Les ventes au détail du Groupe Intersport international ont augmenté de 3,3% en 2017, passant de 11,1 milliards d’euros à 11,5 milliards d’euros. La croissance ajustée en fonction des devises a été de 3,8%. 

À la fin de 2017, Intersport comptait 5 647 points de vente dans le monde (5 509 en 2016) et était représentée dans 45 pays. Avec 523 points de vente dans 30 pays sur les cinq continents, contre 474 en 2016, The Athlete’s Foot,l’enseigne de chaussures du groupe,  a poursuivi sa croissance en 2017. En termes de chiffre d’affaires, The Athlete’s Foot,  affiche une dynamique positive inchangée : les ventes au détail mondiales sont en hausse de 15 % à 363 millions d’euros, grâce à une forte croissance sur le continent américain et à l’ouverture de nouveaux magasins et nouveaux marchés (Slovénie, Croatie, Serbie et Belgique).

Un “Centre d’excellence numérique”


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Salomon, numéro un de la chaussure de trail-running, et les magasins Intersport sortent des sentiers battus en s’associant aux magasins Intersport de 13 villes de France pour proposer des ateliers de trail-running gratuits et ouverts à tous.
(suite…)

Margit Gosau, directrice général de Sport 2000 international

Sport 2000 international vient de conclure l’affiliation du groupement espagnol Base Trademark Detallsport Group. Créé en 1985, ce groupement d’achats apporte  320 magasins de sport gérés par 110 adhérents à Sport 2000, jusque-là absente d’Espagne.

Les magasins du groupement conserveront leur propre enseigne en accolant en façade la formule “Partenaire officiel de Sport 2000″, assortie du logo de l’enseigne. Une combinaison unique au sein du réseau Sport 2000 international.

Des positionnements proches


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Acteur majeur du football français avec plus de 4000 clubs (professionnels et amateurs) partenaires, Intersport se positionne aujourd’hui encore un peu plus comme le principal supporter du football français à travers un nouveau partenariat avec la Fédération française de football (FFF). 

L’enseigne française devient pour les quatre prochaines saisons le distributeur officiel des équipes de France de football (A, Féminines, Espoirs) et un partenaire privilégié du football amateur avec lequel “nous sommes très liés depuis de nombreuses années” affirme le président Intersport France et Belgique Jacky Rihouet. De cette alliance découleront des offres, des activations privilégiées et surprises pour les fans, que ce soit sur intersport.fr, dans l’un des 650 magasins de l’enseigne ou encore sur les réseaux sociaux. Outre son association avec la FFF, Intersport renforce sa visibilité avec nombres de partenariats pour la saison 2017-18, aussi bien en Ligue 1 qu’en Ligue 2, qui sont pour Jacky Rihouet, “des vitrines incroyables pour Intersport“. Pour ces partenariats, le distributeur ne s’arrêtera pas à la signalétique sur les terrains. Il  a vocation à offrir un maximum de contenu aux fans, via de nombreuses activations leur permettant de suivre sous un nouvel angle l’actualité de leur club favori tels que découverte des coulisses, vidéos, séances de test, places à gagner…

Source : Intersport France

 

Huit ans après une première tentative d’implantation aux Etats-Unis, l’enseigne de magasins de sport est sur le point d’y revenir avec un nouveau point de vente à San Francisco, en Californie. Une expérience très différente de la précédente.

En 2009, Decathlon avait racheté la chaîne MVP, un parc de 18 magasins dont le groupe comptait faire la tête de pont d’un futur réseau national. Six ans plus tard, l’enseigne quittait les Etats-Unis. Cette fois, plutôt que de se lancer dans un déploiement massif à l’ensemble du pays, Decathlon a pris le parti de se concentrer sur la Californie. Outre le magasin de San Francisco, l’enseigne ouvrira à l’automne prochain un site e-commerce dont le rayon de livraison ne franchira pas les frontières du Golden State. Seule exception à cette règle, le masque de snorkeling EasyBreath, étendard de la R&D de l’entreprise, sera disponible dans l’ensemble du pays.

Un seul Etat pour commencer

Cette stratégie d’implantation a pour but de « permettre à l’enseigne de se familiariser avec les codes et usages des sportifs locaux avant une expansion dans tous les Etats-Unis », précise Michel d’Humières, le directeur de la zone, dans un communiqué : « Notre venue aujourd’hui, n’a rien à voir avec notre tentative de 1999. Nous ne sommes plus les mêmes aujourd’hui, que ce soit en termes de professionnalisme ou de produits proposés. Je ne veux pas proposer au consommateur américain ce qu’il peut trouver à 500 mètres du concept store. Avec le laboratoire de San Francisco, je souhaite qu’on puisse aller à la rencontre des sportifs américains et de leurs besoins pour coconcevoir ensemble l’offre qui leur correspond ».

