La marque du groupe Airesis est redevenue bénéficiaire au premier semestre 2018 et annonce une croissance de chiffre d’affaires à deux chiffres pour le second.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le Coq Sportif a annoncé ses résultats préliminaires pour le 1er semestre 2018. Son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) s’élève à 2,6 millions d’euros, alors qu’il était égal à zéro au premier semestre 2017. (suite…)

Comme annoncé il y a un an, Le Coq sportif succède à Adidas en tant que sponsor officiel de la Fédération française de rugby (FFR). Le nouveau maillot du XV de France a été dévoilé le 1er juillet 2018, jour d’entrée en vigueur du contrat entre la FFR et son nouvel équipementier. (suite…)

En 2017, le Coq Sportif renoue avec la rentabilité avec un bénéfice net de 600 000 €, selon le rapport de gestion du groupe Airesis, propriétaire de 79% des parts de la marque française.  (suite…)

Au premier semestre 2017, le résultat opérationnel du Coq sportif est légèrement positif, selon le groupe Airesis, qui détient 79% des parts de la marque française (et 92 % du fabricant de skis Movement). 


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Coq Sportif LogoLa société d’investissement Airesis présente les chiffres de l’évolution de ses activités. Pour le groupe suisse, actionnaire majoritaire du Coq Sportif et de Movement Group, les voyants sont au vert.

Le Coq Sportif, détenu à 79% par Airesis, a vu son chiffre d’affaires augmenter de dix millions d’euros par rapport à l’année dernière. Sur l’année 2016, le chiffre d’affaires de la société avoisinera les cents onze millions d’euros et le solde Ebitda sera de – 5 M€, soit 2,4 M€ de mieux par rapport à 2015.  Cette croissance vient principalement des marchés français (+30%) et espagnols (+28%). En ce qui concerne les produits, le textile reste très largement la locomotive de la marque. Les contrats de sponsoring débutés en juin 2015 avec les clubs de football de Saint-Etienne et de la Fiorentina n’y sont pas étrangers puisqu’ils apportent un gain de visibilité. Les bons résultats du Coq Sportif ont permis le développement des ateliers de la marque sur son site de Romilly-sur-Seine.

Movement en progression

Le chiffre d’affaires du groupe Movement, acquis en juin 2015 par Airesis et actif sur les marchés du ski et des équipements de montagne, contribue à hauteur de 1,9 million de francs suisses (1,76 M€) à celui d’Airesis. La filiale, réalise la moitié de son chiffre d’affaires en Suisse et  70% de ses ventes concernent les produits liés à la pratique du ski. Le résultat de Movement sur l’année devrait être proche de l’équilibre. Airesis prévoit un bénéfice sur l’exercice suivant grâce à l’augmentation des parts de marché du Coq Sportif en Suisse, dont Movement est le distributeur exclusif.

Les porteurs des quatre maillots du Tour de France 2016 sur le podium : Peter Sagan, Christopher Froome,  Adam Yates et Rafal Majka

La marque française et l’organisateur du Tour de France ont renouvelé leur accord de partenariat pour 5 ans supplémentaires. Jusqu’à 2022, les maillots distinctifs des épreuves cyclistes sur route d’Amaury Sport Organisation (ASO), à commencer par la Grande Boucle, arboreront l’écusson du Coq Sportif.

Après un premier rapprochement en 2012, lors duquel le Coq Sportif est devenu l’équipementier du Tour, ASO a fait le choix de la continuité. Cette décision parait logique au vu de l’historique entre les deux entités, dont le premier partenariat date de 1951. A l’époque, la marque française équipait les équipes du Tour de France, alors organisées par nationalités.

L’année dernière, le Coq Sportif avait déjà collaboré avec le plus grand évènement cycliste international afin de créer une collection alliant spécificités techniques, prix accessibles et design lifestyle destinée aux pratiquants. Ce partenariat sera aussi effectif sur les autres courses cyclistes sur route organisées par ASO telles que Paris – Nice, Paris – Roubaix, le Tour du Yorkshire ou le Critérium du Dauphiné.

Le coq sportif ouvre une nouvelle page de son histoire dans le rugby puisqu’il devient équipementier du Racing 92. La marque Française fait donc un retour remarqué dans ce sport.

Partenaire de plus d’une vingtaine d’équipes et de nombreux joueurs professionnels par le passé, le Coq Sportif a par exemple équipé le Racing Club de France, le RC Toulon, le FC Lourdes et l’AS Beziers. Egalement équipementier du XV de France en 1975/1976 et de 1979 à 1984, le Coq Sportif a connu la victoire lors des éditions de 1981 et de 1983 du tournoi des V nations, dont un Grand Chelem.

maillot racing Cette année, le coq sportif renoue donc avec le rugby sans que la date de fin de contrat soit annoncée. C’est au côté du Racing 92, dont la marque a déjà été équipementier, que le coq sportif a souhaité faire son retour dans ce sport qui fut clé dans son développement national et international. Le maillot performance du Racing sera disponible à 149€ et la réplique à 89€.

Jamais vraiment éloignée du rugby, avec entre autres Frédéric Michalak en tant qu’ambassadeur depuis 2006, Le Coq sportif prend donc la place de l’équipementier italien Kappa, avec lequel le club Francilien a remporté le Top 14 cette année.

KindyNathalie Crouzet a été nommée présidente du directoire du Groupe Kindy à l’issue du conseil de surveillance réuni le 5 avril. Elle succède à Thierry Rousseau qui quitte l’entreprise.

Nathalie Crouzet (MBA Cranfield University-Cranfield School of Management, MBA EM Lyon Business School) a mené l’essentiel de sa carrière dans le Groupe LaCie, spécialiste français des périphériques de stockage racheté par le leader mondial Seagate Technology en 2012. Au sein du Groupe Kindy, Nathalie Crouzet mettra en place une nouvelle dynamique commerciale. Créé en 1863, le Groupe Kindy est organisé en deux pôles, les chaussettes avec Kindy, avec les marques Kindy, Innov’Activ, Achile, Thyo, Daniel Hechter, Le Coq Sportif et Skechers (à partir de l’été 2017) et la chaussure pour enfant haut de gamme.

Alizé Lim - Le Coq Sportif

Après avoir fait un retour dans le tennis masculin en janvier dernier avec Richard Gasquet, Le Coq Sportif revient dans le tennis féminin, avec une ligne de vêtements techniques et accessoires pour la pratique du tennis, portée sur les courts par la joueuse Alizé Nim, nouvelle ambassadrice de la marque. 

La collection est composée de robes, jupes, débardeurs et brassières en polyester respirant. Comme la ligne masculine, la ligne féminine est conçue à Paris, dans le bureau de style de la marque, et développée dans l’atelier Le Coq Sportif de Romilly-sur-Seine, près de Troyes. Alizé Lim est associée à la conception des produits. Les collection sera en vente au public à partir de janvier prochain.

Dans un contexte économique morose sur les principaux marchés du Coq Sportif, la collection automne-hiver ne rattrapera pas le faible niveau des ventes observé à fin juin 2013. Par conséquent, le chiffre d’affaires annuel pour 2013 sera en ligne avec la tendance observée au premier semestre de l’année”, annonce le groupe Airesis, maison-mère du Coq Sportif, dans un communiqué. Pour mémoire, les revenus totaux du Coq Sportif étaient en recul de 14 % au premier semestre 2013, à 50,75 millions d’euros. Airesis ajoute que l’Ebidta devrait être négatif mais que le développement international de l’entreprise et que ses ventes de produits textiles sont en progression, et confortent sa confiance dans l’avenir de la marque.

La société Petrus Finance, dont les actionnaires principaux sont Marc-Henri Beausire et Pierre Duboux a augmenté sa participation dans le groupe Airesis (notamment propriétaire du Coq Sportif). De ce fait, le groupe d’actionnaires constitué par les héritiers de Robert Louis-Dreyfus, Marc-Henri Beausire et Petrus Finance (dont les actionnaires principaux sont Marc-Henri Beausire et Pierre Duboux), est passé au dessus du seuil des 50 % des droits de vote.

Redisport270613Ils étaient encore 32, ce jeudi matin 27 juin à Paris pour parler de l’avenir du secteur sport et de sa modernisation. Les patrons et représentants des principales marques et enseignes de sport (*) ont pu faire un nouveau point sur l’avancement des travaux collaboratifs ECR Sport et l’activité de la plate-forme automatisée REDISport.

Grâce à l’adhésion d’ECR Sport à ECR France, le chantier « indicateurs partagés » rendra ses premiers délivrables dès le mois d’octobre prochain. Côté automatisation des échanges, l’assemblée s’est félicitée d’une augmentation significative des flux depuis 6 mois : 30 % d’abonnés en plus, doublement des catalogues téléchargés et 6 fois plus de commandes échangées pour un total de 38 000 messages sur les 12 derniers mois. Enfin, l’arrivée d’une dizaine de nouveaux abonnés sur la plate-forme a été programmée pour la fin de l’année.

Quelques réactions prises à chaud par l’équipe de Filièresport à la sortie de la réunion :

Alain Pourcelot, Adidas (abonné REDISport) : « Le projet avance de façon concrète et je m’en réjouis. Je tiens sincèrement à féliciter tous les acteurs qui contribuent à cet avancement ».

Stéphane Grimault, Groupe Royer (pas encore abonné) : « Nous partageons la vision du projet. Chez nous, il n’y a plus qu’à desserrer le frein à main pour la mise en œuvre concrète ».

François Bouche, Intersport (abonné) : « Les fondamentaux sont présents, la dynamique est bonne, l’outil est en ordre de marche. Je souhaite maintenant que la montée en charge se fasse vite. »

Eric Dexperts Lestapis, Na Pali Quiksilver (pas encore abonné) : «  Cette réunion m’a permis d’avoir une bonne vision de l’initiative et le témoignage d’autres marques abonnées est un bon élément pour nous pour aller de l’avant. »

Fabien Ratisseau, Nike (abonné) : « Une grosse énergie se dégage du projet au sein d’un secteur qui conserve une belle marge de progression. »

François Benaben, Skis Rossignol (pas encore abonné) : « J’ai apprécié cette rencontre. REDISport est l’avenir du secteur. Il faut y aller. Une fois hiérarchisées nos priorités, à nous de mobiliser les ressources en interne. »

Yannick Morat, Sport 2000 (abonné) : « Nous attendons maintenant l’arrivée de nouveaux fournisseurs sur REDISport. On est tous convaincu de l’intérêt de l’outil et plus on sera nombreux, plus il sera efficace. »

* Adidas, Asics, Babolat, Columbia, Groupe Go Sport, Groupe Royer, Head, Intersport, Kappa, Le Coq Sportif, Mizuno, Nike, Puma, Na Pali Quiksilver, Skis Rossignol, Sport2000, The North Face.

Coq Sportif LogoLa société suisse Airesis, actionnaire majoritaire du Coq Sportif a annoncé une augmentation de capital de 4,186 millions de francs suisses (3,42 M€) afin de racheter des actions du Coq Sportif détenues par des actionnaires minoritaires de ce dernier, “parties liées d’Airesis”, précise un communiqué du groupe. Au terme de cette opération, la participation d’Airesis dans Le Coq Sportif passera de 68,8 % à 72,2 %. Petrus Finance SA, qui est détenue par des actionnaires minoritaires d’Airesis, s’est engagée à suivre cette augmentation de capital, à moins qu’un autre investisseur ne souscrive à l’augmentation de capital au même prix (1,82 franc suisse par action). L’opération valorise Le Coq Sportif à 99,856 M€.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le  Coq Sportif  (groupe Airesis) accueille depuis le 1er juin 2013 Frank Heissat, au poste de chief executive officer (directeur général). 

Marc-Henri Beausire reste président et actionnaire du Coq Sportif et continuera à suivre les sujets impliquant le développement de la société à long terme.

Frank Heissat a occupé des fonctions marketing  vente et produits, en France et à l’étranger chez Nike, Puma et Oxbow. Il est depuis 2010 vice-président EMEA chez Oakley.

 

Le magasin Coq Sportif de Barcelone, ouvert fin 2012.

Le magasin Coq Sportif de Barcelone, ouvert fin 2012.

Les résultats 2012 publiés par le groupe Airesis font apparaître une croissance du chiffre d’affaires de 21 % sa filiale Le Coq Sportif, à 118,9 millions d’euros, et de 16 % pour sa branche Boards & More, à 58 millions d’euros. La marge a baissé de 3 points chez Le Coq Sportif, tombant à 46 %, tandis que celle de Boards & More est restée stable à 42 %.

La marge du Coq Sportif a souffert d’un marché difficile sur ses marchés les plus importants (France, Italie, Espagne). L’augmentation des ventes provient principalement de la croissance de la vente aux distributeurs, de la reprise en direct du client Footlocker Europe (précédemment géré sous licence) et du démarrage du textile, en hausse de 50 %. Le Coq Sportif poursuit ses efforts sur ce dernier et sur l’ouverture de boutiques : six magasins en propre ont été ouverts l’an dernier. La marque a récemment inauguré un point de vente aux Quatre Temps La Défense, après Barcelone, en attendant celle de Covent Gardent, à Londres, prévue en mai.

Jean-François Rey, 49 ans, est nommé responsable du développement de Redisport, la plateforme d’échange de données informatisées du secteur sport. Sa principale mission sera d’augmenter le nombre d’abonnés à cette dernière. Jean-François Rey a exercé précédemment exercé la fonction chef de projet chaîne d’approvisionnement chez Oxylane pendant 8 ans puis celle de supply chain manager chez Le Coq Sportif pendant deux ans.

Eric Cuenot, directeur général de Nike Russie, a été nommé à la tête de Nike France, selon la lettre Sporting Goods Intelligence Europe. Il remplace à ce poste Ronnie Greenwood. Ce changement intervient quelques semaines après le départ d’un autre dirigeant de Nike France, Cyril du Cluzeau, directeur marketing, parti exercer la même fonction chez Le Coq Sportif.

Le chiffre d’affaires des participations d’Airesis, Le Coq Sportif et Boards & More, augmente de 18 % sur les neuf premiers mois de 2012, à 125 millions d’euros. Le Coq Sportif, progresse de de 17 % à 90 millions d’euros. Boards & More est hausse de 18 % à 35 millions d’euros. 

Le Coq Sportif bénéficie de la progression de ses ventes en Amérique latine, du développement de son activité textile, du succès de ses publicités et de la plus grande visibilité obtenue grâce au partenariat avec Le Tour de France, ainsi qu’aux effets des ouvertures additionnelles de magasins en propre à Milan, Lille et Marseille. Dans ce contexte, les frais d’exploitation ont cependant augmenté de 21 % et le taux de marge a chuté de 2 points à 47 %. Le résultat avant impôts est en recul de 49 % à 2,17 millions d’euros. Il devrait toutefois être égal à celui de l’an dernier sur l’année 2012, selon le groupe. La marque continue de se développer en Grande-Bretagne et prépare des ouvertures de boutiques à Barcelone et Londres.

L’évolution est moins contrasté pour Boards & More (marques North Kiteboarding, Fanatic, North Sails Windsurf), avec un taux de marge stable (44 %) et un résultat avant impôts en recul de 12 %, à 2,8 millions d’euros.