Photo Mag

Quelques jours après les attentats de Paris, les principales enseignes de sport ont enregistré une baisse de leur fréquentation de 20%, selon les estimations des principales enseignes de sport adhérentes à la FPS.

Si l’an dernier, les températures douces pouvaient expliquer la baisse du chiffre d’affaires des détaillants (-8% en novembre 2014), cette année ce sont malheureusement les attentats du vendredi 13 qui contribuent à freiner le marché du sport. Une baisse du chiffre d’affaires


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

LOGO CNPCAvec 205 participants, pour la formation de l’antenne de Grenoble qui se déroulera à Pralognan la Vanoise (73) et 60 pour celle de Pau qui se déroulera dans les locaux du CNPC, la promotion 2015 des formations skiman du CNPC, qui auront lieu du 26 octobre au 11 décembre, atteint un nouveau record de fréquentation.

La formation articulée autour de quatre thématiques (théorie, pratique, commercialisation-gestion et environnement), débutera le lundi 26 octobre à 13H. A Pralognan la Vanoise (73), de nombreux acteurs de la profession (direction de Wintersteiger, FPS, Pole Emploi, formateurs techniques du CNPC), des personnalités locales (maire de Pralognan, responsable du site de Vacanciel, mission locale) accompagneront Antoine Dénériaz, parrain de cette édition, pour le lancement de la formation.

Programme detaillé de la formation skiman CNPC 2015

Théorie
Ski et fixations : paramètres mécaniques et dimensionnels, concept, matériaux, fabrication
Chaussures : concept, biomécanique du pied, matériaux
Snowboard : concepts fabricants, choix des tailles, des angles, des écarts

Pratique
Skis et fixations : montage et réglage fixations, réparation ski (rebouchage, surmoulage, ponçage, affûtage)
Chaussures : déformation coque, injection chausson, changement de crochets, calage
Snowboard : réparations spécifiques, surmoulage, ponçage, affûtage

Commercialisation-gestion
Evolution nouvelles glisses
Etude des gammes
Langue : Anglais / Espagnol / lexique technique
Gestion parc de location
Techniques de vente produits
Merchandising : agencement du magasin
Textile

Environnement
Découverte des services techniques – Ecole de ski – Remontées mécaniques
Sécurité station – Service des pistes – nivologie

Dans un contexte de reprise progressive de l’économie, les français ont plébiscité les magasins de sport durant un été ensoleillé et une rentrée chargée en grands évènements sportifs. Avec une hausse de chiffre d’affaires de 6,7% à comparable, le troisième trimestre consolide les bons résultats constatés depuis le début de l’année en magasins.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Pierre Gogin et Emmanuel MacronEn-dehors des zones commerciales et autres zones touristiques, chaque maire peut désormais octroyer des dérogations au repos dominical dans la limite de 12 dimanches par an, librement pour les 5 premiers, après avis conforme de l’intercommunalité quand elle existe, pour les suivants. Le maire, saisi d’une demande de dérogation par un magasin, doit solliciter l’avis de l’organisation professionnelle du secteur avant d’arrêter sa décision pour tous les points de vente ayant la même activité dans la commune.

Pour des raisons d’efficacité de la dynamique commerciale, la Commission sociale de la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport, composée des principales enseignes et marques du secteur), a pris position en faveur de dates collectives pour 8 de ces dimanches, correspondant aux périodes de forte activité commerciale, les quatre autres étant laissés au choix local (fêtes, animations, etc.)

La FPS soutiendra donc les demandes de dérogation de ses membres pour les dimanches suivants :


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

A quelques semaines de l’ouverture de la saison d’hiver, l’équipe de la FPS, emmenée par Gérard Mattis, président de la commission montagne et Pierre Gogin, président délégué de la fédération a réuni du 05 au 09 octobre derniers, plus de 200 magasins des Alpes lors de ses réunions régionales de pré-saison.

Trois heures durant, les responsables de la FPS sont intervenus successivement et de manière très concrète pour faire le point avec les adhérents et répondre à leurs questions sur les nouveautés législatives, règlementaires et normatives à intégrer dès cet hiver. Cécile Landreau, responsable des affaires sociales et juridiques a présenté les mesures de la Loi Hamon qui changent les pratiques commerciales de vente et de location de matériel en magasin mais également en ligne. Elle a également présenté les impacts de la loi Macron sur le repos dominical dans les commerces de stations de sport d’hiver. Ils seront d’ailleurs considérablement atténués grâce aux actions des professionnels dont celles de la FPS et de ses adhérents. Elle a enfin exposé le dispositif de généralisation des frais de santé au 1er janvier 2016 et l’offre de couverture santé dédiée aux magasins de sport.

Brice Blancard, responsable Rhône-Alpes est ensuite revenu sur la mise en place des agendas d’accessibilité programmée dont l’échéance était fixée au 27 septembre 2015. Il a ensuite balayé différentes problématiques concernant les produits et normes techniques essentielles (chaussure de ski à semelle WTR, gestion des casques, norme location…) dans le cadre de l’engagement qualité de service location auquel souscrivent l’ensemble des adhérents FPS.

Enfin, il a été question de promotion avec la présentation de la nouvelle stratégie de France Montagnes pour la saison 2015/2016, et d’ISPO avec la présentation d’une offre de voyage tout compris pour la prochaine édition du salon professionnel qui se déroulera du 24 au 27 janvier 2016 à Munich.

Les adhérents FPS des Pyrénées pourront bénéficier de ce programme d’interventions concrètes au début du mois de novembre.

VÉLOAprès un premier trimestre 2015 en recul (-9% en valeur par rapport à 2014), le marché du cycle a repris sa marche en avant au second trimestre dans les principales enseignes de sport et spécialisées vélo, avec une hausse des ventes estimée à +6% (en valeur). A la mi-année, le marché  garde un temps d’avance (+1%) par rapport à un premier semestre 2014 lui-même élevé.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le Moutain Débrief été 2015, à Châtel (Haute-Savoie)

Le Moutain Débrief été 2015, à Châtel (Haute-Savoie)

Plus de 100 professionnels de la montagne française se sont réunis à Châtel (74), jeudi 27 août, pour faire un premier bilan de la saison été, à l’occasion du premier Mountain Débrief. Celui-ci a confirmé les hausses de fréquentation et de chiffre d’affaires de l’été 2015 par rapport à l’été 2014.

Selon Gérard Octroy, en charge des études chez Rhône Alpes Tourisme, 74% des professionnels montagnards rhônalpins se déclarent satisfaits du déroulement de la saison d’été 2015, soit 20 points de plus qu’en 2014 (78 % en août). Les deux-tiers d’entre eux décrivent une fréquentation équivalente ou supérieure à la saison 2014 et plus de 60% ont reçu plus d’étrangers que l’an dernier, notamment Anglais, Néerlandais et Belges. La durée moyenne des séjours s’établit à 5,6 jours contre 4,6 sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes et le panier moyen, hors hébergement est estimé à 48 € par jour et par personne.

Retour aux niveaux de fréquentation de 2013

Carole Raphoz, responsables Etudes, de Savoie Mont-Blanc, a abondé dans le même sens. « A mi-août, nous avons fait mieux que par rapport à l’été 2014, qui avait été marqué par une mauvaise météo alors que le soleil et la chaleur ont été au rendez-vous cette année », a-t-elle déclaré en substance. Les campings, qui avaient perdu 5 points pendant l’été 2014 et les hôtels (- 3 points) ont renoué avec le remplissage de 2013, une tendance semblable étant constatée dans les autres formes d’hébergement. « On devrait récupérer les 3 % de nuitées perdues l’été dernier, pour retrouver les 22 millions de nuité de 2012-2013 », déduit-elle. Les activités sportives de pleine nature sont la première motivation des clients lorsqu’ils choisissent une destination Savoie Mont-Blanc : la randonnée pédestre pour 56% d’entre eux, le vélo sous toutes ses formes pour 27%, l’alpinisme, escalade, via ferrata, etc. pour 13 % (données 2014).

Résultats plus contrastés dans les commerces de sport

Cours de VTT en Maurienne (Savoie)

Cours de VTT en Maurienne (Savoie)

Dans les commerces de sport, Brice Blancard, responsable Rhône-Alpes de la FPS, qui regroupe les principales enseigne de sport, a décrit « une saison très contrastée en montagne », avec 30 % de magasins qui enregistrent une hausse de chiffre d’affaires, 25 % stables et 45 % en recul. La tendance est similaire dans toutes les stations. Julien Rebuffet, directeur des Moniteurs cyclistes de France (MCF), déplore de son côté « une baisse significative de la part du mois de juillet dans le chiffre d’affaires des écoles MCF, sauf pour les stations bénéficiant d’un gros événement VTT en début de saison ». Les Pyrénées (- 13%) soufffrent plus que les Alpes. D’une manière générale, les stations qui joue la carte du VTT depuis plusieurs années tirent beaucoup mieux leur épingle du jeu que les autres. Enfin, le VTT à assistance électrique, facteur de développement du tourisme d’été, modifie un peu la donne : « il va falloir que les stations et territoires prennent conscience du gros travail qu’il reste à faire sur la qualité des itinéraires et sentiers proposés », conclut la tête de file des Moniteurs cyclistes.

 

Avec un septième trimestre consécutif de croissance, le commerce spécialisé d’articles de sport continue sa marche en avant, avec +3,9% en comparable au second trimestre 2015 par rapport au second semestre 2014. Bien aidé par les soldes, l’été 2015 s’annonce tout aussi radieux.

Après une année 2014 en hausse de 3% par rapport à 2013, un début d’année encourageant (+2,15% en comparable au premier trimestre 2015), le commerce d’articles de sport continue sur une dynamique positive. La croissance s’est en effet accélérée au second trimestre, avec une hausse de 3,9% à périmètre comparable  et de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le président délégué de la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs) fait le point sur les enjeux du secteur dans Le Grand Entretien de Filière Sport Magazine n°29-30.

 

Si le commerce d’articles de sport a connu un 1er trimestre 2015 encourageant (+2,15% selon la FPS), le segment du cycle a en revanche souffert. Ce dernier, après une année 2014 radieuse (+7,5%), a connu un brutal coup d’arrêt, enregistrant un recul de 10% en valeur (13% en volume) par rapport à l’an dernier dans les principales enseignes multisports et spécialisées cycle (environ 50 % du CA du marché).

T1 2015 MARCHÉ DU CYCLE

T1 2015 MARCHÉ DU CYCLE

L’effet d’historique permet d’expliquer en partie ces résultats. En 2014, le marché avait terminé le 1e trimestre sur une croissance de plus de 20%. Néanmoins, l’effet d’historique ne saurait masquer toutes les difficultés rencontrées sur ce début d’année, notamment au mois de mars (-16% en valeur). Ce dernier fut, il est vrai, médiocre dans tous les secteurs d’activités (‐7% pour le commerce sport, ‐5% pour le commerce spécialisé selon le Procos).

Le VAE progresse, les vélos de course résistent, les vélos de villes plongent


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le commerce spécialisé d’articles de sport a connu un début d’année prometteur, enregistrant une hausse de 2,15% en comparable au premier trimestre 2015, selon l’Observatoire conjoncturel FPS. Il s’agit du 6ème trimestre consécutif de croissance pour le marché.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

FPS ET FIFAS
Ce vendredi 24 avril a été annoncé officiellement, par Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique et Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, le lancement de la “Filière de l’économie du sport” .

Cette filière, qui rassemblera les acteurs publics et économiques de l’univers du sport, constituera une plateforme de concertation, d’échanges et de préconisations afin de mieux répondre aux besoins des pratiquants et consommateurs de sport, de rendre le sport français plus performant sur le plan économique et de mieux structurer son offre globale à l’export. Sollicitées par les Ministères concernés, la FIFAS et la FPS, sont impliquées au cœur de ce dispositif, pour y représenter les professionnels et des industriels du sport au sein du Comité de pilotage de la Filière !

