Electric-Visual-Logo-300x300La marque de sport californienne Electric vient d’être vendue par Volcom (filiale du groupe Kering)  à un groupe dirigé par Eric Crane, président-directeur général d’Electric dans le cadre d’une opération d’une opération de Managemement Buy Out (MBO).

La transaction a pris  effet le 16 mars et découle d’une proposition spontanée d’Eric Crane. Elle porte sur l’ensemble des actifs et des droits de marque d’Electric. De petite taille, l’entreprise acquise en 2008 par Volcom ne faisait plus véritablement sens dans le portefeuille de Kering. Le pôle “lifestyle” de Kering comprend donc désormais Puma et Volcom.

 

LOGO ELECTRICAprès douze années durant lesquelles il a occupé plusieurs postes au sein du département marketing de DC Shoes et plus récemment de Fox, Alexis Maillet rejoint Electric comme directeur marketing Europe.

Basé au siège EMEA à Anglet, Alexis Maillet travaillera aux cotés d’Anthony Cazottes, directeur général d’Electric Europe. Marque californienne d’accessoires de sport et lifestyle, Electric appartient depuis 2011 au groupe Kering qui annonçait le 05 mai 2015 la promotion de Todd Hymel au poste de directeur des marques d’Action sports.

Alexis Maillet directeur marketing Europe Electric

Alexis Maillet directeur marketing Europe Electric


 

 

 

LOGO ELECTRICLa marque californienne Electric, spécialisée dans les sports de glisse et le lifestyle a annoncé l’arrivée d’Etienne Pinon, comme nouveau directeur des ventes, Europe, Moyen Orient et Afrique.

Avant de rejoindre la marque californienne, qui appartient au groupe Kering depuis 2011, Etienne Pinon, lui même passionné de skateboard, a été directeur des ventes Europe pour les marques de chaussures de skateboard Latix et DVS,  ainsi que chez Neff Headwear.

Le groupe va créer une entité dédiée spécialisée dans “l’eyewear” commune à toutes ses marques (luxe, haut de gamme et sport). Sous la responsabilité de Roberto Vedovotto, ancien dirigeant du fabricant de lunettes Safilo, cette structure permettra à terme à Kering “de contrôler entièrement la chaîne de valeur” de ses activités de montures et de lunettes de soleil : création, développement produits, approvisionnements, marketing et commercial.

L’objectif affiché est de “soutenir davantage les marques du groupe dans l’accélération de leur développement de la catégorie Eyewear“. Kering, qui possède notamment Puma, estime son volume actuel d’activité dans l’eyewear à 350 millions d’euros, ce qui en fait un des cinq leaders mondiaux du secteur. Sur 11 de ses marques présentes dans la catégorie, 9 le sont dans le cadre de licences avec des partenaires différents, générant environ 50 millions d’euros de royalties.

Une intégration progressive


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Après plus de douze ans de présence sur le marché des sports de glisse, Electric, marque du groupe Kering, se lance sur le terrain de l’urbain et rafraichit son image. Celle-ci continue d’évoquer l’âge d’or de la Californie tout en adoptant un style plus mature.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Reid Pinder est nommé directeur général d’Electric (groupe Kering, ex-PPR) pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Ancien surfer professionnel et champion Australien, il a dirigé la marque Billabong en Europe pendant 21 ans. Il est également l’un des membres fondateurs de l’EuroSIMA (Surf Industry Manufacturers Association), dont il a été le directeur.

 

 

 

Recentré sur le luxe et le sport, le groupe PPR a annoncé le 15 février 2013 une croissance de son chiffre d’affaires (+10,6% en comparable) et de son résultat net (+28,2%) pour l’année 2012. Le pôle lifestyle (Puma, Volcom, Electric) affiche une baisse de son résultat opérationnel de -12,1% malgré une hausse de son CA de +11,9%.

Le groupe PPR a publié ce vendredi 15 février 2013 de bonnes performances pour l’ensemble du groupe, délesté de la Fnac et La Redoute. Le chiffre d’affaires a progressé de 10,6% en 2012, atteignant 9,7 milliards d’euros et le résultat opérationnel courant de 19,3%, à 1,8 milliard. La marge opérationnelle subit toutefois un léger recul à 18,4% du CA (-0,2 point). Quant au résultat net part du groupe récurrent, il a bondi de 28,2%, à 1,2 milliard d’euros. De bonnes performances, tirées par l’ensembles des marques de son pôle luxe (Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Stella Mac Cartney, etc.). Ce dernier enregistre en effet une croissance à deux chiffres dans toutes les zones géographiques, excepté au Japon (+9%).

Pas de calendrier pour Puma

Moins spectaculaire que le luxe de part les résultats de Puma, le pôle sport et lifestyle a vu son chiffre d’affaires augmenter de 3,3% en comparable, à 3,53 milliards d’euros, soit un résultat opérationnel courant de -12,1%. Puma, dont les comptes publiés la veille annonçaient une augmentation du chiffre d’affaires de +8,7% (+3,9% en comparable), à 3,27 milliards d’euros, représente 95% du CA de ce pôle Sport & Lifestyle. « Même si les résultats sont décevants, notamment en Europe de l’Ouest (30% du CA de la marque, NDLR) nous n’avons pas de calendrier déterminé pour mener Puma vers la croissance », tentaient de rassurer François-Henri Pinault et Jean-François Palus, à l’annonce de ces résultats.

Un nouveau management

S’il assure que Jean-François Palus, actuellement à la tête de Puma par intérim, ne deviendra pas le futur directeur général de la marque, François-Henri Pinault, PDG du groupe PPR, a assuré pouvoir annoncer les noms de la nouvelle équipe managériale au printemps prochain. « Ses priorités seront de repositionner la marque aussi bien dans le sport que le lifestyle, donner une cohérence à son organisation jusque là désorientée par le rachat de ses licenciés et dynamiser l’innovation tant sur le plan du design que de la distribution en magasin », a-t-il annoncé ce matin.

Pas de rachat tant que Puma ne sera pas redressé

La distribution sur internet et dans ses magasins propres fera également l’objet d’une attention particulière. « Puma reste le socle de notre pôle sport & lifestyle, notre premier objectif est de la remettre sur les rails de la croissance avant de reprendre les projets d’acquisition d’autres marques de sport », a-t-il annoncé. « Nous sommes confiants pour les échéances sportives de 2014, avec une collection foot prometteuse ».

Le groupe PPR a confirmé ses ambitions de répartition de ses activités (60% luxe et 40% sport & lifestyle) et évoqué vouloir renforcer à long terme son activité outdoor. Le groupe mise alors sur Electric et Volcom, dont une nouvelle collection de chaussures sera disponible à l’automne prochain, en cobollaboration avec Puma. Ces deux marques ont enregistré un chiffre d’affaires de 261 millions d’euros en 2012, pour un résultat opérationnel courant de 15 millions d’euros.

Joël Clergiot

Bruce Beach et Kip Arnette, les fondateurs d’Electric, présentent le nouveau logo Electric avec Eric Crane, Chief Commercial Officer

Bruce Beach et Kip Arnette, les fondateurs d’Electric, présentent le nouveau logo
(à droite Eric Crane, Directeur commercial)

Issue des sports de glisse, la marque californienne de lunettes Electric (groupe PPR), se dote d’une nouvelle stratégie : nouveau logo, extension des gammes de produits, développement géographique et des canaux de distribution. Avec un renforcement du management à la clé.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :