Le marché du cycle dans les réseaux multisports et spécialisés a affiché une forme étincelante durant l’année 2014, avec une croissance estimée à +11% en valeur et +13% en volume d’après l’observatoire conjoncturel cycle de la  FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs)

Capture d’écran 2015-02-23 à 16.21.19

*Périmètre : principales enseignes du commerce multisports et spécialisé cycle, représentant environ 50% du CA total cycle

Avec une croissance de 17% en valeur et 13% en volume, le 4ème trimestre a conclu en beauté une année exceptionnelle. En effet, si l’on excepte les mois de juillet et d’août, qui ont été pénalisés par un été maussade, les 10 autres mois de l’année ont fini dans le vert, signe d’une activité soutenue tout au long de l’année. Après deux années de vaches maigres (-4% en 2012, puis -1% en 2013), les ventes de cycle dans les réseaux multisports et spécialisés sont reparties de plus belles, entrainant dans leurs sillages les ventes de composants (+10%) et d’équipements de la personne (+8%).

Le VTT comme locomotive, la mobilité urbaine en hausse


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

 A l’heure des premiers bilans, le dynamisme affiché par le marché français des articles de sport a de quoi faire pâlir nombre d’autres secteurs d’activité. En complément du dossier qui vient de paraître dans le magazine Filière Sport n°25-26 de janvier-février, filièresport.com publie un dossier actualisé avec les analyses de la FPS, de l’IFM et de NPD, en trois parties :

1. Les ventes d’articles de sport en vive croissance (pour lire l’article, cliquer ici)

2. Les magasins de sport en pointe (pour lire l’article, cliquer ici)

3. Des résultats contrastés pour le textile (pour lire l’article cliquer ici)

Après une année 2013 étale, l’activité est repartie à la hausse dans les magasins de sport en 2014. C’est ce qu’indique l’Observatoire Conjoncturel FPS, qui évalue cette croissance sur l’année à + 3,5 % (à périmètre comparable). Une performance qui tranche avec la morosité économique ambiante et place le commerce sport parmi les secteurs les plus dynamiques d’un commerce spécialisé qui reste en souffrance (- 0,9% sur les 11 premiers mois de l’année, selon Procos).

Retour au dossier : cliquer ici

(suite…)

Pierre Gogin, président délégué de la FPS

Pierre Gogin, président délégué de la FPS

TRIBUNE – Pierre Gogin, président délégué de la FPS et Vice-Président du Conseil du Commerce de France, s’exprime à nouveau sur le débat actuel du repos dominical, qui, selon lui, génère trop de démagogie et de désinformation. Il considère que, même s’il ne règle pas tout, le projet de loi Macron devrait obtenir le soutien du plus grand nombre de Français.

 « Tout d’abord, le projet de loi ne concerne que l’ouverture des commerces de détail certains dimanches ou dans certaines zones. Il n’a pas pour objectif la remise en cause du repos dominical comme certains syndicalistes ou parlementaires tentent de nous le faire croire.

Car, oui, la règle du repos dominical doit être préservée. Pour un minimum de vrais repas en famille, pour les loisirs, la culture, pour la pratique sportive. Le dimanche fait très bien l’affaire et les jours de travail le dimanche doivent rester les exceptions à cette règle. Les dérogations doivent alors s’accompagner de contreparties pour les salariés concernés et de leur volontariat. Des accords de branche ou d’entreprises fixeront ces modalités qui devront toutefois être adaptées aux diverses situations des entreprises. Car on ne peut pas mettre sur le même registre des contreparties une grande surface urbaine et un commerce saisonnier de montagne indispensable à la pratique du ski.

Ensuite, cette règle du repos dominical ne peut aucunement être absolue et générer des inégalités. La permanence des travailleurs des services publics (hôpital, sécurité, transports…) tout comme ceux de certains services marchands (spectacles, restauration, hôtellerie…) n’ont jamais été et ne doivent être remis en cause. Il faudrait d’ailleurs s’interroger davantage sur l’inégalité croissante entre ces différentes offres de services marchands du dimanche.

En France, le dimanche, on peut « acheter »  un pastis au comptoir, un repas dans un resto ou une chambre d’hôtel, un meuble, une perceuse, une plante mais pas un vélo ; une séance de cinéma, une séance de piscine… mais pas le maillot de bain!

En France, le dimanche, Amazon.fr peut vendre tout ce qu’il veut, quand il veut, et livrer aussi, mais le petit commerçant de quartier lui ne le peut.

Loin de remettre en cause la règle du repos dominical, le projet de loi Macron propose ainsi de donner un peu plus de liberté au commerce de détail, de continuer d’adapter une vieille législation (origine 1906 !) et du coup de permettre à des commerçants français, s’ils le souhaitent, de tenter de résister un peu mieux au tsunami des pure players d’Internet, qui, eux ne connaissent pas de jour de fermeture ! Donner la possibilité d’ouvrir jusqu’à 1 dimanche par mois en moyenne (12 sur 52) répond à cette exigence. Faciliter les ouvertures des commerces dans les zones dites touristiques et les grands lieux de transit comme les gares répond à une autre besoin : accueillir correctement les touristes de la première destination mondiale tout en créant des emplois.

Assouplir très (trop peut-être) prudemment la législation sur le repos dominical tout en protégeant les salariés et avec l’objectif de créer des emplois : le monde patronal, syndical et politique devrait davantage soutenir le projet de loi Macron et dépasser ainsi les dogmatismes de tous bords. »

Afin de favoriser l’internationalisation des entreprises françaises, la région Rhône-Alpes, le cluster Sporaltec et l’association Outdoor Sport Valley (OSV) accompagneront les entreprises sur Ispo, le salon professionnel de l’industrie du sport, qui se tiendra du 5 au 8 février 2015 à Munich. Le dispositif bénéficiera à 43 entreprises cette année, contre 38 l’an dernier.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Vélo-copyright FFCT:JL. Armand - copieD’après l’observatoire conjoncturel cycle de la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs), le marché français du cycle a connu un été contrasté, marqué par une stagnation des ventes de vélos montés (+0,1% en valeur, +1% en volume) au troisième trimestre 2014. Sur 9 mois, la tendance reste néanmoins largement positive


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Transmis au Conseil d’Etat, le projet de loi du Ministre de l’Economie « Pour la croissance et l’activité » est désormais connu.  Impossible de le détailler par le menu, tant ce projet balaye large ! L’idée de fond étant d’essayer de supprimer certaines rigidités juridiques, il n’y a rien d’étonnant à ce que ce texte traite aussi bien des professions réglementées que de l’urbanisme commercial, des partenariats« public-privé », des contraintes administratives des TPE, du permis de conduire, du code du travail, du repos dominical, etc., etc.  C’est en tout cas le sujet de la dérogation au repos dominical qui concerne le plus les entreprises du commerce d’articles de sport. Qu’en est-il ?

Trois types de zones

En premier lieu, la loi doit permettre aux maires de donner 12 dimanches par an (avec cinq de droit) dans les commerces au lieu de cinq actuellement.

En second lieu, le projet de loi rend plus souple et plus sécurisé le système actuel des PUCE – les fameux Périmètres d’usage de consommation exceptionnelle créés par la loi de 2009 –  en donnant un cadre plus clair aux élus ayant la main sur trois types de zones : la zone touristique (ZT)  et la zone commerciale (ZC) et en troisième lieu, la zone touristique internationale (ZTI), créée par décret après concertation des élus. Dans ces zones, les commerces pourront ouvrir en soirée et les dimanches avec repos compensateur et rémunération majorée.

Enfin, la loi apporte une réponse à la question du travail dans les commerces des gares, qui sera rendu possible lorsque les gares feront partie d’une  des trois zones évoquées.

Les magasins saisonniers pris en compte


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

FPSLe commerce d’articles de sport a connu un 5ème trimestre consécutif de croissance, avec une légère hausse de 0,65% au troisième trimestre 2014, selon les chiffres de la FPS

Après un début d’année en fanfare (+6% au premier semestre), le marché du commerce des articles de sport a connu une hausse plus modérée (+0,65%) durant la période estivale. L’activité y a été inconstante, avec un repli de


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Sans titreDéjeuner le 22 octobre à Bercy avec Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire, Gérard Atlan, président du Conseil du Commerce de France, Isabelle Amaglio Terisse, directrice de cabinet et Pierre Gogin, président délégué de la FPS.

Le représentant du secteur sport a ainsi plaidé pour que la spécificité des entreprises saisonnières, comme celles  situées en station de montagne qui n’ouvrent que quelques mois de l’année, soit bien prise en compte dans le cadre de la réforme du repos dominical des commerces ou dans celui des délais de paiement.

Le VAE et la mobilité urbaine tirent le marché.

Le vélo à assistance électrique (VAE) et la mobilité urbaine tirent le marché.

D’après l’Observatoire conjoncturel cycle de la FPS (Fédération Professionnelle des Entreprises du Sport et des Loisirs), les ventes de vélos montés ont affiché une belle progression au premier semestre 2014 dans les principales enseignes du commerce multisports et spécialisé cycle* : +15% par rapport à la même période de 2013.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les 60 000 salariés de la branche sont désormais couverts par un accord sur le travail à temps partiel signé par la FPS, principale organisation du professionnelle du secteur des articles de sport et de loisirs, et la CFDT.

Conformément à l’esprit de la loi du 14 juin 2013 qui vise à limiter le recours aux emplois de trop faible durée, la durée d’un temps partiel dans les entreprises du sport ne pourra être inférieure à 24 heures par semaine, sauf pour certains postes clairement définis ou lorsque le salarié en aura fait la demande expresse.

Afin de pouvoir également répondre aux variations saisonnières de cette activité économique en plein essor, les employeurs intéressés et les salariés volontaires pourront recourir au complément d’heures par des avenants temporaires. Dans ce cas, les heures effectuées donneront droit à une majoration de salaire comprise entre +10% et 25%, selon le nombre de semaines.

Comment se positionne la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs) dans le débat actuel sur l’ouverture des commerces le dimanche ?  Réponse de Pierre Gogin, président délégué.

“En France, la réglementation sur l’ouverture des commerces le dimanche doit évidemment évoluer.

Elle ne peut continuer d’interdire (avec les arrêtés préfectoraux de fermeture) ou de limiter (à 5 dimanches par an seulement) le fonctionnement des commerces le dimanche. En premier lieu parce que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à effectuer leurs achats sur Internet et ce quel que soit le jour ou l’heure. Ainsi interdire à des commerçants d’ouvrir le dimanche revient à tracer un boulevard à des sites de vente en ligne : Amazon.com en tête. En second lieu parce que des commerçants doivent pouvoir bien répondre à une clientèle lorsqu’elle est présente, ce qui est notamment le cas dans les zones touristiques. En troisième lieu parce que la réglementation actuelle est injuste car elle autorise certains commerces (sans compter les prestataires de services !)  à ouvrir le dimanche et pas d’autres. (Jardinerie-magasin de meuble versus magasin de sport ou de cycles, par exemple). Enfin, pourquoi continuer de brimer l’activité de nos entreprises dans la période actuelle ? Une libéralisation de cette réglementation va dans le sens de l’emploi et de la croissance.”

Avec donc quelles adaptations ?

 “Cette évolution peut se faire simplement, et dans le respect des salariés :

  • Suppression des arrêtés de fermeture
  • Liberté totale donnée à tous les commerces qui le souhaitent d’ouvrir le dimanche et sans rentrer dans une partition ingérable de zones touristiques ou pas, de forte ou faible affluence, de secteurs plutôt que d’autres.  Trop complexe et trop injuste. Laissons le commerçant  décider !
  • Volontariat des salariés obligatoire
  • Majoration de salaire pour travail dominical des salariés
  • Seul un statut particulier doit être conservé pour des entreprises saisonnières qui, elles, n’ont pas le choix. (exemple stations de sports d’hiver).”
Jérôme Valentin, président du CNPC Tous à Vélo, détaille le bilan 2013

Jérôme Valentin, président du CNPC Tous à Vélo, détaille le bilan 2013 du secteur

Le marché du vélo a passé la barre de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires en France en 2013, en augmentation de 3,1 % par rapport à 2012, selon les chiffres publiés par le CNPC Tous à Vélo et la FPS, au cours de leur conférence annuelle qui s’est tenue ce matin à Paris.

« Dans un contexte défavorable, le vélo est un marché qui repart » : c’est en ces termes que Jérôme Valentin, le président du CNPC Tous à Vélo et du fabricant Cycleurope, a résumé l’état du marché grand public du vélo en  France. 


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Gogin Cazeneuve LeclercMercredi 26 mars, à l’issue du conseil d’administration du Conseil du Commerce du Commerce de France, Guy Leclerc et Pierre Gogin de la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs), ont déjeuné avec Bernard Cazeneuve, Ministre du Budget. Les échanges ont notamment porté sur le pacte de stabilité, les allègements fiscaux pour les entreprises, l’évolution de la fiscalité locale (Tascom, réforme des valeurs locatives) et les ordonnances de simplification. Dans ce cadre, Guy Leclerc a demandé une simplification du formulaire des échanges de biens, qui accompagne les déclarations de détaxe de TVA.

Dévoilé la semaine dernière par le ministre des Transports, le plan mobilités actives propose une série de mesures pour encourager l’usage du vélo : expérimentation d’une indemnité kilométrique pour les salariés se rendant au travail à bicyclette, généralisation de la possibilité de rouler à contresens dans les zones 30, augmentation du montant des amendes pour stationnement sur une piste cyclable, droit de franchir une ligne blanche pour doubler un vélo, etc. Il a été accueilli avec bienveillance mais sans grand enthousiasme par les représentants professionnels interrogés par Filière Sport. Témoignages.

