Avec le modèle AM4LDN, alias “Adidas made for London”, la marque au trois bandes lance la première production d’envergure de sa Speedfactory, une usine robot allemande capable de créer des petites séries personnalisées.

Commercialisée à partir du 28 octobre 2017, l’AM4LDN a été créée à partir de données recueillies auprès d’athlètes et de consommateurs londoniens. Cinq autres villes du monde, dont Paris, bénéficieront prochainement de leur propre AM4, tandis qu’une deuxième Speedfactory est en construction aux Etats-Unis. Après Londres, Paris bénéficiera de son modèle dédié, l’AM4PAR avant la fin 2017.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La future usine ASICS en image de synthèse

L’équipementier  japonais Asics a annoncé la création d’une nouvelle usine de 9830 m² sur son marché domestique, dans la région de Sanin (préfecture de Tottori). Conçue pour la production de chaussures, elle aura pour but d’accroître la production de produits haute performance “made in Japan”.

En collaboration avec l’Asics institute of sport science, l’usine japonaise testera ses technologies innovantes et travaillera sur l’amélioration de l’ensemble de la production du groupe. Le chantier commencera le 9 février prochain et sera plus respectueux de l’environnement que les structures actuelles d’Asics. L’énergie solaire et la lumière LED seront en effet utilisées afin de réduire la consommation énergétique du site, qui devrait baisser de 12 %.

Nike, Adidas et Puma sont, dans l’ordre, les trois groupes qui figurent au classement mondial des Champions Industriels des produits de consommation 2013 établi par la société de conseil Deloitte sur la base des chiffre d’affaires des entreprises.

Nike domine ses rivaux au 27è rang, avec un chiffre d’affaires de 24,1 milliards de $ en 2011, en croissance de 15,7 % (+ 8,1 % de taux de croissance annuel moyen entre 2006 et 2011). Adidas est 37è à 18,6 Mds $, avec une croissance de 11,3 % en 2011 et de 5,8 % en moyenne sur cinq ans. Loin derrière, Puma, 180è, affiche un CA de 4,3 Mds $, en augmentation de 11,2 % (+ 4,9 % en moyenne sur cinq ans). Nike et Adidas sont également les deux premières sociétés d’équipement de la personne, où le groupe VF Corp (Lee, Wrangler, Timberland, Vans, The North Face…) arrive quatrième derrière le groupe de luxe Richemont.

logo-Rossignol

La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, et le ministre du Travail, Michel Sapin, se rendront à Saint-Jean de Moirans (Isère), vendredi 1er février 2013, en présence de Michel Destot, député-maire de Grenoble, pour visiter le siège de Rossignol.

En relocalisant une partie de sa production en France, le groupe Rossignol est devenu l’un des passages obligés du “fabriqué en France”. Le fabricant français réalise un tiers de sa production de skis (900 000 paires sur la saison 2011-2012) à Sallanches (Haute-Savoie) et a récemment annoncé la relocalisation de 60 000 paires junior, qui bénéficieront du label “Origine France Garantie”. Un beau symbole pour les ministres qui, en compagnie de Bruno Cercley, président du groupe Rossignol, ont prévu d’aller à la rencontre des employés, d’échanger avec eux sur l’innovation, sur le rayonnement et sur le savoir faire du ski français… Au cours d’une conférence de presse, les deux ministres dévoileront leurs orientations pour promouvoir la compétitivité des entreprises françaises à l’International.

 

Le fabricant chinois d’articles de sport Li Ning a annoncé une émission prochaine d’obligations convertibles pour un montant de quelque 178 millions d’euros (1,85 à 1,87 milliards de HK$). Les principaux actionnaires et détenteurs d’obligations, TPG et GIC se sont engagés à suivre l’opération.

Pour Li Ning, il s’agit d’assainir la situation financière du groupe, dont la situation de trésorerie a été affectée par le ralentissement économique en Chine depuis 2011. ” La surchauffe économique dans l’industrie chinoise des articles de sport a engendré le gonflement de stocks dans la distribution, qui a a affecté  la la productivité des magasins et leur rentabilité et détérioré leurs positions financières“, décrit le groupe dans un communiqué. L’an dernier, Li-Ning a lui-même engagé un plan de liquidation de ses stocks excédentaires et de redynamisation.