Dix-huit mois après avoir créé sa propre filiale française, le fabricant taïwanais de vélos fait état de bonnes progression de ses ventes dans l’Hexagone.


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :

Jérôme Valentin, président d'Univélo et DG de Cycleurope

Jérôme Valentin, président d’Univélo et DG de Cycleurope

A l’occasion de la publication de l’Observatoire du cycle FPS-Univélo, Jérôme Valentin, président d’Univélo et directeur  général du groupe Cycleurope, développe pour Filière Sport les raisons de sa confiance en l’avenir du marché. 

Diapositive1

P&A = pièces et accessoires

FilièreSport : quels sont les faits
marquants de l’année 2015 pour le marché du cycle ? 

Jérôme Valentin : Le premier, c’est qu’après les très fortes hausses de 2014, le marché a continué de bien  progresser en 2015. En valeur, il augmente de 4,5% en 2015 après +7,5% en 2014. En volume, après + 8,5% en 2014, on aurait pu craindre un recul en 2015 : le nombre de vélo vendus a augmenté de 0,5 %. Nous avons donc passé la marche et j’espère que nous refranchirons bientôt le seuil des 3 millions de vélos comme dans les années 2000. Le deuxième enseignement, c’est que les ventes de vélos à assistance électrique (VAE), famille qui progresse le plus (+14,5% après +37% en 2014), continuent à se développer à rythme élevé.

En nombre de vélos, le VAE ne représente pourtant qu’une faible part du marché…

Diapositive1

Les chiffres montrent que nous avons franchi un cap l’an dernier : celui des 100 000 VAE vendus, si l’on additionne les ventes au public et celles au entreprises et collectivités. On est certes loin des 535 000 VAE distribués en Allemagne (NDLR : premier marché européen du cycle avec 4,1 millions de vélos, contre 2,996 millions en France). Mais le fait que le VAE continue de se développer sur un marché mûr comme l’Allemagne (+11% en 2015) incite à l’optimisme pour un marché émergent comme la France. De plus, la pénétration du VAE a commencé par la ville et l’usage urbain représente 60 à 70% de la pratique, contre 30 à 40% pour l’usage loisirs en Allemagne. En France, c’est l’inverse. Cela explique une partie de notre retard. Or la percée du VTT électrique sur le marché français (+45% l’an dernier) confirme que le VAE est en train de pénétrer tous les usages. Enfin, le VAE fait venir au vélo des gens qui ne le pratiquaient pas ou plus. Nous vivons avec le VAE ce que nous avons connu avec le VTT à la fin des années 1980 : la vague nous portera pendant 10 ans !

Quel sont les conséquences pour le commerce de cycle ?


Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné…

Pour vous abonner cliquez ici

Déjà abonné ? Connectez vous ici :