La Fédération française de cyclisme (FFC) souhaite valoriser les territoires impliqués dans le développement du sport cycliste en créant une labellisation territoriale sur la base de 3 catégories de critères : les équipements cyclistes, les offres de pratiques, les événements.
(suite…)

David Lappartient, président de l’UCI et Michel Callot, président de la FFC

La Fédération Française de Cyclisme (FFC) et la station des Gets (Haute-Savoie) organiseront les Championnats du Monde VTT UCI 2022, point d’orgue d’une série de compétitions internationales obtenues par la FFC dans la perspective des JO de 2024.

En marge des Championnats du Monde “route” 2018, l’Union cycliste internationale (UCI) a officialisé l’attribution à la France de plusieurs manches de la Coupe du Monde de VTT à partir de 2019. Les Gets, accueilleront à nouveau le championnat du monde, 18 ans après le couronnement de Julien Absalon. La compétition, qui se déroulera du 24 au 28 août 2022, sera le point d’orgue d’une longue série d’événéments organisés en France à partir de l’an prochain : manches de Coupes du Monde de VTT sur trois saisons (13-14 juillet 2019 : Coupes du Monde de descente et XCO ; 19-20 septembre 2020 : finales Coupes du Monde Descente et XCO ; 2021 : finales des Coupes du Monde de Descente et XCO). L’UCI a également renouvelé sa confiance à la FFC, en lui attribuant de nouveau l’organisation de deux manches de la Coupe du Monde BMX en 2019.

SKF en France a annoncé devenir partenaire officiel de la fédération française de cyclisme (FFC) et de ses équipes de France de VTT et de cyclisme sur piste, à l’occasion des championnats de France de cyclisme sur route 2018 qui se sont tenus ce week-end à Mantes-la-Jolie. (suite…)

A compter du 1er juillet 2018, l’usage des freins à disques est autorisé dans les épreuves de VTT, de trial et de masse (sur route), selon une décision récente de l’Union cycliste internationale (UCI). 

Dans un communiqué, la Fédération française de cyclisme, tout en soulignant que l’usage des freins à disques est largement répandu, rappelle leur «interdiction sur les compétitions sur route et demande la mise en place d’un dispositif de protection pour éviter les accidents. (…) Leur usage dans les événements des calendriers internationaux et nationaux route demeure en revanche suspendu, à la demande de l’Association des groupes cyclistes professionnels (AIGCP), soutenue par les Cyclistes professionnels associés (CPA). »

Seul candidat à la succession de David Lappartient, Michel Callot a été élu le 11 mars 2017 président de la Fédération française de cyclisme (FFC). David Lappartient, de son côté, convoite la présidence de l’UCI, lui qui en l’actuel le vice-président.

Élu à 97,51% des 1761 suffrages exprimés (1682 pour et 79 contre), Michel Callot est donc bel et bien la nouvelle tête d’affiche de la Fédération française de cyclisme. Un poste qu’il briguait depuis plusieurs années. Président du « groupe » Rhône-Alpes de la FFC, il s’était en effet présenté une première fois à la présidence de la fédération en 2009 face à David Lappartient. Ce dernier l’avait emporté par 347 voix contre 265. Membre du Conseil d’administration puis président du Conseil fédéral de la FFC (depuis deux ans), Michel Callot s’est depuis plié au souhait des instances de la FFC de préparer une transition en douceur avec David Lappartient. D’où cette candidature unique… et basée sur un projet préparé collectivement.

Les trois objectifs du projet fédéral 2017-2021

Baptisé “Roulons tous ensemble“, le projet de Michel Callot s’articule autour de trois objectifs fondamentaux. Le jeune quinquagénaire entend en premier lieu de rendre la FFC plus attractive, en interne en impliquant les différentes strates de la fédération et surtout en externe en allant au devant de nouveaux publics, en intégrant non seulement les épreuves de masse de toutes disciplines mais aussi en proposant des services autour du sport santé, du vélo à assistance électrique, du vintage, des parcours thématiques…

Les deux autres volets sont la modernisation des outils, notamment numériques, de la fédération et la préparation des sportifs de haut niveau, notamment en développant les centres de formation. Un enjeu non négligeable après le bilan décevant des Jeux Olympiques de Rio. Sans oublier la pratique féminine, pour laquelle Michel Callot, souhaite mettre en place de nouveaux plans marketing. Dotée d’un budget 2016-2017 de 17,2 millions d’euros, la FFC compte 2 600 clubs et 220 000 licenciés.