Un espace communautaire et de coconception

Déployé sur 800 m2  dans Market Street, une importante artère commerçante de la  métropole nord-américaine, le magasin de San Francisco ne se conformera donc pas strictement au modèle appliqué dans le reste du monde. Il se veut davantage « un espace de réflexion, de créativité et de dialogue entre vendeurs, concepteurs de Decathlon et les clients, sportifs, », explique l’entreprise : « C’est par ce biais que se fera l’adaptation de l’offre proposée, au plus près des besoins des consommateurs américains. Au départ conçu comme un lieu atypique favorisant la créativité et l’échange, il deviendra par la suite, à la fois, un lieu de vente des produits propres à l’enseigne, un espace communautaire et de coworking ». Ainsi, cette nouvelle implantation s’inscrit très clairement dans l’actuelle stratégie d’innovation ouverte et d’investissement dans le développement des produits à marques propres de l’entreprise.

Six nouveaux pays cette année

Ce retour aux Etats-Unis constitue aussi une étape importante de l’internationalisation de Decathlon, dont le développement à l’étranger s’accélère. L’enseigne vient ainsi de s’implanter en Israël, après la Colombie, le Ghana et la Suisse, plantera dans les prochaines semaines sont drapeau bleu en Australie, où le groupe nordiste a l’ambition d’ouvrir 100 magasins à terme. L’enseigne, dont le chiffre d’affaires (10 milliards d’euros hors-taxes en 2016) est réalisé aux deux-tiers à l’international, aura ouvert six nouveaux pays en 2017, après cinq en 2016.

Les ventes d’articles de sport et de services associés ont connu une hausse de 2,7% en non comparable l’an dernier, portant le chiffre d’affaires du secteur à 10,98 milliards d’euros TTC, selon le bilan établi par l’Union sport & cycle.

Le marché bénéficie en premier lieu du redressement de la situation économique des ménages, qui ont enregistré en 2016 une hausse sensible de leur pouvoir d’achat « arbitrable » (+ 1,7 % en 2016 après + 0,4 % en 2015). L’amélioration du climat général des affaires ainsi que la reprise économique du pays sont aussi des facteurs positifs. Outre cet aspect économique, le marché du sport profite de l’intérêt de plus en plus marqué des Français pour les activités physiques et sportives : 91 % d’entre eux déclarent être au moins un peu intéressés par le sport en général. On estime à 29 millions le nombre de ceux qui exercent une activité sportive au moins une fois par semaine, soit une importante base de consommateurs potentiels. L’année 2016 aura également été marquée par l’organisation en France de grands événements sportifs (Euro de football 2016, championnat du monde de handball…), ainsi que par la dynamique olympique à l’occasion des JO de Rio et de la candidature de Paris pour ceux de 2024. Cette dynamique semble se confirmer en 2017. La tendance enregistrée par l’organisation sur le premier trimestre de cette année se situe aux alentours de +5%.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Corinne Gensollen (Intersport)

Après avoir à nouveau gagné des parts de marché sur son exercice 2016, le groupe a relevé ses objectifs à l’horizon 2020. Il revient à Corinne Gensollen, nouveau directeur général d’Intersport France SA, de mettre en oeuvre cette accélération.

En 2016, le chiffre d’affaires TTC du groupe Intersport France a atteint 1,8 milliard d’euros, en progression de 6,9 % par rapport à l’année précédente, sur un marché français du sport en hausse de 3,3 %, selon les premières estimations de l’Union sport & cycle. Après les scores historiques de 2015, le groupe coopératif a donc traversé « une très bonne année 2016», se félicite son président Jacky Rihouet. Intersport a poursuivi sur sa lancée au premier trimestre 2016, avec une hausse de 5%.

Et le groupe entend bien passer la vitesse supérieure. Son conseil d’administration a en effet relevé les objectifs à l’horizon 2020 :  initialement placée à 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 20 % de parts de marché, la barre a été repositionnée à 2,5 milliards d’euros et 25 % de part de marché ! Une ambition désormais portée par Corinne Gensollen, une Proctérienne passée par l’OM avant de rejoindre Intersport il y a six mois… Comment compte-elle s’y prendre ? La feuille de route trace quatre axes stratégiques étroitement liés :


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Avec un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros hors-taxes en 2016, Decathlon, qui a fêté ses quarante ans en 2016, a réalisé une croissance de  12% l’an dernier, égale à celle de 2015. A périmètre comparable, l’augmentation est de 4,4 %.

