Inspirée par les résultats de ses enquêtes d’analyse du cycle de vie des produits, Gore étendra dès l’automne-hiver 2017 l’utilisation de textiles teints dans la masse et de tissus bruts recyclés pour sa gamme Gore-Tex. Une initiative qui permettra d’améliorer l’impact environnemental de ses produits.

Réduire considérablement la consommation d’eau et les émissions de Co2, ainsi que la quantité de matières finissant habituellement leur vie dans les décharges, un objectif bien défini dans la hiérarchie des priorités de Gore. La teinture dans la masse le permet. Il s’agit d’un procédé de coloration des filaments qui économise jusqu’à 60 % d’eau et réduit considérablement le taux de Co2 émis. « Cette technologie ne contribue pas uniquement à réduire notre empreinte écologique mais aussi à obtenir une bien meilleure tenue des couleurs à la lumière » affirme Thomas Kiebler, en charge du développement des tissus destinés aux vêtements grand public au sein de la division textiles de Gore. En 2016 déjà, Gore et Berghaus utilisaient pour la première fois ce procédé de teinture dans la masse, pour la collection Berghaus Gore-Tex.

Deuxième initiative, celle d’étendre sa gamme de tissus recyclés. Les matières « écoresponsables » de Gore proviennent de déchets de préconsommation pour le nylon et de bouteilles en PET postconsommation pour le polyester. L’entreprise veut ainsi réduire la quantité importante de déchets plastiques et limiter au maximum l’utilisation des ressources naturelles pour la réalisation de ses produits durables et performants.

 

Great Place to Work et Fortune magazine ont dévoilé leur classement annuel des 25 meilleures entreprises internationales en ce qui concerne les conditions de travail en entreprise. Gore y apparait en troisième position.

Déjà troisième l’an dernier, Gore garde sa position sur le podium derrière les indéboulonnables Google et SAS Institute, deux entreprises spécialisées dans les technologies de l’information. Une performance remarquable puisque Gore est la seule société en lien avec le marché du sport à figurer dans ce classement réalisé sur la base d’une étude et d’une évaluation sur la qualité de leur travail, de leurs collaborateurs, des opportunités d’évolution ou encore du respect de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ainsi que sur de nombreux autres critères.

W.L Gore & Associés (GoreGore tex) devient membre de l’European Outdoor Group (EOG) en tant que marque technologique. Gore, connue pour ses traitements textiles, vient ainsi rejoindre plus de 60 marques qui composent l’EOG.

L’EOG, qui s’est ouvert aux marques-ingrédient en janvier, continue ainsi son développement avec pour objectif d’encourager les personnes de tous âges, où qu’elles soient, à pratiquer une activité de plein air. “Ce partenariat de poids va nous permettre de faire face aux prochains défis du marché outdoor en élaborant des concepts avant-gardistes qui attireront les passionnés de plein air de la nouvelle génération” a ainsi réagi Matthias Zaggl, responsable marché pour la chaussure de sport chez Gore.

Dans le même temps, deux autres marques technologiques, Pertex et Primaloft, ont également rejoint l’EOG.

Christian Langer prend la tête de la division textile de W.L. Gore & Associés. Il occupait le poste de responsable international de l’activité Chaussures, Gants et Accessoires Gore-Tex, désormais confié à Achim Löffler, 43 ans. Ce dernier était responsable chaussure pour l’activité Sport et Outdoor, fonction qui échoit à Matthias Zaggl, jusqu’à présent en charge de Gore Running Wear et Gore Bike Wear.