Fevad-logo_carré_transparentLes articles de sport représentent 17% des achats en ligne réalisés par les internautes français au premier semestre 2015, selon une étude Médiamétrie-Netratings publiée ce matin au salon E-commerce Paris, en complément du bilan semestriel publié par la Fédération E-commerce et vente à distance (Fevad).

La part de marché des articles de sport se positionne ainsi au 12è rang des achats en ligne, devant la vidéo à la demande et la musique en ligne mais loin derrière l’habillement et la mode (44% des produits achetés), le voyage-tourisme (38%, hors billets de train) et les produits culturels (35%), les trois catégories de produits les plus achetées sur internet. Cette part de 17% n’a pas bougé par rapport à 2014, où les articles de sport occupaient la 11è position des achats en ligne.

Les places de marché tirent la croissance

Concernant le bilan global des ventes, « la bonne nouvelle est que la croissance au deuxième trimestre est encore supérieure à celle du premier », a annoncé François Momboisse, président de la Fevad. Au deuxième trimestre 2015, le Français ont dépensé 15,5 milliards d’euros sur internet, dénotant une reprise de la croissance depuis le début de l’année, « portée par une forte augmentation du nombre de transactions, avec une fréquence d’achat plus importante et une stabilisation du panier moyen à 79€ ».

Des prévisions en hausse pour 2015

La croissance du chiffre d’affaires atteint 13% au deuxième trimestre, celle du volume d’affaires des places de marché 58%. « Il faut remonter à 2011 pour retrouver une croissance comparable », a précisé Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Celle-ci a donc révisé en hausse ses prévisions annuelles initiales (+10%) et table sur un chiffre d’affaires annuel du E-commerce en France de l’ordre de 64 à 65 Mds € pour l’année 2015.

17 % des internautes achètent des articles de sport en ligne*, selon le 10è Baromètre des comportements d’achat des internautes dévoilé ce matin par la Fevad au salon E-Commerce Paris. Cette étude, réalisée par Médiamétrie/Netratings en mai dernier, place le marché du sport en 11è (et dernière) position dans la liste des catégories de produits et services achetés, à égalité avec les pièces et équipements auto.

Loin derrière le tourisme (taux de pénétration de 62 %) ou encore l’habillement (49 %), le sport n’en fait pas moins partie des quelques catégories de produits qui progressent, avec un gain de deux points par rapport au Baromètre de 2013. Selon Médiamétrie, la France comptait 43,6 millions d’internautes au deuxième trimestre 2014 et plus de 34 millions de cyberacheteurs, soit près de 1,5 million de plus qu’un an auparavant (+ 5 %).

Encouragés par la hausse du nombre des sites marchands (+ 15 % en un an, 147 200 sites), les cyberacheteurs augmentent leur fréquence d’achat mais leur panier moyen s’effrite. Selon la Fevad, le chiffre d’affaires du e-commerce a atteint 13,3 milliards d’euros au deuxième trimestre 2014, et représente 8 % du commerce de détail non alimentaire. “Si l’on poursuit sur la même tendance (+ 10,5 % de croissance sur les 8 premiers mois de l’année), le chiffre d’affaires du e-commerce devrait atteindre 56,5 milliards d’euros et une part de marché de 9 %“, prévoit Marc Lolivier, directeur général de la Fevad.

* achat dans les six mois précédents l’enquête.

Selon le baromètre CSA pour la Fevad publié ce matin, 88 % des internautes français déclarent avoir l’intention d’acheter un produit ou service sur internet en 2014. Un taux élevé, qui se révèle sensiblement identique à celui de 2013 (86 %), tandis que la fréquence d’achat sera la même qu’en 2013 pour près de 8 internautes sur dix et supérieure pour 13 % d’entre eux.

Hausse des intentions d’achat de textile-chaussure sur smartphones

Le principal support d’achat sur internet reste l’ordinateur (87 % des internautes prévoient de l’utiliser en 2014) mais celui-ci est en baisse de 5 points par rapport à 2013. A l’inverse, la tablette gagne du terrain (19 %, + 7 points), de même que, dans une moindre mesure, le smartphone (15 %, + 3 points). “Le mobile joue avant tout un rôle d’assistant à l’achat“, commente Bernard Sananès, président de l’Institut CSA. A noter que les ventes de vêtements et chaussures sur smartphone devraient enregistrer une très forte hausse l’an prochain, avec 38 % d’intentions d’achats contre 18 % l’an dernier.

La barre des 50 milliards d’euros franchie

La France a compté 33,8 millions de cyberacheteurs au quatrième trimestre 2013, soit 1,65 million de plus qu’à la même période de 2012 (source Médiamétrie).  Au cours de la période, près des deux tiers des internautes ont consulté chaque mois l’un des 15 premiers sites français d’e-commerce, que domine Amazon en termes de fréquentation. Les ventes sur internet ont par ailleurs nettement dépassé le cap des 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France, à 51,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en hausse de 13,5 % en 2013, tandis que le nombre de transactions (plus de 600 millions) bondissait de 17,5 %. Le nombre de sites marchands actifs a encore augmenté l’an dernier (20 000 en plus soit + 17 %), à 138 000 sites. Entre 2005 et 2013, le nombre des sites d’e-commerce a été multiplié par 10, leur chiffre d’affaires par 6.

Selon les dernières estimations du Baromètre Fevad/CSA sur l’évolution des comportements et de la satisfaction des internautes concernant leurs achats de Noël, les Français ont dépensé plus de 10 milliards d’euros sur internet. Le nombre de Français qui ont acheté leurs cadeaux sur internet a encore progressé à Noël dernier. Le sport n’échappe pas à cette tendance à la hausse.

Près de 8 sur 10 ! C’est la part des internautes (72%) qui ont déclaré avoir utilisé Internet pour préparer leurs achats de Noël. Des préparatifs qui finissent de plus en plus souvent en acte d’achat. En effet, le nombre de personnes qui ont acheté sur internet a encore progressé en 2013. Une progression de 4 points, puisqu’ils sont 61% à avoir fait leurs courses de Noël sur le web contre 57% en 2012. Ces cyber-acheteurs de Noël sont plutôt jeunes (69% parmi les 25-34 ans) et aisé (73% parmi les catégories socioprofessionnelles dites supérieures).

La part du sport en hausse

40% des acheteurs sur Internet déclarent avoir acheté une part plus importante de leurs cadeaux sur Internet par rapport à l’année précédente. Si le produit culturel reste le cadeau de Noël le plus acheté sur internet (61% des « cyber-acheteurs » se sont ainsi tournés vers ce type de produits, avec une nette préférence pour les jeux vidéo et les livres), certaines catégories ont été davantage privilégiées cette année. C’est le cas notamment des vêtements/chaussures de sport, dont les acquisitions sur internet ont bondi de 7% en 2012 à 19% en 2013. A noter que parmi les acheteurs, 28% déclarent avoir acheté, et s’être fait livrer depuis un site étranger.

Point relais ou retrait en magasin une forte augmentation

La livraison à domicile en mode normal est toujours privilégiée par trois internautes sur quatre et plus spécifiquement par les personnes âgées entre 35 et 49 ans (81% des acheteurs de 35-49 ans sur Internet ont privilégié le mode de livraison à domicile). La livraison hors domicile apparaît en très forte augmentation. 59% des acheteurs ont ainsi retiré une ou plusieurs commandes en point relais, contre 48% en 2012. La progression est encore plus spectaculaire en ce qui concerne le retrait en magasin, 21% des acheteurs se sont rendus en magasin afin de récupérer la commande passée préalablement sur le site e-commerce de l’enseigne. C’est quasiment deux fois plus que l’an dernier (13%). Selon la Fevad, cette tendance reflète le succès des stratégies omni-canal mises en place par de nombreuses enseignes, notamment à travers le « click & collect ».

Méthodologie

Depuis 2003, le Baromètre Fevad/CSA/Buzzpanel mesure les achats de Noël sur la toile. L’enquête a été réalisée en ligne du 26 décembre 2013 au 2 janvier 2014 auprès d’un échantillon représentatif de 1 011 internautes français de 18-74 ans constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, CSP, Région, Composition du foyer, achat en ligne).

 

Internet reste incontournable dans la préparation des achats de Noël. Selon une étude réalisée par la Fevad et Médiamétrie, publiée le 20 novembre 2013, 69% des internautes comptent acheter leurs cadeaux de Noël en ligne. Ils y dépenseront
 par ailleurs 60% de leur budget cadeau.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La Fevad publie aujourd’hui son « Livre Blanc sur les moyens de sécurisation des paiements sur l’internet ». D’après la fédération, ce sujet est au cœur de la confiance que portent les consommateurs à l’achat en ligne et reste donc l’enjeu prioritaire pour le e-commerce. Elle rappelle toutefois que les derniers chiffres de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (OSCP) font état d’une baisse en 2012 du taux de fraude sur les paiements sur Internet, de 0,290% contre 0,341 % en 2011. Cet ouvrage est l’occasion pour la Fevad et les e-commerçants de maintenir ce cap vers la baisse et d’exprimer 6 axes prioritaires sur la lutte contre la fraude sur les moyens de paiement à distance.

L’ouvrage insiste surtout sur la lutte contre la  fraude comme “objectif commun de l’ensemble des parties prenantes du commerce en ligne“. Avec cependant ses limites. La Fevad rappelle en effet que les recommandations de la CNIL sur les données personnelles des clients, notamment si commerçants, fournisseurs et forces de police veulent travailler de concert, doivent être respectées. Ainsi, le e-commerçant doit avoir le choix de mettre en œuvre le moyen de sécurisation le plus adéquat en fonction de sa connaissance du client, de ces produits et du contexte de la commande. Par ailleurs, ces différentes méthodes de paiement évoluent. Elles doivent donc faire l’objet d’une attention particulière, comme les portefeuilles électroniques par exemple. Et ce, sans jamais perturber le parcours du client pendant son achat en ligne.

Le livre peut être téléchargé ici.

Méthode : un questionnaire à 280 adhérents a été envoyé pour recueillir les éléments chiffrés permettant d’établir un bilan quantitatif, complété par une série de 15 interviews, validées par les interviewés, au cours des mois de mai, juin et début juillet 2013.

 

Si la Fédération e-Commerce et Vente à Distance constate une forte progression du chiffre d’affaires du commerce en ligne au premier trimestre 2013, elle constate également un affaissement de la croissance des plus grands sites.

Sur les trois premiers mois de 2013, les ventes en ligne ont atteint 12,1 milliards d’euros en France, en hausse de 14 % par rapport au premier trimestre 2012. Le nombre de transactions a augmenté, lui, de 20 %. La différence entre les deux chiffres traduit l’accélération de la baisse du panier moyen : celui-ci est en recul de 4 % à 85 €, le plus bas enregistré par la Fevad. Cette baisse est compensée par l’augmentation de la fréquence d’achat, passée de 4,8 à 5,5 achats par trimestre et par cyber-acheteur, pour un montant total de 467 euros.

Les grands sites d’habillement en recul

Parallèlement, le nombre de site marchand continue d’augmenter pour dépasser 120 000 sites, soit la création de 19 000 sites en 12 mois. Cette évolution est défavorable aux 40 plus grands sites, dont l’activité ne progresse que de 2 % au premier trimestre sur un an, contre +4 % au trimestre précédent. Les sites d’habillement sont les plus à la peine, avec un recul de 7 % par rapport au premier trimestre 2012. Cette baisse s’explique par le contexte économique dégradé, tout en reflétant la montée en puissance des places de marchés développées par ces mêmes sites. Leur activité – qui n’est pas mesurée dans l’indice iCE40 des plus grands sites mais à part – représente désormais 12 % du chiffre d’affaires des sites qui les hébergent, contre 8 % au premier trimestre 2012.

Les ventes sur terminaux mobiles en forte hausse

La Fevad constate par ailleurs la très forte progression des ventes sur téléphones mobiles et tablettes. Les sites leaders ont vu leurs ventes sur ces supports doubler en un an. Elles frôlent désormais les 10 % du chiffre d’affaires des sites mesurés, contre 4 % au premier trimestre 2012.

Une étude de la Fevad montre la bonne progression des ventes internet en 2012 et le boom du commerce sur smartphone et tablette. Un marché sur lequel les enseignes de sport spécialisées restent encore absentes.

Selon une étude de la Fédération e-commerce et de la vente à distance (Fevad), publiée le 24 janvier 2013, les ventes sur internet en 2012 ont bondi de 19% par rapport à 2011 et ont atteint 45 milliards d’euros. « Cette progression confirme la bonne tenue de la croissance globale des ventes en ligne dans un contexte de crise économique », s’est félicité François Momboisse, président de la Fevad. Cette satisfaction doit toutefois être modérée par la baisse constante du panier moyen d’une transaction, dont le niveau est le plus bas jamais enregistré, soit 85 euros. Selon cette étude, la croissance du e-commerce en 2012 a donc largement bénéficié de « l’arrivée de nouveaux acheteurs en ligne et par un important élargissement de l’offre avec le création de nouveaux sites et le développement e-commerce de grandes enseignes ».