Jean-Marie Darmian, président du Club des Villes et Territoires Cyclables :

« Nous considérons que ce plan est une plateforme de négociation en vue de progrès ultérieurs, plutôt qu’une véritable stratégie nationale en faveur de l’usage du vélo. Il contient quelques avancées. Ainsi, il évoque pour la première fois officiellement l’indemnité kilométrique vélo, même si elle n’est envisagée qu’à titre expérimental et dans des entreprises volontaires. Mais la France a toujours du retard et les bienfaits du vélo, en termes d’effets sur la santé, d’impact sur l’environnement et de partage de l’espace public ne sont pas assez valorisés. »

 Dominique Lamouller, président du Comité de Promotion du Vélo (CPV) et de la Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT) :

« Alors que rien de concret n’était sorti des précédentes consultations, ce plan dénué de « scoop » a au moins le mérite d’énoncer quelques mesures précises en matière d’aménagements et de sécurité ou d’indemnisation des salariés. Et la réaction virulente des associations d’automobilistes me conforte dans cette opinion… Cela dit, nous prendrons le temps, au CPV comme à la FFCT, d’étudier en détail le projet avant de nous prononcer. Pour le cyclotourisme, c’est bien d’accélérer la réalisation de voies vertes et pistes cyclables mais attention de ne pas enfermer le cycliste dans un ghetto : il faut aussi que les mentalités évoluent pour un meilleur partage de la route. Dans tous les cas, nous resterons attentifs à la mise en application du plan ».

Pierre Gogin, président de la FPS (Fédération Professionnelle des Entreprises du Sport et des Loisirs) :

« Toutes ces mesures vont dans le bon sens, celui du développement de la pratique du vélo dans notre pays. La France a beaucoup de retard en la matière. La FPS soutient ce plan ».

 

La montagne se bouge ! Pour la première fois, dans le but de récompenser les meilleures initiatives professionnelles, sont créés les Trophées de la Montagne Française.

Ces trophées se déclinent en deux axes : les « Trophées de la Montagne Française. Nouvelle Définition », portés par la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, France Montagnes et la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs), concerne les stations de ski, les acteurs professionnels du tourisme de montagne, les magasins et les marques d’équipements sportifs. Et les Trophées du Cluster Montagne, qui s’adressent aux professionnels de l’aménagement des stations de montagne.

Les premiers distingueront quatre catégories : accessibilité, initiatives vertes, économie et innovation. Une cinquième permettra de récompenser les meilleures photo et vidéo de la saison, postées sur cmamontagne.com, le nouveau site communautaire grand public que vient de lancer France Montagnes. Ces « Trophées de la Montagne Française. Nouvelle Définition » seront remis à le 22 avril à Val d’Isère, à l’occasion de l’événement SkiDebrief, qui rassemble les professionnels pour faire le bilan de la saison. Les candidatures peuvent être déposées jusqu’au 15 mars sur le site des Trophées.

Les Trophées du Cluster Montagne seront quant à eux remis le 24 avril à Grenoble, sur le salon international de l’Aménagement de la Montagne, Mountain Planet. Ils comptent trois catégories (performance, international, innovation), ainsi qu’un Trophée d’Honneur en mémoire de Nicolas Morel.

SotchiFlammeTRIBUNE – Peut-on se satisfaire des 15 médailles remportées par les équipes de France aux Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi ? Pour Pierre Gogin, président délégué de la FPS (Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs), le compte n’y est pas…

“Contrairement aux commentaires actuels, je trouve que sur un plan collectif ce résultat de 15 médailles tout métal confondu (mais dont 7 en bronze) est insuffisant pour un grand pays de sports d’hiver comme la France. A Sotchi, le potentiel de médailles de 294 (pour 98 épreuves) nous donne un ratio de 5% et la 10 ème place.  À titre de comparaison, le ratio pour Grenoble en 1968 était de 8,5% pour la 3 ème place. Et les Pays-Bas, un pays sans montagnes comme son nom l’indique et avec 3 fois moins d’habitants obtient un ratio de 8,1% et la 5ème place ! Surtout, le bilan d’un zéro pointé pour les sports de glace (depuis le patinage artistique jusqu’au bobsleigh en passant par le short-track et le hockey) ressemble à la Berezina, si on veut rester en Russie!

Ce que je dis la ne retire évidemment rien au mérite de nos champions et à leur encadrement. Mais ce bilan collectif doit forcement nous interroger sur notre politique générale de développement de la pratique sportive et de la sensibilisation et de l’encadrement des plus jeunes. Le sport dans le système scolaire ou périscolaire est-il performant ? L’ encadrement des plus jeunes est il suffisamment professionnel ? Avons nous suffisamment d’infrastructures adaptées et bien utilisées ? Ce résultat collectif de Sotchi nous montre clairement que des progrès peuvent être accomplis. Il doit nous amener à plus de remises en cause et moins d’autosatisfaction. Car encore une fois, on parle ici de sports d’hiver et de la France….pourtant première destination mondiale dans ce domaine !”

Pierre Gogin