« Nous allons créer avec Laura Flessel, dans le cadre de la filière, un portail numérique unique pour répertorier les appels d’offres des Grands événements sportifs français et internationaux », a déclaré le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Lemaire, en ouverture de l’événement “Financement exSport”, organisé le 26 juin 2018 à Bercy. Ce portail doit être opérationnel à la fin de l’année 2018. Le marché du sport représente environ 40 milliards d’euros en France, soit près de 2 % du PIB. Entre 2016 et 2025, le marché mondial des grands événements sportifs s’élèvera lui à près de 255 milliards d’euros, hors Jeux olympiques et paralympiques. Un tiers de ces marchés pourrait être capté par des entreprises étrangères au pays d’organisation – soit un potentiel de 77 milliards d’euros.

Capture d’écran 2016-06-20 à 15.40.07Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a officiellement lancé l’Observatoire de l’économie du sport, jeudi 9 juin 2016, au terme d’une conférence organisée à Bercy, au cours de laquelle les premiers travaux et l’organisation de l’Observatoire ont été rendus publics.

Institué dans le cadre de la création de la Filière de l’économie du sport, qui rassemble les différents acteurs du secteur, l’Observatoire est désormais « pleinement opérationnel, a déclaré le ministre. C’est le lieu d’expérimentation de méthodes de travail nouvelles au travers de la mutualisation des études. Nous voulons en faire une démarche inclusive pour tous les acteurs de la chaîne de valeur des industries du sport ». Doté d’un conseil scientifique, l’Observatoire regroupe les informations sur le marché et les rend publiques sous différentes formes : tableaux de bord, études et travaux de recherche, notes d’analyse et de nombreux indicateurs accessibles en accès libre sur son site. « Il y a un déficit de connaissance et de collaboration entre les acteurs de ce marché, l’Observatoire va venir alimenter la filière de l’économie du sport. Les mutations en termes de pratique vont avoir une incidence directe et pour cela, il faut avoir les décodeurs », a commenté Virgile Caillet, délégué général de la Fifas, qui fait partie du comité de pilotage de l’Observatoire aux côtés d’autres fédérations, institutions sportives et pouvoirs publics (Direction des sports, ANDES, Insep, CNOSF, FPS, etc.)

Cinq familles de consommateurs

Véritable « acte de naissance » de l’Observatoire, une étude prospective, a été réalisée avec la direction générale des entreprises. Très fouillée, elle


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :