VF Corporation a nommé Jan Van Leeuwen au poste de vice-président, directeur général, The North Face Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Depuis qu’il a rejoint VF en 2011, Van Leeuwen, qui se décrit comme un « coureur et skieur passionné », a occupé plusieurs postes à responsabilités au sein de la marque Vans EMEA, dont le poste récent de vice-président et directeur général de la marque en Europe. Avant de rejoindre VF, Van Leeuwen a occupé des postes de direction au sein de sociétés telles que Sole Technology, O’Neill et Nike.

La Fédération de l’industrie européenne des articles de sport (Fesi) et la Fédération européenne des associations de détaillants d’articles de sport (Fedas) ont signé un accord de coopération, visant à mieux représenter l’ensemble du secteur sport au niveau européen.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

En conclusion de la rencontre “Emocs” du sport en entreprise, qui s’est tenue à La Défense le 27 septembre 2018, huit organisations européennes du sport se sont engagées à créer un label européen “Active Workplace” (“entreprise active”).

Les cosignataires, parmi lesquelles les Fédérations du sport en entreprise européenne et française, la Fédération européen des industries du sport (Fesi) et l’association Sport & Citoyenneté et la Fédération, constatent que la mulplication des labels locaux, nationaux ou régionaux, non réglementés, en matière de sport en entreprise, nuit à la visibilité et à la crédibilité des politiques engagées par les entreprises et pouvoir publics. “Les entreprises actives ont besoin d’un moyen fiable pour montrer à leurs actionnaires, investisseurs, employés potentiels et autorités publiques qu’elles prennent ce problème au sérieux“, énonce l’appel. Ses initiateurs s’engagent en conséquence à mettre en place un groupe de travail avec tous les acteurs concernés pour commencer à travailler à la création d’un label européen unique pour les lieux de travail “actifs”. Celui-ci doit présenter une proposition de labellisation, des critères et des spécifications finaux avant le 31 décembre 2019.

Le label sera construit autour de cinq principes :

  • La crédibilité, assurée par un ensemble d’exigences minimales obligatoires et d’outils d’évaluation de reporting.
  • La proportionnalité, obtenue grâce à des exigences adaptées à la taille, à la localisation et au secteur d’activité des entreprises.
  • La transparence des critères, qui seront établi en concertation avec les différentes parties prenante concernées.
  • L’évolutivité, permettant d’adapter le label à toutes les entreprises sans discrimination.
  • La durabilité des actions mises en oeuvre.

 

 

La société d’études NPD estime que la Coupe du monde de football apportera un point de croissance supplémentaire au marché des articles de sport, par rapport à une année sans tournoi mondial. Le Mondial 2018 devrait donc contribuer à le faire de plus de 560 millions d’euros sur les cinq plus gros pays européens.

L’effet “Mondial” est particulièrement perceptible sur les ventes de certains articles comme les T-shirts de football. Lors de la dernière coupe de Monde en 2014, NPD avait mesuré une croissance de +9 % des ventes de maillots par rapport à 2013 en moyenne sur les cinq grands pays Européens (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Espagne) et un pic de +29 % sur les six premiers mois de l’année. Même observation pour les ventes de ballons – le modèle « Mondial » étant traditionnellement lancé lors du Noël précédant la compétition (+30 % sur les ventes de ballons de football enregistrées en France en décembre 2017 et croissance anticipée de 50% sur les ventes en juin 2018).

Effet boule de neige

Selon David Richard, , directeur NPD Sport France, “40 % de la croissance que l’on attribue à l’effet Coupe du Monde provient de produits directement attribuables au football (maillots de football, ballons et accessoires). Cependant une compétition de cette envergure a un effet « boule de neige» sur les ventes des marques de sport en général.” Les observateurs s’attendent toutefois à un effet d’entraînement moindre sur le marché français de ce Mondial organisé en Russie par rapport au précédent brésilien et à l’Euro 2016 français… Sauf si les résultats de l’équipe de France sont au rendez-vous !

La référence de l’Euro 2016

Taux d’évolution du chiffre d’affaires de la Coupe d’Europe 2016 versus année sans compétition (2015)

  •       Maillots de football :       +   6 %
  •      Chaussures de football :  +   3 %
  •       Ballons (estimation) :      +  25 %
  •       Jouets de sport :              +   3 %
  •       Cartes à collectionner :   +  74 %

 

 

François Benaben (Rossignol)

 Le Groupe Rossignol a présenté sa première gamme de raquettes de padel, le 11 juillet dernier à Artés (Espagne), où celle-ci sera entièrement fabriquée. François Benaben, vice-président ventes & marketing du groupe français, revient en exclusivité pour Filièresport sur les raisons de la conquête de ce nouveau marché. – Propos recueillis par J.-F. Pibre, à Barcelone.

