Dans un entretien téléphonique avec  Thomas Bach, président du Comité international olympique, le nouveau Président de la République française, a réaffirmé son soutien à la candidature de la France aux Jeux olympiques de 2024.  

Emmanuel Macron, qui  rencontrera la semaine prochaine la commission d’évaluation du CIO chargée de venir visiter les sites choisis pour accueillir les Jeux Olympiques en France, a rappelé combien la candidature “Paris  2024” était portée par le mouvement sportif et comment elle s’inscrivait dans l’agenda du développement durable du CIO. Il a insisté sur la dimension “structurante” du projet et sur les bénéfices attendus pour tous les Français.

 

Communiqué :

« Les 1400 entreprises membres de l’UNION Sport & Cycle comptent parmi elles les plus grandes marques et enseignes au monde, occupent plus de 80 000 salariés en France et sont en contact permanent avec la population française et les enjeux sociétaux actuels : ceux des loisirs et de la mobilité active, ceux de la pratique physique et sportive comme facteur de santé, de lien social et d’intégration.

En outre nos entreprises sont au cœur du marché européen et du commerce international. Elles sont profondément attachées aux valeurs du sport: celles de la solidarité et du respect, de l’altérité, de la tolérance, de l’ouverture, du mouvement et de l’optimisme.

Dans ce contexte inédit du second tour de l’élection présidentielle française, nous mesurons les dangers que ferait courir à l’économie, à la société française et donc à nos entreprises l’avènement d’un parti du repli sur soi et de la peur, de la discrimination et de la négation européenne.

L’UNION sport & cycle appelle donc à soutenir massivement le candidat le plus proche de nos valeurs. »

– Pierre Gogin, 1er Co-Président de l’UNION Sport et Cycle

 

De gauche à droite : Carole Delga, Pierre Gogin et Emmanuel Macron

De g. à d. : Carole Delga, Pierre Gogin et Emmanuel Macron

Pierre Gogin, président délégué de la FPS, qui représente les marques et les enseignes de sport, a rencontré ce mercredi 25 mars, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie et des Finances et Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du Commerce.

Cette rencontre, placée dans le cadre d’un déjeuner à Bercy du conseil d’administration du Conseil du Commerce de France, a été l’occasion de nombreux sujets d’échanges et notamment ceux du projet de « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », et dont la discussion débute dans quelques jours au Sénat, après son adoption récente en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Amendement en commission spéciale

Sur la réforme du travail dominical, Pierre Gogin a insisté sur les risques de blocage du dialogue social au niveau des branches compte tenu de la position “souvent dogmatique” des partenaires sociaux, mais aussi et surtout sur l’inadéquation du texte actuel pour les entreprises saisonnières comme celles situées en stations de montagne et très nombreuses à la FPS. Pour les entreprises saisonnières et devant la forte mobilisation de celles-ci, un amendement vient d’être adopté en commission spéciale du Sénat. Il exonère d’un accord social les établissements de moins de 10 salariés dans les zones touristiques. La FPS souhaite vivement que cet amendement soit adopté au Sénat, puis en dernière lecture à l’Assemblée Nationale.

Si le Ministre de l’Economie s’est montré ouvert à quelques amendements possibles au Sénat*, il a toutefois insisté sur la volonté du Gouvernement de moderniser le pays en accord avec les organisations syndicales les plus responsables, y compris patronales, et donc que la voie de la négociation sociale devait continuer d’être privilégiée. A suivre…