Grande première pour le secteur du sport, la mobilisation de 4 membres du gouvernement pour le lancement officiel de la Filière traduit l’importance et l’intérêt que portent désormais les pouvoirs publics à la filière économique du sport dans son ensemble. Ce dispositif s’inscrit dans la perspective des nombreux événements internationaux que la France va accueillir dans les années à venir et la probable candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques en 2024.

“La FPS et la FIFAS saluent l’initiative du gouvernement  et se réjouissent de cette prise de conscience que le sport représente un formidable levier de croissance à l’avenir, au-delà de son rôle essentiel de lien social, de cohésion nationale et de santé public”, concluent les deux organisations dans un communiqué commun.

Plus de 200 professionnels de la montagne ont participé au SkiDebrief, les 20 et 21 avril derniers à Val d’Isère (73). Au programme des tables rondes, un premier bilan de la saison des sports d’hiver 2014-2015 mais aussi des débats nourris sur les enjeux de la montagne, tels que l’ouverture des magasins le dimanche, la réforme territoriale et la loi montagne, ou encore le sujet toujours épineux de l’accès aux stations.

SKIDEBRIEF

« Heureusement, la neige est arrivée ! » A la table-ronde du SkiDebrief sur le bilan de la saison, Michel Vion, président de la Fédération française de Ski, a parfaitement résumé le sentiment de la majorité des professionnels de la montagne. La saison des sports d’hiver 2014-2015 aura finalement été moins pire que ce qu’ils redoutaient. Ainsi à la FFS, le manque de neige en début de saison s’est traduit par un recul de 13 % du nombre de licenciés à noël mais la tendance s’est redressée ensuite : « Nous finirons à -6 ou -7 % », explique Michel Vion. Les bons résultats de l’équipe de France de ski et l’organisation réussie de la finale de la Coupe du Monde de ski alpin à Méribel en février ont fait oublier l’annulation de quatre épreuves en décembre.

Activité globalement stable en magasins

Côté pratique de loisir, le prébilan de Domaines skiables de France (DSF) fait apparaître un recul de 3 % de la fréquentation des remontées mécaniques au cours de la saison d’hiver 2014-2015, par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les grandes stations sont stables, les autres sont en recul de 5 %. Dans les magasins, « nous avons rattrapé le retard du début de saison », a confirmé Gérard Mattis, président de la Commission montagne de la FPS. Le chiffre d’affaires est stable au global par rapport à l’année dernière. Le Savoie se situe entre zéro et 2 %, la Haute-Savoie est stable, l’Isère et la Drôme sont entre – 2 % et zéro, les Alpes du Sud sont à – 10 %, les Pyrénées entre +2% et +3%.

« Nous ne sommes pas le boulevard Haussmann »

Dans ce contexte, la récente publication du calendrier scolaire des trois prochaines années a été accueillie avec satisfaction par le monde de la montagne. Les vacances de printemps y sont en effet avancées d’une quinzaine de jours, ce qui est favorable à la fréquentation des stations en avril. Un bon coup de pouce pour le Printemps du Ski, l’opération séduction lancée par France Montagnes pour stimuler la fréquentation en fin de saison, qui a mobilisé cette année une trentaine de stations pour un budget total de 200 000 €, selon Michel Giraudy, président de France Montagnes. Egalement satisfait du nouveau calendrier scolaire, Hervé Gaymard, député et président du conseil départemental de Savoie, a rappellé que la montagne « a une activité saisonnière et des métiers spécifiques », avant de faire allusion à la réforme du repos dominical : «l’examen de la loi Macron n’est pas terminé. Il faudra être vigilant pendant la lecture au Sénat et la deuxième lecture à l’Assemblée nationale. » L’enjeu : faire en sorte que les commerces saisonniers puissent continuer d’ouvrir le dimanche sans nouvelles contraintes. « Dès l’origine des stations, les magasins de ski ont été ouverts (le dimanche) pour rendre service à nos clients. Nous ne sommes des professions saisonnières, pas des magasins du boulevard Haussmann à Paris », a argumenté Gérard Mattis.

 Réforme territoriale : « non au centralisme lyonnais ! »


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

ECOSPORTSous le haut patronage du Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports et de l’environnement et du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, les Ecosport Awards récompenseront les meilleures initiatives des entreprises du sport en matière de préservation de l’environnement.

Ils distingueront les actions des fabricants et distributeurs d’articles de sport en matière d’éco-conception des produits et des bâtiments, de recyclage, de transport, de management responsable et de sensibilisation des pratiquants.

Décernés par un jury présidé par Catherine Destivelle et constitué de personnalités du monde du sport, d’acteurs et experts en développement durable et de journalistes spécialisés, les Ecosport Awards seront remis à l’INSEP à Paris, concomitamment à la prochaine conférence intergouvernementale Paris Climat 2015/COP 21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015.

A l’initiative des prix Ecosport, la FPS a associé à la démarche un large éventail de personnalités du monde du sport, d’experts et d’associations environnementales (Mountain Riders, du Flocon à la Vague…), de médias (L’Equipe Mag et Filière Sport sont partenaires) et d’organisations et fédérations du secteur, telles que la FIFAS (Fédération française des industries sport & loisirs) ou Outdoor Sport Valley, Eurosima et enfin l’INSEP. Objectif : en faire un challenge pour toute la profession.

Informations & inscriptions sur : ecosportawards.com

Trophées de la Montagne françaiseLes lauréats des Trophées de la montagne française – nouvelle définition 2015, qui récompensent « les actions ou les produits les plus innovants qui portent l’économie en montagne » viennent d’être décernés à Val d’Isère, pendant le SkiDebrief. 

(suite…)

D’après les chiffres révélés par l’Observatoire du cycle FPS-UNIVELO, le marché du cycle, d’équipements et d’accessoires a connu une année faste en 2014, avec une progression de 7,5% en valeur pour atteindre un chiffre d’affaires de 1,616 milliards d’€.

La dynamique engagée a porté ses fruits” : c’est en ces termes que Jérome Valentin, le président d’Univélo et du fabricant Cycleurope, a résumé l’état du marché grand public du vélo en France. Et pour cause, après un exercice 2013 à l’équilibre, le marché du cycle a enregistré un spectaculaire rebond l’an dernier : il s’est vendu l’an dernier 2 977 000 vélos, soit une hausse des ventes de 7% par rapport à 2013. La croissance est encore plus prononcée en valeur (+8,5%) du fait de l’augmentation du prix moyen (+1,5%) : en France, un vélo se vend en moyenne à 307 €. Il faut remonter à 2005 pour retrouver la trace d’une telle progression, portée il est vrai par une météo particulièrement radieuse tout au long de l’année (excepté en juillet et août) et par la croissance des ventes d’articles de sport (+3,3% selon la FPS). Le marché des ventes d’équipements et d’accessoires a profité de l’aspiration et progresse également de 6% par rapport à 2013.

L’enfant pédale fort, la révolution du VAE se poursuit

Dans les rayons, les “vélos enfant hors VTT” se distinguent en progressant de 17% et atteignent désormais 5,5% de part de marché. Juste derrière en terme de progression (+10%), le VTT adulte demeure un segment incontournable. Avec 28,5% de part de marché (+1 point), il renforce son statut de leader et de locomotive du marché. Plus en retrait, le VTC termine l’année au ralenti (-0,6%).

Si les vélos de loisirs arrivent toujours en tête des ventes, l’attrait pour les vélos conçus pour la mobilité se confirme : ils s’octroient 11% de part de marché. Avec 37% de croissance, le VAE obtient la palme de la plus forte progression de l’année. Depuis 2011, ses ventes ont plus que doublé et émargent à 77 500 exemplaires par an. Avec une part de marché de 8% en valeur, la VAE s’impose comme un segment incontournable pour l’avenir et “rien ne laisse présager que l’engouement ne s’estompe” précise Jérôme Valentin. Les autres vélos conçus pour la mobilité connaissent des évolutions contrastées : en forte hausse pour les vélos pliants (+14%) tandis que les vélos de ville sont en recul de 5,4%.

Enfin, les cycles conçus pour les sorties sportives séduisent toujours un public de passionnés. Les vélos de course se maintiennent (0% en valeur) tandis que les VTT haut de gamme se calent sur la moyenne du marché (+8%).


Des canaux de distribution complémentaires, la percée d’internet 

L’ensemble des canaux de distribution ont profité de ce dynamisme pour terminer l’année dans le vert. Premier acteur économique (en valeur) du marché, les détaillants cycle connaissent une croissance de +3,8% (cycle et accessoires), avec des prix moyens largement supérieurs à la moyenne du marché. Les grandes surfaces multisports consolident quant à elles leur statut de leader du marché en volume (52% des ventes), tout en affichant une spectaculaire hausse de 10% chiffres d’affaires. Après un recul en 2013, les grandes surfaces alimentaires rebondissent avec une croissance de chiffres d’affaires de 4,5%. Si elles restent significatives, les ventes en volume dans ce réseau s’érodent néanmoins (-1,5%). Enfin, internet continue sa percée avec une progression de 15,5% et occupe une place prépondérante notamment sur le marché des périphériques (25% de part de marché).

Capture d’écran 2015-04-07 à 10.26.55

NB: Pour plus d’informations sur le marché du cycle, retrouvez chaque trimestre en exclusivité sur Filière Sport les chiffres du marché issus de l’observatoire trimestrielle de la FPS. 

 

Signature de la convention FPS - CERA

Signature de la convention FPS – CERA

La Caisse d’Epargne Rhône Alpes (CERA) et la FPS ont signé le 18 mars 2015, à Méribel, une convention en faveur des professionnels de la filière sport. A travers cet accord, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes participe à différentes manifestations liées à l’univers de la montagne et propose aux adhérents de la FPS des offres bancaires adaptées et privilégiées.

Avec cette convention d’une durée de trois ans, la CERA met à la disposition des PME et TPE adhérentes de la FPS son expertise en matière d’ingénierie financière et réaffirme son engagement auprès des entreprises de la région Rhône-Alpes.

Les deux partenaires co-organisent des manifestations relatives à l’univers de la montagne comme “les Trophées de la montagne nouvelle définition” dans le cadre du SkiDebrief®, le rendez-vous des acteurs de la montagne organisé à Val d’Isère les 20 et 21 avril prochains.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

De gauche à droite : Carole Delga, Pierre Gogin et Emmanuel Macron

De g. à d. : Carole Delga, Pierre Gogin et Emmanuel Macron

Pierre Gogin, président délégué de la FPS, qui représente les marques et les enseignes de sport, a rencontré ce mercredi 25 mars, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie et des Finances et Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du Commerce.

Cette rencontre, placée dans le cadre d’un déjeuner à Bercy du conseil d’administration du Conseil du Commerce de France, a été l’occasion de nombreux sujets d’échanges et notamment ceux du projet de « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », et dont la discussion débute dans quelques jours au Sénat, après son adoption récente en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Amendement en commission spéciale

Sur la réforme du travail dominical, Pierre Gogin a insisté sur les risques de blocage du dialogue social au niveau des branches compte tenu de la position “souvent dogmatique” des partenaires sociaux, mais aussi et surtout sur l’inadéquation du texte actuel pour les entreprises saisonnières comme celles situées en stations de montagne et très nombreuses à la FPS. Pour les entreprises saisonnières et devant la forte mobilisation de celles-ci, un amendement vient d’être adopté en commission spéciale du Sénat. Il exonère d’un accord social les établissements de moins de 10 salariés dans les zones touristiques. La FPS souhaite vivement que cet amendement soit adopté au Sénat, puis en dernière lecture à l’Assemblée Nationale.

Si le Ministre de l’Economie s’est montré ouvert à quelques amendements possibles au Sénat*, il a toutefois insisté sur la volonté du Gouvernement de moderniser le pays en accord avec les organisations syndicales les plus responsables, y compris patronales, et donc que la voie de la négociation sociale devait continuer d’être privilégiée. A suivre…

SkimanVoici le texte intégral du communiqué de la FPS :

« Les sénateurs vont continuer l’examen du projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite loi Macron et notamment son dispositif en matière de dérogation à la règle du repos dominical. A l’heure actuelle, ce dispositif, voté en première lecture par l’Assemblée Nationale, imposerait la négociation d’un accord social dans les entreprises ou via un accord de branche ce qui aboutirait soit à une obligation de majorations de salaires pour le travail le dimanche soit à une fermeture des commerces le dimanche.

« Ces deux options sont totalement inenvisageables pour les entreprises saisonnières car inadaptées à leur spécificité. Un tel dispositif les mettrait en péril s’il était adopté en l’état. Si les entreprises saisonnières sont bien situées en zones touristiques, elles ne fonctionnent, elles, que quelques mois dans l’année. C’est le cas notamment des 1 200 commerces d’articles de sport situés en station de montagne qui n’ouvrent que lors de la saison des sports d’hiver pour équiper les skieurs. Leur rentabilité reste très fragile car reposant sur un ratio spécifique : recettes saisonnières/charges annuelles.

« En outre les salariés de ces entreprises saisonnières, souvent jeunes et toujours volontaires, ont fait le choix de travailler en station de montagne pour une ou plusieurs saisons, comme dans la restauration, l’hôtellerie ou les remontées mécaniques. Le travail du dimanche est intégré dans leur choix d’emploi. Et dans de nombreux cas, il existe des contreparties à ce travail dit saisonnier : intéressement, primes de fin de saison, aides au logement… Ils ne peuvent donc être comparés au salarié d’une grande enseigne de ville qui peut avoir besoin de ses dimanches.

« Enfin, les vacanciers, clients de ces entreprises saisonnières, arrivent en majorité en fin de semaine et le dimanche représente pour eux un jour important souvent consacré à leur équipement, y compris pour la clientèle journalière de proximité ! Ouvrir aux salariés de ces entreprises un droit de ne plus travailler le dimanche pourrait fortement dégrader le service à ces clients voire empêcher de skier le dimanche dans notre pays pourtant leader mondial en matière de sports d’hiver !

« Imposer un tel dispositif pour travail le dimanche revient ainsi à mettre en péril les commerces et les emplois de nos stations touristiques, à pénaliser les vacanciers pendant leurs séjours et donc à affaiblir la place touristique de notre pays.

« C’est pourquoi la FPS, organisation professionnelle représentative de ces commerces saisonniers, demande d’amender de toute urgence ce texte. S’il nous semble aller globalement dans la bonne direction, le texte actuel reste totalement inapplicable pour les entreprises saisonnières et donc in fine contre-productif en matière de croissance et d’emploi.

Contact : Pierre Gogin, président délégué de la FPS. Tel : 06 82 68 28 84 »

Pour accompagner l’explosion du running en France, le CNPC Sport a mis en place une nouvelle qualification professionnelle de Technicien-vendeur Running-courses à pied. La première session a ouvert en février 2015 à Grenoble. Elle parrainée par Julien Rancon, champion de France 2015 des courses de montagne.

Ce nouveau diplôme souhaité par la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport), est accessible par validation des acquis de l’expérience (VAE) ou en formation continue après une formation de 259 heures. Il concerne les 1 700 vendeurs running en poste dans les magasins de sport mais aussi ceux qui cherchent un emploi dans le secteur. Selon le CNPC, plus de 100 concepts différents de chaussures de course sont proposées en France, dans quelque 1800 grandes surfaces et 400 magasins spécialisés qui se partagent le marché du running. Le CQP Running s’ajoute aux 3 CQP déjà proposés par le CNPC (technicien produit glisse, technicien en maintenance cycle, technicien produit sports de raquettes).