A LIRE SUR LE MÊME THEME :

Henri Leconte : “le padel peut séduire un large public”

Le padel à la conquête du grand public

Casa Padel, le plus grand centre de padel parisien

Le padel testé par Filièresport

Babolat, partenaire padel de la FFT

Tecnifibre se lance dans le padel

Filièresport : Pourquoi le Groupe Rossignol a-t-il décidé de se lancer sur le marché du padel ?

Spécialisée dans le ski et les snowboards, l’usine d’Artès en Catalogne espagnole fabrique aussi désormais des raquette de padel.

François Benaben : Tout est parti de nos équipes de l’usine d’Artés (Espagne), où les joueurs de padel sont nombreux. Ils se sont rendu compte qu’il y avait beaucoup de points communs entre les technologies du ski et du padel. Pour être précis, 90% des matériaux utilisés dans le ski le sont également dans le padel. Partant de ce constat, ils sont venus nous trouver il y a trois ans et demi en nous disant juste : “nous avons envie de créer une gamme de raquettes”. Nous avons très vite compris que ce projet, entrepreneurial d’une certaine manière, était porteur. Nous avons donc lancé une étude commerciale ainsi qu’un gros travail en R&D. Résultat, aujourd’hui, nous nous lançons avec


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Columbia Sportswear Company a remanié son organigramme. Cette réorganisation conduit notamment à la promotion de Franco Fogliato. Matthieu Schegg lui succèdera à la direction Europe Moyen-Orient Afrique à compter du 1er juillet 2017. 

Tim Boyle, PDG de la société depuis 1988,


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Démonstration dans les halls Fitness de l’Ispo Munich 2017

Selon une étude rendue publique par Deloitte et EuropeActive, la France compte 5,46 millions d’adhérents de clubs de fitness. Le marché français est ainsi le troisième en Europe, après l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les quelque 4 000 clubs français (8 % du marché européen) totalisent 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Avec une progression de 5 % du nombre d’adhérents en 2016, l’étude confirme que la pratique progresse en France. Ce que le record de fréquentation du la 30ème édition du Salon Body Fitness Paris, qui s’est déroulée du 17 au 19 mars 2017, pressentait déjà. La croissance du nombre d’adhérents des clubs est encouragée par la baisse du prix moyen de l’abonnement, passé de 41,80€ en 2015 à 41€ en 2016, sous l’effet notamment de la progression des salles low-cost. Mais l’étude souligne que les salles premium se développent aussi. Parmi les grands clubs de fitness en France, trois structures se détachent : L’Orange Bleue (368 clubs), Groupe Moving (200 clubs) et Keep Cool (168 clubs).

Les 5 premiers marchés européens du fitness en nombre d’adhérents

Classement Pays Nombre d’adhérents Croissance sur 2016/2016
1 Allemagne 10 080 000 +6.6%
2 Royaume-Uni 9 250 000 +5.1%
3 France 5 460 000 +5.0%
4 Italie 5 250 000 +2.9%
5 Espagne 5 060 000 +2.4%

Le week-end dernier, à l’occasion du congrès électif de la Confédération Europe & Afrique de ski nautique et de wakeboard, qui s’est tenu à Lausanne en Suisse, Mme Depy Papadimitriou (Grèce) a été élue présidente et M. Patrice Martin (France), vice-président délégué pour l’olympiade 2017 – 2020. 
Patrice Martin, champion du monde du ski nautique est l’actuel président du la Fédération française de ski nautique et de wakeboard. « À quelques mois des Championnats du monde de Ski Nautique en France à Paris-Choisy-le-Roi, cette élection va nous permettre de participer de manières active et influente au développement et à la structuration de nos disciplines. Cette élection permet par ailleurs de contribuer au renforcement du poids du sport français au sein des instances sportives internationales », a-t-il annoncé.
John Jansen (Keen), Yannick Morat (Frasteya-Sport 2000), Stefan Glowacz (Red Chili) et Stefan Reisinger (OutDoor Show et Eurobike).

John Jansen (Keen), Yannick Morat (Frasteya-Sport 2000), Stefan Glowacz (Red Chili) et Stefan Reisinger (OutDoor Show et Eurobike).

