L’industriel textile Invista, propriétaire de la marque Lycra, a signé un accord définitif avec Shandong Ruyi Investment Holding en vue de la vente d’Apparel & Advanced Textiles, l’une des quatre grandes unités commerciales d’Invista.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Segment extrêmement porteur, le marché du running arrive aujourd’hui à maturité et voit les habitudes de consommation évoluer. S’appuyant sur sa dernière enquête nationale, la Fédération française des industries sports & loisirs (FIFAS) a analysé les modes de pratiques et habitudes de consommation des coureurs afin d’en dégager les principales tendances du marché.

La France compte 8,5 millions de pratiquants de course à pied, parmi lesquels 19 % prennent part à des compétitions. Des chiffres qui portent les ventes des articles de sport dédiés à la course. Ainsi 8,2 millions de paires de chaussures sont vendues par an (pour 500 M€) tandis que le marché de l’habillement et des accessoires atteint les 850 M€.

Une féminisation rapide de la pratique

Les femmes se familiarisent avec le runing. On en compte aujourd’hui plus de 600 000 en France (dont 32 % pratiquent depuis moins de 2 ans). 29 % d’entre-elles courent pour “leur apparence” alors qu’un peu plus de la moitié recherchent la convivialité (42 % courent avec des ami(e)s).

Une donnée que l’on retrouve dans le développement des courses ludiques (Mud Day, Color Run…). En effet 52 % des participants sont à la recherche de cette convivialité. 38 % y voient l’occasion de développer l’esprit d’équipe. Logique lorsque l’on sait que ces événements attirent davantage les jeunes (19-25 ans) et les femmes. Les coureurs chevronnés sont cependant de plus en plus intéressés par ces événements. 40 % d’entre eux ont déclaré avoir l’intention de participer à une course ludique dans les prochains mois (58 % chez les moins de 30 ans).

Une pratique de plus en plus digitale

Si les applications et les coachs virtuels sur téléphone se sont multipliés, les coureurs partagent également davantage leur passion sur les réseaux sociaux. 74 % des 19-25 ans ont déclaré publier du contenu en rapport avec leur pratique sur internet.

L’attente en matière de conseils via les sites internet spécialisés (71 % pour les moins de 30 ans) et auprès des vendeurs en magasin (46 % chez les femmes) est également de plus en plus forte.

Enfin, le show-rooming est à la mode. 14 % des runners déclarent essayer systématiquement les produits en magasin avant d’effectuer leurs achats sur internet.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

138-brand_defaultL’équipementier de produits outdoor Black Diamond a subi une perte nette de 86,5 millions de dollars et n’a pas su augmenter ses ventes (155,3 M $ de CA, soit – 2 %). Une restructuration menant à une diversification de l’activité est en cours.

Face à ces mauvais résultats, Mark Ritchie, président de Black Diamond, a annoncé un plan de réforme important visant notamment a réduire les coûts afin de retrouver de la rentabilité : ” Le projet comporte des réductions de coûts importantes en Amérique du Nord et en Europe, la délocalisation de notre siège européen de Bâle (Suisse) à Innsbruck  (Autriche) et une réorganisation de notre stratégie sur les vêtements pour atteindre la rentabilité avec des objectifs de vente nettement inférieurs. Fin 2014, nous avons également commencé à rapatrier notre fabrication chinoise à Salt Lake City. Nous prévoyons le rapatriement complet de notre plateforme de fabrication ainsi que la finalisation de notre projet global en 2016. Nous espérons revenir à une structure de coûts semblable à celle de 2011 “. Black Diamond annonce une prévision de chiffre d’affaires comprise entre 155 et 160 M$ en 2016 (soit +0 à + 3% sur une base de change constant) pour une marge brute faible, d’environ 36 %.

La marque a annoncé un projet de redéploiement et de diversification de son activité. Black Diamond a en effet mandaté la banque Rothschild en vue d’investir dans le haut de gamme, potentiellement en dehors de l’industrie de l’outdoor. La marque cherche prioritairement des opportunités aux Etats-Unis.

AsicsL’équipementier japonais vient de dévoiler ses résultats 2015 pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Les ventes ont augmenté de 16 % sur l’ensemble de ces marchés. Une croissance tirée par les performances de la marque dans le running, le tennis, le rugby mais également le lifestyle ; Asics ayant relancé sa gamme Tiger l’an passé. 

Après une croissance importante en 2014 (+ 13 %), Asics a de nouveau amélioré ses performances dans la zone EMEA lors de son dernier exercice. Les ventes ont connu une hausse à 3 chiffres sur le marché sud-africain  tandis que la marque  a continué de s’affirmer sur le marché européen avec une croissance supérieure à 10 % dans de nombreux pays (France, Suède, Norvège, Danemark, Pologne, Russie, Espagne, Benelux).

Un développement massif sur le marché du running, du tennis et du rugby


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

L’équipementier japonais qui fête ses 110 ans cette année fait son grand retour dans le tennis européen. Une gamme de produits basée sur la performance, la légèreté et la durabilité a été validée après des semaines de tests auprès de joueurs professionnels et d’entraîneurs confirmés.

Qui dit retour dit nouveautés produits. Deux paires de chaussures ont été pensées. La Wawe Exceed Tour, légère et durable, destinée à la compétition et à la pratique intensive du tennis ; et la Wave Intense Tour, qui s’adapte aux joueurs désireux de faire de la stabilité leur priorité. Les deux modèles sont disponibles au prix de 140 € et s’adaptent à toutes les surfaces de jeux.

La marque s’appuiera sur une équipe de joueurs internationaux parmi lesquels Ivo Karlovic (24e au classement ATP), Marcos Bagdhatis (45e) ou encore Roberto Bautista Agut (21e). La gamme de produits femme sera portée par la russe Yulia Putinseva, 77e au classement mondial. « Nous sommes très heureux de pouvoir travailler avec des joueurs de haut niveau qui porteront nos couleurs sur les tournois ATP et WTA. Leur rôle a été très important, dans le processus de développement de cette gamme” a notamment déclaré John Hooper, Responsable EMEA marketing et promotion sport Mizuno.

La Wave Exceed Tour modèle homme

La Wave Exceed Tour modèle homme

La Wave Intense Tour modèle homme

La Wave Intense Tour modèle homme

 

 

 

 

 

 

logoLa société Sportpulsion distribuera la marque de vêtements de sport allemande Maloja en France à partir des collections automne-hiver 2016-2017. 


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La marque de vêtements de ski française Fusalp annonce l’arrivée de Mathilde Lacoste, épouse de Philippe Lacoste qui repris l’entreprise avec sa soeur Sophie, au poste de directrice artistique.

Mathilde Lacoste, diplômée en Stylisme et Design Textile de l’Ecole des Arts Appliqués Duperré, a travaillé pendant 20 ans chez Lacoste SA en tant que responsable des tendances et du développement de tous les produits Lacoste, ainsi que du lancement des nouvelles licences pour les services marketing et développement. Elle a également été en charge de la gamme couleur de la marque, notamment de celle des polos.

Avec pour philosophie de relancer Fusalp en s’inspirant de son héritage, Mathilde Lacoste explique : « Je n’invente rien, je pars du message que la marque véhicule. Il y a chez Fusalp un discours de forme et une énergie graphique très spécifiques qui s’expriment à travers une silhouette, une coupe, des couleurs, des vêtements conçus pour un corps en mouvement, pour la vitesse. » Mathilde Lacoste, pour qui l’usage du vêtement et la technicité sont sources de créativité, importe les codes de la ville à la montagne et les codes de la montagne à la ville. Sa collaboration avec Fusalp a précédé l’annonce de sa nomination, puisqu’elle présente sa première collection Après-Ski Automne-Hiver 2015 au Salon Pitti Uomo de Florence jusqu’au 16 janvier. La marque participera également au prochain ASAP, les 19 et 20 janvier prochains dans l’agglomération d’Annecy.

Rossignol-10-190Le Groupe Rossignol va procéder à une augmentation de capital pour permettre au fonds Sandbridge Capital de prendre une position minoritaire aux côtés d’Altor, détenteur de 80 % des parts. Objectif : acquérir les compétences pour développer la gamme de vêtements de ville de Rossignol, explique Bruno Cercley, PDG président du fabricant d’articles de ski.

L’augmentation portera sur 5 à 10 % du capital de Rossignol, soit entre 5 et 10 millions d’euros. Sandbridge est une société d’investissement spécialisée dans les « marchés verticaux axés sur les consommateurs », tels que l’habillement. Son expérience de la mode devrait faciliter le développement de la marque dans le prêt-à-porter, développement qui sera confié à une société spécifique nouvellement créée, Rossignol Apparel SAS.

Basée à New-York et fondée par de grands noms de la mode, telles que Tommy Hilfiger, Dominico de Sole, l’ancien patron de Gucci et Ron Snyder, ancien dirigeant de Crocs, Sandbridge est un « acteur majeur dans le domaine du textile, qui a la compétence du commerce de détail et du design de la mode », explique à Filière Sport Bruno Cercley, président du Groupe Rossignol. Or le développement textile est l’un des piliers de la stratégie du fabricant d’articles de ski.

« Rossignol, forte de son patrimoine et de son histoire dans le ski et la compétition, dispose d’un potentiel fort dans le secteur de l’habillement. Notre ambition dans le textile est de (suite…)

Rossignol pub Band of Heroes @François RousseauLa marque de produits de sports d’hiver a dévoilé samedi 14 décembre à Val d’Isère, à l’occasion du Critérium de la Première Neige, sa prochaine campagne de communication de course pour les quatre années à venir. 

L’élément central de cette communication est une photographie regroupant 23 héros et 5 générations de sportifs à ses couleurs. Objectif : partager l’engagement «passionné et historique » de la marque pour la compétition et mettre en avant ses collections textiles, dont le développement est un axe stratégique de la marque.

Parmi la « Bande de Héros » réunie par Rossignol, figurent un vétéran comme Roland Collombin (vice-champion olympique de descente à Sapporo en 1972) ou la championne du monde de descente 2013 à Schladming Marion Rolland, mais aussi des jeunes à l’avenir prometteur comme Emile Allais-Pallandre. La photo de groupe et des portraits individuels, réalisées sur la Face de Bellevarde à Val d’Isère, ainsi qu’une série de vidéos de témoignages de champions seront principalement utilisés pour une communication sur les réseaux sociaux. L’image symbolique servira de socle à la stratégie qui sera développée autour de la future gamme Hero qui sera présentée fin janvier à Kitzbühel.

 

L’Institut français de la Mode (IFM) a partagé ce matin, au cours de sa conférence annuelle, ses prévisions d’évolution de la consommation d’habillement en France pour 2014. La dégradation se poursuit mais à un rythme moindre.

Les ventes d’habillement vont baisser en valeur de 1,4 % en 2013 après – 1,8 % en 2012. Elles devraient à nouveau être en repli de 1 % en 2014. Un léger mieux semblable à la tendance générale dans l’Union européenne, où les ventes d’habillement devraient baisser de 1,7 % l’an prochain, après – 2,6 % en 2013 et – 2,8 % en 2012. En France, les contraintes restent extrêmement fortes sur les ménages, qui ont le sentiment que leurs dépenses alimentaires et de logement augmentent fortement. Conséquence, l’habillement n’est “pas une priorité” pour les consommateurs, explique Hélène Fourneau, responsable des panels de l’IFM, enquête consommateurs à l’appui.

Pas de répit pour les promos


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les soldes ne sauveront pas la saison printemps-été 2013. D’après une étude de la société Quantaflow pour le CNCC, la fréquentation des 168 centres commerciaux calculée enregistre une érosion limitée à 1,5%, durant les trois premières semaines de soldes, pour la période du 26 juin au 13 juillet 2013, comparée à la même période en 2012. Selon cette étude, malgré le démarrage très vigoureux (+0,4% la première semaine), soutenu par des achats vestimentaires reportés dus aux  conditions météorologiques défavorables tout au long de la saison, la fréquentation s’est ensuite dégradée très rapidement. Les deuxième et troisième semaines ont respectivement affiché des baisses de -2,8% et -2%. Cette baisse est quasi générale, aussi bien dans les centres commerciaux de centre-ville (-1,8%) que dans ceux situés en périphérie et en province (-1,9%).  Seule l’Ile de France limite cette chute à -0,2%.

L’habillement

Dans ce contexte de soldes mitigés, l’Institut français de la mode (IFM) annonce en juin 2013 une légère hausse des chiffres d’affaires des distributeurs, d’environ +1% en valeur, par rapport à juin 2012. Un chiffre qui s’explique surtout grâce au bon démarrage des soldes.

Les circuits de distribution ont des résultats plus contrastés. Ceux-ci s’échelonnent de +0% en valeur pour les chaines à 3% pour les grands magasins. Les ventes de petites pièces (+7,7%) et de lingerie et chaussants femme (+6,7%) affichent la meilleure tenue. L’IFM note également une réveil de l’habillement enfant, avec une croissance des ventes de +3,4% par rapport à juin 2012.

 

 

Le site internet de vente de chaussures Spartoo proposera à partir de mi-mars une offre de vêtements d’une centaine de marques (6 000 modèles). L’offre sera présentée en quatre univers : Denim (jeans) ; Casual avec des marques comme Tommy Hilfiger, Gant, Napapijri, Timberland… ;
 Sport Lifestyle avec Adidas Originals, Nike, Roxy Quiksilver, Puma, Converse, Rip Curl, Volcom, etc. 
Et un univers City. Spartoo attire 14 millions de visiteurs uniques par mois en Europe et a réalisé un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros en 2012.

Si l’ensemble du textile-habillement affiche un repli de 0,5 % en janvier 2013 par rapport à janvier 2012 en valeur et à surface comparable, c’est exclusivement du au recul du textile (- 7 % pour le linge de maison, tissu au mètre et la mercerie-laine) : l’habillement affiche, lui une légère augmentation de 0,2 %, selon le dernier Distribilan de l’Institut français de la Mode

La période a profité aux commerces indépendants multimarques (+ 3,8 %) et aux chaînes spécialisées (+ 3,3 %). Les soldes ont ainsi plus ou moins rattrapé une saison médiocre : sur l’ensemble de la période septembre 2012-janvier 2013, la consommation d’habillement a enregistré un recul de 0,8 % et autant pour l’ensemble du textile-habillement.