La société d’études NPD estime que la Coupe du monde de football apportera un point de croissance supplémentaire au marché des articles de sport, par rapport à une année sans tournoi mondial. Le Mondial 2018 devrait donc contribuer à le faire de plus de 560 millions d’euros sur les cinq plus gros pays européens.

L’effet “Mondial” est particulièrement perceptible sur les ventes de certains articles comme les T-shirts de football. Lors de la dernière coupe de Monde en 2014, NPD avait mesuré une croissance de +9 % des ventes de maillots par rapport à 2013 en moyenne sur les cinq grands pays Européens (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Espagne) et un pic de +29 % sur les six premiers mois de l’année. Même observation pour les ventes de ballons – le modèle « Mondial » étant traditionnellement lancé lors du Noël précédant la compétition (+30 % sur les ventes de ballons de football enregistrées en France en décembre 2017 et croissance anticipée de 50% sur les ventes en juin 2018).

Effet boule de neige

Selon David Richard, , directeur NPD Sport France, “40 % de la croissance que l’on attribue à l’effet Coupe du Monde provient de produits directement attribuables au football (maillots de football, ballons et accessoires). Cependant une compétition de cette envergure a un effet « boule de neige» sur les ventes des marques de sport en général.” Les observateurs s’attendent toutefois à un effet d’entraînement moindre sur le marché français de ce Mondial organisé en Russie par rapport au précédent brésilien et à l’Euro 2016 français… Sauf si les résultats de l’équipe de France sont au rendez-vous !

La référence de l’Euro 2016

Taux d’évolution du chiffre d’affaires de la Coupe d’Europe 2016 versus année sans compétition (2015)

  •       Maillots de football :       +   6 %
  •      Chaussures de football :  +   3 %
  •       Ballons (estimation) :      +  25 %
  •       Jouets de sport :              +   3 %
  •       Cartes à collectionner :   +  74 %

 

 

Le staff d'Adidas lors de la conférence de presse du 18 juin 2013

La marque aux trois bandes a annoncé ses objectifs pour la Coupe du Monde de la Fifa lors d’une conférence de presse au siège du groupe, mardi 18 juin à Herzogenaurach (Allemagne).

Les manifestations violentes contre la corruption qui ont eu lieu ces derniers jours au Brésil n’ont pas douché l’enthousiasme d’Herbert Hainer, le directeur général du Groupe Adidas, pour la prochaine Coupe du Monde de Football qui aura lieu au Brésil, du 12 juin au 13 juillet 2014. « Nous somme plus que préparés pour ce qui sera le plus grand Mondial jamais vu », a-t-il déclaré mercredi 18 juin, lors d’une conférence de presse au siège du groupe à Herzogenaurach, en Allemagne. « Il se tient dans un pays qui a été cinq fois champion du monde, nous en sommes le sponsor et fournisseur officiel de la FIFA, fournisseur du ballon officiel, la brazuca, nous sommes partenaires des meilleures équipes nationales et de grands joueurs comme Leo Messi, a-t-il complété. Les manifestations concernent le financement de la Coupe du Monde mais ne visent pas la FIFA. Le football est tellement populaire, c’est le sport le plus important à travers le monde, qu’il attire naturellement de telles critiques. La FIFA entend vraiment apporter plus de transparence, même si cela ne se fera pas en un jour. » Sur 200 millions de Brésiliens, rappelle Adidas, il y a pratiquement 200 millions de fans… Et si la marque au trois bandes ne sponsorise pas l’équipe nationale, soutenue par Nike, elle y est partenaire de clubs puissants, comme le Flamingo, qui compte plus de 14 millions de supporters.

Huit à dix équipes aux couleurs d’Adidas

Mais le Brésil n’est qu’une partie de l’enjeu. « Nous voulons exporter la Coupe du Monde et lancer notre plus grande campagne de communication jamais lancée en 2014 », annonce Herbert Hainer. Adidas est notamment l’équipementier des équipes nationales d’Allemagne, Argentine,  Espagne, Mexique et Japon et espère que  8 à 10 des équipes à ses couleurs feront partie des 32 sélectionnées. Et si la France, équipée par Nike, n’en fait plus partie, celle-ci reste « un pays très important pour nous et nous y mettrons un grosse pression comme dans les autres pays européens », déclare Herbert Heiner.

Faire mieux qu’en 2010

Adidas, qui se revendique leader mondial sur le marché du football, annonce un objectif de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 2014.  La marque avait réalisé 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans le football lors de l’euro 2012 et ne donne pas de détail sur sa prévision 2013, mais « les ventes ne devraient pas être inférieures à celles de 2012 », selon Markus Baumann, vice-président en charge du football. La marque avait vendu 13 millions de ballons lors du mondial de 2010, lors du précédent Mondial, et prévoit que ce chiffre soit supérieur en 2014. La marque avait aussi vendu 1 millions de maillots de l’équipe espagnole vainqueur de la compétition et encore plus de la Mannschaft allemande.

Un tremplin pour l’innovation

Outre le modèle de chaussures de football Nitrocharge actuellement le marché, le Mondial est aussi l’occasion pour la marque de mettre en avant des produits futuristes tels que la Smart Ball, un ballon intégrant des capteurs enregistrant les mouvements et les restituants au joueur via une application iPhone, qui sera lancée en 2014, ou encore, les chaussures 99g et la tenue complète 630g, ultralégères, qui seront lancées en 2015 et assureront un relais de croissance post-mondial.