Inspirée par les résultats de ses enquêtes d’analyse du cycle de vie des produits, Gore étendra dès l’automne-hiver 2017 l’utilisation de textiles teints dans la masse et de tissus bruts recyclés pour sa gamme Gore-Tex. Une initiative qui permettra d’améliorer l’impact environnemental de ses produits.

Réduire considérablement la consommation d’eau et les émissions de Co2, ainsi que la quantité de matières finissant habituellement leur vie dans les décharges, un objectif bien défini dans la hiérarchie des priorités de Gore. La teinture dans la masse le permet. Il s’agit d’un procédé de coloration des filaments qui économise jusqu’à 60 % d’eau et réduit considérablement le taux de Co2 émis. « Cette technologie ne contribue pas uniquement à réduire notre empreinte écologique mais aussi à obtenir une bien meilleure tenue des couleurs à la lumière » affirme Thomas Kiebler, en charge du développement des tissus destinés aux vêtements grand public au sein de la division textiles de Gore. En 2016 déjà, Gore et Berghaus utilisaient pour la première fois ce procédé de teinture dans la masse, pour la collection Berghaus Gore-Tex.

Deuxième initiative, celle d’étendre sa gamme de tissus recyclés. Les matières « écoresponsables » de Gore proviennent de déchets de préconsommation pour le nylon et de bouteilles en PET postconsommation pour le polyester. L’entreprise veut ainsi réduire la quantité importante de déchets plastiques et limiter au maximum l’utilisation des ressources naturelles pour la réalisation de ses produits durables et performants.