Commerçant, exploitant un magasin d’articles de sport  aux Houches, près de Chamonix, ancien administrateur de l’Association des maires des stations de montagne, Xavier Roseren a abandonné son mandat de maire pour devenir député LREM de Haute-Savoie. Il explique à Filièresport les raisons et objectifs de cet engagement politique. Entretien paru dans Filièresport n°52

Filièresport : Comment êtes-vous entré en politique ?

Xavier Roseren : C’est le tourisme qui m’a mené à la politique. Les commerçants sont souvent critiques vis-à-vis de leur office de tourisme, j’ai préféré en juger par moi-même… C’est ainsi que j’ai été élu adjoint au Tourisme au sein du conseil municipal des Houches, puis vice-président en charge du Tourisme de la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix en 2010. Pour les municipales de 2014, j’ai constitué une liste largement renouvelée et suis devenu maire. Être élu municipal m’a ouvert l’esprit sur la vie du village et des communes alentour et m’a permis de repérer les bonnes pratiques pour les appliquer chez moi.

Un exemple ?

Les Houches ont obtenu le label Famille Plus, qui reconnait la qualité de l’accueil des familles. Quand j’ai réalisé qu’il était appliqué par les hébergeurs et remontées mécaniques mais pas par les magasins de ski, j’ai œuvré pour y remédier (NDLR : aujourd’hui aux Houches, le magasin Cyprien Sport de Xavier Roseren, mais aussi Intersport et Battendier Sport sont partenaires du label). Participer à la vie publique, pour un commerçant, c’est éviter que son magasin vieillisse en même temps que son propriétaire !

« Je veux porter la voix de la montagne à Paris. »

Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Plus de 200 professionnels de la montagne ont participé au SkiDebrief, les 20 et 21 avril derniers à Val d’Isère (73). Au programme des tables rondes, un premier bilan de la saison des sports d’hiver 2014-2015 mais aussi des débats nourris sur les enjeux de la montagne, tels que l’ouverture des magasins le dimanche, la réforme territoriale et la loi montagne, ou encore le sujet toujours épineux de l’accès aux stations.

SKIDEBRIEF

« Heureusement, la neige est arrivée ! » A la table-ronde du SkiDebrief sur le bilan de la saison, Michel Vion, président de la Fédération française de Ski, a parfaitement résumé le sentiment de la majorité des professionnels de la montagne. La saison des sports d’hiver 2014-2015 aura finalement été moins pire que ce qu’ils redoutaient. Ainsi à la FFS, le manque de neige en début de saison s’est traduit par un recul de 13 % du nombre de licenciés à noël mais la tendance s’est redressée ensuite : « Nous finirons à -6 ou -7 % », explique Michel Vion. Les bons résultats de l’équipe de France de ski et l’organisation réussie de la finale de la Coupe du Monde de ski alpin à Méribel en février ont fait oublier l’annulation de quatre épreuves en décembre.

Activité globalement stable en magasins

Côté pratique de loisir, le prébilan de Domaines skiables de France (DSF) fait apparaître un recul de 3 % de la fréquentation des remontées mécaniques au cours de la saison d’hiver 2014-2015, par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les grandes stations sont stables, les autres sont en recul de 5 %. Dans les magasins, « nous avons rattrapé le retard du début de saison », a confirmé Gérard Mattis, président de la Commission montagne de la FPS. Le chiffre d’affaires est stable au global par rapport à l’année dernière. Le Savoie se situe entre zéro et 2 %, la Haute-Savoie est stable, l’Isère et la Drôme sont entre – 2 % et zéro, les Alpes du Sud sont à – 10 %, les Pyrénées entre +2% et +3%.

« Nous ne sommes pas le boulevard Haussmann »

Dans ce contexte, la récente publication du calendrier scolaire des trois prochaines années a été accueillie avec satisfaction par le monde de la montagne. Les vacances de printemps y sont en effet avancées d’une quinzaine de jours, ce qui est favorable à la fréquentation des stations en avril. Un bon coup de pouce pour le Printemps du Ski, l’opération séduction lancée par France Montagnes pour stimuler la fréquentation en fin de saison, qui a mobilisé cette année une trentaine de stations pour un budget total de 200 000 €, selon Michel Giraudy, président de France Montagnes. Egalement satisfait du nouveau calendrier scolaire, Hervé Gaymard, député et président du conseil départemental de Savoie, a rappellé que la montagne « a une activité saisonnière et des métiers spécifiques », avant de faire allusion à la réforme du repos dominical : «l’examen de la loi Macron n’est pas terminé. Il faudra être vigilant pendant la lecture au Sénat et la deuxième lecture à l’Assemblée nationale. » L’enjeu : faire en sorte que les commerces saisonniers puissent continuer d’ouvrir le dimanche sans nouvelles contraintes. « Dès l’origine des stations, les magasins de ski ont été ouverts (le dimanche) pour rendre service à nos clients. Nous ne sommes des professions saisonnières, pas des magasins du boulevard Haussmann à Paris », a argumenté Gérard Mattis.

 Réforme territoriale : « non au centralisme lyonnais ! »


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :