Gore texLa “marque ingrédient” américaine Gore-Tex, spécialisée dans les tissus imperméables et respirants, annonce vouloir investir 15 millions de $ sur les cinq prochaines années afin de limiter son impact environnemental et l’utilisation des matières perfluorées.

Les matières perfluorées plus souvent mentionnées sous l’appellation anglo-saxonne PFC, sont reconnues pour leurs caractéristiques imperméables, rendant la pénétration de l’humidité et des graisses plus difficile dans les fibres qu’elles composent, enjeu important dans le secteur sport. Cependant, d’après plusieurs études, les PFC seraient également des perturbateurs endocriniens. Elles agiraient de façon négative sur la sécrétion d’hormones par le corps humain, avec des effets négatifs possibles à long terme.

Premiers essais non concluants

Face au débat grandissant sur l’utilisation de ces composés dans le textile, la marque Gore-Tex a décidé de limiter son utilisation, tout en essayant de garantir à ses client une déperlance efficace et durable. Les premiers essais se sont avérés non concluants puisque l’utilisation de matières non fluorées entraine une diminution rapide de la qualité de la déperlance.

Trouver de nouvelles alternatives

Face à ce constat, la marque américaine annonce vouloir trouver des alternatives aux PFC qui lui permettraient de garantir à ses clients une qualité de déperlance égale à ce qu’elle propose actuellement. Cette recherche s’inscrit dans un plan global pour lequel Gore-Tex investira 15 millions de $ de R&D sur les cinq prochaines années afin de limiter également l’impact environnemental de ses produits et de sa production.