David Lappartient en piste pour l’UCI

A 43 ans, David Lappartient, aurait pu briguer un troisième mandat. Mais le natif de Pontivy a déjà un début de carrière internationale qu’il compte prolonger : président de l’Union européene de cyclisme (UEC), vice-président de l’Union cycliste internationale (UCI), il entend bien présenter sa candidature à la présidence de cette dernière, dont l’élection aura lieu en septembre. « Le président actuel ayant annoncé sa candidature pour un deuxième mandat, il serait logique que j’attende 2021 pour me lancer. Mais rien ne dit que cette logique sera respectée », a-t-il confié au site Francsjeux.com.  « Si j’étais lui j’attendrais quatre autres années, il n’aura pas d’oppositions à ce moment là », a d’ores et déjà conseillé le Britannique Brian Cookson, actuel président de l’UCI. Une escarmouche verbale qui traduit en vérité de véritables divergences entre l’organisation internationale et les Français. L’UCI entend en effet augmenter le nombre de compétitions internationales, ce qui  ne fait pas l’affaire de la Ligue nationale de cyclisme française…

 

Signature de la convention entre Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, Véronique Moreira (Usep), Laurent Petrynka (UNSS) et Eric Jacoté (FFC).

Signature de la convention entre Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, Véronique Moreira (Usep), Laurent Petrynka (UNSS) et Eric Jacoté (FFC).

La Fédération Française de Cyclisme (FFC) a signé, mardi 31 mai 2016, à Paris, une convention avec le ministère de l’Education Nationale, l’Union sportive des écoles primaires (Usep) et l’Union nationale du sport scolaire (UNSS). 

Les structures fédérales de la FFC (clubs et comités) peuvent désormais faire référence à cette convention pour développer des actions pédagogiques avec des écoles primaires. Une première étape primordiale pour l’intégration progressive de la discipline dans les programmes sportifs scolaires.

Alex Cornu, directeur technique national adjoint de la FFC, se félicite de cet accord : « L’intérêt pour notre Fédération est de se rapprocher du monde scolaire, de développer des actions avec nos clubs et nos comités départementaux. Que ce soit dans le cadre des temps impartis à l’EPS ou de l’aménagement du rythme scolaire pour les primaires. Nos structures (2 600 clubs FFC en France) vont pouvoir adapter, à l’avenir, des activités cyclistes au sein des écoles. Nous allons également collaborer avec un collège de professeurs d’EPS afin d’éditer un livret sur l’apprentissage du cyclisme au collège. »

Un label pour les écoles de vélo FFC

La FFC travaille par ailleurs sur des contenus pédagogiques pour ses nouvelles « Écoles françaises de cyclisme », actuellement en phase de test. Ces écoles proposent aux enfants un apprentissage pluridisciplinaire du vélo (technique, mécanique, santé, sécurité, environnement) dans un cadre convivial. Ce dispositif a vocation à se matérialiser par un label, en partenariat avec les sponsors Skoda et Doublet. Les clubs labellisés seront dotés d’un kit (tente pour abriter l’école, contenu pédagogique, dotations matérielles). La formule sera rodée pendant un an par 11 clubs avant d’être lancée au niveau national en 2017.

Grégorie Lartigot (Amphora)

Grégorie Lartigot

Grégorie Lartigot quitte la Fédération française de cyclisme (FFC) pour prendre la fonction de secrétaire général de l’éditeur Amphora, leader français du livre de sport et de forme. A ce titre, il supervisera la gestion administrative et financière de la société et coordonnera l’ensemble des activités marketing et commerciales.

Grégorie Lartigot, 37 ans, diplômé d’un troisième cycle en management du sport, avait déjà travaillé pour Amphora entre 2006 et 2014 en qualité de directeur du marketing et des ventes. Il a également passé cinq ans à la direction marketing de la Fédération française de natation entre 2001 et 2006. A la FFC, il était directeur du développement et de la communication.