Markus Baum Jack bass defJack Wolfskin a engagé Markus Baum comme directeur de sa division chaussures monde. Il succède à Jochen Rolle, responsable de cette division durant ces onze dernières années et qui quitte le groupe pour des raisons personnelles.

Pour intégrer Jack Wolfskin, Markus Baum (39 ans) quitte Adidas, où il était directeur de marque pour l’Europe de l’Est. Diplômé de l’université de Cologne en gestion d’entreprise, il était entré chez Adidas en 2003 où il a occupé différents postes dont ceux de responsable du pôle running pour les marchés allemand, autrichien et suisse et de directeur marketing du pôle performance pour l’Europe de l’Est. Markus Baum reporte à Elke Stein, directrice marketing du groupe.

 

 

 

La marque allemande d’outdoor Jack Wolfskin, l’un des premiers fournisseurs de vêtements, chaussures et équipements outdoor en Europe, dévoile un chiffre d’affaires de 351 millions d’euros pour son exercice 2012.

Ce chiffre d’affaires est quasiment stable par rapport à l’année 2011, au cours de laquelle la marque avait réalisé une vive croissance, de +22,5% par rapport à 2010.

Ce léger recul résulte principalement de la baisse de ses ventes en Allemagne et en Autriche, ses plus grands marchés actuels. « Malgré des conditions météo extrêmement désavantageuses, un manque d’innovations et des stocks de l’année précédente trop élevés dans le commerce, nous avons réussi à défendre notre position par rapport à la concurrence et à poursuivre notre croissance en dehors de nos marchés principaux », déclarait Michael Rupp, PDG de Jack Wolfskin, dans un communiqué. C’est alors grâce aux marchés  asiatique, britannique et d’Europe de l’Est que Jack Wolfskin consolide sa croissance.

L’activité est constante dans les vêtements, en augmentation dans l’équipement (+5%) et en baisse en chaussures (-8%). Pour enrayer ce recul, la marque a décidé d’augmenter ses investissements dans le domaine de la R&D et d’améliorer la qualité de  sa distribution. Elle a d’ores et déjà annoncé des dépenses marketing supplémentaires pour développer son réseau de magasins franchisés et de shop in shop, notamment en Asie, en Grande Bretagne et en Europe de l’Est. En Europe, il en existe actuellement plus de 350, en Chine presque 500.

Jack Wolfskin qui employait environ 700 personnes au sein du groupe à la fin de l’exercice 2012, contre 630 l’année précédente, a également vu son équipe de management agrandie et restructurée en février 2013 : Elke Stein a été nommée au poste de directrice marketing et développement produit et Christian Brandt, en tant que directeur d’exploitation, a pris la responsabilité du secteur finances, en remplacement d’Andreas Klotz, qui quittera la société d’ici fin août.

 

 

 

Elke Stein, 45 ans, rejoint l’équipe de direction de la société allemande Jack Wolfskin en tant directrice marketing et développement produit. Cette diplômée des sciences du sport prendra ses fonctions à partir du 1er février 2013. Elke Stein quitte adidas, où elle exerçait la fonction de directrice générale de Reebok pour l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse.

Sportive et exploitante forestière

Elke Stein est une coureuse passionnée, une cycliste, maitrise plus d’une via ferrata, fait des circuits en camping-car tout-terrain ou en tente dans la nature sauvage au Canada ou en Mongolie et exploitante d’une exploitation forestière durable qui lui appartient. L’état-major du groupe de sportswear est actuellement composé de Michael Rupp en tant que PDG, Andreas Klotz au poste de directeur financier, Christian Brandt comme directeur d’exploitation et Markus Bötsch comme directeur des ventes.

Trop de produits chimiques dans les vêtements de plein air ! Le résultat d’une étude menée pour Greenpeace par deux laboratoires indépendants et publiée sur le site allemand de l’organisation écologique montre que les composés perfluorés (PFC), utilisés pour leur résistance à la chaleur, leur imperméabilité et leur capacité à repousser la poussière étaient dangereux pour la santé humaine et l’environnement.

Quatorze vêtements pour femmes et enfants de marques « outdoor » ont été testé aux PFC et autres produits toxiques. Les vêtements en Gore-Tex sont notamment montrés du doigt. Greenpeance exhorte alors « le secteur des vêtements de plein air à remplacer les produits chimiques dangereux par d’autres, respectueux de l’environnement ». Les marques The North Face, Jack Wolfskin, Mammut, Vaude, Marmot, Kaikkialla et Patagonia sont visées par cet avertissement. Selon l’organisation écologique, l’Allemagne est le plus grand marché européen pour ce type de produits, avec plus d’un milliard d’euros de ventes annuelles.