L’EOG (European Outdoor Group) a rendu public, lors de la conférence de presse du salon OutDoor de Friedrichshafen, ce mercredi 13 juillet 2016, les chiffres de vente des articles de sports de nature sur le vieux continent. L’étude annuelle State of Trade1 fait était d’une croissance des ventes aux distributeurs (« sell-in ») de 2,1 % en valeur et de 1,7 % en volume.

Les ventes d’articles d’outdoor s’établissent ainsi à 5,3 milliards d’euros en sell-in pour l’année 2015 en Europe. Au niveau des ventes du commerce de détail, le marché européen de l’outdoor est estimé à 11,2 Mds€. Les deux plus grands marchés, l’Allemagne et la France, ont respectivement progressé de 2,2 % et de 2,5 %. L’Europe du Sud a énéficié d’une croissance de 2,3 % et l’Europe de l’Est de 2,2 %.

1L’étude compile les ventes de 111 marques en Europe dans 7 catégories et 48 sous-catégories de produits.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

HealthBox Cover front

Under Armour étend à l’Europe le lancement de son “premier écosystème de fitness connecté” de la marque.

Cet écosystème inclut l’UA Healthbox, un système de  fitness connecté mondial créé avec la marque de smartphone HTC, inclut une application et divers équipements. Il apporte une solution simplifiée afin de mesurer sa santé et ses progrès sportifs.

La marque commercialise également les écouteurs sans  fil UA (en partenariat avec JBL).  La UA SpeedForm Gemini 2 Record Equipped, la première chaussure intelligente de la marque, complétant la gamme fitness connecté a, elle, été lancée durant le printemps. Tous sont alimentés par UA Record, l’application fitness et santé d’Under Armour. La Healthbox créée par les athlètes et destinée aux athlètes est commercialisée à 499 euros.

ConnectedFitness

Capture d’écran 2016-06-29 à 10.32.01

Avec l’agrandissement, de son centre de distribution de Liège (Belgique), inauguré le 23 juin 2016, la marque américaine de sneakers se dote d’un outil de près de 100 000 m2 afin d’absorber sa croissance sur le Vieux Continent.

Un entrepôt automatisé

Ouvert en 2002, l’entrepôt de Liège, qui approvisionne toute l’Europe, était arrivé à saturation malgré deux agrandissements opérés en 2009 et 2014. L’augmentation de 28 500 m2 opérée au premier semestre 2016 porte sa surface à 98 500 m2 et permettra « répondre aux besoins croissants du marché européen à long terme », a précisé Sophie Houtmeyers, vice-présidente du site. Il est aussi l’occasion d’installer « de nouvelles technologies d’automatisation » qui seront pleinement opérationnelles d’ici novembre prochain. L’investissement hors foncier et immobilier (qui sont portés par le propriétaire des murs) est de l’ordre de 25 millions de dollars.

Employant plus de 300 personnes en équivalent temps plein, le centre distribue les chaussures Skechers à destination de l’ensemble de ses réseaux de distribution en Europe : grandes enseignes, grossistes, 160 magasins propres et franchisés, deux sites e-commerce (Royaume-Uni et Allemagne). Avec une capacité de 30 000 cartons par jour, il a expédié 17 millions de paires de chaussure l’an dernier et devrait atteindre 21 millions cette année. Sa capacité de stockage est de 118 000 palettes, soit 7 millions de paires de chaussures.

Des croissances à deux chiffres

Deuxième chausseur derrière Nike aux Etats-Unis, Skechers a réalisé un chiffre d’affaires de 3,15 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2015, en hausse de 32 %. En croissance continue depuis plusieurs années, le groupe, présent dans 160 pays, est en plein développement international. Ses ventes hors Etats-Unis ont atteint 41 % en 2015 et l’objectif est de passer la barre des 50 % dans les deux ou trois ans. Les ventes en Europe, qui représentent entre un quart et un tiers de l’activité internationale du groupe, selon la fourchette délivrée à Filière Sport par David Weinberg, directeur financier et opérationnel de Skechers, progresseraient de l’ordre 30 %.

L’année 2017, un tournant pour Skechers France

Réputée pour le confort de ses chaussures, la marque a construit son succès sur ses gammes style de vie, qui génèrent la majorité de ses ventes. Elle propose cependant de plus en plus d’articles performance : après le golf et le basket, Skechers s’est lancée dans


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Campus logistique NikeNike a dévoilé la dernière extension de son “campus logistique européen”, situé à Laakdal, dans la province d’Anvers en Belgique.

