Mizuno devient l’équipementier de l’équipe de Chambéry Savoie Mont Blanc Handball (Chambéry SMBH) dès la saison 2018-2019, pour trois ans. (suite…)

Adidas a remporté le Grand Prix du Brand Content 2017, pour l’ensemble de sa couverture digitale des 25ème Championnats du Monde de handball masculin. 

La couverture des Championnats de Monde de handball masculin par la marque aux trois bandes lors était totale. Une newsroom avait été spécialement dédiée à cet événement, au coeurs de l’Accor Hotels Arena. Ce prix a été décerné par un jury composé de 17 professionnels de la communication (agences medias, annonceurs, publicitaires, medias, etc.)

maison-du-hand-credits-photo-plasticine-ffhb-1Joël Delplanque, président de la fédération française de handball et de Thierry Braillard, secrétaire d’état chargé des sports, ont posé lundi 7 novembre 2016  la première pierre de la maison du handball à Créteil (94).

La maison du handball abritera le siège de la FFHB, de la nouvelle ligue d’Ile-de-France et deviendra le lieu de vie des équipes de France séniors et jeunes, à l’image de Clairefontaine pour le football ou de Marcoussis pour le rugby. Les travaux de construction du futur site, d’une superficie totale de 11.000 m2, ont débuté à la mi-août. Implantée dans  le site du parc des sports Dominique Duvauchelle de Créteil, cet outil mobilisera un investissement de 40 millions d’euros. Il devrait être livré au mois de juillet 2018.

marq_app_EFWO_blanc-TECHNOGYM-PSGTechnogym, fournisseur international de produits, services et solutions fitness et bien-être (cardio-training, musculation et accompagnement numérique), a signé un partenariat de deux ans avec l’équipe de football masculine du Paris Saint-Germain. L’ensemble des équipes professionnelles du club (football féminin et handball) bénéficiera cependant de ces nouveaux équipements. 

Après le renouvellement de sa collaboration avec Go Sport ou encore la signature d’un partenariat avec Boulanger en ce début d’année, le club de la capitale poursuit sa quête d’excellence à tous les niveaux, comme l’a expliqué à l’issue des négociations Frédéric Longuépée, Directeur général adjoint du PSG : “Nous sommes ravis que Technogym ait choisi de rejoindre la famille des partenaires du Paris Saint-Germain. Nous partageons une même ambition portée sur l’excellence et la volonté de sans cesse progresser dans l’effort. Cet accord est le début d’une longue histoire commune entre nos deux marques“.

Les tout derniers appareils de la marque seront bientôt installés dans les centres d’entrainement de Saint-Germain en Laye et de Bougival ; ainsi qu’au Parc des Princes et au stade Pierre-de-Coubertin.Technogym x PSG 02

Technogym x PSG 01

Claude OnestaPersonne n’en doutait. Surtout pas lui. La qualification des Experts pour l’Euro 2016, acquise le 3 mai dernier avec sérénité et facilité, prouve une fois de plus le succès de la méthode Onesta, incarnée dans la force tranquille du collectif aux 5 étoiles. Interview en tête à tête et du tac au tac avec l’entraîneur de l’équipe de France masculine de handball, réalisée à la veille de la qualification à Toulouse.

Gourou ou chef d’orchestre ? Gourou “maître à penser” peut-être. Gourou ‘manipulateur’ non ! Je suis plus un chef d’orchestre qui rythme, temporise, veille à l’harmonie et l’équilibre de son groupe. J’ai cette vision d’ensemble qui me permet de m’éloigner des problématiques techniques gérées par les joueurs et le staff.

Bavard ou taiseux ? Moins un entraineur a de choses à dire, mieux il peut mener son groupe à une forme d’autonomie, mieux il peut l’accompagner, le réguler. Ma responsabilité est de veiller à toujours être en phase, éviter les points de rupture.

Vaincre ou conquérir ? La construction de la victoire me passionne plus que les victoires. J’implique mes joueurs dans la cogestion et la coopération du groupe, dans l’élaboration et pas seulement dans la réalisation du projet qui permet la victoire. Ils n’attendent pas les décisions d’ailleurs. Ils réfléchissent, analysent, suggèrent des solutions, échangent des idées, proposent des innovations. Ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas autorité sur le choix final !

Claude Onesta« Le sport de haut niveau peut être quelque chose de paisible et heureux »

Philosophe ou humaniste ? Les hommes m’intéressent. Sous le ballon il y a une main, derrière la main il y a un cerveau qui génère les émotions de l’humain qui peut se sentir bien ou être en difficulté. Il faut percevoir cela. Mes préoccupations ne sont pas les outils mais les hommes qui vont les utiliser. J’ai une certaine forme d’humanisme, je crois en l’humain, et je crois qu’en se respectant et en se faisant confiance, on peut être… les meilleurs du monde !

Success model ou méthode Onesta ? Cette méthode de responsabilisation des joueurs est la mienne, elle me correspond. J’ai changé la fonction d’entraineur. Quand je suis arrivé avec l’idée de partager, de construire un projet ensemble, on m’a écouté avec intérêt : c’était nouveau, original, sympathique. Mais ça en a fait sourire plus d’un. Trop utopique ! On donnait peu de crédit à ma réussite.

 Autant ou plus que Daniel Costantini ? Mon prédécesseur est resté 16 ans à la tête de l’équipe de France. J’en suis à 14. Un sport qui connait 2 entraineurs en 30 ans, avec un tel palmarès, a des bases solides. Daniel a profité d’un sport peu médiatisé et joui d’une grande tranquillité dans le travail. J’ai bénéficié des relations très fortes du hand avec le milieu scolaire, de ce respect transmis par les enseignants et l’encadrement. Ce respect je le retrouve au sein de l’Equipe de France, qui vit une forme de compagnonnage où les plus jeunes savent qu’ils peuvent à tout moment s’en référer aux anciens.

Claude Onesta, entraîneur de l'équipe de France masculine de handball« Il a fallu batailler pour convaincre Adidas de concevoir des maillots plus moulants »

Heureux ou satisfait ? Quand on gagne autant qu’on a pu gagner avec autant de plaisir et de convivialité, il est fabuleux de se dire que le sport de haut niveau peut être quelque chose de paisible et heureux, sans guerre à tous les niveaux. Certaines victoires sont plus des formes d’apaisement, de légitimité qui prouvent que vous êtes bien là où il faut.

Le pire souvenir ? Mes relations avec les médias ont parfois été pénibles. Non pas qu’on ait affaire à des gens détestables ! Mais cette obsession de vouloir anticiper ou polémiquer, de rechercher le croustillant, le piquant, cette immédiateté de l’information ne me plaisent pas toujours !

Ce qui a changé en 20 ans ? La dimension athlétique a le plus évolué avec la quantité d’entrainement qui bâtit des athlètes. Le jeu devient plus costaud, au détriment de la virtuosité ou de l’élégance. Nous devons préserver nos petits génies car ce sont eux qui font rêver. Ils sont imprévisibles et parfois destructeurs car ils peuvent mettre une pagaille monstre. La facilité serait de les canaliser. Ou de s’en passer. On aurait alors un jeu stérile, basé sur la force et la puissance, sans émotion.

Vos relations avec les équipementiers ? Elles ont beaucoup changé mais il a fallu batailler pour convaincre Adidas de concevoir des maillots plus moulants. La priorité était technique. Cela empêchait les joueurs de s’accrocher aux maillots. Les joueurs sont aujourd’hui mieux protégés : ils ont tous des éléments de protection en mousse sur les cuisses car les chocs sont de plus en plus violents. 

Ce que vous ne supportez pas ? L’autorité quand elle n’est pas légitime. Je n’ai jamais compris ce que voulait dire « il faut » ou « tu ne peux pas » !

Propos recueillis par Dominique Hoste

La marque américaine d’équipements de protection pour les sportifs devient fournisseur officiel des joueurs de handball Nikola et Luka Karabatic, qui jouent respectivement au FC Barcelone et à Montpellier. L’accord a une durée de trois ans. Il s’inscrit dans la volonté de la marque de développer sa présence en France. Les frères Karabatic rejoignent un team de partenaires constitué du triathlète Brice Daubord, de la volleyeuse Myriam Kloster et de la marcheuse Emilie Menuet. McDavid est également partenaire du club Orléans Loiret Basket, de la Fédération allemande de Handball et du Partizan de Belgrade Basket.

ASICS - GEL FIREBLAST

Asics ne veut décidément pas être cantonnée à une image trop typée « running ». La marque japonaise élargit ses gammes de chaussures pour le fitness, certains sports en extérieur comme le rugby et les sports en salle. Lors des inscriptions au marathon de Paris 2013, 44% des joueurs ont déclaré courir avec des chaussures Asics. Un chiffre qui conforte la marque japonaise comme spécialiste de la course à pied. Elle ne veut toutefois pas laisser le champ libre à ses concurrentes pour les autres disciplines, à l’exception du football. « Il est très difficile de vouloir lutter contre la puissance marketing de Nike et Adidas dans le foot », explique David Pochot, responsable technique chez Asics.

Pour sa collection hiver 2013, la marque japonaise a privilégié le handball et sort la Gel Fireblast, une chaussure haut de gamme pour les joueurs ailiers. La cible : le joueur athlétique, à la recherche de légèreté, grâce à une tige enveloppée plus souple (en combinant du Mesh et du TPU), et de flexibilité, facilitant les déplacements rapides et agressifs. Les changements de directions rapides, parmi les actions principales du handballeur, sont également facilités par des encoches dans le sens de la flexion de la semelle. Autre innovation, le gel, à l’avant et au niveau des talons, réduit la force de l’impact sur les articulations.

Prix public conseillé : 140 euros