Laura Flessel

En réponse à une question au gouvernement du député de la Loire Régis Juanico, la ministre des Sports, Laura Flessel, a précisé sa position sur l’épineuse question de la reconnaissance de l’e-sport comme activité sportive et sportive. 

La ministre ” n’a pas souhaité, à ce jour, s’engager dans une reconnaissance du e-sport comme activité sportive en tant que telle. “, précise la réponse au député. S’il existe des compétitions nationales et internationales qui ” présentent quelque analogie avec l’organisation sportive, la question de la reconnaissance de cette pratique comme une activité physique et sportive fait toujours débat et n’a pas été tranchée “., poursuit-elle. La ministre s’interroge notamment sur ” la compatibilité de cette activité avec les politiques publiques portées par le ministère des sports en matière de promotion de l’activité physique comme enjeu de socialisation et vecteur de lutte contre la sédentarité et certaines maladies chroniques ” et considère que l’on manque de recul pour évaluer l’impact du e-sport sur la santé. ” Cependant,  ” l’e-sport demeure une activité économique à fort potentiel de revenus et de communication, pour les fédérations sportives notamment, qu’il faut prendre en compte. De même, ses codes doivent être une source d’inspiration pour l’ensemble du mouvement sportif “.

Des ateliers avec Bercy 

On apprend ainsi dans la réponse que Le ministère des Sports prévoit de lancer à la rentrée des ateliers sur le sujet avec la direction générale des entreprises. Objectifs : évaluer la réalité du marché français (volet industriel) ; réfléchir à des ajustements législatifs nécessaires ; favoriser l’attractivité de la France pour l’accueil de compétitions dites de gaming ; optimiser les externalités positives en matière d’inclusion sociale prenant en compte les messages liés au sport-santé.