Le site traitera les commandes des consommateurs sur le site Nike.com, ainsi que celles des magasins Nike ou des partenaires grossistes établis dans 38 pays. Il s’agit d’un bâtiment écoresponsable. En effet, la plateforme utilise 100% d’énergies renouvelables, tandis que 99% des conteneurs entrant sont acheminés par voie d’eau et non par la route (économisant ainsi 14000 trajets de camions par an) et plus de 95% des déchets générés sont recyclés

David Ledouble (Hydro Flask Europe)

David Ledouble (Hydro Flask Europe)

La société américaine de contenants isothermes Hydro Flask vient de nommer David Ledouble à la tête de sa filiale européenne, nouvellement créée et basée à Bâle (Suisse).

David Ledouble prend ce lundi 4 avril la fonction de directeur général Europe Afrique Moyen-Orient d’Hydro Flask. Il travaillait auparavant au poste de directeur des ventes chez Black Diamond, chez qui il a exercé pendant 11 ans.

Foot LockerL’entreprise américaine a réalisé un 4è trimestre 2015 intéressant avec 148 M € de bénéfices (contre 134 M € en 2014) et une augmentation de 7,9 % de ses ventes (plus 5 % sur l’année), atteignant un chiffre d’affaires de 1,8 Md € sur cette période. Après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 6,5 Mds €, l’année 2015 semble avoir également réussie à Foot Locker, qui a annoncé un plan d’investissement à hauteur de 272 M € pour 2016.

Déjà présent en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande avec l’équivalent de 3 383 magasins répartis dans 23 pays, Foot Locker semble vouloir se développer encore plus. Un investissement proche des 300 M € est prévu  (il était de de 206 M € en 2015) afin de rénover le parc de magasins, créer des espaces dédiés aux marques et aux partenaires clés dans les boutiques, ainsi que gagner des parts de marché sur le marché européen et des enfants. La logistique et les opérations digitales devraient également subir des changements dans les mois à venir. Enfin, le siège social sera relocalisé à New-York d’ici quelques semaines.

image003Skechers, spécialiste américain du running et des courses d’élite est le nouveau partenaire officiel  de la tournée européenne de l’Ironman. Il sera présent sur l’ensemble des dates ; soit 27 courses.  Ces cinq dernières années, Skechers Performance s’est fait une place dans le domaine de la chaussure de course, attirant des ambassadeurs tels que Meb Keflezighi (vainqueur du marathon de Boston), la coureuse Kara Goucher ou encore Nils Frommhold. 

Skechers sera visible pour la première fois en mai, lors l’Ironman 70.3 Pays d’Aix, bénéficiera d’un stand au village des exposants et figurera sur les produits marketing et événementiel comme les panneaux d’indications de course ou les supports numériques.

La marque américaine tentera de se faire connaître davantage auprès de ses cibles européennes, la compétition traversant pas moins d’une dizaine de pays du vieux continent (Suisse, France, Autriche, Allemagne, Irlande, Espagne, Italie, Pays-Bays, Danemark, Royaume-Uni), comme l’explique Marvin Bernstein, Directeur de Skechers : ” Notre ascension sur le podium Ironman récompense notre soutien et notre engagement continus pour la communauté des coureurs. Notre implication dans cette tournée va permettre de montrer aux athlètes professionnels et amateurs de toute l’Europe que nous sommes un acteur majeur dans le domaine des chaussures de course. Cette exposition communautaire est une opportunité incroyable pour créer un lien direct avec notre groupe démographique ciblé de coureurs et mettre en avant nos produits dans toute l’Europe “. 

 

 

 

Divinement footLa ville de Lyon accueillera l’exposition Divinement Foot ! du 21 avril au 4 septembre 2016 dans les musées Gadagne, situés au cœur de la vieille ville, dans le quartier Saint-Jean. Elle traitera de la sociologie du football, un sport devenu aujourd’hui un véritable phénomène de société et souvent comparé à une nouvelle “religion contemporaine”. Divinement Foot ! sera l’unique manifestation de ce genre durant les championnats d’Europe de Football dans l’hexagone. 

