À compter du 1er juillet 2018, Puma deviendra le partenaire officiel du club de football AC Milan, son fournisseur technique et son partenaire mondial pour les produits sous licence  du club. Une confirmation de la stratégie de relance de la marque d’articles de sport, qui vient de publier des résultats 2017 en croissance.

Le légendaire club lombard, le plus titré des clubs italiens au niveau international, repris l’an dernier par un consortium sino-européen, abandonne Adidas au profit de Puma dans le cadre d’un nouveau plan de développement. L’équipe des “Rossoneri” rejoint une liste de clubs de football partenaires qui comprend notamment le Borussia Dortmund, et Arsenal FC, de nombreuses associations de football (Italie, Suisse, Autriche, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana et République Tchèque et bientôt le Sénégal) et des joueurs prestigieux, tels qu’Antoine Griezmann, Olivier Giroud, Mario Balotelli, Gianluigi Buffon, etc.

Puma franchit la barre des 4 milliards d’euros de CA

L’annonce de cette signature coïncide avec la publication d’un bilan 2017 flatteur pour l’entreprise, qui a clôturé l’année avec un chiffre d’affaires en hausse de 14 % en année pleine ajustée, à 4,14 milliards d’euros, dépassant pour la première fois les 4 milliards de chiffre d’affaires – toutes les régions affichant une croissance à deux chiffres. La marge bénéficiaire brute est en hausse de 160 points de base à 47,3% et le bénéfice net a plus que doublé, passant de 62 à 136 millions d’euros. La croissance a été particulièrement forte dans la zone Europe Moyen-Orient Afrique, où les ventes ont progressé de près de 20 %,  à 1,64 milliards d’euros. La France, la région Allemagne-Autriche-Suisse et le Royaume-Uni, ainsi que la Russie et l’Afrique du Sud ont enregistré une croissance à deux chiffres. La chaussure (1,97 Mrd € de CA) reste le segment de produits affichant le plus fort taux de croissance, avec une amélioration des ventes pour le quatorzième trimestre consécutif. En incluant le commerce électronique, les ventes au détail de Puma ont augmenté de 22,9%, ajusté à 961 millions d’euros. Ainsi, les indicateurs sont au vert, au moment où le groupe Kering prépare son retrait partiel du tour de table de Puma, par augmentation du capital flottant.

 

En quête d’un repreneur pour Puma depuis des années, le groupe Kering a trouvé une solution lui permettant de préparer sa sortie. Le 11 janvier 2018, le conseil d’administration de Kering a en effet proposé à l’unanimité de soumettre à ses actionnaires le projet de distribuer en nature 70% environ du total des actions Puma en circulation, sachant que le Groupe en détient actuellement 86,3%.

A l’issue de l’opération, Kering conserverait environ 16% des actions Puma en circulation. Artémis, qui détient 40,9% du capital de Kering, deviendrait un actionnaire stratégique de long terme de Puma avec une participation d’environ 29%. Le flottant de Puma atteindrait environ 55%.  « L’attractivité de Puma auprès des investisseurs devrait fortement augmenter grâce à ce volume plus importante de flottant et de transactions. Kering et Artémis resteraient néanmoins d’importants partenaires et actionnaires, ce qui prouve qu’ils ont confiance dans notre stratégie et qu’ils croient aux succès futurs de Puma », communique Bjørn Gulden, le directeur général de Puma, dont la stratégie de relance de la marque commence à porter ses fruits.

Actionnaire minoritaire significatif

Le projet permettrait à Kering de renforcer son statut de pure player du luxe, avec un niveau de profitabilité accru.  François-Henri Pinault, PDG de Kering, précise : « Cette opération permettrait à nos actionnaires de bénéficier directement de la création de valeur future de Puma. Nous sommes fiers d’avoir accompagné le redressement de la marque (…). Puma est idéalement positionnée pour générer une croissance significative, menée par une équipe dirigeante talentueuse et passionnée. Le soutien d’Artémis, qui deviendrait son principal actionnaire, et de Kering, en tant qu’actionnaire minoritaire significatif, reflète leur confiance dans la capacité de l’entreprise à continuer d’atteindre ses objectifs stratégiques et financiers. » La transaction est soumise à l’approbation des actionnaires de Kering SA qui se réuniront pour leur assemblée générale ordinaire le 26 avril 2018.

Electric-Visual-Logo-300x300La marque de sport californienne Electric vient d’être vendue par Volcom (filiale du groupe Kering)  à un groupe dirigé par Eric Crane, président-directeur général d’Electric dans le cadre d’une opération d’une opération de Managemement Buy Out (MBO).

La transaction a pris  effet le 16 mars et découle d’une proposition spontanée d’Eric Crane. Elle porte sur l’ensemble des actifs et des droits de marque d’Electric. De petite taille, l’entreprise acquise en 2008 par Volcom ne faisait plus véritablement sens dans le portefeuille de Kering. Le pôle “lifestyle” de Kering comprend donc désormais Puma et Volcom.

 

PumaKering Eyewear, entité du groupe français Kering dédiée aux lunettes et créée en 2014, annonce avoir repris la licence pour la production et la distribution des montures et lunettes Puma à partir de janvier 2016. 

Détenue jusqu’alors par le groupe japonais Charmant, spécialisé dans la création de montures haut de gamme, la licence de production et de distribution des lunettes Puma sera donc reprise par l’actionnaire majoritaire de la marque, le groupe Kering. Les collections de lunettes continueront d’être disponibles dans les boutiques Puma ainsi que sur le site internet de la marque allemande.

TretornLa filiale du groupe Kering, qui se recentre sur ses marques Puma et Cobra Golf, a annoncé la cession des droits sa marque suédoise d’outdoor Tretorn au groupe états-uniens Authentic Brands.

Authentic Brands Group (ABG) est notamment propriétaire de la marque d’arts martiaux Tapout. Le management de Tretorn va acquérir la licence de cette marque sur le marché européen. Tretorn est principalement fabricant de bottes en caoutchouc et bottes de cheval, de vêtements de pluie, ainsi que de chaussures et balles de tennis.

LOGO ELECTRICAprès douze années durant lesquelles il a occupé plusieurs postes au sein du département marketing de DC Shoes et plus récemment de Fox, Alexis Maillet rejoint Electric comme directeur marketing Europe.

Basé au siège EMEA à Anglet, Alexis Maillet travaillera aux cotés d’Anthony Cazottes, directeur général d’Electric Europe. Marque californienne d’accessoires de sport et lifestyle, Electric appartient depuis 2011 au groupe Kering qui annonçait le 05 mai 2015 la promotion de Todd Hymel au poste de directeur des marques d’Action sports.

Alexis Maillet directeur marketing Europe Electric

Alexis Maillet directeur marketing Europe Electric


 

 

 

KERINGDirecteur opérationnel du pôle Sport & Lifestyle de Kering, où il est plus particulièrement en charge des marques Electric et Volcom, Todd Hymel est nommé à partir du 1er juillet directeur des marques d’Action sports, poste nouvellement créé.

Todd Hymel aura pour mission de renforcer la présence de Kering aux Etats-Unis, notamment sur la Côte Ouest et d’accroitre le développement, l’expansion de Volcom et Electric, qui annonçait début mars l’arrivée d’Etienne Pinon comme nouveau directeur des ventes Europe, à travers le monde.

Basé à Costa Mesa, en Californie, il travaillera en lien avec les directeurs de chaque marque et sera rattaché à Jean-François Palus, directeur général délégué de Kering, qui supervise notamment le pôle Sport & Lifestyle et s’occupe principalement de Puma. 

LOGO ELECTRICLa marque californienne Electric, spécialisée dans les sports de glisse et le lifestyle a annoncé l’arrivée d’Etienne Pinon, comme nouveau directeur des ventes, Europe, Moyen Orient et Afrique.

Avant de rejoindre la marque californienne, qui appartient au groupe Kering depuis 2011, Etienne Pinon, lui même passionné de skateboard, a été directeur des ventes Europe pour les marques de chaussures de skateboard Latix et DVS,  ainsi que chez Neff Headwear.

Le groupe va créer une entité dédiée spécialisée dans “l’eyewear” commune à toutes ses marques (luxe, haut de gamme et sport). Sous la responsabilité de Roberto Vedovotto, ancien dirigeant du fabricant de lunettes Safilo, cette structure permettra à terme à Kering “de contrôler entièrement la chaîne de valeur” de ses activités de montures et de lunettes de soleil : création, développement produits, approvisionnements, marketing et commercial.

L’objectif affiché est de “soutenir davantage les marques du groupe dans l’accélération de leur développement de la catégorie Eyewear“. Kering, qui possède notamment Puma, estime son volume actuel d’activité dans l’eyewear à 350 millions d’euros, ce qui en fait un des cinq leaders mondiaux du secteur. Sur 11 de ses marques présentes dans la catégorie, 9 le sont dans le cadre de licences avec des partenaires différents, générant environ 50 millions d’euros de royalties.

Une intégration progressive


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Après plus de douze ans de présence sur le marché des sports de glisse, Electric, marque du groupe Kering, se lance sur le terrain de l’urbain et rafraichit son image. Celle-ci continue d’évoquer l’âge d’or de la Californie tout en adoptant un style plus mature.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le groupe Kering a publié le 21 février 2014 des résultats 2013 contrastés avec une demande de produits de luxe en légère diminution mais toujours forte et des marques de sport, dont Puma, qui peinent encore à renouer avec la croissance.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Bjoern Gulden, directeur général de Puma (à g.) et  Ivan Gazidis, directeur de l'Arsenal Football Club

Bjoern Gulden, directeur général de Puma (à g.) et
Ivan Gazidis, directeur de l’Arsenal Football Club.

Fini les maillots Nike. A compter du 1er juillet 2014, Puma deviendra l’équipementier officiel d’Arsenal FC pour l’entrainement et les matchs de l’ensemble des équipes du club anglais. 

Ce partenariat devrait permettre à chacune des parties de tirer profit de la notoriété et savoir-faire de l’autre, grâce notamment à l’introduction de technologies innovantes dans les vêtements de la marque de sport, des tournées internationales et des activités marketing communes. Puma pourra bénéficier de la célébrité d’Arsenal, de son importante communauté de fans et de sa réputation pour mettre en valeur ses produits « performance ». La marque, détenue par le groupe Kering, a également obtenu l’ensemble des droits de licence pour le développement des produits dérivés sous la marque Arsenal à travers le monde.

Ce nouvel accord commercial représente un retour en force de Puma dans le monde du sport, que la marque avait petit à petit délaissé au profit du prêt-à-porter et de la mode. Ce retour affiche également une volonté de concurrencer les leaders du marché, Nike et Adidas, initialisée par la prolongation du partenariat de Puma avec la Fédération italienne de football (FIGC), la signature d’un partenariat avec le Borussia Dortmund et le renforcement de son portefeuille de joueurs avec notamment Sergio Agüero, Cesc Fàbregas, Mario Balotelli, Radamel Falcao, Olivier Giroud et Yaya Touré.

 

Au troisième trimestre 2013, le pôle Sport & Lifestyle du groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires en légère baisse de -0,9% en comparable, impacté par la performance de Puma dans la catégorie chaussures et ce, malgré la progression des ventes d’accessoires et de vêtements. En effet, sur ce trimestre, les ventes de Puma affichent une baisse de 0,8% en comparable.
La marque enregistre de meilleures performances au détail (+6%), portées par l’ensemble des canaux de distribution en propre (magasins, outlets et Internet).
Si l’activité est en croissance en Amérique du Nord, elle reste toutefois encore en baisse en Europe de l’Ouest.
Quant à l’activité de la marque de glisse Volcom, elle progresse de 2% sur le trimestre, dynamisée notamment par la performance de sa nouvelle ligne de chaussures.

Réorganisation

Le groupe a par ailleurs annoncé avoir franchi de « nouvelles étapes dans la mise en œuvre de son plan de transformation » de la marque. Il a notamment procédé à de nouvelles fermetures de magasins Puma dont la rentabilité était insuffisante et nommé un nouveau directeur artistique. Une nouvelle organisation géographie et une réduction du nombre de références sont également en cours.

 

 

Pour affirmer ses ambitions parisiennes, la marque de vêtements de glisse Volcom (groupe Kering) s’offre le Centquatre (104), dans le XIXè arrondissement de Paris, ce samedi 5 octobre. Gratuite et ouverte au grand public, la Volcom Stone, une journée de promotion autour du skateboard, débute à 14h, où les visiteurs pourront découvrir des stands de sérigraphie textile, fabrication de badges ou encore de customisation de casquettes avant d’assister à des démonstrations par les skateboarders du team international Volcom et la projection du film « True To This », célébrant les 20 ans de la production de « Alive We Ride », le film dont l’origine de la marque américaine est inspirée. La soirée, en présence de François-Henri Pinault, PDG de Kering, aux côtés de Jason Steris, DG de Volcom, s’achèvera par un concert des Black Bananas, habitué aux collaborations avec Volcom Entertainment, le programme musical de la marque.

crédit : Volcom

crédit : Volcom

Implantation parisienne en projet

Créée en 1991, rachetée 20 ans plus tard par le groupe Kering, la marque américaine jongle aujourd’hui vers une image oscillant entre la culture streetwear chère aux skaters, inspirée par des collaborations d’artistes et un positionnement lifestyle plus chic. L’événement Volcom Stone, dans un lieu qui se veut aussi chic qu’alternatif, devrait ainsi assoir un peu plus cette image. Image que la marque espère matérialiser par l’ouverture d’un magasin à son nom, mais pour lequel un lieu n’a pas encore été trouvé.

Joël Clergiot

 

puma_logoLa marque d’articles de sport du groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires de 1,47 milliard d’euros au premier semestre 2013, en recul de – 6,1 % par rapport au premier semestre 2012 (- 3,1 % hors effets de change). Le résultat opérationnel régresse de 26,1 %, à 110,1 millions d’euros,  le résultat net tombe à 67,8 M€, en baisse de 32,6 %.

En termes de produits, seule la division accessoires est en hausse (+ 10,9 % contre – 7,3 % pour la chaussure et – 6,8 % pour les vêtements). Par régions, les Amériques se maintiennent à +0,2 % hors effets de change (- 2,3 % avec effets devises) mais l’Europe Moyen-Orient Afrique régresse de 5,7 % (- 4,8 %) et l’Asie-Pacifique de 13,1 % (- 5 %).

Annoncé le 22 mars dernier, le nouveau nom est maintenant officiel. Les actionnaires de PPR, réunis en assemblée générale ce 18 juin 2013, ont approuvé quasiment à l’unanimité le changement de nom du groupe. Rebaptisé Kering, et relooké d’un logo stylisé, le groupe assoie ainsi son recentrage sur le luxe (Gucci, Saint Laurent, Stella McCartney, ou récemment, le joaillier Pomellato…) et l’équipement de sport et lifestyle (Puma, Volcom, Electric). Tourné vers l’international, le groupe se tourne vers l’anglais et adopte « Empowering Imagination » comme slogan. Le nom du groupe s’inspire lui même de la phonétique du mot « caring », qui signifie prendre soin en français.

Alors qu’ils avaient désengagé le groupe de la distribution depuis quelques années, les actionnaires ont également approuvé la mise en Bourse de la FNAC, le 20 juin prochain. La cession de La Redoute devrait également suivre cette année.

 

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, directeur des opérations de Puma

Andy Koehler, 56 ans, ancien directeur général d’Adidas Hong Kong et ex-patron du  sourcing du Groupe Adidas, rejoindra Puma comme directeur des opérations le 1er juin prochain en remplacement de Klaus Bauer. Aux côtés de Björn Gulden, qui prendra ses fonctions de directeur général de Puma le 1er juillet, il intégrera les fonctions du précédent directeur de la chaîne d’approvisionnement de Puma.

Après une mauvaise année 2012, la marque du groupe Kering (PPR) accuse une baisse de 2,3 % de ses ventes au premier trimestre 2013 et même de 4,8 % en Europe. Les accessoires (- 11,90 %) et la chaussure (- 7,8 %) sont les produits qui baissent le plus, derrière les vêtements (- 1,1 %)

Pourtant, c’est en levant partiellement le pied sur le lifestyle – la mode – que Puma entend rebondir.Du moins en termes d’image. La marque entend désormais mettre l’accent sur l’innovation – comme dans le running où il vient de lancer la chaussure Mobium – et renforcer la part de produits inspirés de son offre performance, au détriment de la mode d’actualisation. La répartition des ventes (60 % lifestyle, 40 % performance) ne devrait toutefois pas être affectée, car les articles mode restent fondamentalement plus rentables. Le groupe va parallèlement concentrer ses investissements marketing sur le football et le running, avec un nombre limité de partenaires et revoir ses partenariats dans le rugby et dans la voile.

Au premier trimestre 2013, le Pôle Sport & Lifestyle du groupe Kering (ex-PPR) enregistre un chiffre d’affaires en repli de 2,5% en comparable, impacté par un contexte économique difficile dans le secteur de l’habillement et des articles de sport, particulièrement en Europe de l’Ouest.

Le chiffre d’affaires du pôle Sport & Lifestyle atteint 849 millions d’euros sur le trimestre, en recul de 4,9 % à périmètre courant. Puma et Volcom ont enregistré des performances très satisfaisantes dans leurs magasins en propre, contrebalancées par des ventes plus en retrait en vente en gros.

Sur le trimestre, les ventes de Puma affichent une baisse de 2,3% en comparable. Les accessoires ont enregistré une forte croissance de 12% sur le trimestre, portés par la performance remarquable de Cobra Puma Golf. L’Habillement résiste bien. La catégorie chaussures reste quant à elle toujours affectée par un contexte difficile sur ses principaux marchés, notamment en Italie et en France.

Bon démarrage des Puma Mobium

Puma a poursuivi la mise en œuvre de son plan de transformation qui a mené à la fermeture de 45 magasins non rentables au cours du trimestre, principalement en Europe. Le reste du réseau retail a enregistré de bonnes performances témoignant de la force et de l’attrait de la marque.
Par ailleurs, Puma continue de renouveler ses gammes de produits, avec un accent mis sur la catégorie running en sport performance. La nouvelle ligne de chaussures Puma Mobium très innovante a été lancée en mars et les tendances de vente sont très favorables.

Le Suédois Björn Gulden, 47 ans, est nommé  directeur général du groupe allemand Puma, filiale de Kering (ex-PPR). Sa nomination prendra effet au 1er juillet 2013. Björn Gulden succède à Franz Koch, qui a quitté l’entreprise à la fin du mois de mars.

Depuis le début de l’année 2012, Björn Gulden est directeur général de la marque de joaillerie danoise Pandora. De 2000 à 2011, il a été directeur général de Deichmann, premier détaillant de chaussures en Europe, et a exercé en parallèle les fonctions de DG de Rack Room Shoes et de Président de Off Broadway Shoes, deux filiales américaines du groupe allemand. Björn Gulden avait occupé auparavant plusieurs postes de direction au sein de la marque de vêtements outdoor Helly Hansen et de l’équipementier sportif Adidas, pour lequel il a été notamment directeur pour le textile et les accessoires.

Ancien footballeur professionnel ayant joué notamment en ligue 2 allemande dans l’équipe du FC Nuremberg, Björn Gulden a fait des études de management en Norvège et a obtenu un MBA de la Babson Graduate School of Business de Boston. Il parle norvégien, anglais et allemand, et sera basé à Herzogenaurach, au siège de Puma.