L’enseigne a ouvert plus de 164 nouveaux points de vente dans le monde en 2016, contre 140 en 2015. Elle s’est implantée dans cinq nouveaux pays : Mexique, Côte d’Ivoire, Singapour, Malaisie, Slovénie. Decathlon est désormais présente dans 28 pays du monde avec 1176 magasins, dont 301 en France, 214 en Chine et 149 en Espagne, qui constituent le top 3 des pays du groupe. Celui-ci a franchi un autre cap cette année avec plus d’un milliard de quantités vendues. Son chiffre d’affaire a presque doublé depuis l’année 2009.

Croissance moins forte en France

La France ne représente plus qu’un tiers du chiffre d’affaires de Decathlon. Avec une hausse 2,2%, la croissance des ventes de l’enseigne dans l’Hexagone « n’a pas été aussi vigoureuse que souhaitée, communique François De Witte, directeur général de Decathlon France. Cela tient –entre autres- à plusieurs facteurs : une météo mauvaise au printemps, saison forte pour la pratique sportive, des mouvements sociaux en juin avec des conséquences sur les déplacements, les attentats qui pèsent aussi sur les achats…Dans ce contexte déclicat, nos équipes ont fourni un travail remarquable au sein de nos 301 magasins avec un sens du service et du conseil que tous les sportifs soulignent. En 2016, nous avons été offensifs sur la baisse des prix de nos articles sans renier sur la qualité, la sécurité tout en innovant en permanence ».

Cap sur la proximité

La chaîne ouvrira au cours du premier semestre 2017 des magasins à Paris, Abbeville, Marseille et Seynod. L’enseigne cherche des relais de croissance en développant de nouveaux formats de proximité : Decathlon City, ciblant la clientèle urbaine avec, notamment, une première ouverture en cours à Paris, rue du Commerce, et Decathlon Essentiel, un concept de points de vente de 1000 m2 recentré sur les marques propres du groupe, qui remplace l’enseigne Koodza et vise principalement les villes moyennes (une ouverture à Saint-André de Cubzac, en Gironde, l’an dernier). Enfin, Decathlon poursuit le développement de ses ventes sur internet, qui ont atteint 4,1 % de son chiffre d’affaires France en 2016 (3,5 % en 2015), en hausse de 9,4 % et attiré 1,7 million de clients.

 

Go Sport logoLa chaîne de magasins d’articles de sport Go Sport a ouvert samedi 1er octobre un corner Expé, enseigne spécialiste des sports de montagne et de verticalité, au sein du magasin de Grenoble Comboire.

Avec ce partenariat,


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

P1020056 - copieFondé en 2012 par Francis Charbonnel, le groupe Snow Performances, spécialisé dans les magasins de sport en stations de ski, a ouvert 5 magasins sous enseigne Skimium dans 2 stations majeures de Tarentaise, en Savoie.

Densification aux Arcs

(suite…)

Sur proposition de la FPS, la préfecture de Paris vient d’arrêter la liste des 12 dimanches pour lesquels les magasins de sport situés à Paris auront la possibilité d’ouvrir en 2016.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

En application de l’article 73 loi de transition énergétique,  les sacs de caisse à usage unique en matière plastique ne pourront plus être mis à disposition de la clientèle à partir du 1er janvier 2016. 

Un décret doit préciser les caractéristiques des sacs concernés. Dans l’attente de sa publication, la FPS recommande par précaution à ses adhérents de suspendre le référencement de tous les sacs en matière plastique (biodégradable ou non) d’une épaisseur inférieure à 50 microns et de contenance inférieure à 25 litres.

977ce6d0-6c18-439e-a931-583f8708973e
De gauche à droite, Jakob Oberrauch (Sportler), Harold Rubrech (Sport 2000 International) et Andrea Morino (Sport Alliance).

Le groupement d’achats Italian Sport Alliance International adhère à Sport 2000 International. Un ralliement qui apporte 265 adhérents supplémentaires à la branche italienne du groupe.

Les magasins Sport Alliance participeront à ce que Sport 2000 International appelle son “concept co-branding”, consistant à associer le logo Sport 2000 à leur propre enseigne. Les synergies porteront principalement sur les achats, ainsi que sur “les possibilités de campagnes marketing européennes en coopération avec les plus grandes marques internationales“, souligne Hurold Rubrech, directeur général de Sport 2000 International. “Notre focalisation sur les domaines du ski et des sports alpins, du running, du football et du training, correspond parfaitement à la orientation multisport de Sport 2000“, précise Andrea Morino, directeur commercial de Sport Alliance.

Doublement du parc de magasins


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

 A l’heure des premiers bilans, le dynamisme affiché par le marché français des articles de sport a de quoi faire pâlir nombre d’autres secteurs d’activité. En complément du dossier qui vient de paraître dans le magazine Filière Sport n°25-26 de janvier-février, filièresport.com publie un dossier actualisé avec les analyses de la FPS, de l’IFM et de NPD, en trois parties :

1. Les ventes d’articles de sport en vive croissance (pour lire l’article, cliquer ici)

2. Les magasins de sport en pointe (pour lire l’article, cliquer ici)

3. Des résultats contrastés pour le textile (pour lire l’article cliquer ici)

Le marché français des équipements, textile et chaussure de sport a progressé de 3 % en 2014, ce qui constitue “la meilleure croissance de ces cinq dernières années“, selon la société d’étude NPD. 

Depuis le début de la décennie, le marché oscille en effet entre croissance zéro (2010 par rapport à 2009) et + 2 % (en 2011 et 2012). Il se situait en 2013 à – 1 %. Le marché est notamment porté par la chaussure de sport, en hausse de 8 % en valeur l’an dernier selon NPD, tandis que le textile reprend des couleurs, à + 1 %. Ce rebond du textile, qui était en recul depuis 2013 semble plus portée par les magasins de mode que par les spécialistes sport, qui sont en repli sur le textile en 2014 selon la FPS et l’IFM. Les pantalons de survêtement, pantacourts, vestes coupe-vent/imperméables, tops stretch, doudounes sans manche et maillots de football bénéficie de hausses de plus de 5 %. En terme de disciplines pratiquées, le running, le basketball et les activités pratiquées en clubs de gym sont les moteurs de l’activité.

L’enfant en net recul

Côté catégories de consommateurs, l’homme et la femme sont en progression, tandis que l’enfant est en net recul (- 4%), ce qui s’explique par “la baisse des prix pratiqués sur certains segments textiles (vêtements de ski en junior et survêtements) mais aussi le recul des ventes de baskets “lifestyle” pour les tout-petits  – le phénomène des chaussures de marque pour les bébé semblant passer de mode“, explique NPD. Le budget annuel moyen en équipement de la personne (chaussures et textile) s’établit à 115 € chez les hommes et 67 € chez les femmes (14 ans et plus). Les 15-24 ans sont les plus dépensiers avec 154 € par an (hommes et femme confondus), deux fois plus que les 45-54 ans.

Moindre croissance en 2015

Dans un contexte d’inflation très faible ou nulle, “2015 sera forcément moins bon” que 2014, annonce Renaud Vaschalde, analyste sport chez NPD. “Nous anticipons tout de même une croissance modeste de 2 % sur le marché total sport, plus spécifiquement sur le secteur de la chaussure (+ 3 %) et du textile (+ 1 %)“, précise-t-il.

Retour au dossier : cliquer ici

Après une année 2013 étale, l’activité est repartie à la hausse dans les magasins de sport en 2014. C’est ce qu’indique l’Observatoire Conjoncturel FPS, qui évalue cette croissance sur l’année à + 3,5 % (à périmètre comparable). Une performance qui tranche avec la morosité économique ambiante et place le commerce sport parmi les secteurs les plus dynamiques d’un commerce spécialisé qui reste en souffrance (- 0,9% sur les 11 premiers mois de l’année, selon Procos).

Retour au dossier : cliquer ici

(suite…)

Au moment où débutent les discussions autour d’un « Pacte d’avenir » pour la Bretagne, deux détaillants finistériens témoignent de l’impact de la crise des « bonnets rouges » sur leur activité. Pas d’alarmisme mais une certaine inquiétude pour l’avenir quand même…


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Selon une étude du fabricant de matériel antivol Checkpoint, le taux de démarque inconnue est passée de 1,29 % du chiffre d’affaires des magasins en Europe en 2010 à 1,39 % en 2011 en moyenne. Les magasins de sport n’échappent pas à la tendance.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

L’enseigne de magasins de sport Athleticum a réalisé un chiffre d’affaires de 197 millions francs suisses (162,3 M€) en 2012, en recul de 2,1%.

Compte tenu d’un marché difficile, la performance est cependant jugée satisfaisante par l’entreprise. Forte de 25 succursales, la chaîne poursuit un programme de rénovation de son parc de magasins, à l’image d’Athleticum Bâle totalement rénové en 2012. Athleticum est une filiale de Manor, la branche distribution du groupe suisse Maus.