Avec un terrain de démonstration installé par la société d’Henri Leconte dans l’enceinte de Roland Garros 2015, le padel s’est invité à la grande fête du tennis. Filière Sport magazine a enquêté sur cette nouvelle pratique partie à la conquête du marché français.

(suite…)

Henri Leconte - copieHenri Leconte s’est découvert une passion pour le padel lors d’un séjour en Espagne. En 2013, il crée sa société, HL Padel, qui installe des terrains privés. Aujourd’hui, le tennisman se veut l’ambassadeur de ce sport en France, dont il assure d’ailleurs actuellement la promotion à Roland-Garros. Interview réalisée dans le cadre du dossier Raquettes dans Filière Sport magazine à paraître ce 28 mai.

Henri Leconte, comment avez-vous découvert le padel ?

J’ai découvert ce sport il y a huit ans grâce à mon ami Manolo Santana lors de vacances à Marbella. Il faut savoir qu’en Espagne, ce sport est une institution et que l’on compte plus de joueurs de padel que de tennis (NDLR : environ 3,5 millions contre 2,5 millions). Le padel est super accessible, ludique et ne demande ni une condition physique hors normes ni un niveau technique incroyable. J’ai tout de suite accroché. Et je n’ai jamais cessé de pratiquer cette discipline depuis ce moment.

Certes, mais comment êtes-vous passé de la passion à la création d’une société qui cherche à développer le padel en France ?

Comme souvent dans une aventure, tout est parti d’une discussion avec des amis qui voulaient investir et qui croyaient en ce sport. Nous sommes partis du constat simple que le padel avait un fort potentiel de développement de par sa pratique simple et de par son poids économique abordable. Un terrain neuf revient en moyenne à 25 000 € quand un court de tennis en coûte au moins le double. Economiquement, un terrain est amorti en moins de deux ans. De plus, comme le tennis stagne en France depuis une vingtaine d’années, le padel est une formidable chance de dynamiser les sports de raquettes en France. Et de redonner ainsi vie aux clubs en quête d’un second souffle.

Qu’est ce qui vous fait croire que le padel va décoller en France ?

Je vous l’ai dit. La pratique est simple et abordable pour les pratiquants comme pour les clubs de tennis, ceux qui souhaitent se diversifier autant les clubs privés 100% padel. Nos premiers chiffres le prouvent. HL Padel a déjà fourni quatre grands clubs en France : Aix-en-Provence, Manosque, Sète et Ajaccio. Et HL Padel ne fait pas que construire des courts. Je m’implique directement et concrètement. Quand on signe avec un partenaire, je m’engage contractuellement à venir jouer au moins une fois par an. Nous assurons aussi le service après vente. Enfin, en 2016, nous lancerons le Henri Leconte Padel Tour. Notre action privée n’est pas isolée. La FFT a parfaitement saisi le potentiel du padel. Nous travaillons main dans la main afin de promouvoir cette discipline.

Vous offrez d’ailleurs des démonstrations de padel lors des prochains Internationaux de France …

Absolument. La FFT nous ouvre ses portes à l’occasion de Roland-Garros 2015. Nous avons installé des courts de padel (qui resteront huit mois dans l’enceinte de RG, NDLR) et nous offrons des démonstrations quotidiennes au public. Je vais moi-même y participer avec d’autres ex-champions de tennis.

Propos recueillis par J.-F. Pibre

Retrouvez dans le magazine Filière Sport n°29-30, à paraître ce jeudi 28 mai, notre enquête sur l’émergence du padel en France.