Si l’ensemble du textile-habillement affiche un repli de 0,5 % en janvier 2013 par rapport à janvier 2012 en valeur et à surface comparable, c’est exclusivement du au recul du textile (- 7 % pour le linge de maison, tissu au mètre et la mercerie-laine) : l’habillement affiche, lui une légère augmentation de 0,2 %, selon le dernier Distribilan de l’Institut français de la Mode

La période a profité aux commerces indépendants multimarques (+ 3,8 %) et aux chaînes spécialisées (+ 3,3 %). Les soldes ont ainsi plus ou moins rattrapé une saison médiocre : sur l’ensemble de la période septembre 2012-janvier 2013, la consommation d’habillement a enregistré un recul de 0,8 % et autant pour l’ensemble du textile-habillement.

L’activité du commerce de détail spécialisé augmenté de 0,2 % de janvier 2013 par rapport à janvier 2012, en France et à périmètre comparable, selon le panel mensuel de Procos (50 enseignes interrogées sur leurs performances dans 50 pôles de référence, situés dans 15 agglomérations).

Cette évolution se réfère à un historique relativement favorable : le mois de janvier 2012 avait fini à + 1 %, avec un nombre de jours ouvrables comparable. Les boutiques de centres commerciaux arrivent en tête, à + 2,2 % pour les galeries marchandes de centre ville et à + 1,8 % pour les galeries marchandes de périphérie. Suivent les boutiques sur rue en centre ville, à + 0,6 %. Les moyennes surfaces de périphérie restent en revanche en retrait, à – 2,5 %.

L’équipement de la personne tire son épingle du jeu

Les boutiques d’équipement de la personne sont en fait les seules à tirer véritablement leur épingle du jeu. Elles ont bénéficié à la fois de la période des soldes et d’une météo marquée par une succession de nombreux passages perturbés, souvent neigeux, néanmoins propices aux renouvellements des gardes robes.

Loisirs en léger repli

L’électroménager se ressaisit, alors que les boutiques dans l’alimentaire spécialisé et les services réalisent un mois plutôt étale.Tous les autres secteurs d’activités restent en revanche en léger négatif, l’équipement de la maison, la culture et les loisirs ainsi que la restauration, activité la plus durement touchée, avec des évolutions entre – 2 et – 10 %.