Coproduite par un réseau européen de musées d’histoire urbaine, l’exposition Divinement Foot ! traitera de plusieurs thématiques telles que “idoles et héros”, “le lieu de l’action”, “emblème : du berceau à la tombe”, “normes et valeurs” ou encore “rivalités”. Elle aura également un fort encrage local et évoquera en profondeur l’Histoire de la ville et de son club de football, l’Olympique Lyonnais. Le dirigeant de la rubrique foot et journaliste de L’Equipe Vincent Duluc, spécialiste du club Rhodanien et de l’AS Saint-Etienne (sur lesquels il a déjà publié deux ouvrages), y a notamment participé.

Capture d’écran 2016-02-18 à 11.37.37De nombreuses photos, vidéos, commentaires audios et animations (quizz…) accompagneront les visiteurs tout au long de l’exposition, qui les plongera dans les plus grands moments et les émotions les plus intenses de l’histoire du football mondial.

Une action numérique sera également mis en place. Tout supporteur pourra, dès le mois de mars, poster un “selfie” sportif sur Instagram, Facebook ou Twitter (#divinselfoot). Les meilleurs clichés seront ensuite diffusés sur un mur d’images au sein des musées Gadagne. Un espace Paniniyourself a aussi été imaginé afin de permettre à chacun de créer son image de joueur de football panini et de partager son expérience sur le réseau social Flick’r.

Deux mois après la fin de la compétition, Divinement Foot ! prendra la direction de Luxembourg, Barcelone, puis Moscou.

SPORTSelon une étude commandée par l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), la vente d’articles de sport contrefaits coûte chaque année 492 M€ à l’industrie européenne du secteur  (hors chaussures, vêtements et cycle), soit 6,5 % de l’ensemble des ventes* de l’UE 28. 

En France,  le coût direct de la contrefaçon est estimé à 82 M€. Ce qui fait de l’Hexagone, qui pèse 15% de la production européenne sur le périmètre produits étudié, le premier pays atteint en valeur. Son pourcentage de perte, 6,8% de la production nationale, est supérieur à la moyenne de l’UE, bien au dessus des taux des principaux marchés européens (3,7% en Allemagne  et 4,9% au Royaume-Uni, 5,3 % en Italie mais 15,7% en Espagne). La Fédération française des industries sport & loisirs (FIFAS), a réagi en appelant à « une mobilisation sans faille » des pouvoirs publics à la veille de la Coupe du monde de rugby et avant l’Euro et les JO de 2016, tout en appelant les consommateurs à la vigilance face aux «  dangers et risques liés à l’utilisation de matériels sportifs non conformes ».

2 800 emplois en moins

Si le coût de la contrefaçon reste inférieur à celui mesuré dans les deux autres secteurs précédemment étudiés par l’OHMI (9,7 % dans les vêtements-chaussures-accessoires et 7,8% dans les cosmétiques), le manque à gagner se traduit par la perte de près de 2 800 emplois directs pour l’industrie européenne des articles de sport (6,5 % du total des emplois sur les produits étudiés). Les pays les plus atteints sont la Roumanie (416 postes), l’Italie (393) et le Royaume-Uni (373). La France, avec un coût de 283 postes (5,8%), se situe en dessous de la moyenne. Enfin, les effets indirects de la contrefaçon sont estimés à l’échelle européenne à 360 M€ de consommations industrielles en moins, plus 150 M€ de recettes fiscales perdues, et à près de 5 800 emplois.

* valeur en prix d’usine, chiffres 2012.

OutDoor 2015Deux estimations différentes – pour des raisons de méthodologie et de périmètres distincts – mais un même constat à l’occasion du salon OutDoor Friedrichshafen : le marché des sports de nature (outdoor) continue de progresser en Europe.

10 Mrds € pour l’outdoor été

Selon les données de la société d’études NPD publiées par Outdoor Industry Compass , le marché européen de l’outdoor a atteint 16,3 milliards d’euros en 2014 en croissance de 2%. Ce chiffrage, établi sur la base d’une étude consommateurs dans 33 pays, inclut les sports d’hiver, la chasse et la pêche. Ce que ne fait pas le European Outdoor Group (EOG), qui calcule l’estimation du marché de l’outdoor à partir du chiffre d’affaires de cumulé des ses fabricants adhérents. L’EOG aboutit à 10,2 Mrds € de chiffre d’affaires au détail, dans son étude annuelle dévoilée ce mercredi 15 juillet lors d’une conférence de presse tenue sur le salon OutDoor de Friedriechshafen. Mais l’EOG confirme le constat de progression du marché, qu’il estime à +1,2% en valeur et à +1,4% en volume pour 2014, en incluant le marché russe en crise, et + 2,7% et + 2,3% hors Russie.

Une croissance bien répartie géographiquement


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :