Moins d’un an après la reprise de l’ex-usine Cycleurope, rebaptisée Manufacture française du cycle (MFC), Intersport a le sourire. Les objectifs de production atteints et l’outil remis aux normes, le groupement projette l’agrandissement du site, avec le soutien des pouvoirs publics.

Atelier MachecoulEn reprenant l’usine Cycleurope de Machecoul (44), Intersport ne s’est pas contenté d’acheter une chaine d’assemblage de vélos. La coopérative s’est lancée dans un véritable projet industriel. La MFC va ainsi être dotée d’un laboratoire de tests ultra-performant et ses outils de production seront modernisés. Les activités de peinture et de contrôle qualité, actuellement réalisées à l’étranger (principalement en Europe de l’Est), y seront relocalisées. Intersport prévoit également d’assembler à Machecoul les VTT de la marque française Sunn, qu’elle a rachetée en septembre 2013.

“Le choix de la France”

Avec cet accroissement d’activité, la coopérative espère dépasser son objectif initial de 200 000 vélos produits en 2014 et atteindre 241 000 unités. Pour tenir ce rythme, Intersport projette de recruter 70 salariés cette année. Un effort loué hier par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, en visite dans les ateliers de l’usine. « Vous avez fait le choix de la France, les ouvriers partagent la fierté de croire que nous pouvons encore produire ici. Il n’y a pas de fatalité à la désindustrialisation », déclarait-il avant de cosigner un avenant au contrat de crédit-bail immobilier avec le conseil général de Loire-Atlantique portant sur l’immeuble de l’usine, qui devrait subir des travaux d’agrandissement d’ici deux ans.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Le stand Cycleurope au Salon du Cycle 2013

Le stand Cycleurope au Salon du Cycle 2013

Le fabricant allemand de cycles Mifa et son homologue suédois Cycleurope, qui développe notamment les marques Gitane, Peugeot Cycles et Bianchi, ont signé un accord de partenariat stratégique “pour le développement et la production de vélos et vélos électriques sur le segment haut de gamme”.

Mifa, qui revendique le rang de premier fabricant allemand de cycles, avec une part de marché de 29 % en 2011, dispose notamment d’une usine de fabrication de cycles décrite comme “très moderne et efficace” par Tony Grimaldi, directeur général de Cycleurope, qui se déclare dans un communiqué “très impressionné” par ses lignes de production automatisées de vélos électriques de Mifa. L’accord devrait également fournir à ce dernier un accès aux réseaux européens de distribution de Cycleurope, qui pilote notamment l’enseigne Velo&Oxygen en France.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Les nominations réalisées par Intersport au cours de l’été 2013 :

François Neukirch, directeur général

Thierry Duverdier, directeur de l’offre et du category management (ex-Umbro, ancien d’Intersport)

Denis Deumier, directeur de la supply chain (ex-Sephora).

Yves Salaun, directeur général de la Manufacture française du Cycle.

Intersport-logoAprès avoir renouvelé son équipe dirigeante, le Groupe prévoit une « accélération de son plan stratégique », qui vise à atteindre 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2015. Jacky Rihouet, président, et François Neukirch, nouveau directeur général, expliquent leurs projets.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

La décision du Tribunal de Commerce de Troyes a été rendue à 16 heures aujourd’hui : Intersport reprendra à compter du lundi 11 Mars la direction de l’usine Cycleurope située à Machecoul (44).

François Bouche, secrétaire général d’Intersport, sera sur les lieux lundi matin, les représentants du personnel et le comité d’entreprise seront réunis mardi 12 mars. Spécialisée dans l’assemblage de vélos,  la nouvelle société dont le nom est « La Manufacture Française du Cycle » comptera 175 personnes à temps plein et aura une capacité immédiate de production d’environ 200 000 vélos.« Cette décision est en totale cohérence avec notre ambition affichée dans le cadre de notre plan stratégique dans lequel Intersport veut devenir l’enseigne de sport préférée des Français. Intersport veut se positionner comme un acteur incontournable sur le marché du cycle », communique Jacky Rihouet, Président directeur général d’Intersport France.

Ancrage local

Nous sommes une coopérative ancrée dans le sport et localement : cette intégration industrielle renforce ce double ancrage, déclare à Filière Sport François Bouche, secrétaire général d’Intersport. Il s’agit d’un projet commercial et industriel qui permettra une optimisation de nos flux logistiques et une relocalisation sur nos bases, là où sont nos magasins“. Actuellement, les vélos à marque propre vendus par Intersport (signée Nakamura) sont fabriqués en Italie, au Portugal, en France et en Belgique.

Objectif 300 000 vélos

Intersport se donne comme objectif d’atteindre le plus rapidement possible une capacité de 300 000 vélos assemblés annuellement à Machecoul et entend ainsi “valoriser le savoir-faire français sur ce secteur et participer à la vie économique locale“, selon un communiqué du groupe. Ce dernier compte aussi “optimiser la compétitivité des produits assemblés en France par une meilleure prise en compte des besoins du distributeur et de ses clients”, “se doter de compétences accrues pour développer des gammes de produits plus performantes et plus techniques” et “faire du site de Machecoul le centre de distribution Cycle du groupe à destination de ses magasins et de ses clients en vue d’optimiser les coûts de transport et la disponibilité des produits”. S’il s’agit dans un premier temps de “sécuriser l’activité cycle” du site, le projet d’élargir à terme l’activité logistique aux appareils de fitness est confirmé. De source syndicale, Intersport aurait également pour projet de développer une activité de service après-vente et de fournitures de pièce et accessoires pour les magasins du groupe.

“Pas de concours avec Décathlon”

Face à la puissance Décathlon et sa marque B’twin, le groupement de détaillants se dote ainsi d’un outil intégré pour sa marque de distributeur dans le cycle. Toutefois, “nous ne faisons pas de concours avec Décathlon : cette enseigne est positionnée sur la conception de produits, notre projet est de nous intégrer en production”, explique François Bouche. Le groupe donnera plus de détails sur sa stratégie cycle à l’occasion d’une conférence de presse qui se tiendra mardi, à Machecoul.

Alors qu’on pensait que le fabricant allemand de vélos Mifa déposerait un dossier de reprise, celui-ci ne figure plus parmi les prétendants. En revanche, deux autres dossiers ont bel et bien été déposés, avant l’échéance du 30 janvier fixée par le tribunal de commerce de Troyes. Contre-enquête de Filière Sport.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

A lire sur Scoop.itFilièreSport

Filière Sport‘s insight:

Deux dossiers de reprise de l’usine Cycleurope de Machecoul ont bien été déposés : celui d’’Intersport et celui d’un collectif d’anciens cadres de Micmo.

Source www.ouest-france.fr

A lire sur Scoop.itFilièreSport

Filière Sport‘s insight:

Intersport, un des repreneurs potentiels, vient visiter l’entreprise mercredi 16 janvier. La période d’observation a été prolongée jusqu’au 16 avril.

Source : www.entreprises.ouest-france.fr