En créant une filiale en France, la marque suisse d’articles de sports de nature entend se rapprocher du troisième marché européen de l’outdoor. 

Cette nouvelle filiale du groupe, opérationnelle au 1er octobre 2018, est créée dans la continuité de ce que la société SAD (Sport Alpin Distribution) avait mis en place depuis 21 ans. « Mammut tient d’ailleurs tout particulièrement à les remercier pour ces années de collaboration », explique la société dans un communiqué. La filiale France accueillera à sa tête


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Gregory Allali  a rejoint le groupe Sport alpins distribution (SAD), au poste de directeur vente et marketing France de la marque d’articles d’alpinisme et de sports de nature Mammut

Précédemment directeur des ventes France de Mountain Hardwear (groupe Columbia), il opère ainsi un retour chez SAD, où il a exercé comme représentant de décembre 2003 à septembre 2008.

 

Trop de produits chimiques dans les vêtements de plein air ! Le résultat d’une étude menée pour Greenpeace par deux laboratoires indépendants et publiée sur le site allemand de l’organisation écologique montre que les composés perfluorés (PFC), utilisés pour leur résistance à la chaleur, leur imperméabilité et leur capacité à repousser la poussière étaient dangereux pour la santé humaine et l’environnement.

Quatorze vêtements pour femmes et enfants de marques « outdoor » ont été testé aux PFC et autres produits toxiques. Les vêtements en Gore-Tex sont notamment montrés du doigt. Greenpeance exhorte alors « le secteur des vêtements de plein air à remplacer les produits chimiques dangereux par d’autres, respectueux de l’environnement ». Les marques The North Face, Jack Wolfskin, Mammut, Vaude, Marmot, Kaikkialla et Patagonia sont visées par cet avertissement. Selon l’organisation écologique, l’Allemagne est le plus grand marché européen pour ce type de produits, avec plus d’un milliard d’euros de ventes annuelles.