Le sport sous-représenté

Alors que le nombre de sites marchands a été multiplié par 8 entre 2005 et 2012, pour atteindre 117500 sites actifs, l’étude montre également l’absence des sites spécialisés dans le commerce des articles de sport, parmi les acteurs importants du commerce en ligne. En effet, si des sites généralistes proposant des articles de sport (neufs ou d’occasion) comme Cdiscount, PriceMinister ou Vente-privée.com se retrouvent dans le top 15 des sites « e-commerce » les plus visités en France, aucune enseigne spécialisée sport n’entre dans ce classement. Seul Décathlon tire son épingle du jeu, proche de ce classement mais sans réussir à y entrer.

Autre fait notable de cette étude, le boom de la consommation sur appareils mobiles. En effet, le « m-commerce » (ventes sur smartphone et tablette hors téléchargement d’applications) représente 6% du chiffre d’affaires annuel des sites participants à l’indice du commerce mobile. Il n’était que de 2% en 2011. Ce chiffre devrait progresser en 2013 puis selon une étude CSA, 20% des internautes devraient utiliser son smartphone pour commander en ligne.

Pomme de discorde

En introduction de la présentation de cette étude, Sylvia Pinel, ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme s’est dite satisfaite de ces bons résultats et attachée à ne pas opposer le commerce en ligne au commerce traditionnel. Malgré l’importance indéniable d’internet et de ses bénéfices à tous les territoires, la ministre a toutefois déclaré « ne pas accepter la délocalisation fiscale de certains acteurs électroniques » et que même si « le e-commerce compense les faiblesses de certains réseaux dans de nombreuses régions, les mêmes contraintes devaient être appliquées à tous ». Déclaration à laquelle s’est empressé de répondre le président de la Fevad, se disant défavorable à une taxe spécifique au e-commerce, citant la Grande-Bretagne en exemple comme le pays européen le plus avancé en la matière et qui deviendrait alors une concurrente imbattable pour les sites français.

 

See on Scoop.itFilièreSport, le média des marques et des enseignes spécialisées

C’est une directive européenne portant sur le droit des consommateurs et paru au JO européen le 25 octobre 2011 qui met la France dans l’obligation de faire évoluer sa législation sur le e-commerce avant la fin de l’année prochaine.

See on www.latribune.fr

Alors que le troisième trimestre 2012 s’est caractérisée par une croissance de 7% des achats en ligne, les produits de sport restent, cette année encore, boudés par les internautes. 

Dans la hotte du père Noël, des tablettes, des smartphones, des aspi-robots et même des épilateurs laser ! Mais peu de ballons ou de raquettes ! D’après une étude de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), publiée le 15 novembre 2012, seuls 18% des intentions d’achat d’articles de sport pour Noël passeront par internet. Les internautes privilégieront  les livres et les DVD Blu-Ray (56%), loin devant les jouets, qui occupent la deuxième place du classement (44 %). Autre précision de la Fevad, «77% des internautes réaliseront leurs achats de Noël entre le 15 novembre et le 15 décembre ».

L’étude révèle également que, dans la morosité du contexte économique actuel, les cyberacheteurs dépenseront 199 euros pour leurs achats de noël, soit 58 % de leur budget global. La Fevad note que ce sont les plus de 50 ans qui disposent des plus gros budgets, alors qu’ils ne sont que 74 % à consommer en ligne, contre 90 % des 25-34 ans.

D’après l’observatoire des usages internet de Médiamétrie, le nombre de cyberacheteurs a progressé de 5%, atteignant 31,9 millions d’internautes. «Les ventes sur internet devraient atteindre 45 milliards en 2012 après une hausse de 21% du total des ventes au troisième trimestre 2012 », précise la Fevad. La fédération professionnelle estime qu’en 2015, les dépenses des internautes sur internet atteindront 70 milliards d’euros. Cette étude a été réalisée du 11 au 22 octobre 2012 auprès d’un échantillon de 2103 individus, représentatifs des internautes de 15 ans et plus vivant en France.