet et Eider) sur le site d’Annecy, le “Mobilier” sur le site d’Anneyron, et “Surf” (Oxbow) à Mérignac. « 
Ces 3 Pôles seraient opérationnellement entièrement autonomes, avec une mise en commun des seuls moyens logistiques et de l’informatique », précise le groupe par communiqué. 
Pour permettre le succès de ce plan, le groupe confirme également son intention de réaliser une augmentation de capital « significative » dans le cadre d’un plan de refinancement. Des négociations sont déjà en cours avec ses partenaires bancaires.

L’outdoor se replie sur Annecy

Une stratégie qui n’est toutefois pas sans conséquences. En effet, un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est envisagé au sein de la marque Lafuma. Il se traduirait par le redimensionnement de l’activité Lafuma Outdoor, son transfert sur le site d’Annecy qui accueille aujourd’hui les marques Eider et Millet, le transfert de 46 postes (vers Annecy) et la suppression de 78 postes (dont 60 à Anneyron). Le site industriel d’Anneyron serait conforté comme base centrale de l’activité Mobilier. Un autre PSE serait également envisagé. Chez Oxbow cette fois, où 83 postes sont menacés, avec la fermeture de la plateforme logistique dont l’activité serait reprise par la plateforme du Groupe.

Perspectives d’avenir

Dans un communiqué, le groupe, dont le groupe suisse Calida a pris les commandes en janvier dernier, a annoncé que le carnet de commandes pour les collections Automne-Hiver 2013, laisserait présager la poursuite du recul du chiffre d’affaires. Il ralentirait toutefois au second semestre 2012-13 et au trimestre suivant. Néanmoins, ce recul affectera significativement le résultat du Groupe sur l’exercice 2012-13. Par ces nouvelles orientations stratégiques et améliorations opérationnelles, « les mesures de réduction de coûts, la concentration sur des circuits de distribution profitables ainsi que les projets de réorganisation devraient conduire à une réduction graduelle des pertes opérationnelles courantes au cours des prochains exercices » conclut le communiqué.

 

 

 

 

 

La chute continue ! Au cours des six premiers mois de son exercice décalé (septembre 2012-mars 2013), le groupe Lafuma a enregistré un chiffre d’affaires de 102,7 millions d’euros, contre 132,3 millions à la même période l’année précédente, soit un recul de 18,7% à périmètre comparable (hors activités cédées ou en cours de cession. A périmètre et changes constants, cette baisse atteint 15,4%. La marque de vêtements et d’équipement de plein air a dores et déjà annoncé que, même si elle avait prévu cette baisse, en annonçant une baisse de 15,8% de son CA (à périmètre et changes constants) au premier trimestre, cette chute spectaculaire du chiffre d’affaires semestriel aura des « conséquences sur son activité et son résultat annuel ».

Le surf plonge

Dans ce contexte, les marques du pôle montagne, Millet (-3,4%) et Eider (-2,1%), résistent plutôt bien avec un chiffre d’affaire à 46,2M€, contrairement à Oxbow, qui enregistre « un recul très significatif » de son chiffre d’affaires, à 17,6% (-35,2%), dans un marché du surf déjà en berne. Le pôle Grand Outdoor (marque Lafuma) est également en retrait avec une baisse d’activité de 16,5% à 38,9M€. Dans un communiqué le groupe a rappelé que ses marques “évoluent dans un marché particulièrement atone en France (-14,7%) et en Europe (-16,6%), alors que le marché asiatique (-7,1%) a été moins dynamique que lors des saisons précédentes et pénalisé par des effets de change ».

La nouvelle équipe de direction, en place depuis le 15 janvier 2013, présentera un plan de développement en juin, lors de la présentation des résultats semestriels.

logo-Lafuma

Pour le 1er trimestre de son exercice 2012-2013, clos fin décembre 2012, le Groupe Lafuma affiche un net recul de son chiffre d’affaires (-15,7%) et atteint 41,3 millions d’euros. Tous les secteurs sont concernés, avec une activité particulièrement difficile en Europe (-13,4% en France contre -18,7% à l’international). Fortement concurrencé, le pôle Outdoor de la marque Lafuma enregistre une baisse de 18% tandis que Millet et Eider limitent la casse, avec une baisse d’un peu moins de 6%. Lanterne rouge du groupe, Oxbow, continue de plomber les comptes et enregistre une baisse de 44,2% de son chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, le groupe Lafuma s’attend à une baisse de son chiffre d’affaires sur l’ensemble de l’exercice 2012/2013, mais espère une tendance négative moins prononcée pour les prochains trimestres.

Après un hiver 2011/12 en demi-teinte, Eider se diversifie et lance une collection lifesyle, inspirée des vêtements de montagne. Le but : se libérer des aléas de la météo.

Eider (groupe Lafuma) prend un virage serré mais totalement assumé : « Tout ce qui permet de prendre notre indépendance face à la neige est une bonne stratégie », explique Thibault Cornet, directeur général d’Eider. Ainsi pour l’hiver 2013/2014, la marque sortira une collection lifestyle, en plus de ses vêtements de ski dont c’est le cœur de cible. Cette collection s’adresse essentiellement à une population urbaine habituée à la pratique des activités de plein air. Intitulée Annecy Living, la collection s’inspire des mêmes membranes imperméables que pour les vêtements de ski mais est enrichie de matériaux plus nobles comme le cuir, le duvet de canard ou la fourrure. « Eider a été fondée par un tailleur, le lancement d’une telle ligne est un peu comme un retour aux sources », raconte Thibault Cornet. Aucun chiffre prévisionnel de vente n’est avancé mais chez Eider, on avoue s’être fixé des objectifs prudents.

Une marque de sport avant tout

Quant à sa distribution, la collection Annecy Living restera dans les magasins de sport et ne viendra pas grossir les rayons des enseignes généralistes. L’ouverture d’une enseigne Eider en propre n’est pas encore envisagée, mais la marque se dit intéressée par toute les opportunités et propositions de shop-in-shop.

Premier marché à l’export de la marque annecienne, les Etats-Unis sont également la cible de cette collection. L’engouement des américains pour les origines européennes des marques pourrait constituer un message marketing pour le groupe. L’Asie, moins habituée à la pratique du ski, devrait également profiter de cette image d’authenticité française.