Avec une image conviviale et de loisirs qui séduit les femmes et les jeunes actifs et une communauté de pratiquants reliée par internet et les réseaux sociaux, le badminton a tout d’une pratique sportive “nouvelle génération”, selon une étude réalisée par l’Union sport & cycle en partenariat avec la FFBad.

 Cette étude fait apparaitre que le Badminton est perçu comme une pratique conviviale et de loisirs. Il répond à des aspirations fortes et actuelles de détente (88 %) et d’amusement (88 %) dans une ambiance de club. Cette recette séduit tout particulièrement le public féminin et les jeunes actifs. Le badminton est devenu le plus féminin des sports de raquette avec 36 % de licenciées (29 % pour le tennis). Près de la moitié d’entre elles déclarent pratiquer depuis moins de 2 ans ! Quant aux jeunes actifs âgés de 25 à 39 ans, ils représentent aujourd’hui 1/3 des licenciés. Le club reste leur lieu de pratique privilégié – voir exclusif pour 60 % d’entre eux.

Internet pour l’actu du club et des infos sur l’équipement

Une des raisons du succès du badminton est aussi à chercher du côté de son mode de communication. Face à la faible exposition médiatique du Bad, internet – pour les 24 à 45 ans – et les réseaux sociaux – pour les plus jeunes – sont devenus les principaux catalyseurs de la « communauté badiste ». Ils cherchent en priorité des informations sur le matériel et l’actualité de leur club. De quoi ouvrir de larges possibilités pour la fédération, les clubs et les équipementiers.

Un coût annuel relativement peu élevé

Enfin, l’accessibilité du badminton n’est certainement pas étrangère au dynamisme de la pratique. Avec un panier moyen annuel de 185€ par licencié, le coût d’équipement s’avère relativement modéré (presque 100€ de moins que pour le tennis). Pourtant, l’étude de l’UNION sport & cycle révèle de vrais potentiels en matière d’équipement, à l’image de la raquette connectée qui intéresse trois pratiquants sur quatre et du textile technique encore trop rarement porté (40% des licenciés).